Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 10:56
Amiante chrysotile : la CSI appelle à en limiter le commerce
Amiante chrysotile : la CSI appelle à en limiter le commerce
Amiante chrysotile : la CSI appelle à en limiter le commerce

Amiante chrysotile : la CSI appelle à en limiter le commerce

 


L’amiante chrysotile, réputé pour être —moins— nocif que les autres amiantes —à condition d’y être modérément exposé— continue d’être produit et exporté à travers le monde, notamment vers les pays en développement.

 

La Confédération syndicale internationale lance un signal d’alarme à la veille de la conférence de Rotterdam sur le commerce international des substances dangereuses, qui va débuter le 24 avril à Genève.

 

 

L’augmentation spectaculaire de la production et du commerce des produits chimiques au cours des trois dernières décennies est telle que la population ainsi que les pouvoirs publics se préoccupent des risques potentiels posés par les substances chimiques et pesticides dangereux.

 

Les pays qui ne possèdent pas l’infrastructure nécessaire pour surveiller les importations et les utilisations de ces produits chimiques sont particulièrement exposés à ces risques.

 

 

Tel est le constat, inscrit dans son préambule, qui a motivé la convention de Rotterdam ratifiée par 157 pays et entrée en vigueur en 2004, sous l’impulsion de deux agences de l’ONU, le PNUD (Programme des Nations Unies pour l’environnement) et la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture).

 

 

L’amiante chrysotile n’est pas sur la liste des substances dangereuses de la Convention de Rotterdam

 

 

Cette convention dresse la liste de produits chimiques interdits ou strictement réglementés et des préparations pesticides extrêmement dangereuses qu’un pays peut refuser de recevoir sur son territoire, soit parce qu’il les juge trop dangereux en soi, soit parce qu’il n’est pas en mesure d’en gérer la dangerosité en toute sécurité.

 

Mais l’amiante chrysotile ne figure pas dans cette liste, contrairement aux cinq autres formes du minerai (actinolites, anthophyllite, amosite, crocidolite et trémolite).

 

Sa production continue de fournir des centaines de milliers d’emplois sur la planète, notamment en Russie, au Zimbabwe et au Kazakhstan.

 

L’amiante chrysotile est-il moins dangereux que les autres ?

 

 

Il existe deux groupes de fibres d’amiante : les amphiboles et les serpentines dont fait partie l’amiante chrysotile.

 

 

Alors que les fibres d’amphiboles sont en forme de flèches qui pénètrent et restent dans les poumons après aspiration, le chrysotile se révélerait selon des experts moins dangereux car, du fait de sa structure plus bouclée, elle serait en partie arrêtée dans les fosses nasales et la trachée et resterait moins longtemps dans les poumons, l’organisme l’éliminant plus facilement.

 

 

Mais de nombreux autres experts ne partagent pas ces conclusions.

 

En 2006, l’Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) expliquait : toutes les variétés d’amiante sont cancérogènes. Les scientifiques n’ont plus aucun doute sur la cancérogénicité du chrysotile même si les variétés amphiboles ont un potentiel cancérogène encore plus élevé.

 

La majorité de l’amiante utilisé en France provenait du Canada [Depuis les dernières mines d’amiante du Canda ont fermé, en 2012, Ndlr]. Lorsqu’on regarde le chiffre des malades et les prévisions concernant les décès en France, on peut avoir de très gros doutes sur la moindre nocivité du chrysotile.

 

 

« A condition de ne pas y être durablement et intensivement exposé »…

 

 

De plus, même les partisans de la moindre dangerosité du chrysotile considèrent qu’elle ne reste garantie qu’à condition de ne pas y être durablement et intensivement exposé, comme l’a reconnu il y a déjà plusieurs années l’Institut du Chrysolite (IC), pourtant favorable à la poursuite de son commerce.

 

Il suffit de tenir compte des conditions de travail et de l’état de la liberté syndicale, tant dans des pays producteurs, comme la Russie, la Chine, l’Inde, le Zimbabwe, que dans des pays importateurs comme le Pakistan, l’Indonésie, la Thaïlande, pour mesurer les limites de cet argument.

 

Les pays exportateurs sont minoritaires mais ont droit de veto

 

 

Pour la CSI, il faut donc limiter d’urgence le commerce et donc la production de cette forme d’amiante comme des autres.

L’amiante, en particulier le chrysotile, est l’un des produits les plus mortels de tous les temps dans l’industrie.

 

Il tue des dizaines de milliers de personnes chaque année, et il est scandaleux de constater que plus d’une centaine de millions d’individus sont toujours exposés à l’amiante chrysotile. Placer cette substance sur la liste de Rotterdam constitue une étape importante pour protéger les personnes qui y sont de plus en plus exposées, surtout dans les pays en développement, a déclaré la secrétaire générale de la CSI, Sharan Burrow.

 

 

Mais pour l’instant, le mode de fonctionnement de la convention ne le permet pas, puisque qu’un pays peut bloquer à lui tout seul l’ajout d’une substance à la liste, un consensus de tous étant requis pour pourvoir le faire. Un système dont les pays exportateurs d’amiante chrysotile font bon usage, alors qu’ils représentent une minorité des adhérents à la Convention.

 

 

La CSI a donc décidé de soutenir la proposition de 12 gouvernements africains d’autoriser un vote majoritaire à 75% lorsqu’un consensus est impossible à obtenir et demandé aux gouvernements de soutenir ce changement de vote pour soutenir l’inscription du chrysotile dans la liste des produits dangereux.

 

Sourcing:   FO Hebdo /  EVELYNE SALAMERO

Amiante chrysotile : la CSI appelle à en limiter le commerce
Amiante chrysotile : la CSI appelle à en limiter le commerce

L'amiante (nom masculin) ou « asbeste » en vieux français, est un terme désignant certains minéraux à texture fibreuse utilisés dans l'industrie.

 

Ce sont des silicates magnésiens ou calciques ayant des propriétés réfractaires.

Amiante chrysotile : la CSI appelle à en limiter le commerce

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social
commenter cet article

commentaires