Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 14:46
Le transfert conventionnel « made in loi Travail » confronté au principe d’égalité de traitement 
Le transfert conventionnel « made in loi Travail » confronté au principe d’égalité de traitement 

Le transfert conventionnel « made in loi Travail » confronté au principe d’égalité de traitement 

Le transfert conventionnel « made in loi Travail » confronté au principe d’égalité de traitement 

 


La Cour de cassation (Cass. soc., 4-1-17, n°16-40243) a refusé de transmettre une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) au Conseil constitutionnel sur la question de l’égalité de traitement au sujet de l’application de l'article L 1224-3-2 du code du travail, dans sa rédaction issue de la loi « Travail » du 8 août 2016.

 

 

 

Ce nouvel article énonce que :

 

" Lorsque les contrats de travail sont, en application d’un accord de branche étendu, poursuivis entre deux entreprises prestataires se succédant sur un même site, les salariés employés sur d’autres sites de l’entreprise nouvellement prestataire et auprès de laquelle les contrats de travail sont poursuivis ne peuvent invoquer utilement les différences de rémunération résultant d’avantages obtenus avant cette poursuite avec les salariés dont les contrats de travail ont été poursuivis".

 

 

Cet article vise donc l’hypothèse des salariés transférés conventionnellement à la suite de la perte d’un marché de services.

 

 

Jusqu’alors, la jurisprudence estimait, en toute logique, que dans le cadre d’un transfert conventionnel faisant suite à la perte d’un marché de services, les salariés du nouveau prestataire accomplissant le même travail sur le même chantier, pouvaient revendiquer l’application du principe d’égalité de traitement (Cass. soc., 15-1-14, n°12-25402, Cass. soc., 16-9-15, n°13-26788).

 

 

La loi « Travail » fait obstacle à cette jurisprudence en refusant d’appliquer le principe d’égalité de traitement en cas de poursuite des contrats de travail entre deux entreprises prestataires se succédant sur un même site, en application d’un accord de branche étendu.

 

La question se pose de savoir si l’article L 1224-3-2 du code du travail est conforme à la Constitution, et plus particulièrement au principe d’égalité.

 

En effet, cette disposition autorise l’employeur, dans le cadre d’un transfert conventionnel faisant suite à la perte d’un marché de services, à pratiquer une différence de traitement entre ses salariés.

 

Le nouvel article L 1224-3-2 du code du travail empêche les salariés employés sur d’autres sites de l’entreprise nouvellement prestataire d’invoquer utilement les différences de rémunération résultant d’avantages obtenus avant cette poursuite avec les salariés dont les contrats de travail ont été poursuivis.

 

Pour qu’une telle disposition soit conforme à la Constitution encore faut-il pouvoir justifier en quoi l’atteinte au principe d’égalité répond à un motif d’intérêt général.

Cela semble extrêmement périlleux à démontrer…

 

En l’espèce, quinze salariés ont saisi le conseil de prud’hommes, afin d’obtenir le paiement de primes ou avantages particuliers accordés par leur employeur à certains de ses salariés affectés sur d’autres sites, dont les contrats de travail ont été transférés en vertu d’un accord de branche prévoyant une garantie d’emploi en cas de perte de marché.

 

Les salariés ont demandé que soit transmise à la Cour de cassation une question prioritaire de constitutionnalité ainsi rédigée :

 

 

Dans sa rédaction actuelle, l’article L. 1224-3-2 du code du travail, qui ne définit pas, d’une part, la notion de site et d’autre part qui adopte la terminologie suivante : ne peuvent invoquer utilement une différence de rémunération ne porte-t-il pas atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution que sont le principe d’égalité, la sécurité juridique et n’est-il pas dépourvu de toute portée normative dans la mesure où il ne mentionne pas clairement l’impossibilité qui est faite aux salariés victimes d’inégalités de faire valoir leurs droits et qu’il apparaît traiter différemment des salariés placés pourtant dans une situation identique sans répondre à un objectif d’intérêt général ?

 

 

Ainsi, la QPC déposée était fondée sur deux griefs :

 

 

une violation du principe d’égalité non motivée par un motif d’intérêt général ;
une atteinte au principe de sécurité juridique résultant de l’imprécision des termes employés.


La Cour de cassation a rejeté la QPC, dans la mesure où, pour des raisons procédurales, cette QPC ne pouvait être renvoyée au Conseil constitutionnel.

 

Le renvoi devant le Conseil constitutionnel impose de vérifier, avant tout examen au fond, que le texte critiqué est bien applicable au litige. Or, tel n’était pas le cas, en l’espèce.

 

La Cour de cassation a relevé que la question ne présentait pas un caractère sérieux, dans la mesure où le texte en question était inapplicable au litige, l’article L 1224-3-2 du code du travail ne s’appliquant qu’au transfert conventionnel ayant lieu à partir du 10 août 2016.

 

La question de la violation de l’égalité de traitement par l’article L 1224-3-2 reste donc totalement ouverte…

 

SECTEUR JURIDIQUE

 

Documents joints ci dessous

Veille Juridique du 9 au 13 janvier 2017
13 JANVIER PDF822.4 KO

Documents joints ci dessus Veille Juridique du 9 au 13 janvier 2017 13 JANVIER PDF822.4 KO

La question de la violation de l’égalité de traitement par l’article L 1224-3-2 reste donc totalement ouverte…

La question de la violation de l’égalité de traitement par l’article L 1224-3-2 reste donc totalement ouverte…

Le transfert conventionnel « made in loi Travail » confronté au principe d’égalité de traitement 

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Juri InFO JuriInFO InFO Dia - Juri InFO
commenter cet article

commentaires