Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 17:12
Jobs Act : manifestation de Milan pendant la grève générale du 12 décembre 2014. Steve Best (CC BY-NC-SA 2.0)

Jobs Act : manifestation de Milan pendant la grève générale du 12 décembre 2014. Steve Best (CC BY-NC-SA 2.0)

Italie : rejet massif de la réforme constitutionnelle, mais pas seulement

 

Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a annoncé sa démission dans la nuit de dimanche à lundi, après que 59,1% d’italiens ont rejeté la réforme de la constitution.

La centrale syndicale CGIL avait appelé à voter non au référendum. Nul doute que la réforme du travail en vigueur depuis un an et demi n’a pas non plus échappé à la sanction des électeurs.

 

Le chef du gouvernement italien avait annoncé qu’il démissionnerait en cas de victoire du non au référendum sur la réforme constitutionnelle. C’est chose faite.

Celui qui s’était fait investir sur sa volonté affichée de réformer son pays de fond en comble, avec pour ambition de le porter au rang de troisième économie de la zone euro, vient d’être balayé.

 

La réforme constitutionnelle aurait notamment consisté en une réduction des pouvoirs du Sénat qui n’aurait plus eu la capacité de voter la confiance au gouvernement et ne se serait plus prononcé que sur les lois constitutionnelles, la participation de l’Italie à l’Union européenne et la protection des minorités linguistiques.

Le nombre des sénateurs serait tombé de 315 à 100 qui n’auraient plus été élus au suffrage universel direct. La réforme prévoyait également la suppression des provinces (échelon des départements français).

 

Le poids du « Jobs act » dans la balance

 

Si sur les trois organisations syndicales italiennes, la confédération syndicale UIL n’a pas donné de consigne de vote et la CSIL a appelé à voter oui, la CGIL, s’est, elle, engagée dans la campagne pour le non, soulignant le danger que feraient courir aux droits sociaux une telle concentration du pouvoir entre les mains du chef du gouvernement.

De plus, Matteo Renzi ayant mis sa démission dans la balance, une victoire du oui serait apparue comme un plébiscite en faveur de celui qui a aussi porté la réforme du travail en application depuis mars 2015.

 

Le « Jobs act » italien a notamment supprimé l’article 18 du Code du travail italien en vertu duquel un salarié abusivement licencié pouvait être réintégré dans son entreprise s’il le souhaitait.

La réintégration du salarié ne reste possible qu’en cas de discrimination, mais encore faut-il que celui-ci en apporte « la preuve matérielle ».

 

La réforme a également créé un nouveau type de contrat : le CDI « à protection croissante », avec une période d’essai de… trois ans, pendant laquelle l’employeur n’a donc pas à justifier la rupture du contrat.

Les indemnités de licenciement sont croissantes (de 4 à 24 mois de salaire) en fonction de l’ancienneté du salarié dans l’entreprise.

 

Une reprise très fragile

 

Contrairement à ce qu’a prétendu le gouvernement de Matteo Renzi, cette réforme ne règle absolument pas le problème du chômage, dénoncent la CGIL et l’UIL qui avaient appelé à une grève générale pour s’y opposer.

Les organisations syndicales s’attendent à ce que les employeurs cessent d’avoir recours à ce nouveau contrat précaire quand il ne leur donnera plus droit aux exonérations de charges sociales, celles-ci étant prévues pour une période limitée.

Depuis que l’Italie est sortie de la récession en 2014, la reprise reste en réalité très fragile. La croissance devrait être de 0,8% cette année. Mais, selon le FMI, le PIB italien ne retrouvera pas son niveau d’avant la crise avant 2025.

 

C’est donc dans un contexte économique et social particulièrement tendu que s’est nouée la crise politique actuelle.

Signe des temps, pour la première fois depuis vingt ans, les salariés du textile étaient en grève le 18 novembre dernier, à l’appel de leurs fédérations CGIL, UIL et CISL pour obtenir le renouvellement de leur convention collective nationale et des augmentations de salaires.

Sourcing: FO Hebdo

Italie : rejet massif de la réforme constitutionnelle, mais pas seulement

Voir aussi :

http://www.force-ouvriere.fr/italie-une-loi-travail-qui-detruit-le-cdi-et-ne-cree-pas-d

Italie : rejet massif de la réforme constitutionnelle, mais pas seulement

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF système publication - (BM) - dans InFO Dia - Social InFO Dia - revue de presse Actu sociale
commenter cet article

commentaires