Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 18:36
Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»
McDo Londres - Photo Ben Stansall. AFP

McDo Londres - Photo Ben Stansall. AFP

EMPLOI / CONTRAT DE TRAVAIL

Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»

Au Royaume-Uni, McDO  emploie 90% de ses employés avec des «zero-hour contracts».  

Le nombre de Britanniques déclarant être employés dans le cadre d'un contrat sans garantie horaire et sans salaire minimum a augmenté de 20% en un an

 Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»

Travailleurs pauvres ou chômage de masse ?

Persuadé que la première solution était celle du moindre mal, le Royaume-Uni a, depuis longtemps, mis le paquet sur les zero-hour contracts, littéralement les «contrats zéro heure».

C’est le travailliste Tony Blair qui a instauré ce système. Son successeur Gordon Brown l’a conservé, David Cameron l’a généralisé.

Passage obligé en temps de crise selon ses promoteurs, le zero-hour contract devait contribuer au rétablissement de la compétitivité des entreprises. Il a surtout développé une nouvelle catégorie de salariat dans un des pays les plus riches du monde : des travailleurs pauvres.

Certes, le Royaume-Uni peut se vanter d’une forte baisse de son taux de chômage, passé de près de 9% en 2008 à moins de 5,3% aujourd’hui. Mais le mouvement de forte précarisation de son marché du travail entamé il y a plusieurs années ne cesse de s’aggraver.

Le nombre de contrats à «zéro heure», qui ne garantissent aucun travail fixe au signataire, a progressé de 20% en un an. Il y en avait officiellement 744 000 entre avril et juin, contre 624 000 à la même période en 2014, selon les données publiées mercredi par l’Office national des statistiques (ONS).

Personne ne refuse

Pour rappel, ces contrats sont une disposition législative qui permet d’«embaucher» un salarié aux conditions suivantes : il doit se tenir à disposition de l’entreprise en permanence, qui l’emploiera une heure, dix heures ou pas du tout dans le mois, selon les besoins de l’entreprise. Ils sont particulièrement répandus dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, des services aux personnes et de l’éducation.

La palme de ce type de contrats au Royaume-Uni revient à McDonald’s qui emploie près de 90% de ses salariés grâce à des zero-hour contrats. Certes, ils peuvent refuser de travailler une heure ou deux. Mais les résultats des enquêtes sont formels : personne ne dit non, de peur de ne plus se voir proposer la moindre heure de travail.

Ce qui au départ devait permettre aux étudiants ou aux retraités de travailler quelques heures pour améliorer leur quotidien prend des proportions de plus en plus importantes outre-Manche.

Le Royaume-Uni serait, selon les détracteurs de ce type de contrats, à la pointe avancée des pays riches où le nombre de travailleurs pauvres est en forte hausse. Ce qui permet d’afficher une baisse du chômage tout en rendant toujours plus difficiles les comparaisons avec d’autres pays au niveau de vie comparable (comme la France).

Masquer la réalité

Si l’Office national des statistiques pointe la forte hausse de ces contrats ultra-flexibles, ses experts révèlent aussi que la plupart des bénéficiaires en signent au minimum deux. Le nombre de «contrats zéro heure» sur le marché du travail dépasse en réalité le 1,5 million, soit l’équivalent d’un peu plus de 4% de l’emploi total.

Pendant la campagne électorale, à la veille des élections générales du 7 mai, Ed Miliband, le chef du Parti travailliste, estimait que ces contrats symbolisaient à eux seuls le dérèglement économique et social du pays. «C’est une épidémie et nous allons y mettre fin, avait-il déclaré. 

Ce contrat affaiblit le niveau de vie de la population et compromet la vie de famille. Parce que si vous ne savez pas le nombre d’heures que vous allez effectuer d’un jour à l’autre, comment pouvez-vous être en sécurité, vous et votre famille ?» Pas de quoi remporter les élections.

En attendant, voici comment (entre autres) le Premier ministre conservateur David Cameron peut afficher un taux de chômage de 5,3% et cacher ces 10% % de Britanniques qui ont un travail mais ne peuvent en vivre.

Sourcing:     Liberation.fr / Vittorio De Filippis

 

Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social SOCIETE InFO Dia - revue de presse Actu sociale
commenter cet article

commentaires