Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 14:41
Vols de métaux dans l’ancien Dia d’Isbergues

Vols de métaux dans l’ancien Dia d’Isbergues : 160 000 € de dégâts pour 1 100 € de gain

Quatre voleurs de métaux et un receleur ont été condamnés pour le pillage de l’ancien ma
gasin Dia.

Durant l’été, ils ont causé pour plus de 160 000 € de dégâts pour, au final, un maigre butin à se partager…

Fermé depuis plusieurs mois, l’ancien magasin Dia, route de la Victoire (D186), a suscité l’intérêt d’un groupe de voleurs de métaux qui, entre la mi-juin et la mi-juillet, ont multiplié les ef
fractions.

Au cours de plusieurs périples, ils ont pillé le magasin, arrachant les câbles électriques et découpant les tuyaux de cuivre. Mais ils ont surtout causé d’importants dégâts dans le bâtiment toujours alimenté en eau et en énergie dans le but d’être revendu.

Les voleurs ont laissé derrière eux des faux plafonds cassés, le système d’éclairage cassé, des chambres froides saccagées, d’importantes fuites d’eau, etc. L’avocate de la société propriétaire des lieux a indiqué, mardi au tribunal, que le préjudice et les frais de remise en état sont évalués à 167 000 €, somme qu’elle a demandé aux cinq individus convoqués au tribunal.
Deux sur cinq devant les juges
Mais seuls deux ont eu le courage d’affronter les juges. Les autres, identifiés par les gendarmes isberguois ont tout de même été jugés par
défaut.

Dont un Estrée-Blanchois qui a été vu en train de brûler des câbles une nuit et qui, le lendemain, vendait 50 kg de cuivre chez un ferrailleur. Ou un autre qui a utilisé la carte d’identité de son père pour revendre des métaux tandis que son père a encaissé les chèques (il est poursuivi pour recel).

Au total, les gendarmes ont réussi à établir que le groupe avait revendu 291 kilos de métaux (surtout du cuivre et une dizaine de kilos de laiton) pour un bénéfice de 1 122,40€.

Une somme ridicule comparée au coût des dégâts engendrés.
Pour tenter de limiter leur responsabilité, l’Annezinois de 22 ans et l’Estrée-Blanchois de 19 ans, expliquent que tout le monde n’était pas présent à chaque vol et que, surtout, d’autres sont peut-être aussi passés par
là.

Le procureur, lui, voit « un groupe de quatre voleurs et un receleur » qui ont reconnu les faits et dont trois sont récidivistes, d’où de lourdes réquisitions. Défendant l’Annezinois qui n’est impliqué que dans un vol, Édouard Dubout estime qu’il est difficile, au final, de savoir qui a fait quoi. Et donc de condamner son client pour tous les faits. Philippe Huré s’est de son côté interrogé, faute d’éléments, sur l’indemnisation de l’assurance.


Prison ferme
Les juges ont finalement condamné le receleur Bernard Caron, les voleurs Wilfried Caron et Richard Poquet à 10 mois de prison ferme, Christopher Lefebvre à 6 mois de prison ferme plus la révocation de 3 mois de sursis et D. M., au casier moins fourni, 10 mois de prison avec surs
is.

La demande de la partie civile a été jugée irrecevable, faute de preuve de la qualité de propriétaire (mais une action civile est encore possible). S. D.


Nous n’indiquons l’identité que des personnes condamnées à des peines de prison ferme.

Sourcing: LVDN

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO Dia système publication - (BM) - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article

commentaires