Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

.Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

/ / /
7 avril 1803   Naissance de Flora Tristan
Flora Célestine Thérèse Henriette Tristán y Moscoso, née le 7 avril 1803 à Paris et décédée le 14 novembre 1844 à Bordeaux, est une femme de lettres, militante socialiste et féministe française, qui fut l’une des figures majeures du débat social dans les années 1840 et participa aux premiers pas de l’internationalisme.
Flora Célestine Thérèse Henriette Tristán y Moscoso, née le 7 avril 1803 à Paris et décédée le 14 novembre 1844 à Bordeaux, est une femme de lettres, militante socialiste et féministe française, qui fut l’une des figures majeures du débat social dans les années 1840 et participa aux premiers pas de l’internationalisme.

Le cent cinquantième anniversaire de la naissance de Flora Tristan n’a pas été marqué, même par la presse ouvrière, qui lui doit pourtant la gratitude et l’admiration.

Mais il n’est jamais trop tard pour célébrer la mémoire de cette héroïne révolutionnaire, qui a consacrée sa vie pour l’affranchissement éthique du prolétariat.


L’histoire du mouvement ouvrier du XIXe siècle est liée également aux efforts généreux de Flora Tristan dont la forte personnalité est inséparable des luttes sociales de la cla
sse ouvrière.

Précurseur de l’émancipation de la femme, elle portait dans son âme et dans sa conscience révoltées, l’amertume et l’aspiration des millions de femmes opprimées et avilies par les préjugés de la société bourgeoise.


Flora Tristan se révoltait précisément contre l’inhumanité des préventions, contre l’imbécillité des conventions, qui depuis le moyen âge, systématiquement maintenaient la femme dans un état d’infériorité inconcevable au XIXe siècle, en Europe occidentale où le développement de la civilisation avait atteint un degr
é plus élevé.

En tant que femme éclairée et cultivée, Flora Tristan s’opposa énergiquement à cette discrimination sociale absurde, que les hommes, selon le vieux principe du « sexe fort », avaient arbitrairement créé à l’égard de la femme.


II est vrai, que George Sand, à la même époque est apparue dans la littérature romantique comme un protagoniste de la libération féminine, mais tandis que vers 1833, l’auteur d’Indiana ne concevait l’affranchissement de la femme que sur le plan de l’amour, en revanche, Flora Tristan songeait déjà à l’émancipation sociale, politique et économique de la femme, ce qui signifiait dans son esprit, une égalité civile et morale complète avec les hommes.


Flora Tristan avait une grande popularité parmi les ouvriers ; elle était aimée pour sa magnanimité, son dévouement inlassable, et so
n sublime désintéressement.

Cette femme séduisante, et enflammée pour la cause universelle du prolétariat, était, en effet, un guide pour tous les déshérités et humiliés de la société. Et c’est, probablement cette influence irrésistible que Flora Tristan exerça sur les travailleurs, par sa parole éclairée et bienveillante et par ses écrits passionnés, qui rendaient jalouse George Sand à son égard, car la « bonne dame de Nohant » ne ménageait pas Flora Tristan, de ses griffes et de ses rosseries malicieuses.

Il faut dire cependant, que le socialisme et l’humanisme de Flora Tristan étaient plus profond et n’avaient pas ce caractère spectaculaire que la théorie démocratique et républicaine de George Sand, qui après la révolution de 1848, a connu bien des vicissitudes jusqu’à un certain compromis avec la politique de Napoléon III.

Par contre, la vision philosophique et morale de Flora Tristan, imprégnée d’idées saint-simoniennes et socialistes, ne subit aucune variation. Flora, encore jeune, emporta dans sa tombe, la pureté de son idéal révolutionnaire.


Comment et pourquoi Flora Tristan était-elle venue au
prolétariat ?

D’origine aristocratique, par surcroît fortunée et très belle, Flora était arrivée à Paris et après des déboires conjugaux, elle se lia d’amitié avec les philosophes saint-simoniens, par une vive sensibilité et par un besoin spirituel.

Cependant, son élan humanitaire la conduisit de plus en plus vers les ouvriers malheureux et exploités. Elle découvrit leur souffrance.

Après un séjour, dans son pays natal péruvien, Flora Tristan revint en France et publia : Pérégrinations d’une paria, document bouleversant sur l’existence misérable des femmes asservies en Amérique du Sud. C’était un appel à la conscience du monde civilisé et ce livre poignant par son ton pathétique et par la peinture saisissante de la vérité humaine, révélait un écrivain de talent.

Puis, elle composa un roman biographique, intitulé : Méphis, ou le prolétaire, dans laquelle Flora Tristan transposa les épreuves douloureuses de sa propre existence. Mais, animée par une flamme intérieure, en pensant à la situation navrante de la classe laborieuse, elle partit en Angleterre pour étudier de près la condition de vie des travailleurs des manufactures.

Les impressions de voyage, ses constatations la persuadent « qu’il faut changer fondamentalement cet état de chose intenable, qui réduisit les travailleurs au niveau des bêtes de somme ».

Dès son retour, elle fit paraître Promenades dans Londres, où elle a consigné minutieusement ses observations et ses réflexions sur la vie quotidienne pénible du prolétariat anglais. Elle s’était mise en rapport avec les socialistes : Fourrier, Cahet, Proudhon, Considérant, Blanqui et rechercha dans leurs doctrines sociologiques, ce qui était pratiquement réalisable, en rejetant toutefois les conceptions purement utopiques. C’est ainsi, qu’elle défini dans son célèbre ouvrage : L’Union ouvrière, la ligne fondamentale de sa pensée socialiste et de son but immédiat.

Flora Tristan suggère la création d’une Association générale des corporations des travailleurs, pour défendre leurs intérêts moraux, matériels et sociaux, en ne comptant que sur leur force et leur volonté. Elle a mené une lutte ardente pour l’Association internationale des travailleurs, que ni l’intimidation policière, ni les menaces du gouvernement de Louis Philippe n’ont pu interrompre.


Comme un véritable apôtre du socialisme, Flora Tristan, l’éternelle enthousiaste, l’infatigable agitateur, parcourait les villes industrielles françaises pour enseigner et inculper l’idée de la solidarité, de l’égalité et de l’union fraternelle, dans lesquelles elle voyait le triomphe de la philosophie humaine du
prolétariat.

Le peintre Gauguin écrivit plus tard sur Flora Tristan, qui était sa grand-mère : « Proudhon disait qu’elle avait du génie. N’en sachant rien, je me fie à Proudhon. Ce que je peux assurer, cependant, qu’elle employa toute sa fortune à la cause ouvrière. »

Flora Tristan avait, en effet, le génie du bien, une intelligence passionnée et clairvoyante, un extraordinaire pouvoir de persuasion et de séduction sur les masses, et enfin, l’instinct de justice, qui étaient le secret de sa vraie grandeur.

Article de Théodore Beregi paru dans Force Ouvrière n°379, le 23 avril 1953.

7 avril 1803   Naissance de Flora Tristan

Partager cette page

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO Dia système publication - (BM) - dans histoire Histoire sociale Notre histoire