Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 08:18
De l'actualité du Discours de la servitude volontaire de La Boétie ?

A l'aune de notre actualité, peut être serait-il judicieux, et pertinent, de (re) lire le Discours de la servitude volontaire de La Boétie.

 

Les quelques lignes ci dessous nous y invitent et nous y engagent;

Citation : « Soyez résolus de ne servir plus et vous voilà libres. »
Citation : « Soyez résolus de ne servir plus et vous voilà libres. »

Citation : « Soyez résolus de ne servir plus et vous voilà libres. »

Présentation de  l'auteur, Étienne de La Boétie

 

Étienne de La Boétie
Écrivain


Étienne de La Boétie est un écrivain humaniste et un poète français, né le 1ᵉʳ novembre 1530 à Sarlat et mort le 18 août 1563 à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux. 

 


Date et lieu de naissance : 1 novembre 1530, Sarlat-la-Canéda
Date et lieu de décès : 18 août 1563, Bordeaux


Enseignement : Université d'Orléans

 


Citation : « Soyez résolus de ne servir plus et vous voilà libres. »

 


Principaux intérêts : philosophie, politique

Ces lignes, écritent par un jeune homme de 16/17 ans  datent de 1574. Elles résonnent à nos oreilles comme d'une brûlante actualité

Ces lignes, écritent par un jeune homme de 16/17 ans datent de 1574. Elles résonnent à nos oreilles comme d'une brûlante actualité

Citation

(... / ...)

 

Le résultat est que le peuple s’asservit, se soumet, est aveugle à la liberté qui lui échappe, alors même qu’il s’agirait de s’entendre collectivement pour refuser cette obéissance aveugle à des ordres injustes.

 

Même les animaux domestiques (chevaux, éléphants) n’obéissent qu’après avoir dû renoncer à leur liberté par la contrainte. Le problème vient de ce que les êtres humains ont perdu le sens de leur liberté, s’étant accoutumés à vivre au sein de la servitude, sans se rendre compte que le despotisme n’est jamais bien loin.

 


La Boétie, Discours de la servitude volontaire - (extrait)

De l'actualité du Discours de la servitude volontaire de La Boétie ?

« Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent... », se demandait déjà en 1576, Étienne de La Boétie.

 

Loin de la folie des dictateurs, la question du consentement au meurtre par les foules est plus dérangeante.

 

Qu’un dictateur fasse passer sa survie avant celle de son peuple, tue, massacre, s’en lave les mains, accuse « l’ennemi », les « agents de l’étranger » et les « terroristes », soit.

 

Mais pourquoi le peuple lui accorde-t-il ce « pouvoir de leur nuire qu’autant qu’il veuille bien l’endurer... » ?

 


Peut-être parce que le pouvoir n’est jamais absolu et que la notion de domination s’éclipse derrière celle de la complicité.

Certains préfèrent un « système établi » à un « système nouveau », écrit Béatrice Hibou (« Anatomie de la Domination »).

 

L’ordre, la soumission, la corruption, le clientélisme, favorisent des « constellations d’intérêts » qui trouvent dans la domination du dictateur une « douceur insidieuse ». « Pourquoi supportent-ils ? », demandait La Boétie.

 

 

Peut-être « parce que cela les arrange » répond l’analyste.

 


En attendant le jour inéluctable où le désir de liberté donnera aux uns la force de se révolter, les autres consentent, en silence. Les dictateurs sont possibles parce que nous avons tous en nous cette capacité à devenir les oppresseurs de nous-mêmes.

 

Il suffit d’une crise économique grave, du chômage et de la misère grandissante, de la faillite des marchés, de la défiance envers le pouvoir légitime, de la peur de l’étranger et des forces invisibles et surtout du désordre... ah ! Le désordre.

 

Alors apparaît le dictateur, « Celui qui parle fort ».


Ça fait peur, non ?

De l'actualité du Discours de la servitude volontaire de La Boétie ?
Le Discours de la servitude volontaire ou le Contr'un est un ouvrage rédigé par Étienne de La Boétie.

Le Discours de la servitude volontaire ou le Contr'un est un ouvrage rédigé par Étienne de La Boétie.

Le Discours de la servitude volontaire ou le Contr'un est un ouvrage rédigé par Étienne de La Boétie.

 

Publié en latin, par fragments en 1574, puis intégralement en français en 1576, il a été écrit par La Boétie probablement à l'âge de 16 ou 18 ans.

De l'actualité du Discours de la servitude volontaire de La Boétie ?

Citation

 

(... / ...)

 

Et pourtant ce tyran, seul, il n'est pas besoin de le combattre, ni même de s'en défendre il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à la servitude. Il ne s'agit pas de lui rien arracher, mais seulement de ne lui rien donner.

 


Discours de la servitude volontaire (1576) de Étienne de La Boétie - (extrait)

Publié en latin, par fragments en 1574, puis intégralement en français en 1576, il a été écrit par La Boétie probablement à l'âge de 16 ou 18 ans.

Publié en latin, par fragments en 1574, puis intégralement en français en 1576, il a été écrit par La Boétie probablement à l'âge de 16 ou 18 ans.

Billet d'humeur

 

L'exploitation sans entrave est En Marche !

 

Soyons bien certains que la violence sociale qui va s'exercer durant les cinq prochaines années de la part du gouvernement à l'encontre des salariés, sera comme un bulldozer lancé sans le frein d'aucun contre-pouvoir parlementaire, va devoir rencontrer la résistance que seuls nous saurons lui opposer.

 

 

Camarades, resserrons les rangs derrière nos organisations syndicales indépendantes, pour faire échec à tous ceux qui veulent détruire tous les droits démocratiques et sociaux conquis en 1789, 1936, 1945, afin de nous exploiter sans entraves.

 

 

N'oublions pas que parallèlement aux conquêtes démocratiques de droits sociaux ou ceux conquis de haute lutte, qu'il y eut des périodes sanglantes de Notre Histoire où les espoirs d'un peuple furent anéantis dans un bain de sang, assassinant les germes émancipatoires de la classe ouvrière.

 

La Bataille continue !



Groupons nous et demain...

 

 

BM

Juin, le Temps des cerises

Juin, le Temps des cerises

Juin, le Temps des cerises

 

Le moment est venu de se rappeler que le mois de juin est le Temps des cerises. 

 

Le Temps des cerises est une chanson dont les paroles furent écrites en 1866 par Jean Baptiste Clément et la musique composée par Antoine Renard en 1881.

 

Bien que n'ayant jamais été chantée à l'époque, cette chanson est fortement associée à la Commune de Paris de 1871, l'auteur étant lui-même un communard ayant combattu pendant la Semaine sanglante.

 

Cette chanson fut dédiée à une militante de la Commune.

 

Le Temps des cerises fut dédiée par l'auteur à une infirmière morte lors de la Semaine sanglante, longtemps après la rédaction de la chanson.

De l'actualité du Discours de la servitude volontaire de La Boétie ?
Cerisier en fleurs, promesse d'une récolte future abondante ?

Cerisier en fleurs, promesse d'une récolte future abondante ?

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Billets d'humeur Littéraire SOCIETE Actu sociale
commenter cet article
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 17:10
Hausse de la CSG, plus de 600 000 retraités concernés ! (billet d'humeur)
Hausse de la CSG, plus de 600 000 retraités concernés ! (billet d'humeur)

Société

 

Billet d'humeur

 

 

C'est bien pratique de taper dans les retraites même maigrichonnes !

 

 

Ponctionner les plus faibles, lesquels ont déjà beaucoup de difficultés à boucler les fins de mois en baissant le revenu des petites retraites n'est pas un bon signal envoyé à cette catégorie de citoyens;

 

 

Cela creuse  les inégalités, et précarise une population déjà en voie de paupérisation.

 

 

En fait les ponctions de CSG  sur les retraites les plus faibles ( à partir de 1 200 Euros) vont compenser les baisses de cotisations des salariés des plus hauts revenus (voir tableau plus haut)

 

 

Une société qui se moque de ses anciens, et les détruit sur l'autel du profit, est une société qui finira par manger ses propres enfants!

 

 

Les retraités ne travaillent plus, donc Y font pas grève ! Y peuvent pas bloquer le pays non plus à la satisfaction du Gattaz moyen, qui aura ainsi sans bourse déliée l'impression d'accorder quelques prébendes, sous la forme d'augmentations de salaires, au détriment du salaire différé de Tous, et des retraités, lesquels ont cotisé toute leur vie mois après mois pour leur maigre retraite !!!

 

Selon  EM, qui parle couramment le Gattaz depuis l'école primaire : "Taper dans les revenus des retraités , c'est facile , sans risque et ça peut rapporter gros ! ", où le petit Gattaz illustré expliqué aux Nuls !

 

Sans risque ? Pas si sur !

 

Voyons

 


 Une toute petite chose tout de même; Ces retraités qui vont voir leur pouvoir d'achat baisser, au final, c'est la consommation en générale qui va en pâtir.

 

La consommation locale sera la plus impactée; Ce sera souvent la consommation du mieux être que ces personnes ne pourront plus s'offrir : taxis, coiffeurs, TPE, fleuristes, petits commerces de proximité, lieux de socialisation......qui font l'habitude, la joie et bien souvent la nécessité des personnes âgées souvent seules, isolées, majoritairement des femmes.

 

 

En effet se sont les personnes de + de 60/65 ans qui consomment le plus, loisirs, voyages, et, surtout ce sont celles qui très souvent aident leurs enfants et petits-enfants dans la difficulté: consommation courante, loyer, aides à l'achat d'un premier bien immobilier, scolarité, vacances et argent de poche des petits, assurances, caddies de courses améliorés... etc, etc !

 

 

L'aide des anciens ainsi réduites n'étant en rien compensée par le surplus de gain en net sur la fiche de paie des salariés, notamment sur la répercussion sur les petits salaires, CDD et temps partiels.

 


Donc, très mauvaise idée. 

 

 La solidarité familiale, ainsi que la consommation risquent d'en prendre un très sale coup !

 

Bien sur les effets ne se verront pas dans quelques semaines, peut-être pas non plus  dans quelques mois, mais dans 1 an ou 2, lorsque la baisse du revenu de chacun inscrite dans le temps aura été effective sur le budget des retraités, et que leur vie sera impactée, d'autant plus que cette mesure n'est pas accompagnée par une revalorisation des pensions et retraites qui stagnent.  

 

Cette annonce est un très mauvais sort fait à toutes celles et ceux qui ont cotisé toute leur vie pour une retraite décente, et qui aujourd'hui se voient amputés d'une part de leurs revenus.

 

Nous aurons ainsi de mauvaises surprises, puisqu'une baisse de la consommation n'est pas seulement une baisse des achats dans les magasins, c'est aussi une baisse de chiffre d'affaire pour les petites entreprises ( donc moins d'embauches, et aussi moins d'impôts, baisse de rentrée de TVA..), et ce pour tous les métiers de service, comme les petits artisans, les coiffeurs, les métiers du tourisme, de loisirs, hôtellerie,  etc .... aussi moins d'employés de maison, aides à domicile, etc ...Avec des effets induits sur l'emploi.

 

Bref toutes ces petites choses qui au final mises bout à bout rapportent beaucoup à l’État, et construisent le tissus social de notre société et des lieux de vie!

 

 

Quand une grande partie de la population voit une baisse conséquente de son revenu, et les retraités représentent quand même presque 40 % des français, (la France est un pays qui vieillit  - la génération des 20 ans en 68 a quasiment 70 ans aujourd'hui !),  qui consomment moins, dépensent moins, c'est toute l'économie qui en pâtit à court terme ! 

 

Dans un pays la consommation est faite en majorité par la classe moyenne, celle que tous pressurent et imposent lourdement. 

 

Les retraités représentent une part conséquente de  cette catégorie

 

C'est cette catégorie de citoyens, véritable colonne vertébrale économique d'un pays, qui par son pouvoir d'achat fait tourner la machine et  la soutient.

 

 

Si d'aventure, déjà fragile, la colonne vertébrale ne soutient plus le corps, celui-ci n'étant plus vertébré, c'est toute la société qui vacille et chancelle!

 

 

Donc au final c'est l'écroulement d'une grande partie de l'économie, et pire même, puisque les retraités, sans augmentation prévisible de leurs revenus ayant peur d'être à nouveau taxés, se serreront la ceinture, et consommeront encore moins,  au cas où le gouvernement déciderait de les taper encore plus !

Précaution conservatoire devant la peur du lendemain.

 


 Egalement ces petits retraités sont aussi ceux qui très souvent ont eu les carrières les plus longues, les plus dures, les métiers les plus pénibles, étant donné que la majorité des petits retraités sont d'anciens ouvriers et d'anciennes ouvrières !

 

Ce sont encore ceux qui ont eu le plus à souffrir de la dureté de l'existence et des conditions de travail, l'ayant déjà  payé dans leur chair, et qui devront payer encore et  encore ! 

 


 Les restos du cœur devront prévoir dans les mois qui viennent l'arrivée de nouveaux pauvres ! Les retraités qui touchent 1 200€ de retraite par mois, et  verront cette maigre pension baissée n'auront pour la plupart d'autres choix que d'aller soit  au resto du cœur, soit d'aller quémander des aides pour survivre décemment !

 

BM

(Voir suite du billet en page 2 ci-dessous)
Hausse de la CSG, plus de 600 000 retraités concernés ! (billet d'humeur)
(2ème page) suite du billetl

 

La toute recente actualité  nous interpelle  au moment de la rédaction de ce billet.

 

Il n'appartient pas au Blog, conformément à son statut et à la nature  de sa publication de la commenter autrement que socialement, mais d'en tirer quelques enseignements qui nous semblent pertinents dans le contexte actuel, laissant ainsi à chacun de nos lecteurs le soin du libre arbitre qui est le sien.

 

 

Un coup de marteau qui tombe à pic !   (pas de pic à glace !)

 


Décidément tout est bon pour que l’essentiel soit mis de côté.

 

Déjà que c'est au compte goutte, en cette période pré-élection législative que l'on découvre au gré de quelques indiscrétions à quelle sauce le code du travail et les droits des salariés seront réduits, broyés, malaxés, et réduits en  bouillie, sous la forme d'un brouet indigeste et insipide, que le patronat et ses affidés trouveront encore trop protecteurs, et un frein à l'embauche.

 

 

 

ils ont eu la peau du code du travail, les aides de l'état avec nos sous,  on attend les embauches !

 

A l'arrivée il n'en restera rien, rien auquel nous puissions nous raccrocher.

 

Il sera peut être temps, il n'est jamais trop tard, de réinventer des modes de résistance et de luttes pour nous réapproprier ce qu'ils nous ont pris, et entrevoir des jours heureux.

 

Le programme du CNR qu'ils veulent détruire, le vouant aux gémonies, a permis,  en dehors des idées partisanes la reconstruction de la France; Qui oserait prétendre aujourd'hui qu'il faille la détruire, sans aucune contre partie pour complaire à une caste qui en veut toujours plus ?

 

 

Les Lois Maillé, Bertrand, Rebsamen, Macron, et pour finir  (c'est peu de le dire) la Loi MEK, ayant ouverts les brèches, le travail était déjà bien entamé, tout comme l'était l'état d'usure des salariés soumis aux diktats  patronaux en la matière, qui réclament de façon la plus indécente qui soit toutes les libertés, et encore plus, sans contre parties, sans aucune évaluation de ce qu'ils ont déjà obtenus, de ce que nous avons concédés et perdus.

 

On l'a bien compris, et depuis fort longtemps, ils nous veulent à leur merci, dépouillés de nos droits les plus fondamentaux, sans possibilité de défense.

 

Entre les salauds de pauvre à qui il faut piquer un bout de retraite pour donner aux plus nantis, et ses salopards de salariés, ces pue la sueur  dont les droits sont indécents, il faut trancher, et le faire vite; Ils sont à la manoeuvre.

 

 

ils sont en mission, une quasi croisade: La réforme du code du travail occupe tout l'espace, et s'impose comme un must incontournable.

 

Celui qui n'a pas compris doit selon leurs canons, être un ouf de dingue, ou tout juste sortir d'une très très longue hibernation.

 

 

C'est en tout cas ce que viennent dire en procession tous les matins sur les ondes, les télés, dans les médias, dans les colonnes de la presse bienveillante et asservie, ceux qui se répandent et nous vendent leur soupe infâme comme s'il s'agissait  d'une ère nouvelle qui se lèverait pour notre plus grand bonheur, et que bien évidemment nous aurions grand tord de refuser, et que de toute façon nous n'y comprenons rien.

 

Le code du travail, la régression sociale, les retraites, la sécurité sociale, le contrat de travail, les libertés individuelles et collectives… Dégagez rien à voir !

 

L’histoire se répéterait comme si de rien n’était. 

 

La doctrine sociale de l'église ne prône t' elle pas ?:  

 

« Il y aura toujours entre les citoyens des inégalités de conditions sans lesquelles une société ne peut exister ni être conçue  » - ou - « le travail est une nécessité, imposée comme une expiation et accompagnée de souffrances ».    (in encyclique rerum novarum)

 

 

 

En effet :

 


• A la veille des présidentielles, les costumes, les pulls over, les fonds publics, femme et enfants de Fillon ont occupé l’espace. Ad nauseam !

 

Résultat, rien ou presque sur les programmes, sur les choses importantes, les débats phagocytés par ces affaires ont rempli l'espace. Chacun y allant de son commentaire, lequel était tout aussitôt commenté à son tour par d'aussi doctes commentateurs de commentaires.

 

Du coup le banquier de Rothschild, Macron, qui prend la posture d’homme neuf, innovant, moderne, alors qu’il s’appuie sur une politique qui doit au mieux nous ramener au 19ème siècle, se présente en pourfendeur et sauveur du système. 

 

Reste à découvrir de quelle partie de ce 19ème il s'agit ! Nous le saurons bien vite, bien trop vite, assurément.

 


• Voilà les législatives. Et un coup de marteau – celui qui a agressé un policier à Notre dame- qui tombe à Pic.

 

(Toute notre sympathie et notre compassion au représentant de l'ordre public lâchement agressé, qui n'est en rien en cause de l'utilisation de son agression par ses supérieurs et la classe politique)

 

 

Du coup voilà que le débat tourne autour du terrorisme, de la sécurité, d'un renforcement du dispositif répressif et liberticide, d’un patriot act à la française avec état d’urgence permanent, d’une attaque sans précédent contre les libertés publiques sans que nul ne semble y avoir à redire…

 

Ainsi tout le droit social et tout le système des libertés individuelles de notre pays sont désormais en cause, et nous l'apprenons au détour d'articles de presse, trois jours avant le premier tour d'un scrutin décisif pour le pays;

 

Autre arnaque de taille dévoilée hier (08/06) par le premier ministre, la suppression  des cotisations sociales dès le 1er janvier 2018.

 

 Si cela est avéré, c'est se diriger tout droit vers la substitution de la Sécu et de  l'assurance chômage vers des assurances privées.........en attendant la derrière lame,  la retraite par capitalisation, dont rêvent les actionnaires d'Axa & co, depuis l'aube des temps.

Pour sure qu'ils vont en avoir des orgasmes financiers !

 

Réduire ou supprimer les cotisations, c'est de fait réduire le salaire différé ou mutualisé qu'elles représentent.

 

C'est livrer les salariés sous l'emprise du monde assuranciel, selon les dogmes libéraux anglo-saxons, avec toutes les dérives que nous connaissons bien.

 

 

Le gain de pouvoir d'achat que cela représente est un leurre absolu et une arme de destruction sociale !

 

 


Seuls commentaires largement relayés par les médias, la posture extatique en apnée du réel du ministre maire de Lyon Gérard Collomb qui se répand de façon indécente, trouvant que son patron, le président Macron a « révolutionné le monde ». Rien que cela !

 

En un seul tout petit mois. Que la force soit avec nous pour les cinq années qui viennent, l'univers va surement trembler, sans parler de toute la galaxie !

 

Si le ridicule tuait…Si seulement !

 

BM

Hausse de la CSG, plus de 600 000 retraités concernés ! (billet d'humeur)
Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 16:47

Nouvelle mise à jour le 04 juin 2017

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

Grande distribution / Carrefour

 

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

 

 

Le 27 mai 2017, l'émission  "Envoyé spécial" raconte le combat que mène depuis vingt ans une petite commerçante contre les enseignes de la grande distribution.

 

Tout a commencé à la galerie marchande du Carrefour de Vitrolles. 

 


Depuis vingt ans, une petite commerçante combat sans relâche les enseignes de la grande distribution. Tout a commencé à la galerie marchande du magasin Carrefour à Vitrolles (Bouches-du-Rhône).

 

Extrait d’"Envoyé spécial".

 

En 1985, c'est ici que Martine Donnette ouvre une boutique Phildar. Les pelotes de laine filent, et la commerçante, confiante, achète le magasin. Six mois plus tard, elle apprend qu'il va être démoli. Carrefour veut agrandir sa galerie commerciale : à cause des travaux, Martine doit déménager et investir 300 000 francs dans un nouveau magasin.

Les autres commerçants de la galerie sont indemnisés sans augmentation de loyer, explique-t-elle, alors que le sien double. 

 

Son magasin fait faillite, son mariage aussi

 

En deux ans, c'est la liquidation judiciaire.

 

Martine perd tout : son magasin fait faillite, son mariage aussi. Pour s'en sortir, elle doit vendre. En attendant, elle continue à payer le loyer de son ancienne boutique, 7 000 francs par mois. Carrefour refusant de déspécialiser le bail, elle ne peut pas céder son emplacement à une pizzeria ou une bijouterie.

 

Quand elle ne peut plus payer son loyer, Carrefour l'expulse. Pour Martine Donnette, c'est son obstination qu'elle a payée : "Dès qu'on a un procès avec eux, qu'on leur tient tête, il faut nous dégager." 

 

 

Sourcing:  Franceinfo

 

Extrait de "Martine part en guerre contre les hypermarchés", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 25 mai 2017.

 

NDR / BM

Cela ressemble à s'y méprendre à la fable Le pot de fer contre le pot de terre;

La grande distri a l'habitude de la maltraitance infligée à autrui pour son propre bénéfice et à son avantage lorsqu'elle défend ses interêts bien compris. Tous y passent et y sont passés. La broyeuse d'humanité n'a aucun état d'âme. Les statuts, les vies humaines ne comptent pas.

Salariés, locataires gérants, fournisseurs, prestataires......... 

BM

 

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

SOCIAL-ECO

 



Il y avait quelque chose d’émouvant dans l’exposé par France 2 du combat que mène Martine Donette, une ancienne commerçante des Bouches du Rhône, contre les coups tordus des enseignes de la grande distribution concernant les boutiques qu’elles louent à d’autres commerçants dans les galeries marchandes.

 

Ruinée par Carrefour, cette retraitée mène désormais le combat de sa vie contre les abus des grandes enseignes. 

 


Elle se nomme Martine Donette et elle « crevait l’écran » jeudi soir dans le premier sujet traité par Envoyé Spécial de France 2, émission présentée par Elise Lucet.

 

 

L’histoire de Martine est aussi banale qu’injuste.

 

 

Comme nous l'avons évoqué plus avant, elle tenait un petit magasin qui vendait de la laine dans une galerie marchande d’une grande surface du groupe Carrefour. Soucieux d’agrandir la surface commerciale son magasin de manière pas forcément légale, Carrefour a obligé Martine à changer de place pour sa boutique peu de temps après son installation.

 

Nettement moins bien placée qu’avant, la commerçante a commencé à travailler à perte, pour finir ruinée au bout de quelques années.

 


Mais l’émission a surtout montré comment cette femme maltraitée par une enseigne de la grande distribution se bat désormais pour aider les victimes des pratiques illégales de ces mêmes enseignes en portant des dizaines de dossiers devant les tribunaux.

 

Elle parvient de temps à autre à faire gagner de « pot de terre » contre le « pot de fer ».

 

Au passage, on découvre sans grande surprise comment la multiplication des zones de chalandise à la périphérie des villes a tué les commerces de proximité au cœur des cités.

 

On a aussi confirmation du peu de cas que font trop de maires et de conseils municipaux de la valeur des terres agricoles pour les générations futures quand ils les bétonnent, sans le moindre souci d’économie, en rocades, ronds points, magasins et parkings dans le but de percevoir quelques subsides pour alimenter le budget municipal.


 
Une incitation au gaspillage des terres agricoles

 


Selon la rédaction de l'humanité.fr,

 

(article édifiant en tous points)   BM

 

Le combat de Martine Donette nous a poussé à replonger dans un rapport rédigé voilà à peine neuf ans pour introduire plus de concurrence dans tous les secteurs de l’économie.

 

En page 132 de ce rapport on pouvait lire ceci :

 

« Le foncier ne manque pas en France où la densité de la population est l’une des plus faibles d’Europe. Mais il faut inciter les communes à l’utiliser et à le rendre constructible, en permettant à l’Etat de reprendre la main en cas de nécessité.

Il est aussi nécessaire de mettre en place des mécanismes privés incitatifs».

 

 

Ce rapport recommandait clairement une accélération du gaspillage de terres agricoles en France.

 

 En pages 144,145 et 146 de ce même rapport qui date du début de l’année 2008, son rédacteur regrettait que « les réglementations actuelles réduisent considérablement le potentiel de ce secteur en terme de pouvoir d’achat, de croissance et d’emploi (…)

 

Au total, une intensification de la concurrence dans ce secteur permettrait une baisse des prix et une progression des embauches, les deux phénomènes se conjuguant pour accroître le pouvoir d’achat des ménages et la croissance de l’économie », écrivait ce petit futé, oubliant que les créations d’emploi en zone de chalandise à la sortie des villes en détruisent énormément dans les commerces des centres villes.

 

Un rapport destiné à Nicolas Sarkozy

 

 

Ce rapporteur en mission pour servir les intérêts de Carrefour, Leclerc, Auchan, Casino et quelques autres poursuivait sur sa lancée : « 379 grandes surfaces ouvraient en moyenne chaque année entre 1986 et 1994, alors que leur nombre est tombé à 162 entre 1995 et 2003 ».

 

Faisant référence à la loi Galland qui avait permis de freiner le rythme des implantations sans empêcher les augmentations illégales des surfaces commerciales comme le prouvent les dossiers de Martine Donette, le rapporteur ajoutait : « Cette réglementation a particulièrement entravé le développement des grandes surfaces de type maxi-discount au moment même où ce format commençait à séduire les consommateurs.

 

Aujourd’hui , le maxi-discount représente 13% des parts de marché de la distribution alimentaire contre 30% en Allemagne », déplorait le rapporteur, plus partisan que jamais du bétonnage des terres agricoles en France. Ce bétonnage continue de plus elle aujourd’hui via le développement de nouveaux services commerciaux comme le « drive » et la préparation des colis livrés à domicile.

 

(et autres joyeusetés qui nous sont promises, comme entres autres la délocalisation de certains services postaux) BM

 


Ce rapport, vous l’aurez peut-être deviné, était destiné à Nicolas Sarkozy qui venait d’être élu président de la République.

 

Pendant que d’un côté les commissions du Grenelle de l’environnement, accepté du bout des lèvres par Nicolas Sarkozy, listaient des mesures à prendre pour freiner le réchauffement climatique, la « Commission Attali pour la libération de la croissance » par la stimulation de la concurrence sauvage publiait un rapport visant à accroitre sensiblement les émissions de gaz à effet de serre.

 

La rédaction finale de ce rapport avait été confiée à Emmanuel Macron.

 


Martine Donette aussi aurait des bonnes raisons de dire aujourd’hui : « Macron, comment vous dire, ras le bol ! »

 

 
 
Sourcing:      Gérard Le Puill in l'Humanité.fr

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?
"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

Proverbe, expression populaire : C'est le pot de terre contre le pot de fer. ... Ce proverbe est tiré de l'Ecriture (chap. XIII de l'Ecclésiaste).

 

Il nous rappelle que la prudence nous conseille de ne nous associer qu'avec nos égaux, si nous ne voulons pas engager notre indépendance ou compromettre notre sûreté.

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

La Fontaine

 

Le Pot de terre et le Pot de fer


 Livre V - Fable 2


Esope a écrit un texte très court, « Les Pots», que La Fontaine a eu tout loisir d’amplifier et de travailler selon son génie.

Il utilise ici l’heptasyllabe (mêlé à l’alexandrin dans la dernière partie de la fable), ce qui confère à celle-ci un caractère sautillant. Collinet établit une comparaison entre le texte ci-dessous et le passage de l’Ecclésiastique, XIII, 2-3 « N’entrez point en société avec un plus riche que vous. Quelle union peut-il y avoir entre un pot de terre et un pot de fer ? Car lorsqu’ ils se heurteront l’un contre l’autre, celui de terre sera brisé. »

(« La Fontaine - Œuvres complètes, tome I ; Fables, contes et nouvelles » édition établie, présentée et annotée par Jean-Pierre Collinet ; NRF Gallimard ; Bibliothèque de La Pléiade ; 1991, p. 1131).

 

 

Mais le thème du récit a été repris et amplifié par bien d’autres auteurs, certains ayant pourvu le pot de terre de plus de prudence - et donc d’une plus longue vie - que chez La Fontaine.

 

 

Le pot de fer proposa 
Au pot de terre un voyage. 
Celui-ci s'en excusa, 
Disant qu'il ferait que sage 
De garder le coin du feu, 
Car il lui fallait si peu, 
Si peu, que la moindre chose 
De son débris serait cause : 
Il n'en reviendrait morceau. 
"Pour vous, dit-il, dont la peau 
Est plus dure que la mienne, 
Je ne vois rien qui vous tienne.
-Nous vous mettrons à couvert, 
Repartit le pot de fer : 
Si quelque matière dure 
Vous menace d'aventure, 
Entre deux je passerai, 
Et du coup vous sauverai." 
Cette offre le persuade. 
Pot de fer son camarade
Se met droit à ses côtés. 
Mes gens s'en vont à trois pieds,
Clopin-clopant comme ils peuvent, 
L'un contre l'autre jetés 
Au moindre hoquet qu'ils treuvent. 
Le pot de terre en souffre; il n'eut pas fait cent pas 
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
            Sans qu'il eût lieu de se plaindre .

Ne nous associons qu'avecque nos égaux,
            Ou bien il nous faudra craindre 
            Le destin d'un de ces pots .

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

Cette histoire, fable certes, mais de la vie, ne doit pas être un frein à la défense de nos droits, en toute liberté et indépendance.

Nous ne sommes en rien le pot de terre !

 

Isolé le salarié est à la merci de l'employeur, ensemble, syndiqué, nous sommes plus fort, et structuré pour faire valoir et défendre nos droits.

Le combat nous renforce, et nous rend plus fort, nous avons des bien communs à défendre, sans relâche défendons nos droits, le code du travail, les CCN,  notre dignité, nos  UD ....

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social Revue de presse Billets d'humeur
commenter cet article
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 14:01
La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein
La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein
La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein
La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein

Société / Précarité.

 

La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein



Contrôle des comptes bancaires, chantage au bénévolat… certains départements  organisent un flicage très serré des plus pauvres, sautant sur le moindre prétexte pour réduire ou supprimer leurs maigres allocations.

 

Ailleurs, c’est la mesure prônée un temps par l’actuel ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, le contrôle des comptes bancaires des allocataires, qui est choisie.

 

Tout revenu annexe pouvant être retranché du montant des allocations (536,78 euros pour un bénéficiaire célibataire), la moindre économie, le plus petit cadeau, peuvent se retourner contre le bénéficiaire du RSA.

 

 

C’est ce qui est arrivé à Régis, mais aussi à Alain Guizou.

Ce père célibataire de trois enfants s’est vu retirer un mois de RSA parce qu’il avait eu la mauvaise idée de déclarer les 800 euros que son fils avait gagnés l’été en travaillant dans une colonie de vacances. En principe, demander à quelqu’un au RSA de produire ses relevés de comptes n’est pas légal, la loi stipulant qu’il doit faire une déclaration sur l’honneur, mais cela n’a pas arrêté les départements.

 

« Depuis un an, ça c’est beaucoup durci. On doit justifier absolument tout ce qu’on perçoit et, dans certains cas, on nous demande nos relevés de comptes », confirme François Garnier, du Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) à Belfort et Thann (Haut-Rhin).

 

 

« Conditionner l’obtention du RSA à des heures de bénévolat contraint »

 

 

Même constat en Isère.

 

Depuis le démarrage, en octobre 2016, d’un plan de lutte contre les fraudes, « ils se sont mis à tout éplucher et à chercher la fraude, y compris en demandant des bulletins de salaire ou des relevés de banque », raconte Pierre-Louis Serrero, président de l’association RSA 38. Il n’est pas hostile au principe du contrôle, mais s’indigne du fait qu’il y ait « une suspicion systématique » alors qu’il y aurait, selon une étude de la Caisse nationale des allocations familiales, seulement 2 % de fraudeurs, pour des montants dérisoires, comparés à la fraude fiscale des entreprises.

 

 

Le soupçon de « laisser-aller » alimente d’autres types de mesures. « Il y a eu une offensive, l’année dernière, déclenchée par le Haut-Rhin et qui a été depuis suivie par d’autres départements. Ils ont décidé de conditionner l’obtention du RSA à des heures de bénévolat contraint », rappelle Florent Gueguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS).

 

La mesure a été jugée illégale en octobre 2016 par le tribunal administratif.

Mais elle a été réintroduite sous la forme d’un « contrat d’engagement réciproque » que le demandeur du RSA est incité à signer et qui comporte l’obligation d’une activité bénévole.

 

En principe, il s’agit d’une politique incitative.

 

 

Mais, dans les faits, la marge de manœuvre des allocataires est limitée. « Pour les chômeurs qui signent un contrat d’engagement PPAE (projet personnalisé d’accès à l’emploi – NDLR), le bénévolat peut être inscrit dans le dispositif, on présume donc de l’accord de la personne.

 

Dans le Haut-Rhin, on peut être radié si on refuse d’effectuer ces heures. Dans le Bas-Rhin, on a obtenu l’engagement de ne pas pouvoir radier les personnes qui ne respectent pas ce contrat d’engagement », explique Marc Desplats, responsable du MNCP dans le Grand Est.

 

 

À ces mesures, s’ajoute la complexité amenée par la dématérialisation.

 

« Pour les gens les plus éloignés, ça a compliqué les démarches en multipliant les risques d’erreurs et en rendant les recours plus difficiles, faute d’interlocuteurs », estime Jean-Christophe Sarrot, coauteur du livre Pour en finir avec les idées fausses sur les pauvres.

 

L’absence d’Internet à domicile, la difficulté à rédiger ou même à réceptionner un mail, l’incompréhension du langage souvent alambiqué des documents administratifs… autant de raisons qui expliquent un rendez-vous raté ou la mauvaise case cochée par le bénéficiaire. S’y ajoutent des méthodes plus discrètes.

 

« Parfois, des consignes sont tout simplement données aux services sociaux des départements pour qu’ils compliquent la tâche aux demandeurs d’aides sociales », assure Jean-Christophe Sarrot.

 

« La conséquence, c’est beaucoup de stress et de souffrance »

 

 

L’argument derrière ce raidissement est en partie budgétaire. Depuis la crise de 2008, la courbe des allocataires s’est envolée, suivant celle du chômage.

 

Entre 2012 et 2014, leur nombre a crû de 12,5 %, pour atteindre 1,9 million de foyers, selon une étude de la Direction de la recherche des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

 

Parallèlement, l’État n’a cessé de réduire le montant de ses dotations, laissant les départements payer seuls la majorité des coûts.

 

Faute de système de péréquation, « ce sont les départements les plus pauvres qui ont à la fois le plus de chômeurs et le moins de rentrées fiscales », souligne Florent Gueguen.

 

 

Mais, si l’argument budgétaire est réel, il sert surtout à mettre en avant un discours de suspicion systématique contre les pauvres, accusés de vivre sur le dos de la collectivité et d’être seuls responsables de leur situation.

 

 

« Il y a une volonté de caresser l’opinion publique dans le sens du poil sur le thème de ‘‘l’assistanat’’ », estime Florent Gueguen. « On considère que les plus modestes sont a priori malhonnêtes ! » tempête de son côté Pierre-Louis Serrero, qui s’indigne qu’on laisse courir Pénélope Fillon quand un allocataire du RSA devient un paria pour quelques euros non déclarés.

 

 

Pour les allocataires, cette suspicion croissante est coûteuse.

 

« La conséquence, c’est beaucoup de stress et de souffrance », souligne Jean-Christophe Sarrot. Déjà obligés de remplir quatre déclarations de revenus par an, les allocataires se sentent infantilisés. Ils soulignent le caractère intrusif de ces nouvelles demandes, qui les obligent à dévoiler toute leur vie.

Le moindre courrier devient une source d’angoisse. « On vit du soir au matin dans la peur », résume Alain Guizou.

 

Pas vraiment des conditions idéales pour se reconstruire et chercher un emploi. Pour ceux qui sont radiés ou qui ont vu leurs allocations réduites, c’est rapidement la perte du logement et la descente aux enfers. « In fine, ces gens, nous allons les retrouver dans nos structures d’hébergement d’urgence.

 

Cette approche est une machine à produire de la grande précarité ! » martèle Florent Gueguen.

 

 

Écœurés par le système, certains allocataires ont choisi de prendre la tangente, alors que, déjà, plus de 30 % de ceux qui pourraient prétendre au RSA n’en font pas la demande.

 

Daniel fait partie de ceux qui ont jeté l’éponge. Après de multiples galères pour que la CAF accepte le cumul de l’allocation avec ses droits d’auteur et une pension militaire de 56 euros, le compositeur-interprète, artiste protéiforme, a dit stop : « J’ai été victime d’un véritable acharnement. De 2009 à 2016, je me suis retrouvé sur plusieurs périodes de trois mois avec zéro revenu. » Désormais, il vit sur un terrain prêté par un ami, cultive son potager et a installé son atelier en pleine nature, en périphérie de Strasbourg. « Je me suis enfin stabilisé. »

 

 

 

Publication FO CPF, secteur social

 

Sourcing :     CAMILLE BAUER ET CÉCILE ROUSSEAU / L'HUMANITÉ
 

La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein
La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein
La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein
La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social Actu sociale Billets d'humeur
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 23:03
R. Waters's new album, in the mood of the social context  isn't it?

R. Waters's new album, in the mood of the social context isn't it?

En Marche.........arrière toute !

Ces derniers mois, BNP Paribas, Natixis et Engie ont engagé la délocalisation à l'étranger des services internes ou des prestataires. Sans médiatisation, ni occupation de site...

 


L'affaire de l'usine Whirlpool d'Amiens masque une vague massive de délocalisations d'emplois en cours dans le secteur tertiaire. De grandes entreprises françaises (banque, énergie) transfèrent à l'étranger certaines de leurs activités de services avec le même argument que dans l'industrie: parce que les coûts salariaux y sont moins élevés.

 


Natixis est engagé dans un plan étalé sur trois ans, de 600 emplois liés à l'informatique, soit plus que les 290 salariés et 250 intérimaires de l'usine picarde de Whirlpool.

 

Présenté à l'automne 2016, ce plan baptisé Atlas avait suscité les protestations des syndicats de la banque de financement du groupe BPCE, même si la direction s'est aussi engagée à créer en France, au sein de sa direction des systèmes d’information, 150 postes d'ici à 2019.

 

 

En outre, 

 

Petit rappel à toutes celles et ceux qui ont combattu, au nom de la démocratie et de la liberté syndicale, de la justice sociale et de la protection de notre cadre de vie:


  • – les accords de l’OMC organisateurs de la mondialisation néo-libérale la plus débridée et en particulier l’AGCS (qui privatise à terme les services publics) et les accords sur la propriété intellectuelle (qui limitent la possibilité de fabriquer des médicaments génériques et permettent les OGM),


  • – le traité constitutionnel européen de 2005


  • – le traité de Lisbonne


  • – les accords de partenariat de l’UE avec l’Afrique qui la mettent sous la tutelle des multinationales européennes


  • – le traité budgétaire Merkel-Sarkozy-Hollande (TSCG)


  • – le MES (mécanisme européen de stabilité)


  • – la fausse loi de séparation bancaire de Moscovici-Hollande

  • – les cadeaux de Hollande au MEDEF (CICE)


  •  - la loi Rebsamen


  • – la loi Macron


  • – la loi EL Komri


  • – le TAFTA


  • – le CETA

  • – l’ACS (aggravation de l’AGCS).

  •  - La loi NOTRe

  •  - La Loi M. Touraine


 

Et c'est pas fini,

 

Pour les étudiants, qui peuvent être nos enfants, nos sœurs et frères,  une circulaire publiée au bulletin officiel entérine la possibilité pour les facultés de tirer au hasard les candidats qui veulent s’inscrire à l’université, trop nombreux par rapport aux capacités d’accueil.....

 

Le cycle universitaire à la loterie, et la vie à la roulette russe !

 

Les 39 plus grosses fortunes de France, plus riches que jamais, cumulent 228 milliards d’euros.

 

Cette réalité que tant de falsificateurs s’acharnent à cacher porte un nom : la lutte des classes !

 


Ils ne lâcheront rien de leurs privilèges, bien au contraire, ils en veulent plus, toujours plus ! 

Nous n'aurons rien d'autres que ce que nous arracherons!

 

Outre celui de de Whirpool, de nombreux plans dits « sociaux » par antiphrase sont en cours.

 

 Ils préparent des milliers de suppressions d’emplois

 

En voici une liste non exhaustive avec le nombre d’emplois en cause :

 

  • Seita dans le Puy de Dôme et dans le Loiret (325),

  • Vivarte (1000),

  • GE-Alsthom (765 en France et 6 500 en Europe) ;

  • Mim (790),

  • Nobel Plastiques (120),

  • Verbaudet (44),

  • La Voix du Nord(178),

  • Aerofam (50),

  • Innelec Multimedia( (60)….

 

Et pendant ce temps là Monsieur Junker trouve que les salariés français sont trop protégés, et trop payés !

 

 

C'est sans compter les multiples, par plusieurs milliers, pertes d'emploi  depuis tant d'années, dans la grande distribution dont personne ne parle jamais, liés aux transferts des magasins vers des mode de gestion dites "indépendantes" par le biais de la location gérance, qui sont de véritables mouroirs sociaux. Délocalisation qui ne dit pas son nom.

 

Ce que nous consommateurs achetons dans ces infames bazars de la distribution a un prix, et un coût social, sans compter celui de la production, du conditionnement, et de son acheminement jusqu'au centre de profit ! 

 

Se profile dans les semaines à venir la mise en route du programme du nouveau gouvernement par voie d'ordonnances......Dérégulations sociales, hyper flexibilité, refonte du code du travail, Loi travail XXXL !

 

 

D'autres avant nous ont eu à relever des défis identiques et nous partageons une même histoire, celle de ces Femmes et de ces Hommes de toutes origines qui ne se résignent jamais et qui se battent pour construire des jours heureux.

 

 

EN MARCHE POUR LE CAUCHEMAR

En Marche.........arrière toute !

EN MARCHE POUR LE CAUCHEMAR

En Marche.........arrière toute !
En Marche.........arrière toute !
En Marche.........arrière toute !
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social Coup de gueule Billets d'humeur
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 15:37
La cour des miracles de la République

La cour des miracles de la République

Depuis hier 20H00, la finance pisse en l'air et dit qu'il pleut de l'or.

 

Et pourtant seulement 42,5% (20M/47) du corps électoral a voté pour le vainqueur de  l'élection. Ce n'est pas 50%. Ce n'est pas une majorité ! Ce n'est pas un score de vainqueur.

Ce n'est pas le triomphe d'un homme, ni d'un courant, ni d'une idée, et encore moins d'un mouvement!

 

Score de gagnant à bas prix d'une élection au résultat tronqué, campagne biaisée, face à face d'entre deux tours frappé d'inanité. Tout ça après 06 tours d'élections divers, entre le tour de chauffe des primaires pour la galerie, et les deux derniers tours dont la finale.

Pour une fois, devant les truqueurs c'est l'arbitre qui a été le meilleur, et de loin...

 

Et pourtant l'élu, après une ballade nocturne au Louvre, (pas trop loin du musée, tout un signe) va bien occuper le  Palais de l’Elysée.

 

Record de votes blancs et nuls.

 

Avec les votes blancs et nuls, c'est même plus d'un Français sur trois qui a refusé de choisir dimanche entre les deux candidats : 8,56%.

 

Cela constitue un record absolu, balayant le précédent, datant de… 1969!  (Rappelez -vous bonnet blanc et blanc bonnet!)

 

On parle du taux d'abstention, mais il faudra également y ajouter les blancs et nuls, ainsi que tous ceux qui, inquiets, culpabilisés, parfois honteux, ont mis un bulletin qu'ils n'auraient jamais utilisé si l'épouvantail de service n'avait pas été propulsé au second tour. 

 

A rajouter également toutes ces petites gens des villes et des campagnes en colère, chômeurs, paysans révoltés, retraités sous le seuil de pauvreté,  travailleurs pauvres, précaires écrasés par le poids de l'exploitation qui se sont laissés entraîner dans un vote soit disant "anti-système", qui se serait immanquablement retourné contre eux.

 

Cela éclaire sur l'état du pays lassé par les politiques libérales et d'austérité menées (depuis 1983..rappelons le tournant de la rigueur post élection de 81 !) par les politiques de tous bords qui se sont succédés, et qui peu à peu ont réduit, non pas le déficit au nom duquel ces politiques ont été menées, mais leur crédit auprès des Français par la destruction de nos protections, socle social de tous, conséquences traumatisantes des actions entreprises.

 

La classe ouvrière a voté pour son bourreau, sans choix électoral de 2ème tour acceptable et crédible.

 

 

Les médias, aux mains de laquais serviles, besogneux et obséquieux, dont les relais bien pensants ont irrigué le pays de leurs messages, ont réussi, faisant monter l'indicible durant toute la campagne, à faire valider ce choix par défaut.

 

L'élu à l'issue de ce scrutin continuera avec l'aide de ses soutiens dans un instinct de survie politique et économique, de suivre le même chemin déjà creusé et bien balisé, dans l'interêt  bien compris de ceux qui l'ont amené à la victoire.

 

Jusqu'où allons nous devoir le supporter?



Les vrais responsables à la manoeuvre de ces votes suicidaires se retrouvent dés l'annonce des résultats attendus, dans le camps des "vainqueurs".

De toute façon, hier nous n'avions plus de camp, hormis nous mêmes.

 


Ce soir du 07 mai, le capitalisme financier a de multiples orgasmes. Les élus, les partis et leur cohorte d'affidés, supporteurs des alternances successives ont construit un nouveau maître qui fait allégeance et saura servir leurs interêts bien compris. 

 

Ils se bousculent pour les prébendes, la défense de leurs privilèges.

 

Ils seront dès le jour d'après, faut bien déglutir les effets alcoolisés de la victoire,  pour réclamer encore plus de dérégulations sociales, la baisse  des "coûts salariaux", c'est à dire les salaires, les retraites, les pensions, les allocations, les cotisations sociales (qui sont une partie de notre salaire  différé, mutualisé), l'augmentation de la durée du travail, pour la suppression des emplois publics, pour le transfert au privé  des pans entiers de l'économie sociale ou nationale.

 

"EM Président" visage de l'orthodoxie libérale mondialisée est la tête de gondole du pur produit marketing de la presse people et autres medias, se présente comme l'interlocuteur privilégié des dirigeants de la planète, de l'UE, tous bâtis sur le même moule, mus pour l'adoption des mêmes politiques......provoquant les mêmes conséquences !

L'International Libéral est bien structuré, et inspire les politiques menées un peu partout avec les effets que l'on connait sur les populations: Grèce, Espagne, Italie, Portugal, Angleterre, France.... sans oublier l'Allemagne avec sa cohorte de personnes subsistant sous le seuil de pauvreté....

 

Au besoin il changera l'étiquette, le packaging et la présentation au moment des soldes, selon la demande de la clientèle et de ses concepteurs, pour maintenir la valeur ajoutée sur le bas de page, et drainer les voix qui pourraient s'égarer vers des contrées interdites, repoussoires d'utilité républicaine. Bien visualiser le code barre, tout y est.

 

Combien de temps cela pourra t'il durer?

Combien de temps ce manque de respect pourra t'il survivre à la manipulation ?

 

Elections après élections l'extrème droite monte, sous le coup des politiques menées, que nous autres syndicalistes  combattons pied à pied.

 

Le danger d'extrême-droite réside bien dans la continuation de la politique de baisse des coûts salariaux et destruction des conquêtes sociales de 1789, (1871, l'intermède sanglant de La Commune aura été un d'un bref espoir) 1936 et 1945, commanditée par les institutions supranationales ( non démocratiques): FMI, Banque mondiale, Union européenne.


C'est bien cette politique qu'il nous faut combattre, si l'on veut effectivement éviter le risque totalitaire qui nous guette.


D'où l'impérieuse nécessité de renforcer les organisations syndicales revendicatives libres et indépendantes face aux organisations pseudo-syndicales qui accompagnent les politiques destructrices de droits, qui font le lit de ceux que nous combattons pour reconstruire ce qui a été détruit.

 

 

Depuis trop longtemps nombre de responsables  ont troqué les idéaux et les fondamentaux de l'International socialiste pour le chant des sirènes de l'international Libéral. Ce fut un reniement majeur, source de bien des maux d'aujourd'hui.  Nous en payons le prix.

 

C'est le côté face de la pièce qui nous est montrée, alors que sa valeur se trouve de l'autre côté. L'offre électorale est ainsi faussée. Les candidats putatifs des deux côtés de l'échiquier, se nourrissant de la même sève libérale dans une sur-enchère mortifère pour nos droits, ainsi bradés à l'encan des suffrages, au gré des alternances et des substitutions.

 

Rajouter une feuille de salade dans un Big M Shit n’en fait pas un aliment sain ou comestible.

 

En ce jour d'après, il est urgent, si nous ne voulons pas revivre d'autres 2002 et 2017, alors qu'ils anticipent déjà 2022, de songer au soleil qui se lèvera demain...et de préparer cet avenir pour nous mêmes et nos enfants...

  Le jour d'après du 07 mai...
  Le jour d'après du 07 mai...
  Le jour d'après du 07 mai...

«D'une façon ou d'une autre, vous échouerez. Tôt ou tard, ils verront qui vous êtes et vous déchireront. La vie vous vaincra. Il y a quelque chose dans l'univers, je ne sais quoi, un esprit, un principe que vous n'abattrez jamais.»

1984, G. Orwell

  Le jour d'après du 07 mai...
Albert JOSEPH

Albert JOSEPH

Relisons  A. Joseph

 

"Tu te plains de la police, de l’armée, de la justice, des administrations, des lois, du gouvernement, des spéculateurs, des fonctionnaires, des patrons, des proprios, des salaires, du chômage, des impôts, des rentiers, de la cherté des vivres et des loyers, des longues journées d’usine, de la maigre pitance, des privations sans nombre et de la masse infinie des iniquités sociales. 

Tu te plains, mais tu veux le maintien du système où tu végètes. Tu te révoltes parfois, mais pour recommencer toujours.

Pourquoi te courbes-tu, obéis-tu, sers-tu ? Pourquoi es-tu l’inférieur, l’humilié, l’offensé, le serviteur, l’esclave ?

Parce que tu es l'électeur, celui qui accepte ce qui est ; celui qui, par le bulletin, sanctionne toutes ses misères, consacre toutes ses servitudes.

 

Tu es le volontaire valet, le domestique aimable, le laquais, le larbin, le chien léchant le fouet. Tu es le geôlier et le mouchard. Tu es le bon soldat, le locataire bénévole. Tu es l’employé fidèle, le serviteur dévoué, l’ouvrier résigné de ton propre esclavage. Tu es toi-même ton bourreau. De quoi te plains-tu ?..."

 

Albert JOSEPH

 


Albert Libertad


Joseph Albert, dit Albert Libertad ou Libertad, né le 24 novembre 1875 à Bordeaux et mort assassiné par empoisonnement à l'Anthrax 12 novembre 1908, à l’Hôpital Lariboisière à Paris, après y avoir été admis à la suite d'un tabassage par la police en Suisse alors qu'il allait y donner conférence, est un militant libertaire français, anarchiste individualiste

Il est parmi les fondateurs, en 1902, de la Ligue antimilitariste et participe à l'essor du mouvement des « Causeries populaires »

USA, 1910, enfant s'apprêtant à se rendre au travail dans la mine.

USA, 1910, enfant s'apprêtant à se rendre au travail dans la mine.

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE Billets d'humeur
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 10:05
 désinformation & manipulation

désinformation & manipulation

Tableau des résultats

Tableau des résultats

DESINTOXE:  désinformation & manipulation, on ne joue plus !
Quand l'international Libéral supplée et supplante  l'Internationale Socialiste qui s'est délitée

Quand l'international Libéral supplée et supplante l'Internationale Socialiste qui s'est délitée

(En guise d'Edito)

 

DESINTOX. 

 

 Désinformation & manipulation 

 

Tordons le cou à la désinformation

 

 

Non Hitler n’a pas été élu grâce au suffrage universel

 

 

NON Hitler n’a pas été élu, il faut arrêter ces proclamations imbéciles et se préoccuper de la réalité de ce que veulent réellement nous faire gober les institutions qui détiennent le pouvoir médiatique et économique, et de comment vient le fascisme…

 

Cette affirmation totalement fausse n’est qu’une grossière manipulation de l’Histoire, à visée électoraliste. 

 

 

Se renvoyant mutuellement l’ascenseur, ils ont besoin les uns des autres pour établir et maintenir leur emprise.

 

 

L'adversaire essentiel des salariés est le capitalisme financier. L'histoire nous l'enseigne, le fascisme n'est que l'éventuel outil de celui-ci, qui selon le contexte ou l'actualité lui sert de repoussoir électoral, ou d'allié objectif dans la défense de ses interêts bien compris.

 

 


Il y en a marre de ces indigents d’inculture qui ne cessent de balancer l’idée qu’Hitler aussi aurait été élu pour nous inciter à voter pour un quelconque partisan de l’état d’urgence. 


A ce sujet n’importe lequel des candidats aurait fait l’affaire, sauf un peut être, apparemment fort peu influençable, ni influencé par les diktats de  la sphère menaçante de l’establishment mediatico - politico - financier.

 

 

Même des pseudos syndicalistes, ou supposés tels, entremêlés d'anciens/récents dirigeants, censeurs professionnels, dont des journalistes, des écrivains, des intellectuels (bigre!), même des psychanalistes.... le ban et l'arrière ban des penseurs de tous bords, faiseurs de leçons et coachs-prosélytes dans la cacophonie médiatique ambiante, se vautrant dans la déliquescence ont crû devoir faire de la surenchère en mission d'œcuménisme au soutien d'un candidat télé évangélique, pour, selon les oukases proférées, faire barrage à la chose brune, alors que ce sont justement les politiques d’austérité, de destructions sociales et libérales menées et soutenues par eux depuis des décennies qui nous ont conduit dans cette situation.

 

Le contexte d’une décomposition sociale profonde et d'un rejet des élus leur est entièrement imputable.

 

Ayant toutes les audaces, ils nous demandent de leur faire (encore !) confiance pour éviter ce qu'ils ont  en fait construit. 

 

Marcherions-nous sur la tête ?

Aurions- nous la mémoire défaillante, ou sélective ?

 

 

Ne voient donc t'ils pas que la continuité de ces politiques reproduira les mêmes effets en les amplifiant, de par un simple effet boule de neige?

 

Ne comprennent - ils pas que la précarité sociale, salariale, que la violence de ces politiques sur les citoyens continueront de faire grossir encore et encore les rangs des électeurs rejetés vers les extrêmes, et que la peste qu'ils disent condamner n'est que le fruit de leurs turpitudes, de leurs rapacités et de leurs cupidités?

 

Bien évidemment qu'ils le savent, ils s'en nourrissent et en vivent, comme d'une fuite en avant qu'un jour ils ne pourront plus maîtriser, l'hydre échappant à ses créateurs, le peuple comprendra que ce sont les pires crapules qui ont généré ce système qui les anéantit.

 

Une alliance d’intérêts bien compris participe à cette mascarade pour dans un premier temps faire émerger leur candidat, puis ensuite s’assurer de son élection.

 

Un candidat choisi, façonné, formaté, instruit des besoins impérieux qui sont les leurs, en dehors du sérail habituel des impétrants  putatifs, devenus obsolètes de par un grand et large mouvement de dégagisme.

 

Les intérêts de cette oligarchie dont il est question ne peuvent pas s’en remettre au seul vote démocratique peu sure selon eux pour la défense de leur emprise sur notre monde et la mainmise exercée sur les sociétés, les peuples et les nations qu’ils gouvernent, pas seulement par simple procuration.

 

Si un temps ils ont pu avancer caché, ce n’est plus le cas. L'épouvantail ainsi agité sert de repoussoir bien utile pour canaliser les bons bulletins de votes dans les  enveloppes.

 

Lorsque l'on décrète à grand renfort médiatique pour quel candidat il faut voter, que la main ne doit pas trembler en mettant le bulletin dans l'enveloppe, et que rien d'autres ne prévaut, que c'est celui-ci qui doit être élu, que le vote blanc ou l'abstention sont des atteintes à la moralité, qu'avons nous réellement de différent avec les régimes totalitaires ? 

C'est le bourrage des urnes par voie de consentement.

 

Un jour le peuple se lassera et désertera les bureaux de vote.....laissant la démocratie en jachère aux portes de la République.

 

Démocratie frappée d’impotence; Entre la soumission et la confusion s’insinue l’occultation d’informer par la désinformation, terreau d’inculture et de méconnaissance, qui borde le lit des extrémistes. 

 


Donc par pitié, un peu de pudeur et de retenue, ni morale, ni leçon !

 

L'accession d'Hitler au pouvoir est assurément un argument contre toutes formes d’un vote non conforme selon ceux qui l’évoquent, ne craignant pas au demeurant de tordre le cou à la véracité des faits, et d'égratigner la démocratie. 

 


Car contrairement à une idée reçue, Adolf Hitler n’a jamais vraiment été élu, encore moins avec 90% ou une majorité de voix, comme d'aucun le prétende et ose le dire.

 

 Il suffit pour cela de regarder les résultats de son parti, le parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP), aux différentes élections législatives de sa création en 1920 jusqu’à sa nomination en tant que chancelier du Reich en 1933.

 

Car oui, Hitler n’a pas été élu, mais nommé chancelier le 30 janvier 1933 par Paul Von Hindenburg, le président du Reich. Il bénéficiait alors du soutien d’une partie du patronat, du parti national du peuple allemand (DNVP) et de l’ancien chancelier du Zentrum catholique Franz Von Papen, qui espérait faire d’Hitler une marionnette.

 

Dans les élections législatives de la fin 1932 son parti a perdu plus d’un million de voix. C’était la ruine … En revanche les communistes avaient augmenté leurs scores et avec la sociale  démocratie ils avaient la majorité.

 

Mais la sociale démocratie sous prétexte de lutter contre Hitler avait fait élire aux présidentielles précédentes, le vieux maréchal Hindenburg.

 


Celui-ci avec l’accord des junkers, des forces conservatrices de l’armée et des barons de la Ruhr inquiets devant l’échec de leur protégé Hitler l’ont appelé comme chancelier flanqué de Von Papen qui était sensé le surveiller… Alors qu’il avait pris une déculottée électorale d’envergure…

 

 Pourquoi nous ont-ils  persuadé de cette fable? 

 

 

Parce que d’une part, selon les propagandistes de cette farce les peuples doivent être coupables de leurs crimes, et il est aisé d’agiter ce chiffon pour faire rentrer au bercail des voix qui pourraient soit voter blanc, ou autres, selon que l’on soit au 1er ou 2ème tour de l’élection.

 

Après on connait la suite, la provocation du Reichstag … l’interdiction des communistes… Puis celle des syndicats le 2 mai, l’ouverture du camp de Dachau où ceux qui résistaient étaient envoyés… jamais les nazis n’ont eu la majorité en Allemagne, même les élections complètement fraudées par les nazis au pouvoir de mars 1933 ne leur ont pas donné la majorité absolue. 

 

Voici les chiffres exacts pour ceux qui tiennent à la victoire de Hitler:

En juillet 1932, aux législatives: Hitler avait fait 13.745.680 voix et un pourcentage de 37,3 %


Quelques mois après en novembre 1932 :

 

  • Hitler fait 11.737621 voix, ce qui fait une perte de 2 millions de voix et 4,2% de pourcentage et il perd 34 sièges, il lui en reste 196.

  • Le parti social démocrate SPD fait 20,4 % des voix, il perd 1,2% et 12 sièges, il a 7247 901 voix

  • Le parti communiste allemand fait 5.980. 239 voix, il gagne près de 700.000 voix et 2,6% en pourcentage, il fait 16,9% et gagne 2,6% et gagne 11 sièges, il en a 100.


Oui, perdre 2 millions de voix en 5 mois est une déculottée… Et Hitler le vit comme telle… Il est littéralement repêché par les forces conservatrices et les barons de l’industrie de l’armement en particulier…

 

Quant aux dernières élections, celles de mars 1933, alors que les nazis sont au pouvoir elles donnent lieu à une fraude massive reconnue comme telle par tous les historiens et Hitler n’a même pas atteint la majorité.

 

Après l’élection du 5 mars 1933, les nazis vont s’efforcer d’éliminer toute forme d’opposition. D’abord, le 8 mars 1933, en retirant le mandat des députés communistes fraîchement élu en vertu d’une ordonnance, qui suspend les libertés individuelles, signée par le président Hindenburg le 28 février 1933, après l’incendie du Reichstag.

 


Puis le 23 mars 1933, à l’opéra Kroll de Berlin, Hitler demande aux députés les pouvoirs législatifs pour une durée de quatre ans. Pour cela, il lui faut une majorité des deux tiers au Reichstag, qui lui est garantie grâce au soutien des voix catholiques du Zentrum.

 

Le lendemain, la «Loi visant à la suppression de la détresse dans le Peuple et dans le Reich», ou  «Loi sur les pleins pouvoirs», est adoptée et permet au gouvernement d’Adolf Hitler (qui n’est toujours que chancelier) de mettre en place des lois sans l’approbation du Parlement.

 

 

La lutte contre les partis d’opposition se poursuit avec l’interdiction des syndicats le 2 mai 1933. Le 22 juin 1933, le SPD (qui s’était opposé à la loi sur les pleins pouvoirs) est déclaré «organisation hostile au peuple et à l’Etat» et donc interdit.

 

Enfin «la loi contre la création de nouveaux partis» du 14 juillet 1933 achève le parlementarisme allemand.

 


Résultat :

 

Lors des élections législatives du 12 novembre 1933, les Allemands sont invités à approuver une seule liste électorale, celle du parti d’Adolf Hitler.

 

BM

La vérité des résultats contredit les propos mensongers disant qu'Hitler aurait été démocratiquement élu, et de surcroit à une lare majorité

La vérité des résultats contredit les propos mensongers disant qu'Hitler aurait été démocratiquement élu, et de surcroit à une lare majorité

Résultats des élections législatives allemandes du 5 mars 1933

 


Parti :  suffrages exprimés

 


  • Parti national-socialiste (NSDAP)    43,9 %


  • Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD)    18,3 %


  • Parti communiste d’Allemagne (KPD)    12,3 %


  • Parti du centre (Z)    11,3 %


  • Parti national du peuple allemand (DNVP)    8,0 %


  • Parti populaire bavarois (BVP)    2,7 %


  • Parti populaire allemand (DVP)    1,1 %


  • Service chrétien-social du peuple (CSVD)    1,0 %


  • Parti démocrate allemand (DDP)    0,9 %


  • Parti des fermiers allemands    0,3 %

  • Ligue agricole    0,2 %

La souris ou le lapin, qui dit vrai ?

La souris ou le lapin, qui dit vrai ?

Sourcing de documentation historique de cet article

 

Suivre le lien, pour plus d’information


http://www.liberation.fr/desintox/2017/02/06/non-francois-bayrou-hitler-n-a-pas-vraiment-ete-elu-avec-plus-de-90-des-voix_154659

Comment construire une soumission électorale......

Comment construire une soumission électorale......

capitalisme financier
capitalisme financier

capitalisme financier

Capitalisme financier

 

Cette appellation désigne un système économique capitaliste déconnecté de «l'économie réelle» où l'importance accordée à l'actionnaire est largement excessive.

Elle dénonce les marchés boursiers, les banques, les organismes financiers  ou ceux  ciblés comme des « spéculateurs ».

La crise systémique de 2008 est imputable à ce capitalisme qui se sert copieusement et n'injecte rien dans l'économie, et n'apporte aucune valeur ajoutée au travail
 

Charlie Brown tu es un coquin, mais ça ne marche pas

Charlie Brown tu es un coquin, mais ça ne marche pas

Le 07 mai, 2ème tour..

Le 07 mai, 2ème tour..

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE Billets d'humeur Histoire
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 18:30

Mise à jour le 05 mai, 19H30

Tordons le cou aux idées reçues

Tordons le cou aux idées reçues

Pour tordre le cou aux idées reçues
Pour tordre le cou aux idées reçues
Pour tordre le cou aux idées reçues
Pour tordre le cou aux idées reçues

Pour tordre le cou aux idées reçues

50 assos contre l’exclusion 

 

 

En neuf tableaux, tordons le cou aux idées reçues 

 

 

La fraude sociale, l'emploi, les dépenses de santé, le RSA, les allocations, le logement, les minimas sociaux, le chômage, l'aide médicale d'état.....

 

 

 

 

« Loin de « profiter du système » comme certains le clament haut et fort, les personnes en situation d’exclusion ont des conditions de vie insoutenables : privations multiples, honte du regard de l’autre, parcours du combattant pour accéder à ses droits… Pourtant, des solutions existent pour sortir les personnes de l’exclusion ; les acteurs de la solidarité les expérimentent tous les jours.

 

Alors ensemble, choisissons le juste combat : attaquons-nous aux causes de la pauvreté, et non aux pauvres ! »

 

 

Rien n’étant plus dangereux et trompeur qu’une idée reçue, cette campagne est nécessaire et bienvenue : elle permet à chaque français de juger en connaissance de cause et empêche les hommes politiques, quel que soit leur bord, de débiter des contre-vérités à longueur de journée.

Encore une idée reçue qui se diffuse

Encore une idée reçue qui se diffuse

Pour tordre le cou aux idées reçues
Pour tordre le cou aux idées reçues
Pour tordre le cou aux idées reçues
Pour tordre le cou aux idées reçues

Pour tordre le cou aux idées reçues

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social Billets d'humeur
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 21:12
1934, la CGT de L. Jouhaux

1934, la CGT de L. Jouhaux

Le 1er mai, symbole des luttes sociales, des mouvements ouvriers

Un peu d'histoire.....

 

Le 1er mai, symbole des luttes sociales, des mouvements ouvriers

 

Le 1er mai  les Unions Départementales et locales syndicales déposent leurs revendications dans les salons d'Honneur des Mairies de Metropole et Outre-mer......Sauf à Henin-Beaumont depuis quelques années...!! (allez savoir pourquoi!)

 

 

Le 1er mai doit rester un symbole des luttes sociales !...

 


Aux Etats-Unis, les syndicats ouvriers décident de faire du 1er mai, à partir de 1886, une journée de manifestations pour les huit heures, soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé (plus de nos jours)...le 1er mai sera retenu par les syndicats du monde entier comme journée internationale de revendications et de solidarité.

 


En France, le 23 avril 1919, le Sénat ratifie la journée de huit heures et fait du 1er mai suivant une journée chômée...

 

 

Tiens tiens Ironie de l'Histoire...

 


Le 24 avril 1941, le maréchal Pétain instaure officiellement le 1er Mai comme « la fête du Travail et de la Concorde sociale ».

 


À l’initiative de René Belin, ancien dirigeant de l’aile anticommuniste de la CGT (Confédération générale du travail) devenu secrétaire d’État au travail dans le gouvernement de François Darlan, le jour devient férié, chômé et payé.

 


La radio ne manque pas de souligner que le 1er mai du maréchal coïncide aussi avec la fête du saint patron, Saint Philippe......

 


L’églantine rouge, associée à la gauche, est remplacée par le muguet.

 

 

En 1947, le 1er mai devient, dans le code du travail, un jour férié chômé et payé pour tous les salariés sans conditions (mais il n’est pas officiellement désigné comme fête du Travail).

 


Ce n’est que le 29 avril 1948 qu’est officialisée la dénomination « fête du Travail » pour le 1er mai...

 

 

Des manifestations syndicales, voire intersyndicales ou unitaires (selon les années, les revendications et les mouvements sociaux en cours), ont lieu dans les grandes villes de France.

 


Les trajets qu’empruntent traditionnellement les cortèges FO du 1er mai conduisent les manifestants au Mur des Fédérés du cimetière du Père Lachaise, à Paris ou devant le monument des Canuts, à Lyon...

 

 

Voilà,


Certains aiment à rappeler l'Histoire en ces temps électoraux tumultueux...
Un Citoyen est aussi un travailleur ou en attente de Travail ( il y a urgence pour beaucoup...) qui aime aussi qu'on rappelle son Histoire...

Information syndicale FO Métaux datant de la guerre mondidale de 14/18
Information syndicale FO Métaux datant de la guerre mondidale de 14/18

Information syndicale FO Métaux datant de la guerre mondidale de 14/18

Statue le chant des Canuts, Lyon, square Dejean

Statue le chant des Canuts, Lyon, square Dejean

Le 1er mai, symbole des luttes sociales, des mouvements ouvriers
Paris, comme à l'accoutumée le 1er mai une délégation FO s'est retrouvée devant le Mur des Fédérés au Père Lachaise
Paris, comme à l'accoutumée le 1er mai une délégation FO s'est retrouvée devant le Mur des Fédérés au Père Lachaise
Paris, comme à l'accoutumée le 1er mai une délégation FO s'est retrouvée devant le Mur des Fédérés au Père Lachaise
Paris, comme à l'accoutumée le 1er mai une délégation FO s'est retrouvée devant le Mur des Fédérés au Père Lachaise
Paris, comme à l'accoutumée le 1er mai une délégation FO s'est retrouvée devant le Mur des Fédérés au Père Lachaise

Paris, comme à l'accoutumée le 1er mai une délégation FO s'est retrouvée devant le Mur des Fédérés au Père Lachaise

A Paris, comme à l'accoutumée le 1er mai un grand rassemblement  s'est déroulé devant le Mur des Fédérés au Père Lachaise, puis la délégation FO s'est recueillie  pour un hommage devant la tombe de L. Jouhaux.

 

 

UN 1ER MAI OFFENSIF SUR LES REVENDICATIONS

 


Ce 1er Mai, entre les deux tours des élections présidentielles revêt, bien évidemment, une possibilité pour nous de porter nos revendications en précisant aux candidats que nous lutterons encore, comme nous l’avons fait au cours des années passées contre le pacte de responsabilité, l’ANI, les lois Macron, Touraine, Rebsamen, NOTRe....

 

 

Pendant 5 mois, nous nous sommes opposés à la volonté du gouvernement de casser le code du travail avec la loi Travail qui impose l’inversion de la hiérarchie des normes, entre autres.

 

C’est pourquoi aujourd’hui, nous en revendiquons toujours son abrogation.

 


Ce 1er Mai 2017 est aussi celui de la solidarité des travailleurs dans toutes les parties du monde, qui nous conduit à affirmer que ce n’est pas seulement une fois tous les 5 ans que nous devons lutter contre toutes les formes de xénophobie, de racisme, d’antisémitisme et d’homophobie.

 


Ce n’est pas une fois tous les 5 ans qu’il faut s’opposer à tous les actes de violences quels qu’ils soient et aux guerres quelles qu’elles soient.

 


Ce 1er Mai 2017 sera celui qui va nous conduire à réaffirmer nos revendications qui sont claires et qui s’opposent à toutes les velléités connues pendant les années qui viennent de se succéder et que nous risquons encore de vivre au cours des prochaines années.

 

Communication d el' URIF FO

Le 1er mai, symbole des luttes sociales, des mouvements ouvriers

Prise de parole de la délégation FO au Mur des Fédérés du Père Lachaise le matin du 1er mai 2017

Le 1er mai, symbole des luttes sociales, des mouvements ouvriers
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Histoire sociale histoire Notre histoire Histoire Billets d'humeur
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 18:32
La justice française ouvre une enquête pour corruption sur l'attribution des Mondiaux à la Russie et au Qatar
La justice française ouvre une enquête pour corruption sur l'attribution des Mondiaux à la Russie et au Qatar
Sepp Blatter est auditionné par la justice française.

Sepp Blatter est auditionné par la justice française.

La justice française ouvre une enquête pour corruption sur l'attribution des Mondiaux à la Russie et au Qatar

 

 


La Fifa est visée par une enquête du parquet national financier, selon Le Monde. Le PNF soupçonne l'instance de corruption à propos de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar.


 


Sepp Blatter est auditionné par la justice française.

 


La Fifa est dans le viseur de la justice française, selon les informations révélées par Le Monde.

Le parquet national financier (PNF) a ouvert courant 2016 une enquête préliminaire pour «corruption privée», «association de malfaiteurs» et «trafic d'influence et recel de trafic d'influence» concernant l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar.

 

Des magistrats du PNF se seraient mêmes rendus en Suisse, jeudi 20 avril, pour interroger pendant plusieurs heures l'ancien président de la Fifa Joseph Blatter (1998-2015), en qualité de témoin.

 

Tandis que la justice suisse s'intéresse déjà à ce dossier depuis mars 2015, le PNF devrait focaliser son attention sur les protagonistes français de l'affaire : le Tahitien Reynald Temarii, l'ex-secrétaire général de la Fifa Jérôme Valcke, radié dix ans en 2016, et Michel Platini, suspendu quatre ans en raison d'une autre affaire, portant sur un paiement déloyal d'1,8 M€ effectué par Blatter à l'ex-président de l'UEFA. 

 

 

In, Football - Gaétan Trillat - Sepp Blatter est auditionné par la justice française. (L'Equipe)

(L'Equipe)

La justice française ouvre une enquête pour corruption sur l'attribution des Mondiaux à la Russie et au Qatar
La justice française ouvre une enquête pour corruption sur l'attribution des Mondiaux à la Russie et au Qatar
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE Billets d'humeur Coups de gueule
commenter cet article