Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

/ / /

l y a cent ans

LA NAISSANCE D'ALBERT CAMUS

 

L'oeuvre de Camus sous toutes ses formes -romans, théâtre, essai, journalisme- est marquée par le refus de tout dogmatisme, de tout système qui emprisonne l'être humain, mais aussi par l'exigence morale.

 

 

 

 

Albert Camus est né le 7 novembre 1913 à Mondovi, unpetit village du Constantinois. Il grandit dans le quartier populaire de Belcourt à Alger. Il n’a pas connu son père, mort au début de la Première Guerre mondiale. Sa mère était analphabète et sa jeunesse est marquée par la pauvreté sous le soleil d’Alger. Il l’a décrite: «La misère m’empêcha de croire que tout est bien sous le soleil et dans l’Histoire. Le soleil m’apprit que l’Histoire n’est pas tout.» 

Dès 17 ans, il est atteint par la tuberculose. C’est à cet âge qu’il découvre la philosophie et que lui vient l’envie d’écrire. En 1935, dans ses Carnets, il proclame sa fidélité au monde des démunis en écrivant tout simplement: «Il me faut témoigner.» C’est ainsi que toute son œuvre se voudra un témoignage sur la condition humaine. En 1937 il publie L’Envers et l’Endroit, consacré aux quartiers pauvres de l’Algérie. Deux ans plus tard sort Noces, où il met en valeur le bonheur d’avoir sous les yeux ces paysages méditerranéens dans une sorte de trilogie reliant le soleil, la mer et la mort. Il milite alors dans les mouvements antifascistes, pour la paix et pour la culture populaire. D’un très bref passage au Parti communiste il gardera une défiance face à l’endoctrinement. 


L’HOMME REVOLTÉ 

De 1938 à 1940, il écrit des articles dans Alger républicain et Soir républicain, l’organe du Front populaire en Algérie. En 1940 il quitte Alger pour la France. Il retournera en Algérie en 1941, puis s’installera quasi définitivement en France. Il écrit alors des pièces de théâtre, comme Caligula en 1941, qui sera jouée en 1945. En 1942 il publie à la NRF Gallimard son chef-d’œuvre, L’Étranger, qui sera traduit en quarante langues. Engagé dans la Résistance il écrit et diffuse Lettres à un ami allemand, où il analyse les raisons morales du combat politique contre le nazisme, en prenant soin de dissocier Allemands et nazis, à une époque où le Parti communiste a comme slogan «À chacun son boche». Fin 1944, il écrit une tribune dans Résistance Ouvrière, l’ancêtre de FO Hebdo. De 1944 à 1947 il est rédacteur en chef du quotidien Combat, né de la Résistance. Ses éditoriaux mettent toujours en avant le désir de liberté et de justice. En 1947 il publie La Peste, qui lui vaut, à tort ou à raison, le surnom de «saint laïque» ou «d’historien des cœurs déchirés». En 1951 sort L’Homme révolté. En 1956 il lance à Alger un «appel à la trêve civile». En 1957 il obtient le prix Nobel de littérature. Il déclare alors dans Les Discours de Suède: «Mon œuvre est devant moi.» Mais trois ans plus tard, le 4 janvier 1960, il trouvera la mort dans un accident de voiture. 

Tous ses écrits sont marqués par sa richesse morale, intellectuelle et esthétique. 

 

 

Partager cette page

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO Dia système publication - (BM) - dans Histoire