Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

.Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

/ / /
9 janvier 1905   Mort de Louise Michel
Esclave est le prolétaire, esclave entre tous est la femme du prolétaire
Esclave est le prolétaire, esclave entre tous est la femme du prolétaire


Son action lors de la Commune et son engagement sous la IIIe République firent de Louise Michel une personnalité marquante. Son souvenir ne devrait pas être près de s’éteindre en tout syndicaliste responsable, même si les médias en général ne font guère cas du centième anniversaire de sa mort, le 9 janvier 1905 à Marseille.


Appelée la Vierge rouge, elle a symbolisé l’émancipation du prolétariat. Son patronyme prestigieux reste pour toujours une figure de légende grâce à son âpre combat durant la Commune de paris en 1871. Tutoyant la mort, elle brava l’autorité avec un courage clairvoyant pour le succès de la justice sociale.


Aussi, c’est dans les moments les plus tragiques de l’histoire des travailleurs français que Louise Michel révéla ses qualités uniques –de vaillance, de désintéressement–, qui consacrent une personnalité attrayante et singulière à la fois. La profondeur de ses convictions, son ardeur et sa conscience en font à coup sûr l’une des femmes révolutionnaires les plus illustres du mouvement ouvrier du XIXe siècle.


Au château de Vroncourt (Haute-Marne), une jeune servante, Marianne Michel, met au monde, le 29 mai 1830, Clémence Louise, l’enfant que le maître des lieux lui a fait, illégitimement bien sûr. Le père, avocat au Parlement, est bon et politiquement progressiste et humaniste.


Paradoxalement, son épouse, une forte en thème, ne lui tient pas rigueur de ses amours ancillaires. La petite Louise est entourée affectueusement, appelle l’un et l’autre grand-père et grand-mère. Ainsi, Louise est élevée dans le culte des philosophes des Lumières. Voltaire et Diderot font d’elle une athée et une matérialiste, Rousseau une libertaire éprise de justice. Elle devient institutrice libre, refusant de prêter serment à l’Empire, puis monte à Paris. Elle apparaît dès lors comme une idéaliste passionnée, poète, rêvant de la révolution sociale. Bâtarde, elle garde une très vive conscience de l’aliénation de la femme : « Esclave est le prolétaire, esclave entre tous est la femme du prolétaire. »


Des idées, Louise passe à l’action comme membre du comité de vigilance, dont le but était de sauvegarder la Républiqu
e. Puis, comme orateur, elle exerce sur les masses ouvrières une réelle influence par une parole simple et chaleureuse.

Le 22 janvier 1871, elle participe à la Commune arme à la main, en uniforme, elle sert comme ambulancière avec un mépris entier du danger et de la mort. Après l’écrasement sanglant organisé par Thiers et les Versaillais, elle est condamnée à huit ans de prison dont six de déportation en Nouvelle-Calédonie.


À son retour, elle s’affirme anarchiste, rejetant toute forme d’autorité et de servitude humaine. Elle œuvre pour la réalisation d’une société où la liberté individuelle et la dignité des personnes seraient respectées. De conférences en manifestations interdites, de 1880 jusqu’à sa mort, elle est emprisonnée à cinq reprises.


Laissons Victor Hugo lui rendre hommage :


Et ceux qui comme moi te savent incapable
De tout ce qui n’est pas héroïsme et vertu.
Qui savent que si l’on te disait : « D’où viens-tu ? »
Tu répondrais : « Je viens de la nuit où l’on souffre :
Oui, je suis du devoir dont vous faites un gouffre ! »
Ceux qui savent tes vers mystérieux et d
oux.
Tes jours, tes nuits, tes soins, tes pleurs donnés à tous.
Ton oubli de toi-même à secourir les autres.*


Sachons enfin que c’est à Louise Michel que Jean-Baptiste Clément a dédié Le Temps des cerises, le 28 mai 1871.


*Viro Major,
décembre 1871, extraits.

Article de Gérard Mazuir, paru dans FO Hebdo n°2700.

9 janvier 1905   Mort de Louise Michel

Partager cette page

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO Dia système publication - (BM) - dans histoire Histoire sociale Hommage