Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif -Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire valoir et partager nos expériences au service des salariés de CPF, ex Dia devenue ERTECO.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF système publication - (BM)
  • Recherche, Analyse, Communication, Information Expressions syndicales et sociales.
Publication @ FO CPF système
  • Recherche, Analyse, Communication, Information Expressions syndicales et sociales. Publication @ FO CPF système

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Blog-master se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire

dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et

règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs

Pages Du Blog-Note Informatif

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,  et ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleur compréhension.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

CONTACT REGION

NADINE (Paris & IDF, région Centre) 06 36 97 10 40

NATHALIE (UD FO 62 ) 06 30 60 74 70

SOFYANE ( Rhin Rhône - Est ) 06 61 50 67 96

ERIC ( Centre & Centre Ouest) 06 85 15 20 73

Délégué Syndical Central, Cyril 06 25 56 84 86

Sandrine, Secrétaire CE Paris Région Centre 06 98 43 61 93

/ / /
« Ce qui manque à l’ouvrier, c’est la science de son malheur. »
« Ce qui manque à l’ouvrier, c’est la science de son malheur. »

II y a cinquante-deux ans (le 13 mars 1901), que Fernand Pelloutier mourait prématurément, emporté par un mal qui minait inexorablement son corps frêle et auquel son esprit intact livrait un combat sans espoir.

Après sa disparition seulement les travailleurs ont mesuré véritablement sa portée humaine.


En effet, lorsque nous feuilletons les pages de l’histoire du mouvement syndical qui évoquent le réveil de la conscience ouvrière et des actions revendicatives du passé, alors la physionomie révolutionnaire de Pelloutier apparaît dans toute sa grandeur et son émouvante simplicité.


Très jeune, il découvrit les iniquités sociales dont les travailleurs étaient victimes, et se joignit à Guesde, à Vaillant pour organiser le prolétariat et lui donner des moyens de se défendre contr
e les abus exorbitants du patronat.

Avec une détermination lucide et une passion exaltante, Fernand Pelloutier se jeta dans la bataille. Rien ne lui manquait : ni la vigueur de l’intelligence ni le courage ni la persévérance pour atteindre le premier but : éclairer, instruire, puis grouper les travailleurs dans des associations, car nombreux et unis, ils pourraient lutter avec plus d’efficacité pour une condition de vie meilleure et juste.


Son ardeur et son action ne furent pas vains : il fonda la Bourse du Travail, qui signifie une révolution dans le développement de la conscience ouvrière. Pour que les travailleurs puissent entreprendre des combats sociaux, une éducation de la science économique leur était indispensable, car il ne cessa de répéter penda
nt toute sa vie :

« Ce qui manque à l’ouvrier, c’est la science de son malheur. »

Assurément, ce n’était pas de la bourgeoisie capitaliste qu’il pouvait espérer la modification de son sort, mais de ses propres efforts, de sa volonté consciente et combative. C’est pour cela que Pelloutier voyait dans les Bourses du Travail non seulement un moyen de défendre les intérêts vitaux quotidiens des ouvriers, mais « une œuvre d’éducation morale, administrative, technique, nécessaire pour rendre viable une société d’hommes libres ».

Comme on voit, pour Pelloutier, les Bourses étaient le creuset où les travailleurs trouvaient leur idéal : la conquête finale de l’émancipation.

Pendant sa vie brève et trépidante, Pelloutier fut animé toujours par le même souci et le même objectif : l’amélioration de l’existence ouvrière. Et c’est sur ce point qu’apparaît son abnégation et son désintéressement individuels avec lesquels il servit la pensée syndicaliste, comme une conception vraie et généreuse.

Dans son Manifeste de 1896, qui constitue une importante étape dans l’histoire de la revendication ouvrière, Pelloutier demande

« la diminution de la durée du travail, la fixation d’un minimum de salaire, le respect du droit de grève à l’exploitation patronale ».

C’était déjà tout un programme que plus tard la Confédération Générale du Travail a conquis de haute lutte. Mais dans l’œuvre de Pelloutier, ce qui importe : c’est qu’il a formulé et énoncé des revendications nettes qui, sans avoir été réalisées en son temps, furent atteintes plus tard.

Pelloutier demeure pour nous un guide et un précurseur.


Ses enquêtes officielles nous ont valu son livre documentaire, extrêmement intéressant, bourré de faits instructifs sur la Vie ouvrière en France, contribution précieuse à la connaissance de la condition sociale et économique du prolétariat français à la fin du XIXe siècle, où Pelloutier étudie minutieusement et méthodiquement tous les aspects de la vie ouvrière : insuffisance des salaires, durée du travail .excessive, mortalité, chômage, mi
sère, alcoolisme.

Cet ouvrage fut une révélation en 1900, car il a non seulement éclairé le mouvement syndicaliste d’une façon probante, sur des données essentielles du problème ouvrier, mais également sur la gravité de la situation des travailleurs.

L’enquêteur à l’Office du Travail au ministère du Commerce, ne manquait pas cependant de hardiesse pour montrer que seules les Bourses pouvaient apporter des changements à cet état de chose révoltant.

« La cause du désordre économique dont souffre le corps social, écrivait-il, réside dans l’accaparement de la richesse par les valeurs d’échange. » Cette affirmation n’était-elle pas un réquisitoire contre le capitalisme financier.


D’autre part, Pelloutier défendait la civilisation, car, selon lui, « le progrès est le germe naturel de l’harmonie humaine et du bonheur ».


Avant de mourir, il a pu achever le manuscrit de son Histoire des Bourses du Travail qui est une sorte de testament destiné à la réflexion et à la médiation de la classe ouvrière, qui doit considérer « les Bourses non pas seulement comme un instrument de lutte contre le capitalisme, car elle aura un rôle plus élevé, dit-il, dans la formation de l’état de la société futur ». Ne retrouve-t-on pas dans ses considérations théoriques, les éléments fondamentaux de la doctrine du syndicalisme moderne ?


D’un demi-siècle de distance, nous voyons encore mieux que c’est la ténacité dans l’action, la probité morale exceptionnelle et la sincérité de ses convictions qui on fai
t de lui un apôtre ardent de la philosophie syndicaliste.

Article de Théodore Beregi paru dans Force Ouvrière n°379, le 23 avril 1953.
FO Force Ouvrière, La force syndicale

Partager cette page

Publication @ FO CFP system (BM) @ FO Dia système publication - (BM) - dans histoire Histoire sociale Hommage