Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 18:59
Aide au développement oui, aide aux multinationales non, explique FO

MISE AU POINT


Aide au développement oui, aide aux multinationales non, explique FO

 

Photo, © Sven Torfinn/PANOS-REA


L’aide publique au développement a toujours été un enjeu important pour le mouvement syndical international, qui entend veiller à ce qu’elle cible le développement économique et social à long terme.

 

Et rien d’autre.

 

Consacrer 0,7 % de leur richesse nationale au développement des pays pauvres : tel est l’objectif que se sont fixé les dirigeants des pays développés lors d’une assemblée générale de l’ONU voilà… quarante-sept ans.

 

De source OCDE, l’aide publique au développement (APD) provenant des 29 pays membres de son comité d’aide au développement ne représente toujours en moyenne que 0,32 % du revenu national brut. Et si son volume a progressé dans la majorité des pays donneurs, doublant au total depuis 2000, il convient toutefois de relativiser ce résultat dans la mesure où les chiffres incluent l’aide ponctuelle consacrée aux réfugiés.

 

Pour le mouvement syndical international, l’aide humanitaire immédiate ne doit pas être comptabilisée comme un élément de l’aide au développement.

 

Une préoccupation exprimée par FO au sein du CNDSI (Conseil national pour le développement et la solidarité internationale), dont le groupe de travail relatif aux migrations et au développement a souligné la nécessité de veiller à ce que les budgets d’aide au développement ne soient pas détournés pour soutenir les interventions d’urgence à court terme.

 

 

Respect des normes sociales et environnementales

 

Quand on parle d’aide au développement, il faut avant tout se mettre d’accord sur ce que l’on entend par là, explique Andrée Thomas, secrétaire confédérale chargée du secteur international, soulignant aussi : L’aide au développement ne doit pas devenir une manne pour les multinationales, pour les aider à accroître leurs profits.

 

 

 

Toute la difficulté consiste notamment à empêcher que l’aide publique au développement soit utilisée dans l’objectif de créer de nouveaux marchés juteux pour les multinationales, profitant d’un faible coût du travail, sans respect des normes sociales et environnementales notamment.

 

Pour FO, explique la secrétaire confédérale, les projets doivent surtout s’inscrire dans la réalisation des objectifs de développement durable de l’ONU, en particulier le huitième, à savoir l’accès à des emplois décents.

 

FO revendique aussi que l’aide au développement reste publique dans son contrôle et son suivi. 

 

La conférence internationale d’Addis-Abeba, en juillet 2015, a mis l’accent sur la nécessité de développer des financements innovants, parmi lesquels les partenariats public-privé, une façon de masquer le désengagement des États, dénonce FO.

 

Enfin, l’aide passe plus par des prêts que par des dons. Des prêts qui, s’ils sont « concessionnels », à savoir inférieurs d’au moins 25 % au taux du marché, n’en restent pas moins une source d’endettement. 

 

 

Focus :    L’ambition française tiendra-t-elle ses promesses ? 


Le gouvernement a annoncé en juillet que le budget de l’aide publique au développement (APD) sera lui aussi amputé, de 140 millions, en 2017.

 

Il faut espérer que les décisions budgétaires des années suivantes répondront mieux à l’engagement réaffirmé du président de mettre la France en position d’atteindre l’objectif onusien de 0,7 % en 2030…

 

En 2012, le pays avait été condamné pour en être trop éloigné et pour la part trop importante des prêts dans son aide publique.

 

En 2016 encore, l’APD française a consisté en 84 % de prêts et 11 % de dons et subventions.

 

 

Sourcing:   EVELYNE SALAMERO, in FO Hebdo

Aide au développement oui, aide aux multinationales non, explique FO
Aide au développement oui, aide aux multinationales non, explique FO

Partager cet article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE Actu sociale
commenter cet article

commentaires