Overblog
Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif -Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire valoir et partager nos expériences au service des salariés de CPF, ex Dia devenue ERTECO.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF système publication - (BM)
  • Recherche, Analyse, Communication, Information Expressions syndicales et sociales.
Publication @ FO CPF système
  • Recherche, Analyse, Communication, Information Expressions syndicales et sociales. Publication @ FO CPF système

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Blog-master se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire

dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et

règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs

Pages Du Blog-Note Informatif

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,  et ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleur compréhension.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

CONTACT REGION

NADINE (Paris & IDF, région Centre) 06 36 97 10 40

NATHALIE (UD FO 62 ) 06 30 60 74 70

SOFYANE ( Rhin Rhône - Est ) 06 61 50 67 96

ERIC ( Centre & Centre Ouest) 06 85 15 20 73

Délégué Syndical Central, Cyril 06 25 56 84 86

Sandrine, Secrétaire CE Paris Région Centre 06 98 43 61 93

/ / /
LE 26 DÉCEMBRE 1942

 

Arrestation de Léon Jouhaux par les Allemands

Avec la défaite et l'arrivée au pouvoir du maréchal Pétain, un nouveau régime est instauré qui met en œuvre un système corporatiste.   

Depuis la fin de la Première guerre mondiale, la CGT a dû spécialement défendre son indépendance contre l'intrusion du politiquedans le monde syndical.

Avec la débâcle de mai 1940, la Confédération doit affronter en priorité la volonté de mainmise de l'État et du patronat sur le mouvement ouvrier. 

Le 3 septembre 1939, la France entre en guerre contre l'Allemagne hitlérienne. Deux semaines plus tard, les communistes sont exclus de la CGT. En outre, la majorité des adhérents de la CGT sont sous les drapeaux, mobilisés sur le front dans cette «drôle de guerre» qui va durer jusqu'en mai 1940.

Les effectifs fondent. La Métallurgie, forte de 800 000 syndiqués en 1937, n'a plus que 30 000 adhérents. Avec la débâcle, le Bureau confédéral quitte Paris pour Bordeaux. 

Le 22 juin 1940, Pétain signe l'armistice à Rethondes et reçoit peu après les pleins pouvoirs de l'Assemblée nationale.

On retrouve dans son premier cabinet un secrétaire confédéral de la CGT, René Belin, au poste de ministre de la Production industrielle et du Travail (*). Mais cet apôtre du corporatisme à la sauce Pétain ne fait guère d'émules au sein de la Confédération. 

Le 20 juillet, le Bureau confédéral se réunit à Toulouse. Il s'agit de serrer les coudes devant la tempête qui s'approche. Dès le 16 août, l
e gouvernement de collaboration publie une loi interdisant les confédérations syndicales. C'est le 9 novembre que Belin en personne signe le décret de dissolution de la CGT, de la CFTC et de la Confédération générale du patronat français. Onze mois s'écoulent avant que ne soit promulgué le statut que donne Vichy au syndicalisme. 

La Charte du Travail du 4 octobre 1941 interdit les grèves et les lock-outs. Travailleurs et patronat doivent s'entendre, sous la férule de l'État qui contrôle désormais l'ensemble du monde du travail. Cette charte est un mélange mal ficelé de corporatisme à l'italienne et de catholicisme social. Elle ne pourra jamais fonctionner. 

Dès le 15 novembre 1941, la résistance syndicale se met en place. Trois membres de la CFTC et neuf confédérés - Capocci, Gazier, Pineau (Employés), Chevalme (Métaux), Jaccoud (Transports), Lacoste, Neumeyer (Fonctionnaires), Saillant (Bois) et Vandeputte (Textile) - signent un manifeste. Celui-ci rappelle l'indépendance du syndicalisme et déclare: «
Les féodalités économiques sont plus responsables de la défaite que n'importe quel homme politique, si taré soit-il.» 

La plupart des signataires de ce manifeste rejoindront rapidement le mouvement de résistance «Libération-Nord». Quant aux Confédérés habitant en zone libre, ils rejoindront «Libération-Sud».

Léon Jouhaux ne peut guère faire entendre sa voix. En novembre 1940, il est mis en résidence surveillée à Vals puis, en décembre 1941, à Evian. Il est arrêté le 26 décembre 1942, puis déporté par les nazis en avril 1943. 

L'occupation et l'instauration du régime de Vichy ont donc eu pour conséquence la disparition de la CGT. Si Belin et quelques brebis égarées ont rejoint Pétain, la CGT continue pourtant à exister. Elle vit désormais dans la difficile et dangereuse clandestinité résistante.

 
Le 26 dévembre 1942: Arrestation de Léon Jouhaux par les Allemands

Partager cette page

Publication @ FO CFP system (BM) @ FO Dia système publication - (BM) - dans histoire