Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 22:11
Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)

Dernière mise à jour: 31 mai 2017

Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)
Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)

     
Le risque professionnel est strictement encadré par le Code du Travail (Art L.4121-1 à 3).

De ce fait la conception et réalisation d’un DUERP est obligatoire pour l’employeur dès le premier salarié (décret n°2001-1016).

Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)
Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)
Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)

 📕InFO CHSCT

 


Tous les ans, les employeurs publics ou privés ont l’obligation de fournir pour avis et vote aux représentants du CHSCT – Comité d’Hygiène Sécurité et Conditions de Travail –  📕  un rapport annuel écrit 📕  faisant le bilan de la situation générale de la santé, de la sécurité et des conditions de travail et un programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail.

 


De plus, l’employeur a l’obligation de mettre en place et tenir à jour un  🔺 DUERP 🔺 – Document Unique relatif à l’Évaluation des Risques Professionnels – pour la prévention de la santé et la sécurité des salariés.

 


Dispositions législatives

 


Les principales dispositions législatives et réglementaires qui déterminent le rapport faisant le bilan de l’hygiène, de la sécurité et des conditions de travail et le programme annuel de prévention et le document unique d’évaluation du CHSCT sont :

 

 

  • - Articles L4612-16 à 18 du Code du Travail sur le rapport annuel écrit faisant le bilan de la situation générale de la santé, de la sécurité et des conditions de travail et le programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail


  • - Articles L4121-1 à 5 du Code du travail sur les obligations des employeurs et la liste détaillée des mesures devant être prises au cours de l’année à venir pour satisfaire aux principes généraux de prévention.


  • - Articles R4612-7 à 9 du Code du Travail sur le contenu et l’avis du CHSCT du programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail


  • - Articles D4624-37 à 41 du Code du Travail sur la fiche d’entreprise du médecin du travail qui est présentée au CHSCT


  • - Articles R4121-1 à 4 du Code du Travail sur le document unique d’évaluation des risques


  • - Article R4741-1 du Code du Travail sur les sanctions de l’employeur en cas de non réalisation du document unique d’évaluation des risques


  • - Arrêté du 12 décembre 1985 précisant les informations devant figurer au rapport faisant le bilan de l’hygiène, de la sécurité et des conditions de travail


  • - Arrêté du 26 décembre 1989 précisant les informations devant figurer au rapport faisant le bilan de l’hygiène, de la sécurité et des conditions de travail dans la fonction publique hospitalière


  • - Décret 2001-1016 du 5 novembre 2001 portant création d’un document relatif à l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs.


  • - Décret 2014-1158 du 9 octobre 2014 relatif au document unique d’évaluation des risques et aux accords en faveur de la prévention de la pénibilité


  • - Décret 2014-1159 du 9 octobre 2014 relatif à l’exposition des travailleurs à certains facteurs de risque professionnel au-delà de certains seuils de pénibilité et à sa traçabilité

  • - Décret 2014-1160 du 9 octobre 2014 relatif aux accords en faveur de la prévention de la pénibilité


 

Les décisions de la jurisprudence

 


- Arrêt N°13-15470 de la Cour de Cassation du 8 juillet 2014 précisant que l’employeur est tenu d’évaluer dans son entreprise les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs et de transcrire les résultats dans un document unique même en l’absence de risque avéré dans l’entreprise


La consultation du CHSCT sur le rapport faisant bilan de l’hygiène et le programme annuel de prévention


Au moins une fois par an, l’employeur a l’obligation de présenter aux membres du CHSCT :

 


- un rapport écrit faisant le bilan de la situation générale de l’hygiène, de la sécurité et des conditions de travail qui indique les actions ayant contribué, au cours de l’année écoulée, à la protection de la santé, de la sécurité et à l’amélioration des conditions de travail des salariés


- un programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail.


 - L’article R4614-4 du Code du Travail précise que le rapport faisant bilan de l’hygiène et le programme annuel de prévention sont conservés dans l’établissement et tenus à la disposition de l’inspecteur du travail, du médecin inspecteur du travail et des agents des services prévention des CRAM.


Le rapport écrit faisant le bilan de l’hygiène sécurité et conditions de travail

 


Le rapport écrit faisant le bilan de la situation générale de l’hygiène, de la sécurité et des conditions de travail est présenté annuellement aux membres du CHSCT.

L’arrêté du 12 décembre 1985 indique les informations et les indicateurs devant figurer dans le rapport.

 


Le rapport faisant le bilan doit contenir, entre autres :

 


- la présentation de l’établissement, son identification et sa raison sociale, son adresse et son activité économique, le Code A.P.E. et le numéro de SIRET, le nombre de CHSCT de l’établissement, la nature de l’activité dans le secteur couvert par le CHSCT

 

  • - l’effectif moyen mensuel des salariés, le nombre d’embauches au cours de l’année


  • - les principaux indicateurs de la santé des salariés : les accidents du travail et les maladies professionnelles survenus dans l’établissement, le nombre d’accidents de trajet, les taux de fréquence et de gravité

  • - l’organisation et contenu du travail de l’établissement : les effectifs des salariés travaillant en équipe, la nuit, en fin de semaine, ceux dont la rémunération est liée au rendement,…


Le programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail doit préciser toutes les mesures de prévention et de sécurité à réaliser dans l’établissement.


Ce programme fixe la liste détaillée des mesures devant être prises au cours de l’année à venir, ainsi que, pour chaque mesure, ses conditions d’exécution et l’estimation de son coût.


Les membres du CHSCT peuvent demandées à l’employeur d’ajouter des mesures pour améliorer la prévention des risques professionnels et les conditions de travail des salariés.


Lorsque certaines des mesures prévues par l’employeur ou demandées par le CHSCT n’ont pas été prises au cours de l’année concernée par le programme, l’employeur doit énoncer les motifs de cette inexécution, en annexe au rapport annuel.

 


Le DUERP – Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels

 


Le Décret 2001-1016 du 5 novembre 2001 a mis en place l’obligation faite aux employeur de mettre en œuvre un DUERP – Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels.

 


Ainsi, l’employeur doit transcrire et mettre à jour dans un document unique les résultats de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs.


La mise à jour du document unique d’évaluation des risques est réalisée :

 

  • - Au moins chaque année ;

  • - Lors de toute décision d’aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail

  • - Lorsqu’une information supplémentaire intéressant l’évaluation d’un risque dans une unité de travail est recueillie.


Le fait de ne pas transcrire ou de ne pas mettre à jour les résultats de l’évaluation des risques est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 5ème classe, soit 1 500 €.


Le DUERP est présenté et tenu à la disposition des membres du CHSCT ou des instances, des délégués du personnel ou, à défaut, des personnes soumises à un risque pour leur sécurité ou leur santé, ainsi que du médecin du travail.


Il est également tenu, sur leur demande, à la disposition de l’inspecteur ou du contrôleur du travail ou des agents des services de prévention des organismes de sécurité sociale.


La réalisation du DUE s’ajoute à l’obligation des employeurs de mettre en place des fiches de prévention des risques professionnels pour les salariés.

Cette disposition, applicable depuis le 1er février 2012, est à la charge des employeurs au titre de la prévention de la pénibilité des salariés au travail.


L’article 60 de la Loi 2010-1331 portant réforme des retraites a instauré, par les employeurs publics et privés, une fiche de prévention des risques professionnels pour les salariés du secteur public et privé.


La consultation du CHSCT sur le rapport annuel et le programme de prévention

 


Le rapport écrit faisant le bilan de la situation générale de l’hygiène, de la sécurité et des conditions de travail et le programme annuel de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail sont soumis, par l’employeur, à la consultation et au vote des représentants du CHSCT au moins une fois par an.

 


Les représentants du CHSCT émettent un avis et un vote sur le rapport et sur le programme annuel de prévention. Ils peuvent proposer un ordre de priorité et l’adoption de mesures supplémentaires.

 


L’employeur doit transmettre pour information le rapport et le programme annuels au Comité d’entreprise ou au CTE – Comité Technique d’Établissement – accompagnés de l’avis du CHSCT.


L’article L4612-17 du Code du Travail prévoit que le procès-verbal de la réunion du CHSCT consacrée à l’examen du rapport et du programme doit être jointe à toute demande présentée par l’employeur en vue d’obtenir des marchés publics, des participations publiques, des subventions, des primes de toute nature ou des avantages sociaux ou fiscaux.


La fiche d’entreprise et le rapport d’activité du médecin du travail


Pour chaque entreprise ou établissement, le médecin du travail établit et met à jour une fiche d’entreprise ou d’établissement sur laquelle figurent, notamment, les risques professionnels et les effectifs de salariés qui y sont exposés.


La fiche d’entreprise est transmise à l’employeur et est présentée au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail en même temps que le bilan annuel.


Le médecin du travail doit établir un rapport annuel d’activité pour les entreprises dont il a la charge.


Dans les entreprises ou établissements de plus de 300 cents salariés, le médecin du travail établit un rapport annuel d’activité propre à l’entreprise.

Ce rapport est transmis au comité d’entreprise ainsi qu’au CHSCT – comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

 

Publication FO CPF, coordination des IRP, et service juridique

 

Remerciements:    J. Noldin, pour la compilation et la transmission des informations

 

Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)
Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)

🤔    Réponse à une question: 

 


👍    Les conditions de travail des salariés d'un sous-traitant, ça regarde le CHSCT du donneur d'ordre.

 


Le CHSCT est compétent pour exercer ses prérogatives à l'égard de toute personne placée à quelque titre que ce soit sous l'autorité de l'employeur. 

 


A ce titre, il peut intervenir au profit des salariés d'une entreprise sous-traitante.

 

En l'espèce,


"Une SS2I, exploitant à Cherbourg une activité dénommée Help Desk d'assistance informatique destinée aux utilisateurs de la société Areva confie à un prestataire, spécialisé dans le support aux utilisateurs finaux, le soin d’assurer cette assistance.


Suite au dépôt d’un rapport d’expertise, le CHSCT de la SS2I décide d’agir devant le tribunal de grande instance.

 


Il agit contre la SS2I et le prestataire afin d'obtenir la suspension des objectifs fixés aux salariés du Help Desk en termes de taux de décroché, de résolution et d'intervention, ainsi que la modification des espaces de travail.

 


Le prestataire conteste la recevabilité de cette action.

 

Il fait valoir qu’il n'entre pas dans la cadre de la mission d’un CHSCT de veiller à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité des travailleurs d'une entreprise sous-traitante lorsque ces derniers ne sont pas placés sous l'autorité de la société donneuse d'ordre.

Il aurait donc fallu vérifier que les salariés affectés au Help Desk étaient passés sous la subordination de la SS2I donneuse d’ordre.

 


Pour les juges, une partie de l’argument est en soi valable.

 

D’ailleurs, comme ils le précisent pour la première fois en des termes très généraux, "le CHSCT est compétent, pour exercer ses prérogatives, à l'égard de toute personne placée à quelque titre que ce soit sous l'autorité de l'employeur".


En revanche, pas besoin d’aller rechercher le moindre lien de subordination entre les salariés du sous-traitant et l’entreprise donneuse d’ordre, une autorité de fait suffit.

 


Or, dans cette affaire, les salariés du prestataire exerçaient largement sous le contrôle du personnel d'encadrement de la SS2I présent sur le site. Dans les faits, ils étaient soumis à l’autorité de la SS2I.

 


👍   Le CHSCT était donc "recevable à agir à l'encontre de ces deux sociétés afin d'obtenir, au sein du site de Cherbourg relevant de son périmètre d'implantation, le respect de leurs obligations légales en matière de prévention des risques professionnels".

 


Sourcing: Frédéric Aouate, rédacteur en chef du Guide CHSCT des Editions Législatives formateur pour ELEGIA Cass. soc., 7 déc. 2016    Num: 15/16/769

 


https://www.legifrance.gouv.

Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)
Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)
Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)
Chsct, CQFS   (petit guide juri-lexical à utiliser sans modération)

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia IRP Juri InFO JuriInFO InFO Dia - Juri InFO
commenter cet article

commentaires