Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 17:51
Salariés Gastt, le cauchemar continue
Depuis le mois de mai, le Dia d’Avesnes a fermé ses portes. Revendu par le groupe Carrefour, le magasin devait rouvrir rapidement. Pourtant, la supérette est toujours à l’abandon. Ses employés ne touchent pas de salaire et n’ont aucune nouvelle de leur repreneur.
Depuis le mois de mai, le Dia d’Avesnes a fermé ses portes. Revendu par le groupe Carrefour, le magasin devait rouvrir rapidement. Pourtant, la supérette est toujours à l’abandon. Ses employés ne touchent pas de salaire et n’ont aucune nouvelle de leur repreneur.

Il a baissé le rideau de fer pour la dernière fois début mai. Durant la semaine précédente, en catastrophe, Frédéric Porchet a bradé les produits frais et réexpédié le reste de son stock.

Tout devait changer, et vite, avant le rachat du magasin par un repreneur. Depuis pourtant, le directeur et les quatre hôtesses de caisse de l’ex-magasin Dia de l’avenue des Frères-Lumière, à Lyon, ont été invités à rester chez eux.

Pire, ils n’ont pas été payés ces deux derniers mois. En cause, le repreneur, un patron fantôme qui avait promis monts et merveilles.



Tout a débuté
fin 2014.

Le groupe Carrefour rachète alors 800 magasins de l’enseigne espagnole Dia. L’Autorité de la concurrence valide la transaction, à condition que Carrefour cède 56 sites du hard discounter, pour éviter de créer une position dominante dans certaines zones.

Huit d’entre eux sont revendus en mai à la société Gastt. C’est le début du cauchemar pour les 47 salariés concernés.


L’ambitieux projet de Gastt


L’entreprise en question est dirigée par Adam Kuzmicz, un entrepreneur d’origine polonaise qui affiche de gra
ndes ambitions.

Mais Frédéric Porchet ne le rencontrera jamais. « Seul son mandataire est venu nous expliquer le projet de Gastt. En nous présentant le même plan que pour d’autres magasins, ce qui n’était pas professionnel », dit le directeur.


Les inquiétudes des salariés se matérialisent lorsque la paie de juin arrive, par chèque, avec sept jours de retard. Ce sera la dernière, ce qui a évidemment plongé les personnes concernées dans la difficulté. « Beaucoup n’arrivent plus à payer leur
loyer.

Et certains banquiers ne jouent pas le jeu », déplore Carole Desiano, secrétaire fédérale de la FGTA-FO, qui leur apporte un soutien juridique. Car les employés sont pieds et poings liés.

« Comme nous avons un contrat de travail, nous ne pouvons pas travailler par ailleurs, ni nous inscrire à Pôle emploi », s’indigne Frédéric Porchet.


« Carrefour n’a rien perdu »


Conscient de l’urgence, le tribunal de commerce de Paris se saisira de l’affaire ce jeudi 15 septembre. Les salariés réclament le versement de leur paie ou demandent que la justice constate la cessation de paiement de la
société Gastt.

De son côté, l’Autorité de la concurrence a demandé à Gastt de venir s’expliquer ce lundi 12 septembre.


Quant à leur ancien employeur, le groupe Carrefour, il se déclare « très attentif à l’issue des procédures en cours, en particulier en ce qui concerne la situation des sala
riés ».

En clair, « Carrefour s’est engagé oralement à reprendre les salariés dans ses magasins si leur contrat de travail avec Gastt devait être rompu », décrypte Carole ­Desiano, de FO.


À entendre Frédéric Porchet, c’est la moindre des choses. « Dans cette affaire, Carrefour n’a rien perdu. Ils ont été payés, ils nous l’ont dit, assure-t-il. C’est bien nous les victimes de l’his
toire. »

Le groupe Carrefour a en tout cas suspendu les négociations pour la cession de 32 autres magasins à Gastt.




Sourcing : Bénévent Tosseri ( La croix, correspondant à Lyon)

Salariés Gastt, le cauchemar continue

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO Dia système publication - (BM) - dans Colère Coups de gueule
commenter cet article

commentaires