Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif -Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire valoir et partager nos expériences au service des salariés de CPF, ex Dia devenue ERTECO.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF système publication - (BM)
  • Recherche, Analyse, Communication, Information Expressions syndicales et sociales.
Publication @ FO CPF système
  • Recherche, Analyse, Communication, Information Expressions syndicales et sociales. Publication @ FO CPF système

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Blog-master se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire

dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et

règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs

Pages Du Blog-Note Informatif

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,  et ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleur compréhension.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

CONTACT REGION

NADINE (Paris & IDF, région Centre) 06 36 97 10 40

NATHALIE (UD FO 62 ) 06 30 60 74 70

SOFYANE ( Rhin Rhône - Est ) 06 61 50 67 96

ERIC ( Centre & Centre Ouest) 06 85 15 20 73

Délégué Syndical Central, Cyril 06 25 56 84 86

Sandrine, Secrétaire CE Paris Région Centre 06 98 43 61 93

29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 18:37
Dia,  accélération des fermetures de magasins, peu à peu les lumières s'éteignent, les rideaux se baissent, les parkings se vident laissant des riverains désemparés, des salariés sur le départ, c'est du lien social qui se distend....
Dia,  accélération des fermetures de magasins, peu à peu les lumières s'éteignent, les rideaux se baissent, les parkings se vident laissant des riverains désemparés, des salariés sur le départ, c'est du lien social qui se distend....

Bourges

Les deux magasins de hard-discount ont fermé hier soir, définitivement. 


Les deux magasins de hard-discount ont fermé hier soir, à Ed, puis  à Dia, pendant douze ans, les clients ont pu pousser leur chariot chez un hard-discounter. 


Deux magasins de proximité qui ferment et ce sont des vies qui sont chamboulées. Si les anciens clients se demandent encore comment ils vont remplir leur réfrigérateur, les employés de Dia vont être reclassés.


La voix est gorgée de trémolos, les yeux sont embués. Il est 10 heures ce vendredi, l'heure pour cette salariée du magasin Dia de « dire au revoir, pas adieu » à une fidèle cliente.

 

Les rayons sont vides, les mains pleines de roses et les cœurs emplis d'émotion. « C'est pour vous. Pour vous remercier pour tout », glisse, entre deux bises claquées, cette habituée du magasin de hard-discount. « Merci. Merci. C'est très gentil », soupire l'employée avant que la manche de sa polaire vienne essuyer une petite larme.

 

« Comment va-t-on faire sans eux ? »

 


Hier soir, le rideau est tombé sur les deux magasins Dia de Bourges.

 

Après douze ans de présence de hard-discount en bordure du boulevard de l'Avenir et de l'avenue de Saint-Amand – d'abord sous le nom de Ed puis de Dia –, les enseignes laissent derrière elles des clients à la colère plus rouge encore que des tomates importées d'Espagne.

 

« Pardonnez-moi l'expression, mais on a les boules, lâche Georgette, un cabas dans chaque main. Ça va laisser un grand vide derrière. Un magasin de proximité comme ça, ça n'avait pas de prix. Ça rendait des services immenses au quotidien. Surtout pour les personnes du quartier qui ne sont plus capables de conduire. » Marie, une autre « Dia dépendante », partage sa détresse. « Comment va-t-on faire sans eux ? On est écœurées. Enfin… C'est comme ça… Le plus important, cela reste quand même qu'aucun employé ne se retrouve sur le carreau. »

 

Pour les employés des deux magasins Dia, ce vendredi 25 novembre 2016 représente « la fin d'une aventure et de mois d'inquiétudes, le début d'une nouvelle vie ».

 

Après des mois de flou, ils entrevoient le bout du tunnel professionnel. Les rumeurs de rachat par un groupe polonais qui avait racheté en France huit Dia au groupe Carrefour, avant d'être placé en redressement judiciaire en septembre, sont derrière eux.

 

Des salariés reclassés  à Bourges  et à  Saint-Martin-d'Auxigny;

 


Dès le 1 er décembre, leur avenir s'écrira dans une nouvelle enseigne du groupe Carrefour. « Tant mieux. Le groupe polonais, ça sentait franchement mauvais », glisse cette employée.

 

Cinq salariés ont eu une proposition de poste à l'hypermarché Carrefour chaussée de Chappe ; une autre travaillera au Carrefour Market de la route de La Charité ; un autre encore se rendra au Carrefour Market de Saint-Martin-d'Auxigny.

Sourcing: Le Berry Républicain / Benjamin Gardel

Dans le quartier, on espérait que la supérette survive, mais dimanche elle baissera définitivement son rideau de fer.

Dans le quartier, on espérait que la supérette survive, mais dimanche elle baissera définitivement son rideau de fer.

TOURCOING


Dia baissera définitivement son rideau de fer ce dimanche

 

Les habitants du quartier espéraient une transformation de leur supérette en Carrefour Contact. Malheureusement, Dia fermera définitivement ses portes ce dimanche. Plusieurs riverains se disent peinés et surtout pénalisés par la disparition de ce commerce de proximité.


 
Dans le quartier, on espérait que la supérette survive, mais dimanche elle baissera définitivement son rideau de fer.

L’affiche écrite en lettres majuscules et apposée sur la vitre du magasin est sans équivoque : «  Fermeture définitive de votre magasin le dimanche 27 novembre 2016. La direction.

 

 » À l’intérieur, les rayonnages quasiment vides et les allées désertées confirment la disparition imminente du commerce.

 

Plus vraiment la cohue à Dia.

 

«  C’est une institution dans le quartier !  » Béatrice, 65 ans, est née rue de Marengo, la voie perpendiculaire à Dia, et habite toujours à 100 mètres de la devanture. Autant dire qu’elle connaît le secteur et l’histoire de cette petite surface commerciale. Gamine, elle y faisait déjà les courses pour sa famille : «  Il y avait encore de la terre battue autour  ».

 

Avant Dia, «  C ’était Fruits Pilote, géré par M. Deschildre. On y trouvait des primeurs, une boucherie, du fromage à la coupe ou encore des produits laitiers.  »

 
« C’est très pénalisant, cette fermeture, surtout qu’il y a énormément de personnes âgées dans le quartier »

 


La Tourquennoise raconte qu’il y a toujours eu une bonne ambiance au sein du magasin et que le personnel a toujours été «  accueillant et serviable  ».

 

Elle n’a d’ailleurs pas hésité à signer la pétition pour que le salarié licencié en août dernier  réintègre son poste. Mais pour elle, qui n’a pas de voiture et ne veut dépendre d’aucun de ses proches, «  c’est très pénalisant, cette fermeture, surtout qu’il y a énormément de personnes âgées dans le quartier  ».

 

En prévision, elle a donc stocké 34 packs de 6 bouteilles d’eau minérale et une grosse quantité de papier essuie-tout. Elle pense maintenant se faire livrer à domicile, certainement par le Match, qui se situe rue de Fleurus, à environ un kilomètre de là à pied. Il lui en coûtera 8 € à partir de 80 € d’achats.

 

«  Auchan City, dans le centre-ville, analyse-t-elle, a pris de l’ampleur et a certainement fait du tort. Le plus important, c’est que tout le personnel de Dia conserve un travail.  »

 

Ces mutations nous ont été confirmées par la responsable du magasin : «  Cela faisait partie de nos accords : les quatre salariés ont tous été reclassés, à Lomme, Tourcoing et Wattrelos.  » Mais c’est un autre lieu de vie, de lien social qui disparaît, un commerce qui ouvrait même le dimanche matin.

 

Sourcing: LVDN / Christophe Declercq 

Briey : le magasin Dia va fermer; Le magasin devait profiter de travaux de transformation. Il n’en sera rien…   Photo Samuel MOREAU

Briey : le magasin Dia va fermer; Le magasin devait profiter de travaux de transformation. Il n’en sera rien…   Photo Samuel MOREAU

Briey : le magasin Dia va fermer

 

Il y a une semaine, les six salariées du magasin Dia de Briey ont appris sa fermeture. Une annonce brutale, et une raison qu’elles ignorent. Toutefois, elles devraient toutes être reclassées dans des enseignes du groupe Carrefour.

 

 " Ça fait douze ans qu’on bossait toutes ensemble. Le plus dur, ça va être de se dire que c’est fini… »

 

Le 31 décembre, le magasin Dia de Briey baissera définitivement son rideau métallique. Ses salariées ont le cœur gros. Et les larmes au bord des yeux.

 

En 2014, le groupe Carrefour rachetait le parc Dia, soit plus de 800 magasins sur le territoire hexagonal.

Son idée : développer ses enseignes de proximité. Briey faisait partie de ce nouvel élan. L’objectif était de transformer le magasin en Carrefour Marché, dont les produits sont commercialisés en moyenne 15 % moins cher que dans les Carrefour Contact.

« On nous avait dit que les travaux de transformation étaient prévus pour le mois de juin 2016, donc il n’y avait aucune raison de s’inquiéter », témoigne une employée. Les travaux ont finalement été repoussés à octobre. Sans suite… « Entre les deux, on nous avait pourtant livré le nouveau mobilier. Des luminaires pour les rayons, des casiers pour les vestiaires… »

 

Une commission s’est réunie à la maison mère mardi 15 novembre, actant la fermeture de l’adresse briotine. Le lendemain après-midi, les salariées étaient mises au courant par les syndicats. Malaise.

 

 

« Un mois pour tourner la page »

 

 

Depuis 1978, les enseignes se sont succédé. Il y a eu Europrix, Bravo, Champion, Ed et enfin Dia.

 

« On ne nous a pas expliqué la raison de cette fermeture. En tout cas, c’est la première fois qu’il n’y a, a priori, pas de repreneur. »

Pourtant, pour elles, les atouts sont nombreux. Déjà, sa localisation, à proximité d’autres petits commerces, de cabinets médicaux, de banques et de la poste. « Le parking est grand. Souvent, les gens se garent chez nous et en profitent pour faire une course. Et les locaux sont en bon état. »

 

En tout cas, toutes préféraient savoir la raison de cette fermeture, même si l’issue ne changera pas. On pense évidemment à une possible concurrence avec le Carrefour Contact à Briey-Bas…

 

Le vendredi 18 novembre, des personnes des ressources humaines venaient leur parler d’avenir. Car avenir il y aura. Les six employées vont être reclassées dans d’autres magasins du groupe. Normalement, à proximité. Le soulagement est sur tous les visages.

 

« C’est évidemment le plus important. On ne se retrouve pas à la rue », soufflent-elles. Elles regrettent juste que ce soit si soudain.

 

« Si on nous avait dit : "dans 6 mois, on ferme", on aurait eu le temps de s’y faire. Là, il nous reste un mois pour tourner la page. » Leurs clients ont voulu leur prêter main-forte, en lançant une pétition, par exemple.

 

En attendant, elles vont continuer à arranger les rayons, jusqu’à épuisement des stocks. « Nous sommes professionnelles. Nous le resterons jusqu’à la fin. »

Ces prochains jours, une affiche devrait apparaître sur la devanture pour confirmer ce que tout le monde sait déjà.

Sourcing: Le Républicain Lorrain / Claire Pieretti.

Dia Beaugency - Les feuilles  mortes et les courants d'air ont peu à peu remplacé les clients sur le parking déserté du magasin

Dia Beaugency - Les feuilles mortes et les courants d'air ont peu à peu remplacé les clients sur le parking déserté du magasin

Fermeture de DIA à Beaugency : la situation bouge...


... L’annonce de la fermeture de la supérette Dia a provoqué la consternation dans le quartier de Garambault…
 


Lors du dernier Conseil municipal, Jacques Mesas a rappelé que la fermeture du magasin DIA, prévue à la fin de cette année, allait pénaliser les habitants d'un quartier déjà touché par la fermeture de plusieurs enseignes.

Il a demandé quelles étaient les pistes exploitées par la Mairie pour trouver un repreneur.

 

Des inquiétudes sur le sort des employés

 

Après avoir rencontré le gérant du magasin pour faire un bilan de la situation, David Faucon a pris en charge le dossier pour tenter de trouver une solution. Il s'est entretenu vendredi dernier avec le responsable du groupe Carrefour dont dépend l'enseigne DIA, pour s'enquérir de cette décision, alors qu'il avait été envisagé au contraire une rénovation du magasin !

 

Selon le responsable, cette fermeture se justifie par une question de rentabilité. Il est vrai que les produits « Carrefour » sont dans l'ensemble plus chers que les produits « hard discount » de l'enseigne précédente ; certains clients ont pu s'orienter vers les autres grandes surfaces du secteur…

 

Tout en « déplorant la méthode », David Faucon s'est inquiété du sort réservé au personnel.


 

Sur les sept salariés du magasin, cinq sont reclassés dans des magasins du bassin d'Orléans. Quant aux deux restants, pour des raisons de statut ou de mobilité, leur situation est plus compliquée. Une solution est envisagée dans les services municipaux.

 

 

Un début de solution ?

 

 

Le maire a par ailleurs pris contact avec deux investisseurs. Des études sont en cours, une mise en relation avec le propriétaire du site est initiée. David Faucon se veut optimiste, même si rien n'est acté, les clés décisionnelles restant dans les mains des investisseurs.

Si le dossier aboutit, il s'inscrira dans une réflexion plus large portant sur l'aménagement du site, compte tenu de la présence d'autres magasins, de la proximité de l'Agora et de la ZAC des Capucines.

 

Sourcing: La république du Centre /  © Saran REDACTION

(Affaire à suivre…

Les caddies vont également disparaître du paysage

Les caddies vont également disparaître du paysage

Bourges

Les jours des deux magasins Dia de Bourges sont comptés. Le hard-discounter quittera Bourges le 25 novembre.


C’était une certitude. Début octobre, l'information avait été confirmée par le groupe Carrefour, propriétaire de Dia France via sa filiale Erteco France : les deux magasins Dia berruyers étaient condamnés. Fermetures prévues fin novembre.

Le calendrier se précise. Les enseignes de hard-discount de l’avenue de Saint-Amand et du boulevard de l’Avenir baisseront leur rideau le 25 novembre au soir.

Faute de repreneur, les deux sites, propriétés du groupe Carrefour, laisseront un vide derrière eux.

Quant aux employés – au nombre de huit –, ils continuent d’être reçus par la direction de Carrefour.

Il n'y a pas de repreneur pour le Dia de la place Lorjou à Blois.Le Dia de la place Lorjou, à Blois, fermera définitivement ses portes le mercredi 30 novembre.

Il n'y a pas de repreneur pour le Dia de la place Lorjou à Blois.Le Dia de la place Lorjou, à Blois, fermera définitivement ses portes le mercredi 30 novembre.

Blois

 

Fermeture de Dia : coup dur pour la vie de quartier

     
Il n'y a pas de repreneur pour le Dia de la place Lorjou à Blois.

 

Le supermarché fermera ses portes le mercredi 30 novembre. 


Il n'y a pas de repreneur pour le Dia de la place Lorjou à Blois.


Le supermarché Dia, place Lorjou, fermera définitivement ses portes le 30 novembre.

Les commerçants du quartier redoutent une baisse d’activité.

 


 Pourquoi le supermarché ferme-t-il ? 

 

Le groupe Carrefour avait racheté, en 2014, 756 magasins Dia avec l'intention d'en vendre une centaine jugés insuffisamment rentables (*).

Tout comme ceux de Beaugency, Meung-sur-Loire et Mer, le supermarché de Blois n'a finalement pas trouvé preneur et la décision a été prise de baisser le rideau (NR du 16 novembre).

 


 Que deviendront les salariés ?

 

La communication de Carrefour fait savoir que « six salariés se sont déjà vu proposer une mobilité dans les magasins alentour notamment au Carrefour Market de Vendôme, dans les magasins de Blois ou encore du côté de Plessis-Pâté (Essonne) ».

Sur le plan de l'emploi c'est néanmoins une très mauvaise nouvelle dans un quartier de Blois où le chômage frappe déjà plus durement qu'ailleurs.

 

 En quoi est-ce un coup dur pour la vie de quartier ?

 

Le supermarché Dia était une locomotive sur le plan commercial de ce que l'on a coutume de nommer les quartiers nord de Blois. Il rendait service aux nombreux habitants notamment aux personnes âgées ou celles ne disposant pas de véhicule.

« C'est un commerce de proximité qui, souvent, me dépanne », réagit Michèle, cliente croisée à la sortie du magasin. Cette fermeture devrait profiter au Carrefour Market Blois Chavy situé 1 rue Duguay-Trouin et au Leader Price, 78 rue Michel-Bégon.

 

 Les autres commerçants sont-ils inquiets ?

Oui, très clairement.

 

« C'est très dur pour le quartier, pour les gens qui habitent ici », réagit Ouadah Kasdé, le patron du « Revenez-y », café situé à quelques mètres du Dia. Il « espère » qu'« un repreneur arrivera plus tard ».

 

Les clients qui venaient faire leurs courses chez Dia avaient l'habitude de boire un café chez lui.

« C'est une très mauvaise nouvelle, renchérit Samir Bouguedba, de la Boucherie de l'Europe. Je ne me réjouis jamais quand un commerce ferme ses portes car un commerce qui ferme c'est un bout de vie qui part. » Samir Bouguedba pense que cette fermeture ne boostera pas son commerce, bien au contraire : « Si une grande surface n'y arrive pas, comment voulez-vous que les petits commerces s'en sortent ? »

 (*) Dia a perdu 100 millions d'euros en 2014.

Adrien Planchon

Le magasin est toujours à vendre. Le Groupe Carrefour n’a pas trouvé de repreneur pour le magasin situé avenue de la République.

Le magasin est toujours à vendre. Le Groupe Carrefour n’a pas trouvé de repreneur pour le magasin situé avenue de la République.

Les Andelys : Dia ferme ses portes ce mercredi


Le Groupe Carrefour n’a pas trouvé de repreneur pour le magasin situé avenue de la République.

 


Le magasin est toujours à vendre

 


Ce qui n’était qu’une rumeur depuis plusieurs mois s’est révélé exact. Le magasin Dia, situé avenue de la République, aux Andelys, fermera ses portes ce mercredi. Installé depuis plusieurs années, après la fermeture de ED, le magasin avait été racheté par le groupe Carrefour.

 

Pas de licenciements

 

Le service communication du groupe Carrefour précise que le magasin n’a pas trouvé de repreneur et qu’il fermera définitivement ce mercredi. En ce qui concerne les quatre employés, ils se sont vus proposer un poste dans les magasins Carrefour Market les plus proches : Les Andelys, Aubevoye ou Étrépagny.

Pour l’heure, le magasin est toujours à vendre.

Sourcing: Paris Normandie.fr

Dia,  accélération des fermetures de magasins, peu à peu les lumières s'éteignent, les rideaux se baissent, les parkings se vident laissant des riverains désemparés, des salariés sur le départ, c'est du lien social qui se distend....
Dia,  les lumières s'éteignent, les rideaux se baissent, les parkings se vident, laissant des riverains désemparés, des salariés sur le départ, c'est du lien social qui se distend

Dia, les lumières s'éteignent, les rideaux se baissent, les parkings se vident, laissant des riverains désemparés, des salariés sur le départ, c'est du lien social qui se distend

Partager cet article

Publication @ FO CFP system (BM) @ FO CPF système publication - (BM) - dans InFO Dia - revue de presse Vente de Dia
commenter cet article

commentaires