Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 22:05
Macron rattrapé par sa propre loi
Emmanuel Macron lors de la passation de pouvoir, à l' Elysée, le 14 mai. Photo Laurent Troude pour Libération  

Emmanuel Macron lors de la passation de pouvoir, à l' Elysée, le 14 mai. Photo Laurent Troude pour Libération  

Plans sociaux

 

 

Les plans sociaux à la moulinette de la Loi Macron

 

 

Macron rattrapé par sa propre loi

 



Depuis 2015, les groupes ne sont plus tenus de payer les plans sociaux de leurs filiales. Facilitant la casse sociale.

 

  
Serait-ce sa position, en queue de peloton ?

 

L’article 101 de la loi dite Macron, sur la croissance, n’est pas celui qui a le plus focalisé l’attention lors de son adoption durant l’été 2015. Aujourd’hui, il se retrouve pourtant en pleine lumière à l’occasion des plans sociaux qui se profilent chez Tati, ou encore Vivarte.

 

Et pour cause, désormais, ces plans seront examinés par le ministère du Travail «au regard des moyens dont dispose l’entreprise».

 

Un détail technique ? Pas vraiment.

 

Auparavant, les plans de licenciements étaient scrutés à l’aune des moyens dont dispose non seulement la société qui la met en œuvre, mais aussi sa maison mère, s’il s’agit d’une filiale. En clair, l’objectif était d’éviter qu’une entreprise qui supprime des emplois argue de son absence de moyens pour les financer.

 

Alors que son actionnaire est capable de payer les indemnités de licenciement et les mesures d’accompagnement comme l’aide à la recherche d’emploi ou le reclassement.

 

 

C’en est désormais terminé de cette possibilité d’aller chercher l’argent à l’étage supérieur. Ainsi, pour le réseau de magasins de prêt-à-porter Tati, le coût de la suppression de 600 emplois pourrait atteindre 6 millions d’euros. L’entreprise ne les a pas.

 

Il n’est pas question pour autant de les demander à Eram, propriétaire de Tati. Cette manière d’installer une barrière étanche entre une entreprise et sa filiale pourrait inciter les grands groupes à laisser péricliter des activités en les isolant dans une structure distincte.

 

 

Dès lors que des licenciements interviennent, notamment après un dépôt de bilan, qui paiera les indemnités ?

 

Si l’entreprise n’a plus un sou vaillant en caisse, le plan social sera pris en charge par la collectivité. En l’occurrence l’assurance de garantie des salaires (AGS) financée par une cotisation patronale payée par toutes les entreprises.

 

Cette perspective ne fait pas que des heureux. Confronté au quotidien des plans sociaux, un administrateur judiciaire de la région parisienne n’y va pas par quatre chemins : «Cette disposition de la loi Macron pose un problème.

 

Je ne vois pas pourquoi on n’irait pas chercher le financement d’un plan social dans les caisses de la maison mère.» Son confrère Christian Caviglioli tempère : «Avec le système précédent, la maison mère pouvait être emportée par les déboires de sa filiale.»

 

 

Fiodor Rilov, avocat des salariés de Vivarte et de Whirlpool, voit une volonté des groupes d’orchestrer des licenciements avec des indemnités «au ras des pâquerettes».

 

Pour ce pourfendeur des plans sociaux, «cette disposition de la loi Macron est née de la volonté d’offrir aux grands groupes internationaux un kit qui leur permet de licencier sans frais». 

 

Sourcing:   Libération.fr / Franck Bouaziz

Macron rattrapé par sa propre loi
Macron rattrapé par sa propre loi

NDR / BM

 

Il est indéniable que les premiers pas du gouvernement se font sur les traces de l'ancien et que ce gouvernement ci apparaît clairement comme ce qu’il est : martial et en guerre contre le code du travail, et les droits des salariés.

 

BM

Macron rattrapé par sa propre loi

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social
commenter cet article

commentaires