Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 14:32
 Un syndicat patronal reproche à Carrefour l’utilisation abusive du mot « artisan »

Grde Distri / Carrefour & Artisanat / CALAIS

 


Un syndicat patronal reproche à Carrefour l’utilisation abusive du mot « artisan »


Ce mercredi matin, l’union des entreprises de proximité (U2P) a manifesté à l’hypermarché Carrefour Mi-Voix pour dénoncer une campagne de l’enseigne de distribution visant à présenter ses « artisans » aux clients.

 

Pour le syndicat, Carrefour usurpe le mot « artisan ».

 


  
   
«  Les artisans, c’est nous !  »

 

Ce mercredi matin, une douzaine de membres du syndicat patronal U2P (union des entreprises de proximité) sont venus manifester à l’hypermarché Carrefour Mi-Voix. «

 Aujourd’hui, les magasins Carrefour invitent leurs clients à venir rencontrer ses artisans, indique Laurent Rigaud, président régional de l’U2P.

 

Pour nous, Carrefour usurpe le mot artisan. Car les bouchers, fleuristes et autres qui travaillent à Carrefour sont peut-être compétents mais ce ne sont certainement pas des artisans. »


La définition de l’artisan est en effet juridiquement stricte  :

 

il faut notamment être inscrit au registre des sociétés, ce qui est impossible pour des salariés.

 

Pour Laurent Rigaud, Carrefour se comporte en «  voyou de la communication  ».

 

«  Mais ils ne sont pas les seuls, ajoute Gabriel Hollander, du syndicat de la boucherie dans le Pas-de-Calais.

Il y a quelques semaines, une autre grande enseigne a utilisé, pour promouvoir son rayon boucherie, des photos de vaches appartenant à un producteur qui travaille exclusivement pour la filière de l’artisanat !  »


 

«  Avant de se faire passer pour des artisans, que les grandes chaînes commencent par payer le bon prix aux producteurs et à proposer des produits de qualité, complète Laurent Rigaud.

 

La grande distribution est à la fin d’un cycle et elle le sait bien.

Les consommateurs délaissent de plus en plus leurs rayons alimentaires pour revenir vers les vrais artisans et les produits de qualité. »

 

Les manifestants ont été reçus et écoutés par le directeur du magasin Guillaume Lebailly.

 

«  Il semble avoir compris le fond de notre démarche, commente Laurent Rigaud à la sortie de l’entretien, même s’il n’est pas à l’origine de la campagne.

Nous exigeons d’avoir un engagement rapide de la direction nationale de Carrefour à ne plus utiliser frauduleusement le mot artisan. »

 

 

La direction du Carrefour Mi-Voix n’a pas souhaité faire de commentaire.


 

Sourcing:   LVDN

 Un syndicat patronal reproche à Carrefour l’utilisation abusive du mot « artisan »
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 03:02
La salariée est partie à la fermeture du magasin en emportant deux baguettines invendues qui allaient être données à une association humanitaire. 

La salariée est partie à la fermeture du magasin en emportant deux baguettines invendues qui allaient être données à une association humanitaire. 

Grde Distri / Procédure disciplinaire / Leclerc

 

Licenciée après le “ vol ” de deux baguettines invendues

 


 La salariée est partie à la fermeture du magasin en emportant deux baguettines invendues d'une valeur de 3,9O Euro, qui allaient être données à une association humanitaire.

 

Un salarié peut-il être reconnu coupable de « vol » et licencié dès lors qu’il s’empare d’un produit retiré de la vente et destiné à être donné à une association humanitaire ?

 

C’est la question qui se pose après l’histoire vécue le mois dernier par Elodie, une salariée de l’hypermarché Leclerc Mendès-France à Niort.

Une salariée modèle d’un avis unanime, y compris de son employeur, dont la vie a basculé pour deux baguettines.

 

Valeur des deux produits : 3,90 € le jour même, 0 € le soir à la fermeture du magasin lorsqu’elle les prend.

 

“ Dans mon esprit, ce n’était pas du vol, c’était de la marchandise perdue ”


« C’était une très très bonne salariée, tout se passait très bien », assure le directeur de l’hypermarché, Dimitri Fageon, qui a bien voulu expliquer la situation.

 

En CDI depuis 2009, Elodie avait multiplié les remplacements dans différents rayons. « Je m’étais défoncé pour lui trouver une place fixe, au rayon boulangerie, comme elle le souhaitait. Cela faisait quinze jours qu’elle y était », explique son employeur.

 

Le 10 octobre, comme chaque soir à la fermeture du magasin, « nous vidons les rayons et nous mettons tous les invendus dans une cagette », explique la salariée. Tous les produits du rayon boulangerie traditionnelle faits « maison » qui n’ont pas été vendus le jour-même sont en effet retirés de la vente le soir.

 

La salariée croit savoir qu’après la cagette, les produits partent à la poubelle. « Non, ils ne sont pas jetés à la poubelle, assure le directeur. Nous les donnons à quatre associations humanitaires qui passent à tour de rôle chaque jour récupérer les produits frais que nous retirons ».

 

Quel que soit leur devenir, salariée et employeur sont d’accord sur un point : les deux baguettines n’ont plus aucune valeur pour le magasin à sa fermeture.


En partant donc, ce 10 octobre, Elodie prend deux baguettines, des demi-baguettes garnies invendues. L’agent de sécurité la voit faire et prévient la direction.

« J’ai reconnu les faits. Dans mon esprit, ce n’était pas du vol, c’était de la marchandise perdue pour le magasin. »

Le lendemain, elle vient plus tôt : « Je voulais m’excuser mais on m’a dit que les deux responsables du magasin n’étaient pas là », raconte Elodie. Elle sera convoquée dans la matinée.

 

Mise à pied immédiate.

 

« On m’a dit que je pouvais me changer et partir tout de suite. » Une semaine après, la salariée est reçue par son employeur. Puis le 25 octobre arrive le courrier tant redouté : une lettre de licenciement pour « faute grave ».

 

A 30 ans, la jeune femme, mère de deux enfants, salariée exemplaire, perd son travail pour deux sandwichs qui ne valaient plus rien. Avec un fort sentiment d’injustice après s’être toujours investie sans compter dans son travail, ce que confirment ses supérieurs.

 

L’employeur, lui, ne juge pas la sanction disproportionnée et s’en explique (lire par ailleurs) :

 

« La sanction, elle la connaissait. Nous sommes obligés d’avoir une règle. Elle est la même pour tous. C’est vraiment dommage d’en arriver là. J’en suis le premier peiné. C’était une salariée que nous apprécions vraiment bien. »

 

NDR.

Stupeur et désarroi. Baguettines au goût amer de chômage!

Huit ans d'ancienneté.  Avec la barémisation, c'est un licenciement low cost pour l'entreprise, et une galère qui commence pour cette mère de famille de deux enfants.

BM

Leclerc,  licenciée après le “ vol ” de deux baguettines invendues

Leclerc communique

“ C’est le geste qui est sanctionné ”


Le directeur de l’hypermarché Leclerc Mendès-France estime que « nous n’avons fait qu’appliquer le règlement intérieur et ce qui est marqué dans le contrat du salarié ».

Il explique qu’«il est clairement stipulé qu’aucun prélèvement de marchandises n’est autorisé y compris celles périmées ou les retours, comme précisé dans le contrat ».


A l’écouter, « c’est le geste qui est sanctionné, plus que la somme ». Il met en avant une « confiance trahie » car « les produits ont été dissimulés sous un tablier. Il y a une volonté de masquer ».

 

Un problème « éthique et moral » à ses yeux. D’autant, assure-t-il, que « si elle avait demandé l’autorisation d’emmener un produit pour le goûter, comme elle est nouvelle à ce rayon, son chef l’aurait autorisée, pour mieux connaître ce qu’elle vend ».


Même si les produits n’avaient plus de valeur financière pour l’entreprise, le directeur y voit un vol. Et « un vol, c’est un licenciement.

 

Nous sommes obligés d’avoir une règle, elle est la même pour tous, par souci d’équité envers nos 450 salariés, quel que soit le montant. Et puis on dit que qui vole un œuf, vole un bœuf… ».


Enfin, le directeur affirme que « nos salariés sont très bien payés, sur 16/17 mois, elle avait les moyens d’acheter ces produits, moins dans le besoin que le public aidé par les associations humanitaires ».

 

 

NDR

Ce pôvre il regrette de devoir licencier sa salariée..........pour l'exemple, et par souci d'équité. 

Disproportion entre le grief et la sanction, certainement, mais ce la ne change rien à la situation de cette dame qui se retrouve au chômage.

BM

 

 

Leclerc,  licenciée après le “ vol ” de deux baguettines invendues
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse Coups de gueule
commenter cet article
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 18:01
Auchan au cœur d’un scandale foncier et financier à Mbour

Grde Distri / Auchan

 

Auchan Mbour

 

Auchan au cœur d’un scandale foncier et financier à Mbour
 

Le groupe Auchan qui a lancé une vaste offensive au Sénégal est au cœur d’un scandale foncier et financier à Mbour.

Attribution nébuleuse d’un hectare, appui financier suspect…tout y passe.


 
Le groupe Auchan a été attributaire, dans des conditions quasi nébuleuses, d’un terrain d’une superficie d’un hectare faisant parti du stade Caroline Faye pour y construire un supermarché et des magasins, entre autres.

 

Plus grave encore, selon le quotidien Libération, c’est que le préfet du département n’a pas approuvé cette attribution qui est un titre foncier de l’Etat du Sénégal.

 

 

Le journal de noter qu’un protocole d’accord est signé entre le Conseil départemental de Mbour et aussi avec le stade  de Mbour.

 

Déjà, ce samedi 11 novembre, la première pierre d’un complexe culturel sera posée sur le site de l’ex salle des fêtes à la mairie de la commune.

 

Ce complexe culturel qui coûtera plus de 150 millions verra la participation financière d’Auchan à hauteur de 100 millions.

 

Les 50 millions ont été versés non pas dans le compte unique de la commune au niveau du trésor mais dans le compte de l’entrepreneur qui construit le supermarché Auchan Mbour.

 

Ce qui est encore scandaleux et ne répond à aucune transparence.

 

 

 

 

 

Sourcing:   SeneNews

 

 

NDR

Par contre, dans le même temps et dans la même enseigne pour avoir volé un sachet à Auchan un employé a été déféré au parquet.

BM

Employé arrêté, menotté, déferré au parquet pour un sachet

 

Auchan au cœur d’un scandale foncier et financier à Mbour
Auchan au cœur d’un scandale foncier et financier à Mbour
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 17:58
Paradise papers, l'enfer des autres dans la presse surchauffée, (enfin pas trop non plus....)

REVUE DE PRESSE

 

 

« Paradise papers » : l’enfer c’est pour les autres

 

 

Les paradis fiscaux ont émergé une nouvelle fois à la une des médias avec le début de la publication des « Paradise papers », le 5 novembre, amenant son lot de révélations sur les adeptes de l’optimisation fiscale.

 

 

Aperçus.

 

Les Échos 


Après la reine Elisabeth II, le ministre américain du Commerce Wilbur Ross et l’équipementier sportif Nike, c’est au tour des Français Jean-Jacques Annaud, Bernard Arnault et Xavier Niel et du Britannique Lord Ashcroft d’être cités dans cette vaste enquête menée par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

 

Dans son édition de jeudi, Le Monde affirme ainsi que Bernard Arnault, à la tête du numéro 1 mondial du luxe LVMH (propriétaire des Échos), aurait fait appel à au moins 8 cabinets de conseil différents pour localiser ses actifs dans 6 paradis fiscaux différents.

Tous les actifs évoqués dans cet article ont été constitués de manière parfaitement légale et sont naturellement connus des autorités fiscales, a réagi Bernard Arnault.

Mais c’est peut-être là justement le problème.

 

La Tribune 


Si les îles restent en vogue, il est des contrées apparemment moins paradisiaques qui figurent au nombre des paradis : Le terme de paradis fiscal renvoie souvent, dans l’imaginaire collectif, aux îles paradisiaques, des Bahamas aux Caïmans.

 

Pourtant, les multinationales n’ont pas besoin de placer leur argent sous le soleil et à des milliers de kilomètres pour optimiser leurs impôts. En Europe, l’Irlande et le Luxembourg sont souvent pointés du doigt (...).

En revanche, il est un autre pays du Vieux Continent, beaucoup moins cité, mais tout aussi conciliant avec l’évasion fiscale : les Pays-Bas, dont le rôle est mis en avant dans les révélations récentes des Paradise Papers.

Proche mais ce n’est pas pour autant qu’on ira tous au paradis.

 

Marianne 


L’évasion et l’optimisation fiscales endommagent gravement les finances publiques et pèsent sur l’intérêt général.

Pourtant, les mesures nécessaires à la lutte contre ce fléau n’ont jamais été prises. (...) L’évasion fiscale me révolte.

 

Mine grave, ton solennel, Bruno Le Maire vitupère ce lundi 6 novembre à la tribune de l’Assemblée nationale contre la gigantesque entreprise d’évitement de l’impôt mise en place par les multinationales et les plus grandes fortunes.

Mais c’est l’évasion fiscale que visait le ministre et non pas l’optimisation fiscale.

 

Ouest France 


Le Medef, lui, s’insurge mercredi contre l’affaire des Paradise Papers, faussant la concurrence entre entreprises, notamment pour les plus petits d’entre elles.

 

L’organisation patronale souligne toutefois que le poids excessif des prélèvements dans certains pays encourage selon elle ces pratiques.

 

Et la légèreté excessive de certains pays ?

 

L’organisation patronale a également souligné qu’il était normal que les entreprises s’acquittent de l’impôt et des taxes dans le pays où elles exercent leurs activités, ce qui permet de financer les fonctions régaliennes et les infrastructures qui sont utilisées par les entreprises.

 

Mais pas plus, sinon c’est l’enfer...

 

Lyon Magazine 


De son côté, un député de la majorité explique que quand on est chef d’entreprise, il y a des règles et il faut jouer avec. On n’est pas dans la morale. Parce qu’au nom de la morale on a fait beaucoup de bêtises.

 

Comme abolir l’esclavage ?  (où abolir le travail des enfants? NDR / BM )

 

L’élu du Rhône, chevalier de la Légion d’honneur, souligne également que la notion de paradis fiscal est légale.

Il y a une liste de paradis fiscaux où l’on fait de l’optimisation fiscale rendue possible par des règles de droit, mais pas forcément des règles de la morale.

 

Il n’y aurait donc pas de morale à cette histoire.

 

 

 

 

 

Sourcing:    MICHEL POURCELOT, in FO Hebdo

 

 

Libre et Independante

 

Prends l'oseille et tire toi !

Prends l'oseille et tire toi !

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social SOCIETE InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 12:22
Le gouvernement regorge d'idées pour accentuer le contrôle des chômeurs

Société / Social / CHOMAGE

 

Vers un contrôle drastique des chômeurs ?

 


Les idées du gouvernement pour mieux contrôler les chômeurs


 
Une mesure qui va être discutée à la fin du mois de novembre lors du lancement des discussions avec les partenaires sociaux. 


Pôle emploi va renforcer ses contrôles


La future loi assurance chômage s'oriente vers un contrôle plus drastique des chômeurs

En contrepartie d'une assurance chômage " universelle " (financée par tout le monde), Emmanuel Macron entend serrer la vis des demandeurs d'emploi en renforçant leurs devoirs.

 

Et pour cela, il veut faire sauter le tabou français du contrôle des chômeurs, une mesure rejetée par les syndicats mais plébiscitée par le patronat. Une grande loi doit être discutée au Parlement au printemps.  

 

Il est vrai qu'avec ses 54.000 agents, Pôle emploi ne contrôle quasiment pas les personnes sans emploi, à l'inverse de pays comme le Danemark où elles rendent des comptes sur l'état de leurs recherches chaque semaine.

 

Et la loi de Nicolas Sarkozy, en 2008, qui devaient contraindre les chômeurs à accepter un job après deux refus, n'est pas appliquée : " La France reste l'un des pays où il est possible de refuser plusieurs offres d'emploi sans qu'il y ait la moindre diminution de l'indemnisation des chômeurs concernés ", soulignait récemment Xavier Bertrand, ancien ministre du Travail, dans " Les Echos ".

 

Dans cette optique, Pôle emploi est sommé de " réaliser, dès les premières semaines, un bilan de compétence " des demandeurs d'emploi, d'identifier les offres d'emploi correspondantes et de " vérifier les efforts " pour décrocher un job.

 

 

Un pari audacieux puisque l'organisme public a été épinglé pour sa lenteur à s'occuper de personnes qui viennent de perdre leur job. A l'opposé des pays scandinaves, qui concentrent le suivi dans les premiers mois de chômage.

 

 

1 milliard d'euros économisés par un contrôle accru


N'empêche, après une expérimentation dans quatre régions montrant que 20% des inscrits ne recherchaient pas réellement un job, Pôle emploi a choisi de généraliser le contrôle, en déployant 200 super-contrôleurs.

 

Preuve que ce tabou, qui hérisse le poil de la gauche et d'une partie des syndicats, est en train de tomber, cette décision avait été entérinée par le conseil d'administration de cette agence publique à la quasi-unanimité.

 

Est-ce pour autant efficace ? Oui, depuis un an et demi, quelque 270.000 chômeurs, soit environ 12.000 par mois, ont été vérifiés. Et d'après Les Echos 86% des demandeurs d'emploi contrôlés ont bien donné les preuves d'une recherche active. Les autres ont été sanctionnés en étant radiés des listes de Pôle emploi.

 

Désormais, le gouvernement veut passer à la vitesse supérieure, l'objectif étant de multiplier par cinq le nombre d'inspecteurs, en atteignant le millier. Ces derniers devraient être capables de contrôler tous les demandeurs d'emploi en deux ans.

 

Et la mise en place du dispositif devrait faire économiser un milliard d'euros à l'Unédic, organisme gestionnaire de l'assurance chômage, d'après les chiffrages réalisés lors de la campagne présidentielle.

 

Un contrôle adapté


Concernant les sanctions, l'ex candidat d'En Marche ! prévoit un système strict:

 

" Si plus de deux emplois décents, selon des critères de salaire et de qualification, sont refusés ou que l'intensité de la recherche d'emploi est insuffisante, alors les allocations seront suspendues." 

 

" Depuis,

Muriel Pénicaud

, la ministre du Travail, a nuancé le projet en distinguant les gens " qui ont des difficultés personnelles, d'autres qui ont refusé une offre mais qui font beaucoup d'effort ".

 

En clair, le gouvernement souhaite mettre en place un contrôle adapté à chaque population.

 

L'idée étant de se servir de cet outil coercitif pour remettre dans une démarche dynamique des chômeurs démotivés qui ne recherchait plus d'emploi, faute de perspectives suffisantes.

 

Sourcing:   Florian Fayolle, in Challenges

Le gouvernement regorge d'idées pour accentuer le contrôle des chômeurs

Billet d'humeur

 

En ces temps de réduction des budgets et de période d'austérité, (pas pour tous !), stigmatiser les chômeurs, s'attaquer aux plus faibles (baisse des Apl,) et aux  précaires (taxer durement les retraités) est chose aisée.

 

Plutôt que de fliquer les chômeurs", Pôle emploi devrait "utiliser ses agents pour que les remboursements se fassent mieux et pour que le suivi des chômeurs et l'accompagnement soient réellement effectifs. Egalement les rentrées de cotisations devraient aussi faire l'objet d'attentions toutes particulières de la part de ses services.

 

Par contre lutter contre l'évasion fiscale n'est pas à l'ordre du jour de nos gouvernants, ni demander des comptes au patronat sur l'utilisation des aides démentielles accordées depuis plusieurs décennies, qui pèsent gravement sur notre salaire différé censé alimenter les caisses de l'Etat, gage de notre socle social commun,  ni sur les impacts liés au CICE, qui a coûté et coute des milliards aux contribuables que nous sommes, sans aucune visibilité quant à son efficacité sur l'emploi.

A part ça....!

BM

Le gouvernement regorge d'idées pour accentuer le contrôle des chômeurs
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social Actu sociale InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 17:05
Mondial : le Conseil des droits de l'Homme de la Fifa s'inquiète «des graves risques» pour les ouvriers

Football / MONDIAL

 

Le Conseil des droits de l'Homme de la Fifa s'inquiète «des graves risques» pour les ouvriers


Le Conseil des droits de l'Homme de la Fifa, organe consultatif de l'instance, s'est inquiété ce jeudi des «risques parfois très graves» qui pèsent sur les ouvriers employés sur les chantiers du Mondial 2018 en Russie et 2022 au Qatar.


 


NDR:

 

" Rien d'étonnant si l'on considère que Coca et Adidas, entreprises connues  et reconnues pour leur respect bien compris des droits sociaux et violation des droits syndicaux, du respect des dispositions entourant le travail des enfants* notamment, font partie du panel du conseil des droits de l'Homme de la Fifa.

 

En outre l'OIT vient de donner un blanc seing au Qatar  considérant que celui-ci  ne violait pas les droits des travailleurs immigrés. Le conseil d'administration de l'OIT a décidé de clore la plainte qui visait l'émirat.

 

La question des droits de l'Homme vient d'être rajoutée dans les critères d'attribution du mondial de 2026 ! D'ici la ce sera pénibilité sans frein, précarité sans contre poids ni contre parties, , violations diverses sans vérifications.

 

Décès et accidents sur les chantiers, cotisations sociales à des dates très ultérieures, comportement patronal à hauteur  des droits habituels dans ces pays, dont pour l'un la décapitation est monnaie courante, et pour l'autres les exactions policières une simple formalité.

 

Coca  et Adidas, qui concourent pour le sponsoring, membres d'une commission des  droits de l'Homme, ont du flanquer la frousse aux décideurs qataris et aux autres barbares sociaux du Kremlin !

 

A n'en pas douter la FIFA est entre de bonnes mains, ainsi que la défense des droits des ouvriers des chantiers colossaux entrepris...........celles de ses bailleurs de fonds !" 

 

BM

 

 

Les chantiers en vue du Mondial 2018 en Russie et 2022 au Qatar posent question. 



Les impacts sur les ouvriers des chantiers ont été placés «au centre des efforts réalisés jusqu'ici par la Fifa et ses partenaires dans le cadre des préparatifs pour la Coupe du monde 2018 en Russie et 2022 au Qatar.

 

Cela est compréhensible compte tenu des risques prévisibles - et parfois très graves - pesant généralement sur la santé et la sécurité des ouvriers sur les projets de construction», explique dans son premier rapport cet organe créé en mars 2017.


 
Ce sont «environ 12.000 ouvriers qui sont impliqués dans les travaux liés» au Mondial russe, précise le rapport, dont «environ 50% seraient des travailleurs immigrés».

 

En mai dernier, la Fifa avait reconnu que des ouvriers nord-coréens étaient employés sur des chantiers du Mondial en Russie.

 

 

 

«L'inspection conjointe du stade de Saint-Pétersbourg en novembre 2016 a mis en évidence la présence d'ouvriers nord-coréens sur le chantier», a confirmé le rapport, soulignant que «les Nord-Coréens travaillant à l'étranger font partie des travailleurs immigrés les plus vulnérables».


De 12.000 à 36.000 ouvriers d'ici à un an au Qatar


Au Qatar, «le nombre d'ouvriers impliqués dans la construction des huit stades devrait passer de 12.000 à 36.000 au cours des douze prochains mois», ajoute le rapport.

 

 

Selon le conseil, «il incombe à la Fifa d'adopter une position claire» sur les droits des travailleurs immigrés au Qatar et «la nécessité de leur garantir les protections juridiques auxquelles ils ont droit conformément aux normes internationales sur les droits du travail».


 
L'Organisation internationale du travail (OIT) a cependant jugé mercredi que le Qatar ne violait pas les droits des travailleurs immigrés.

 

Le conseil d'administration de l'OIT a décidé de clore la plainte qui visait l'émirat, dans le viseur de plusieurs ONG qui dénoncent depuis des années les conditions de travail des ouvriers immigrés, notamment sur les chantiers de construction du Mondial.


«Il reste du travail»


Le conseil de la Fifa souligne aussi que le niveau des informations disponibles au sujet du fonctionnement des dispositifs de surveillance des droits du travail «est nettement différent, très peu de publications étant actuellement disponibles au sujet de la Russie. Cela a grandement compliqué les discussions consacrées aux progrès et aux défis qui subsistent».


 
Ce conseil des droits de l'Homme de la Fifa compte huit membres, dont des experts de l'ONU, des représentants syndicaux (Fifpro) et des partenaires de la Fifa, à savoir Adidas et Coca-Cola.

(A mourir de rire, si ce n'était pas aussi dramatique !) - BM

 

Concernant le Mondial-2026 qui n'a pas encore été attribué, le rapport reconnaît que la Fifa a «pris des mesures importantes comme l'intégration de la question des droits de l'Homme dans les dossiers de candidature», mais «il reste du travail pour imaginer le meilleur moyen de faire comprendre ces nouvelles attentes aux futurs candidats potentiels et les intégrer dans la procédure de décision définitive».

 

Sourcing:    (R.Martin/ L'Equipe,  AFP

 

 

 

*Nike et Adidas ont été au cours  de  nombreuses investigations brocardés pour faire travailler des enfants.

 

https://www.bastamag.net/Euro-2016-quand-Nike-et-Adidas-fuient-leur-responsabilite-sociale-pour-payer

https://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/jo-adidas-mis-en-cause-pour-ses-conditions-de-travail-en-indonesie_1104496.html

 

Le travail des enfants est une violation des droits fondamentaux des enfants, un frein considérable au développement durable du travail décent et une honte pour l’humanité. L’éradiquer est une priorité mondiale. (oit)

 

 

La firme Coca Cola est pointé du doigt sur l'utilisation abusive de l'eau jusqu'à l'assèchement de certains zones, de la pollution des nappes phréatiques, des violations des droits du travail et syndicaux, et de conditions effroyables de travail dans certaines de ses usines d'embouteillages.

https://www.oxfammagasinsdumonde.be/blog/2010/10/25/coca-cola-the-happinnes-factory/#.WgSNJxPWy3d

 

Avec ces deux  zozos les doits  de l'Homme seront à coup sur bien défendus et représentés ! (BM)

Mondial : le Conseil des droits de l'Homme de la Fifa s'inquiète «des graves risques» pour les ouvriers
Mondial : le Conseil des droits de l'Homme de la Fifa s'inquiète «des graves risques» pour les ouvriers
Mondial : le Conseil des droits de l'Homme de la Fifa s'inquiète «des graves risques» pour les ouvriers
Mondial : le Conseil des droits de l'Homme de la Fifa s'inquiète «des graves risques» pour les ouvriers
Mondial : le Conseil des droits de l'Homme de la Fifa s'inquiète «des graves risques» pour les ouvriers
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Actu sociale InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 15:31
L'un et l'autre ont disparu.......laissant plusieurs milliers de salariés sur le carreau !
L'un et l'autre ont disparu.......laissant plusieurs milliers de salariés sur le carreau !
L'un et l'autre ont disparu.......laissant plusieurs milliers de salariés sur le carreau !
L'un et l'autre ont disparu.......laissant plusieurs milliers de salariés sur le carreau !

L'un et l'autre ont disparu.......laissant plusieurs milliers de salariés sur le carreau !

Dernière mise à jour le 08 novembre  2017, 15H21

 

Chronique d'un démantèlement devenu inéluctable, conséquence des politiques commerciales, tarifaires, d'assortiments,  sociales, et d'une gouvernance d'entreprise menés au seul profit de l'actionnariat au détriment d'une cohérence commerciale économique  et d' investissements........laissant plusieurs milliers de salariés sur le carreau !

 

 

Trois ans après le rachat par Carrefour, A. Bompard déclare qu'au vu de la situation les ex Dia ne pourront ni commercialement ni économiquement survivre.

Suivre le lien:

http://foed.over-blog.com/2017/10/carrefour-reunion-du-comite-europeen.html

 

Ces commerces, selon la direction interpellée lors du CICE d'octobre 2017, représentent des boulets financiers pour le groupe, ceci malgré les frais conséquents engagés pour les relookings, en C. Bio, City, ou Express... A cet effet, il est envisagé des transferts massifs du parc vers des gérants ou locataires gérants, pour des gestions (pseudo) indépendantes, ou des fermetures de sites pour ceux qui ne trouveraient pas preneurs

 

Pour les salariés,

La saignée continue !

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Ex magasin Dia Vénissieux - Photo Le Progrès

Ex magasin Dia Vénissieux - Photo Le Progrès

 Vénissieux / (Ex) magasin Dia

 

Un cambriolage élucidé plus de deux ans après les faits

 

VÉNISSIEUX RHONE

 

Le cambriolage d’un supermarché de Vénissieux, commis pendant l’été 2015, vient d’être élucidé.

 

 

Dans la nuit du 30 au 31 juillet 2015, le magasin « Dia » de l’avenue Francis de Pressensé, qui a changé d’enseigne dans l’intervalle, avait été la cible d’un vol par effraction.

 

A l'époque les empreintes ADN relevées dans ce supermarché Dia de Vénissieux étaient inconnues des fichiers.


Lors du cambriolage du magasin discount, une empreinte génétique avait pu être isolée. 

 

Des caisses, renfermant quelques centaines d’euros, ainsi que six bouteilles de pastis et quatre bouteilles de whisky avaient été dérobés.

Une empreinte génétique avait été relevée mais, au moment des faits, elle était inconnue du FNAEG (fichier des empreintes génétiques).

Plus de deux ans plus tard, elle vient de permettre d’identifier un jeune homme, âgé de 17 ans au moment des faits. Placé lundi en garde à vue, il a reconnu les faits.

 

Il a été laissé libre avec une convocation à la maison de justice et du droit, en vue d’indemniser la victime. 

Distribution / Proximité / Carrefour proxi

 

Dia Beaugency / Garambault

 

Bientôt une réponse sur le dossier Dia ?

 

Le dossier concernant la fermeture / réouverture du Dia Beaugency n'arrête pas de rebondir, au fil des mois, et de se faufiler dans l'actualité régionale et communale, sans pour autant que le bout de ce tunnel quasi feuilletonesque ne soit envisagé.......pour bientôt. 

 

Tout le monde reste suspendu à la décision de la direction de Carrefour proxi, dont l'urgence à prendre son temps, et à ne pas se presser, fait jaser alentours.

 

Récemment,
Dans une lettre ouverte adressée à Philippe Boutron, président de l'USO et de Chécy Distribution, mais aussi propriétaire de la friche commerciale du quartier de Garambault à Beaugency, Christian Barbotin, de la section locale du PCF, est revenu sur un sujet sensible qui défraie la chronique depuis près d'un an.

 

Dans son courrier, ce dernier rappelle que la fermeture du magasin DIA au centre commercial de Garambault, a laissé les habitants du quartier dans un grand désarroi.

 

Certaines personnes qui n'ont pas de moyens de transport, deviennent ainsi dépendantes pour leurs besoins quotidiens.

 

D'autre part, cette situation fragilise les autres commerces du centre : pharmacie, restauration, auto-école et coiffure.


Une pétition


Plusieurs rassemblements ont déjà été organisés devant l'ancien magasin Dia.

 

Une pétition pour la réouverture d'un commerce de proximité a recueilli de nombreuses signatures.

 

Par ailleurs, il semblerait que Carrefour continue de payer un loyer important pour un magasin fermé, et qu'au moins un repreneur potentiel se serait manifesté sans obtenir de réponse.

 

De plus, le bâtiment et les parkings, laissés à l'abandon, se dégradent rapidement.

 

En réponse à ce courrier, Philippe Boutron (que nous n'avons pu joindre) a précisé que le bâtiment ne lui appartient pas et que des membres de sa famille en sont les propriétaires.

Néanmoins, il a lui-même contacté des enseignes de distribution qui n'ont pas donné suite. Mis devant le fait accompli par Dia, deux mois avant la fermeture, il déclare être toujours à la recherche d'un repreneur.

 

Dans cette affaire, la municipalité s'est également mobilisée.

 

David Faucon, maire, a lui aussi adressé un courrier à Philippe Boutron (notre édition du 8 octobre) lui demandant quelles étaient ses intentions.

À ce jour, une réponse est toujours attendue.

 

Au-delà de quelques soucis de communication, si l'on en croit les principaux intéressés, le dossier reste ouvert.

 

(A Suivre.....

 

 

 

Sourcing:    La république du centre

 

 

NDR /BM :

Nous avions déjà alerté sur ces pages  (articles en dessous un peu plus loin) du devenir  de ce site, indiquant que nous suivions la situation, sachant que Carrefour continue de payer le loyer. Nous continuons notre information - Dont acte

BM

Lille, rue du Molinel,  l'ex Dia cédé à Gastt, fermé depuis cette triste affaire, va rouvrir sous l'enseigne Biocoop.

Retrouver l'article complet sur notre Blog

 

Suivre le lien ci dessous

 

http://foed.over-blog.com/2017/10/biocoop-arrive-rue-du-molinel-a-l-emplacement-de-l-ex-dia-et-de-son-repreneur-fantome-gastt-de-triste-memoire.html

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
À Beaugency, le magasin Dia a fermé depuis un an Habitants du quartier, militants et élus déplorent la situation. ( © Droits réservés)

À Beaugency, le magasin Dia a fermé depuis un an Habitants du quartier, militants et élus déplorent la situation. ( © Droits réservés)

 Beaugency

 

 

Le magasin Dia a fermé depuis un an


À Beaugency, le magasin Dia a fermé depuis un an.

Habitants du quartier, militants et élus déplorent la situation. 

 

… La fermeture d’enseignes de grande distribution à Beaugency inquiète les habitants. Des militants de gauche ont organisé un rassemblement, jeudi.


A l'initiative du Parti communiste\Front de gauche, un nouveau rassemblement s'est tenu jeudi soir sur le parking de l'ancien magasin Dia.

 

Il a réuni des militants, des habitants du quartier et un certain nombre d'élus venus débattre.

 

Une valse de fermetures d'enseignes commerciales a touché le secteur depuis plusieurs mois. Tout récemment, c'est Intermarché qui a fermé ses portes.

 

Peu d'options pour les habitants

 

À Garambault, un quartier populaire de Beaugency, la fermeture du magasin Dia, il y a un an, pèse sur une population parfois fragilisée, avec des personnes sans véhicules, des femmes seules avec enfants, des personnes âgées…

 

Le groupe Carrefour, qui a acheté l'enseigne Dia, a fermé quarante de ces magasins en France, dont ceux de Beaugency et de Meung. À Beaugency, son intention déclarée était pourtant de le transformer en Carrefour-Market.

 

Les militants ont déploré une « guerre commerciale débridée entre les grands groupes » qui serait à l'origine de ces fermetures, faisant aussi allusion à la présence des deux hypermarchés de Tavers (Leclerc) et de Baule (Super U).

 

 

Par ailleurs, Carrefour continue à payer le loyer au propriétaire pour un local aujourd'hui fermé. Un propriétaire qui ne bouge pas, alors qu'un investisseur s'est pourtant manifesté.

 

Présent lors de ce rassemblement, le maire David Faucon a déploré cet état de fait. Il a souligné que des relances ont déjà été adressées au propriétaire, sans suite.

 

Une nouvelle lettre va lui être adressée « afin de connaître ses intentions concernant ces locaux, de manière à pouvoir apporter des réponses claires à la population ».

 

 

Selon la république du centre, que nous citons dans cet article

Sourcing: La république du Centre /  © Saran REDACTION

 

 

 

NDR /BM : Nous avions déjà alerté sur ces pages  (article en dessous un peu plus loin) du devenir  de ce site, indiquant que nous suivions la situation - BM

À Garambault, un quartier populaire de Beaugency, la fermeture du magasin Dia, il y a un an, pèse sur une population parfois fragilisée, avec des personnes sans véhicules, des femmes seules avec enfants, des personnes âgées…

À Garambault, un quartier populaire de Beaugency, la fermeture du magasin Dia, il y a un an, pèse sur une population parfois fragilisée, avec des personnes sans véhicules, des femmes seules avec enfants, des personnes âgées…

Carrefour nouvelle enseigne, Bio et terroir, remplace le magasin Dia fermé depuis plusieurs mois

Carrefour nouvelle enseigne, Bio et terroir, remplace le magasin Dia fermé depuis plusieurs mois

Châteaurenard,  ex Dia

 

La clientèle découvre une nouvelle enseigne Carrefour

 Bio et Terroir

 

Comme précédemment annoncé dans notre article du 14 septembre courant, Carrefour ouvre son premier Carrefour bio et terroir.

 

(Suivre le lien: http://foed.over-blog.com/2017/09/carrefour-bio-et-terroir-encore-une-enseigne-inventee-pour-dia.html)

 

Carrefour a inauguré un tout nouveau concept de magasin à Châteaurenard (13).

 

Baptisé Carrefour Bio et Terroir, il remplace un ancien Dia de 600 m2 qui ne pouvait être remplacé par l’une des autres enseignes du groupe. En effet, cette commune abrite déjà un Carrefour Market situé à proximité de l’ex Dia.

 

Carrefour a donc opté pour une formule inédite, adaptée à la zone de chalandise de la ville, qui mixe des produits bio et du terroir à l’intérieur du magasin.

 

L’assortiment se compose de plus de 3 500 références dans ces deux niches de marché. Au total, 93 fournisseurs locaux sont représentés.

 

Un espace intitulé « Nos équipes vous proposent les meilleurs produits de Provence-Alpes Côte d’Azur » met en avant une partie des références dénichées en local, huile d’olive, confiture, jus de fruit… ainsi qu’une gamme de vins de la région.

 

Ce magasin, qui fait office de test pour l’enseigne, n’a pas vocation à être déployé à ce jour.

NDR / BM (pour l'instant)

 

 

Selon Rayon Boisson que nous citons dans cet article

 

Question:     Que sont les salariés de l'ex magasin devenus ? - BM

Dia Tourcoing, rue du Chêne Houpline, le magasin a fermé en novembre 2016.  à l'abandon depuis novembre 2016, toujours  en attente.......d'une réouverture

Dia Tourcoing, rue du Chêne Houpline, le magasin a fermé en novembre 2016.  à l'abandon depuis novembre 2016, toujours en attente.......d'une réouverture

TOURCOING


Fermeture du Dia

 Les riverains espèrent toujours un repreneur


Rue du Chêne Houpline, le rideau du magasin Dia, fermé fin novembre 2016, reste baissé, au grand dam de nombreux riverains.

Tous déplorent le manque de commerces sur cette artère autrefois vivante.

 


Si un supermarché devait rouvrir juste en face de chez elle, Martine serait, à n’en pas douter, la première cliente. Depuis quarante-sept ans, elle vit rue du Chêne Houpline. Toute sa vie, elle n’a eu qu’à traverser la rue pour aller faire ses courses.

 

Alors en novembre 2016, quand le magasin Dia a fermé, le ciel lui est tombé sur la tête. «  Ça m’a fait un gros coup au moral. J’y allais presque tous les jours, c’était pratique pour tout. Je connaissais les gens qui y travaillaient.  » Désormais, elle prend le bus «  pour aller à la place  ». Avec la distance et les inconvénients que cela suppose : «  Je ne prends plus de packs d’eau, mais des bouteilles, par deux ou trois.  »

 

Martine regrette de devoir aller si loin, alors que cette artère a toujours été commerçante : «  Il reste un boulanger et un boucher, tout en bas de la rue. C’est tout.  » Elle est pourtant certaine que la clientèle répondrait de nouveau présent, si un supermarché rouvrait.

 

Zorah, 56 ans, avait elle aussi ses habitudes chez Dia, situé à deux pas. «  Franchement, on est embêtés, surtout les personnes âgées. Du jour au lendemain, ça a fermé, personne n’a rien compris. Pourtant les caissières en parlaient. Mais tout le quartier a été choqué.  » Pour faire ses courses, Zorah appelle maintenant sa fille, «  qui vient avec la voiture  », l’emmener à Auchan-city, en centre-ville.

 

D’autres n’ont pas cette chance.

 

«  Je ne veux pas déranger mes enfants, et je n’ose pas demander à mes voisins  », explique cette autre riveraine de 86 ans, qui marche difficilement. Elle qui vit là depuis cinquante-six ans va jusqu’à la Grand’Place ou la rue de Gand pour faire ses courses. «  Dans ce magasin Dia, il y avait tout, tout près. Il y avait même une boucherie ! Dans le quartier, tout le monde se plaint. Qu’est-ce que vous voulez, les temps changent…  »

 

« Un souci pour le service de proximité »


Tous espèrent encore un repreneur. «  C’est un souci pour le service de proximité, estime Sylvain Dewasme. Je n’y faisais pas mes courses, mais ça dépannait une fois de temps en temps. Quand il manquait quelque chose, souvent le dimanche matin, on n’avait pas besoin de courir loin. Depuis vingt-six ans que j’habite ici, j’en ai vu tomber des commerces. Le marchand de meubles a été remplacé par la mosquée. Il y avait une graineterie pour les animaux, un tabac, un fleuriste, un coiffeur… Tout cela a fermé.

 

Depuis vingt ans, c’est l’hécatombe…  »

 

En quête d’un repreneur
Au moment de la fermeture du Dia de la rue du Chêne Houpline, le maire, Gérald Darmanin, avait écrit au PDG de Carrefour, la maison mère. Sans obtenir que l’enseigne soit reprise, contrairement à celui de la rue de la Croix Rouge. «  Les deux magasins ont à peu près le même potentiel, estime Chantal Deschildre, la propriétaire. Ils ont parlé de concurrence, alors que ce n’est pas la même zone d’achalandise.  »

 

À ce jour, le local et son parking sont toujours disponibles. «  Des enseignes ont été contactées par l’intermédiaire d’une agence d’immobilier commercial, poursuit la propriétaire. Beaucoup se tournent vers la proximité. On attend leurs réponses.  »

 

Créé en 1959
Elle ne désespère pourtant pas de trouver un repreneur : «  Le magasin fonctionnait très bien.  » Ses parents ont créé Fruits Pilote (où en trouvait aussi une boucherie, des produits laitiers...) en 1959, avant d’en agrandir la surface progressivement. Ils ont pris leur retraite en 1991.

 

C’est la première fois que le magasin, dont l’enseigne Dia était locataire, est inoccupé. «  On y croit car c’est un des quartiers les plus peuplés de Tourcoing. Beaucoup de gens font leur gros chariot mensuel en hypermarché et leurs courses d’appoint dans ce style de commerce.  »

 

Repères
En 2011, le groupe de distribution espagnol Dia s’implante en France en 2011 en rachetant les magasins de hard-discount Ed. En 2014, il cède au groupe Carrefour ses 865 enseignes en France.


À Tourcoing, trois des cinq supermarchés Dia (situés chaussée Watt, rue Achille-Testelin, rue de Gand) ont été repris et transformés en Carrefour contact ou Carrefour city, où les prix pratiqués n’ont plus rien à voir avec le hard-discount.

 

En revanche, les supermarchés de la rue du Chêne Houpline et de la rue Robert-Schuman (qui faisait face à un Carrefour market) ont fermé définitivement.

 

Les magasins de Neuville-en-Ferrain, Halluin, Comines et Linselles ont été repris.

 

 

 

Sourcing:   LVDN, Par Fanny Saintot

Magasin Ed en résistance

Magasin Ed en résistance

Ce magasin Ed situé à Trouville continue de résister  aux différents changements d'enseigne.

 

 

Il n'est jamais passé sous enseigne Dia, ni sous les divers pavillons du groupe Carrefour......!

 

 

Profitons également de cette période pour rappeler que le dossier des 47ex  salariés Dia transférés fin 2015 dans la nébuleuse Gastt, n'est toujours pas entièrement finalisé, Carrefour n'ayant pas à ce jour versé l'ensemble des sommes portées à sa charge.

 

Bd de Clichy, Paris, ex dia transféré dans la nébuleuse Gastt

Nous suivons toujours ce dossier de très près......

 

(A Suivre....

 

(BM)

poste caisse magasin Dia

poste caisse magasin Dia

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Ed, puis Dia........ certains vestiges entretiennent toujours une présence fictive, qui peu à peu s'estompe !
Ed, puis Dia........ certains vestiges entretiennent toujours une présence fictive, qui peu à peu s'estompe !
Ed, puis Dia........ certains vestiges entretiennent toujours une présence fictive, qui peu à peu s'estompe !
Ed, puis Dia........ certains vestiges entretiennent toujours une présence fictive, qui peu à peu s'estompe !

Ed, puis Dia........ certains vestiges entretiennent toujours une présence fictive, qui peu à peu s'estompe !

Site ex Dia, relooké en Carrefour contact.............puis laissé à l'abandon !

Site ex Dia, relooké en Carrefour contact.............puis laissé à l'abandon !

Carrefour contact ex Dia, Maubeuge.....

Carrefour contact ex Dia, Maubeuge.....

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Dia abandonne de nombreux sites, laissant désemparée sa clientèle fidèle depuis de nombreuses années, créant des zones désertiques

Dia abandonne de nombreux sites, laissant désemparée sa clientèle fidèle depuis de nombreuses années, créant des zones désertiques

Les enseignes démontées, en morceau jonchent les sols des reserves en attente du passage des bennes à ordures !! La page est réellement tournée...
Les enseignes démontées, en morceau jonchent les sols des reserves en attente du passage des bennes à ordures !! La page est réellement tournée...

Les enseignes démontées, en morceau jonchent les sols des reserves en attente du passage des bennes à ordures !! La page est réellement tournée...

Adieu Dia..... 

 

En 2014 le groupe Carrefour a racheté 813 magasins Dia en France.

 

56 ont été cédés sous la décision de l'ADLC;  600  devaient passer sous les enseignes Carrefour City, Market, Bio, Express ou Contact.

 

160 magasins devraient ainsi être fermés, ou cédés, selon  l'implantation locale.

 

Le récent scandale de la cession de huit sites au groupe Gastt laissant 45 salariés sur le carreau a suffisamment alimenté la chronique sociale et judiciaire, nous obligeant à devoir  poser des questions sur les conditions de ventes et d'acquisitions de magasins;

 

 Il en est de même du rachat d'un certains nombre de sites par l'enseigne A2Pas, du groupe Auchan, ou de nombreux problèmes sociaux ont été relevés, entrainant des saisines d'inspections du travail, et prud'homales;

 

A ce jour, certains salariés concernant 04 magasins A2Pas de l'empire Abihssira ne perçoivent plus de salaire de façon régulière; Une  saisine du tribunal de commerce  a été initiée en vue d'une liquidation qui libérerait les salariés.

 

Il est à noter que plusieurs mois après le rachat certains magasins restent désespérément fermés.

 

 

Que sont devenus les salariés transférés ?

 

 

Dia, les lumières s'éteignent, les rideaux se baissent, les parkings se vident laissant les riverains désemparés, des salariés sur le départ en quête d'avenir, c'est du lien social qui se distend....Le repli sur soi d'un quartier peu à peu à l'écart

 

Adieu Dia donc !

 

 

C'est souvent pour les salariés, les clients, les municipalités, une fermeture sèche, la désertification du quartier s'installe devant la désolation des parkings laissés à l'abandon, les devantures sans enseigne, les rideaux baissés, ici et là trainent encore quelques caddies...

 

Par instant quelques voitures passent au ralenti devant ce qui reste du magasin, comme par habitude des riverains  viennent voir, se regroupent, échangent. Ils avaient leurs habitudes ici depuis tant d'années, et puis plus rien, juste un au-revoir aux salariés la veille de la fermeture, la direction ne s'est pas montrée;

 

Souvent il n'existe aucune alternative de proximité pour acheter le necéssaire du quotidien pour cette population que tout le monde semble abandonner...

 

Lorsque les magasins rouvrent, c'est sous un autre format, une autre enseigne, le plus souvent en gestion délocalisée par le biais de commerçants dits indépendants.

 

 

En certains lieux, très majoritairement urbain, ou péri-urbain, là ou la zone de chalandise est riche de diversités d'autres enseignes, plus particulièrement du groupe Carrefour s'installent.

 

Ces magasins font partis de la structure commerciale multi format Carrefour Proxy sous les enseignes C City, Bio, Express, Montagne, 8A8, Contact, gérés soit en directement en franchise, ou par le biais du système de la location gérance.

 

Les salariés ainsi transférés voient un glissement progressif de leur conditions vers un moins disant social, tandis que leur nouvel employeur transgresse les lois de la république considérant leur structure comme une zone à part dans laquelle il applique sa propre législation, en dépit des règles de droits applicables.

 

Ce process délocalisé de gestion commerciale par voie de transfert des magasins est absolument mortifère pour les droits sociaux des salariés.

 

La simple application des règles de droit les plus élémentaires relève de l'utopie.

 

Par exemple il en est ainsi de la violation systématique des horaires d'ouverture des dimanches.......et la preservation des acquis individuels, pourtant consacrée sous l'empire des articles L 1224-1 et 2 du CT, pourtant d'ordre public.

 

Le salarié devant constamment faire valoir ses droits, en vain le plus souvent..

 

BM

Denain, ex Dia abandonné il y a 04 ans !

Denain, ex Dia abandonné il y a 04 ans !

DENAIN

 


Un magasin d’alimentation ouvrira (enfin) à la place du Dia de la Bellevue

 


Ce mercredi matin (17/05/017), sera donné le coup d’envoi des travaux du futur magasin Proxi, rue Berthelot, quartier de la Bellevue à Denain.

 

Il occupera une partie de la surface laissée libre depuis la fermeture de Dia, il y a près de quatre ans.


 
L’ancien Dia, qui jouxtait la maison de quartier Solange-Tonini, laissera la place à un magasin Proxi (groupe Carrefour). L’ancien Dia, qui jouxtait la maison de quartier Solange-Tonini, laissera la place à un magasin Proxi (groupe Carrefour).

 

La réouverture d’un magasin de proximité à la Bellevue : cela faisait près de quatre ans que les habitants du quartier attendaient cela. On se souvient que le magasin Dia avait fermé le 23 juin 2013.

 


Le 23 juillet 2015, Carrefour avait racheté le bâtiment.

 

Le 13 juillet 2016, le groupe français de grande distribution avait déposé un permis de construire.


En octobre dernier, un représentant du groupe Carrefour présent à une réunion publique sur les aménagements à venir à la Bellevue annonçait être «  en pleine phase de recrutement de l’exploitant  ».

 


Les 1 400 m2 de surface de l’ancien Dia, qui jouxtent la maison de quartier Solange-Tonini, devraient n’être occupés qu’en partie (sur 350 m2) par le magasin Proxi, le restant de la surface étant aménagé en deux ou trois cellules commerciales. On devrait en savoir davantage ce mercredi lors d’un point presse.

 


Pour l’enseigne, il ne pouvait être question d’exploiter l’ensemble de la surface et risquer ainsi de concurrencer son hypermarché de centre-ville.

 


Une chose est sûre, la demande est là : il n’y a pas de commerce alimentaire dans le quartier. Une demande appelée à croître avec le temps : l’aménageur et promoteur Foncifrance va en effet aménager six hectares (achetés à la Ville), donnant sur la rue Bauduin, pour vendre des parcelles viabilisées, libres de constructeur.


Action : ouverture reportée à début 2018


En ce qui concerne le magasin Action, qui doit s’installer rue Arthur-Brunet à la place de l’ancien magasin Boma et dont l’ouverture était prévue pour la fin août, il devrait finalement ouvrir début 2018.


Un nouveau bâtiment devrait être construit, «  sur une parcelle appartenant à l’agglomération  », nous indique-t-on en mairie, une parcelle située dans la même aire géographique.

 

 

 

Sourcing:     LVDN / Valérie Aubert 

Ex Dia de Cagnes - Carros, fermé, abandonné.....Que sont les salariés devenus? - Photo Jean-Sébastien Gino-Antomarchi

Ex Dia de Cagnes - Carros, fermé, abandonné.....Que sont les salariés devenus? - Photo Jean-Sébastien Gino-Antomarchi

CAGNES  VIE LOCALE

 

La longue fermeture de ce centre commercial azuréen provoque la colère de ses usagers

 

Le supermarché Dia de Carros le neuf, situé à deux pas de la mairie a fermé 


Enseigne démontée, rideaux tirés, aucune information n'était affichée sur le commerce.

Il vient d'être vendu par le groupe Carrefour au groupe Casino, propriétaire de Leader Price.

 

Selon la presse locale, après des travaux de rénovation, le magasin de centre ville rouvrira à la mi-juillet (nous sommes en 2016) sous cette enseigne... à quelques centaines de mètres du "vieux" Leader Price de la rue de l'Argilac.


Toujours d'après la Pqr le personnel de Dia, une dizaine de salariés, ne subira pas de rupture de contrat selon la direction parisienne du groupe.

Il sera formé pendant cette quinzaine dans un autre Leader Price, avant d'intégrer son ancien lieu de travail.

 
 
 Le supermarché devait rouvrir sous une autre enseigne au cours du mois de juillet 2016.....

 

Las, un an plus tard, Sses portes sont toujours closes......



Dix mois après la fermeture du supermarché Dia dans le centre-ville, aucune autre enseigne n'a pris sa place.

 

Les Carrossois assistent impuissants à la dégradation du commerce de proximité

 


Le matin, la ville de Carros semble quasi déserte.

 

Depuis la fermeture du Dia en juin dernier, et les difficultés rencontrées pour trouver une nouvelle enseigne, l'activité est en berne au centre-ville.

 

Peu de badauds et des magasins qui font grise mine. Car le supermarché servait de locomotive et permettait aux autres commerces de bénéficier de son attractivité.

 

 

Aujourd'hui, les habitants s'éloignent du centre.....

 

 

Sourcing:   Midi Libre /  PAR ALICIA VOLTURO - Nice -Matin

 

 

NDR / BM

 

Les enseignes de distribution plantent leurs drapeaux à grand renfort publicitaire, perçoivent des aides de l'état, du département et des communes, puis ferment sas préavis, paupérisant la Cité, et leurs lieux d'implantation,  laissant résidents, clients, voire leurs propres salariés dans le désarroi le plus complet.

 

BM

 

 

Enseigne démontée, rideaux tirés, aucune information n'était affichée sur le commerce,les habitants s'éloignent du centre.....

Enseigne démontée, rideaux tirés, aucune information n'était affichée sur le commerce,les habitants s'éloignent du centre.....

Le DIa de Lunel transformé en C Contact, de même pour celui d'Aigues Mortes. Quant au Dia de Daumesnil, Paris 12ème, ll est désossé de son enseigne, et en attente d'une d'une nouvelle identité commerciale. Les salariés sont soucieux de leur avenir et de leur situation.
Le DIa de Lunel transformé en C Contact, de même pour celui d'Aigues Mortes. Quant au Dia de Daumesnil, Paris 12ème, ll est désossé de son enseigne, et en attente d'une d'une nouvelle identité commerciale. Les salariés sont soucieux de leur avenir et de leur situation.
Le DIa de Lunel transformé en C Contact, de même pour celui d'Aigues Mortes. Quant au Dia de Daumesnil, Paris 12ème, ll est désossé de son enseigne, et en attente d'une d'une nouvelle identité commerciale. Les salariés sont soucieux de leur avenir et de leur situation.
Le DIa de Lunel transformé en C Contact, de même pour celui d'Aigues Mortes. Quant au Dia de Daumesnil, Paris 12ème, ll est désossé de son enseigne, et en attente d'une d'une nouvelle identité commerciale. Les salariés sont soucieux de leur avenir et de leur situation.

Le DIa de Lunel transformé en C Contact, de même pour celui d'Aigues Mortes. Quant au Dia de Daumesnil, Paris 12ème, ll est désossé de son enseigne, et en attente d'une d'une nouvelle identité commerciale. Les salariés sont soucieux de leur avenir et de leur situation.

Dia Gravelines, devenu Carrefour Contact Marché; Catherine Schricke (au centre) à la tête d’un tout nouveau magasin. 

Dia Gravelines, devenu Carrefour Contact Marché; Catherine Schricke (au centre) à la tête d’un tout nouveau magasin. 

L’ancien magasin Dia de Rousies a, depuis, été remplacé par un Contact marché, du groupe Carrefour.

L’ancien magasin Dia de Rousies a, depuis, été remplacé par un Contact marché, du groupe Carrefour.

ROUSIES


Deux frères jugés pour tentative de vol dans l’ancien magasin Dia

 


Fin mars, le tribunal d’Avesnes a jugé deux Maubeugeois d’une trentaine d’années pour tentative de vol et dégradations envers le magasin Dia.

 

Non seulement ils n’ont rien pu voler, mais la caméra qu’ils ont détruite a tout de même permis de les identifier.


  
L’ancien magasin Dia de Rousies a, depuis, été remplacé par un Contact marché, du groupe Carrefour.


 

L’occasion fait le larron. C’est ainsi que pourrait se résumer cette affaire. En septembre 2015, aux alentours de 3 heures du matin, deux frères maubeugeois, âgés de 31 et 35 ans, passent à côté du magasin et constatent qu’il est facile d’y pénétrer.

 

Ni une ni deux, ils décident de passer à l’acte. Ils forcent une porte et parviennent à s’introduire dans le magasin. Ils cassent la caméra de vidéosurveillance mais certaines images ont déjà été enregistrées et les policiers les reconnaissent malgré leurs capuches rabattues sur les yeux.

Une fois à l’intérieur, les apprentis cambrioleurs tentent de forcer le coffre-fort, en vain. L’alarme du magasin se déclenche, ils se sauvent sans demander leur reste.

 


Prison ferme

 


Au final, rien n’a été volé mais leur équipée nocturne a occasionné quelques dégâts au sein du magasin.

 

Me D’Honte défend les intérêts de Dia. «  C’est un dossier pénible même s’il n’y a eu que peu de préjudice, environ 600 €.  »

Le procureur, Jean-Gabriel Senglat, fait remarquer qu’«  aucun des deux frères ne semble motivé pour se sortir de la délinquance et travailler  ».

 

Les deux invoquent des maladies mais reconnaissent à demi-mot que travailler ne leur est pas impossible pour autant. Il requiert 6 à 8 mois de prison pour l’un, et de 8 à 10 mois pour l’autre.

 

Le tribunal condamne finalement B.P. à 3 mois de prison ferme ainsi qu’à payer 600 € à Dia pour le préjudice matériel, tandis que son frère, M.P., écope de 4 mois ferme.

 

 

 

Sourcing:   LVDN/    /  Fanny Bricout

 

 

 

Triste fin pour une équipée même pas  sauvage de deux pieds nickelés  !

BM

Fougères, Claude Richer, U Express, remplace le Dia devenu Contact Marché du groupe  Carrefour, que l'enseigne a abandonné

Fougères, Claude Richer, U Express, remplace le Dia devenu Contact Marché du groupe Carrefour, que l'enseigne a abandonné

Fougères


 L'enseigne U arrive à Fougères avec un U Express
 

U Express a ouvert ce mardi 7 février à Fougères.

 

L’enseigne s’est installée au sud de la ville, rue de Laval. Elle a repris les locaux de Contact Marché (Carrefour), qui lui-même n’était apparu dans le paysage fougerais qu’en novembre dernier, pour succéder à Dia, présent depuis 2012.

 

Une valse des enseignes qui a d’ailleurs étonné certains clients, qui s’en sont émus sur les réseaux sociaux.

 

Une quatrième enseigne de grande distribution

 


En 2014, Carrefour avait racheté les 800 magasins Dia pour les transformer en Carrefour Contact, Carrefour Market etc., avant de se séparer d’une cinquantaine d’entre eux à la demande de l’autorité de la concurrence, et d’en revendre un centaine d’autres l’année dernière.

D’autres magasins ont changé d’enseignes à la suite de différends commerciaux.

 

Depuis mardi donc, le client fougerais a encore plus de choix. « U arrive enfin à Fougères » sourit Claude Richer, à qui la centrale a confié le démarrage du magasin (ce chef d’entreprise fougerais est propriétaire des Super U de Maen Roch et de Chateaubourg).

 

Jusqu’ici, U n’était présent sur Fougères qu’à travers son drive, à Lécousse. Il rejoint désormais Carrefour (Hyper et Carrefour Market), Intermarché et E.Leclerc.

 

Toujours ouvert le dimanche


U Express est le nom des magasins alimentaires de petite dimension, après les Hyper U et les Super U. Rue de Laval, U dispose d’une surface de 900 m2 avec toute la palette de l’alimentaire. « Nous proposons 10 000 références » situe Claude Richer, persuadé que l’enseigne U répondra à une attente à Fougères.

 

Sous enseigne Dia puis Contact Marché, le magasin de la rue de Laval était ouvert le dimanche. Il va le rester, « compte tenu du contexte local qui voit d’autres enseignes ouvrir le dimanche » explique Claude Richer.

Sujet délicat à Fougères, où Carrefour Market avait décidé en 2012 d’ouvrir le dimanche, justement parce que Dia le faisait depuis trois mois…

 

 

 

La Chronique Républicaine

35133 Fougères
Hervé Pittoni

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Ex Dia le carrefour contact est à l'abandon....Tucquegnieux : le Carrefour Contact ne répond plus

Ex Dia le carrefour contact est à l'abandon....Tucquegnieux : le Carrefour Contact ne répond plus

Tucquegnieux :

 

Carrefour Contact ne répond plus

 

 

Très rapidement, en décembre, la supérette Carrefour Contact de Tucquegnieux a fermé ses portes.

 

Depuis, c’est silence radio entre la municipalité et la direction de l’enseigne.


Le Carrefour Contact de Tucquegnieux a baissé le rideau en décembre dernier. Depuis, la municipalité attend des nouvelles de la direction…  

 


Le numéro que vous demandez n’est plus attribué. Veuillez consulter le service des renseignements". Si vous composez le numéro à dix chiffres du Carrefour Contact de Tucquegnieux, implanté au 31, rue Georges-Clemenceau, voilà la réponse à votre appel.

 

Et pour cause : depuis décembre dernier, la supérette, bien utile aux habitants de la commune, ne répond plus. Silence radio et portes closes ! 

 

 Du contact, on n’en a plus. Ni avec le gérant, ni avec la direction , soupire le maire Simon Stachowiak. Bien entendu, nous étions prévenus de la fermeture du Carrefour Contact, mais, à l’époque, on évoquait un changement d’enseigne. L’idée était de continuer à offrir un service à la population. Nous avons eu des échanges de courriers, mais depuis plusieurs semaines, je n’ai plus de réponses. Même à mes lettres recommandées. »

 


Mi-décembre, donc, le commerce a démarré la liquidation de son stock et son déménagement, pour fermer définitivement dans la foulée. Rapide, très rapide, trop rapide…

 

« Nous avions un projet de station-service à côté de la supérette , explique le premier magistrat. L’idée était simple : construire une station-service à côté de la supérette. Cette station devait être implantée sur un terrain appartenant à ErDF. ErDF nous a rétrocédé ce terrain à l’euro symbolique, mais cela a pris un peu de temps pour modifier le Plan local d’urbanisme et remettre l’intégralité en zone constructible. Tous les plans étaient dressés, il ne restait plus qu’à les réaliser.

 

Nous avons partagé ce projet avec la direction du Carrefour Contact. Peut-être n’a-t-elle plus voulu le suivre… »


L. B.

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....

SARGUEMINES BITCHE

 

 

Le supermarché Dia a baissé le rideau


Samedi soir, le supermarché Dia a définitivement mis la clé sous le paillasson.

Le discount devait être la pierre angulaire d’une nouvelle zone ...

carrefour contact Somain

carrefour contact Somain

GRAVELINES


DIA cède la place à Carrefour Contact Marché


L’aménagement a été complètement revu, avec des allées plus larges.
 

Si la surface commerciale du hameau des Huttes existe depuis les années 70, il faut reconnaître que d’année en année, enseigne après enseigne, le magasin a bien évolué pour atteindre une surface de vente de près de 800 m² avec un vaste parking.

 

Sous l’enseigne Carrefour Contact Marché, Catherine Schricke se trouve à la tête d’un nouveau magasin dont l’aménagement a été complètement revu.

 

La surface du rayon fruits et légumes a presque doublé. Un rayon bazar a été créé. Le personnel, lui, n’a pas changé, selon la direction de l'enseigne.

 

 

 

Sourcing: LVDN

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
DUNKERQUE   DIA cède la place à Carrefour Contact Marché

DUNKERQUE DIA cède la place à Carrefour Contact Marché

DUNKERQUE


DIA cède la place à Carrefour Contact Marché


L’aménagement a été complètement revu, avec des allées plus larges.

Si la surface commerciale du hameau des Huttes existe depuis les années 70, il faut reconnaître que d’année en année, enseigne après enseigne, le magasin a bien évolué pour atteindre une surface de vente de près de 800 m² avec un vaste parking.

 

 

 

Sourcing :   LVDN

Triste fin pour le dia de st Raphaël, suite à la fermeture il y a 3 jours, programmée de longue date du magasin.
Triste fin pour le dia de st Raphaël, suite à la fermeture il y a 3 jours, programmée de longue date du magasin.
Triste fin pour le dia de st Raphaël, suite à la fermeture il y a 3 jours, programmée de longue date du magasin.
Triste fin pour le dia de st Raphaël, suite à la fermeture il y a 3 jours, programmée de longue date du magasin.

Triste fin pour le dia de st Raphaël, suite à la fermeture il y a 3 jours, programmée de longue date du magasin.

St. Raphael

 

Dia à l'abandon !

 

Triste fin pour le Dia de st Raphaël, suite à la fermeture il y a 03 jours, programmée de longue date du magasin.


Même le patron du super u voisin le savait il y a 1 an...


Aujourd'hui encore les clients viennent mais se cassent le nez, aucune information affichée.

Mais  les salariés, ni compresseurs ne sont plus la... !

Un gâchis, à l'image des anciens dirigeants de cette enseigne qui ont quitté le navire peu après le rachat du groupe par Carrefour pour aller se vendre à la concurrence, après avoir bradé les salariés et les fonds de commerce à l'encan. 

Aujourd'hui encore les clients viennent mais se cassent le nez, aucune information affichée.
Aujourd'hui encore les clients viennent mais se cassent le nez, aucune information affichée.
Aujourd'hui encore les clients viennent mais se cassent le nez, aucune information affichée.

Aujourd'hui encore les clients viennent mais se cassent le nez, aucune information affichée.

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....

En Ardèche, un  Bazarland  à la place d'un Dia   ! 

 

Après quelques retards de l’administration ardéchoise durant la période estivale, le magasin Des Vans a finalement ouvert ses portes à la clientèle.

 

Pas de changement, c'était déjà le bazar avant  !!!

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Da Marck baissera définitivement le rideau le 24 décembre

Da Marck baissera définitivement le rideau le 24 décembre

MARCK


Le magasin Dia baissera définitivement le rideau le 24 décembre


L’information a été confirmée par les syndicats.
 
Le magasin Dia de l’avenue de Calais baissera définitivement le rideau le 24 décembre au soir.

Il ne sera pas transformé en Carrefour Contact.

Toutefois, Cyril Boulay délégué syndical central FO n’est pas alarmiste :

«  Cette fermeture m’a été confirmée en comité de groupe Carrefour. Selon les ressources humaines, les salariés de Dia à Marck seront reclassés dans les Carrefour City et Contact de Calais et Guînes. C'est ce qu'il ressort des échanges avec le service RH régional, corroborré par les informations d eterrain que nous avons avec les salariés »

 

 

 

Sourcing: Nord Littoral

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....

De Dia à Carrefour: un changement d’enseigne «pour une meilleure qualité»
 

Comme les Lidl, les Carrefour poussent comme des champignons. Dans le Lensois comme partout en France, les Dia plutôt vétustes sont remplacés par l’enseigne verte qui a racheté le nom car «  Dia France perdait 100 millions d’euros en 2014  », expliquent les responsables.

 

Les Carrefour Contact Marché de Sallaumines et d’Avion font partie des 756 magasins Dia rachetés en France en juin 2014.

 

Ils ont ouvert respectivement le 19 octobre et le 15 juin dernier et semblent attirer plus de monde. «  Je viens le midi depuis que ça a changé. Le Dia était fermé à la pause  », explique Catherine, qui travaille à proximité de celui d’Avion.

 

«  Pour les clients, l’enseigne est plus sérieuse, assure Cathy Villayes, employée principale du magasin. Les lieux ont été refaits à neuf, avec plus d’espace donc sont beaucoup plus agréables. Et puis la carte de fidélité attire beaucoup. »

 

Les six salariés sont toujours les mêmes, alors que les horaires sont plus larges. «  Pourtant, l’ambiance de travail est plus humaine.

 

Les tâches sont mieux réparties. » Alors que chez Dia il fallait décharger 30 palettes d’un coup pour alimenter tous les rayons pour la journée, les livraisons se font désormais par secteur. «  

 

On court moins et on peut mieux s’organiser.  »

 

 

 

Sourcing: LVDN

L’un des derniers Dia de France est devenu un Carrefour contact

L’un des derniers Dia de France est devenu un Carrefour contact

L’un des derniers Dia de France est devenu un Carrefour contact


C’était l’un des derniers en France... Début novembre, le magasin discount Dia, rue Obert, a fermé ses portes.


Nadia Achour-Tani était déjà à la tête du Dia depuis trois ans. Le magasin a conservé son personnel, soit une dizaine de personnes.

 

Pour rouvrir, trois semaines plus tard, le 30 novembre, sous la bannière de Carrefour contact. Une évolution logique puisque le groupe Carrefour a racheté les 800 Dia de France en 2014.

 

Durant les trois semaines de travaux, le magasin a été totalement refait. «  Nous avons presque doublé nos références, de 5 000 à 9 000  », indique Nadia Achour-Tani, la responsable du magasin, qui était déjà aux commandes du Dia précédemment. Le changement d’enseigne a aussi permis de développer le point chaud, de proposer quelques produits régionaux...

 

Le magasin est maintenant en concurrence directe avec le Match de la rue de Quesnoy.

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Adieu Dia, bonjour Carrefour City !!

Adieu Dia, bonjour Carrefour City !!

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....

Calais

 

Adieu Dia, bonjour Carrefour City !!


Le supermarché du boulevard Gambetta a changé d’enseigne mercredi matin


 
Les horaires ont été étendus par rapport à l’enseigne précédente. Les horaires ont été étendus par rapport à l’enseigne précédente.

C’est un changement qui ne passera pas inaperçu. Hier matin, les clients habitués au magasin Dia du boulevard Gambetta ont trouvé à la place un Carrefour City flambant neuf.

 

Le changement est radical par rapport au précédent magasin, outre l’enseigne. Le sol a été refait et tous les rayons sont évidemment flambant neufs. De quoi attirer davantage les clients que les anciens rayons de la filiale originaire d’Espagne, moins attentive à la présentation.

 

Au rayon des changements, les horaires d’ouverture ont aussi été considérablement étendus puisque le magasin est désormais ouvert dès 7 heures du matin et reste ouvert jusqu’à 22 heures.

 

Le dimanche, il sera ouvert de 9 à 13 heures, et de 16 à 20 heures. De quoi réjouir les adeptes des courses de dernière minute en rentrant tard le soir.

 

 

 

 

Sourcing: LVDN 

L’ancien Dia a rouvert sous une nouvelle enseigne

L’ancien Dia a rouvert sous une nouvelle enseigne

CAUDRY


L’ancien Dia a rouvert sous une nouvelle enseigne


Comme annoncé, après un peu plus de deux semaines de fermeture, une nouvelle enseigne  a ouvert ses portes ce mercredi dans l’ancien magasin Dia de Caudry.

Les clients étaient plutôt nombreux, ce mercredi matin, à être venus découvrir ce quelle façon le magasin avait été transformé. Les clients étaient plutôt nombreux, ce mercredi matin, à être venus découvrir ce quelle façon le magasin avait été transformé.

 

Sur le parking, devant le supermarché situé boulevard du 8-Mai-1945 à Caudry, les voitures avaient remplacé les bennes et les engins de chantier ce mercredi matin. Fraîchement mise en place, l’enseigne Market avait attiré de nombreux clients en ce jour de réouverture, après dix-sept jours de fermeture nécessaires à la transformation du magasin en Carrefour contact marché.

Un changement de crémerie qui ne devait pas avoir d’incidence négative sur les effectifs, nous indiquait la communication de Carrefour France il y a un mois et demi  : bien au contraire, une embauche était annoncée.

Le nouveau magasin a été inauguré ce mardi soir, à la veille de la réouverture.

 

 

 

Sourcing: LVDN

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....

Bourges

 

Les deux magasins de hard-discount ont fermé hier soir, définitivement. 


Les deux magasins de hard-discount ont fermé hier soir, à Ed, puis  à Dia, pendant douze ans, les clients ont pu pousser leur chariot chez un hard-discounter. 


Deux magasins de proximité qui ferment et ce sont des vies qui sont chamboulées. Si les anciens clients se demandent encore comment ils vont remplir leur réfrigérateur, les employés de Dia vont être reclassés.


La voix est gorgée de trémolos, les yeux sont embués. Il est 10 heures ce vendredi, l'heure pour cette salariée du magasin Dia de « dire au revoir, pas adieu » à une fidèle cliente.

 

Les rayons sont vides, les mains pleines de roses et les cœurs emplis d'émotion. « C'est pour vous. Pour vous remercier pour tout », glisse, entre deux bises claquées, cette habituée du magasin de hard-discount. « Merci. Merci. C'est très gentil », soupire l'employée avant que la manche de sa polaire vienne essuyer une petite larme.

 

« Comment va-t-on faire sans eux ? »

 


Hier soir, le rideau est tombé sur les deux magasins Dia de Bourges.

 

Après douze ans de présence de hard-discount en bordure du boulevard de l'Avenir et de l'avenue de Saint-Amand – d'abord sous le nom de Ed puis de Dia –, les enseignes laissent derrière elles des clients à la colère plus rouge encore que des tomates importées d'Espagne.

 

« Pardonnez-moi l'expression, mais on a les boules, lâche Georgette, un cabas dans chaque main. Ça va laisser un grand vide derrière. Un magasin de proximité comme ça, ça n'avait pas de prix. Ça rendait des services immenses au quotidien. Surtout pour les personnes du quartier qui ne sont plus capables de conduire. » Marie, une autre « Dia dépendante », partage sa détresse. « Comment va-t-on faire sans eux ? On est écœurées. Enfin… C'est comme ça… Le plus important, cela reste quand même qu'aucun employé ne se retrouve sur le carreau. »

 

Pour les employés des deux magasins Dia, ce vendredi 25 novembre 2016 représente « la fin d'une aventure et de mois d'inquiétudes, le début d'une nouvelle vie ».

 

Après des mois de flou, ils entrevoient le bout du tunnel professionnel. Les rumeurs de rachat par un groupe polonais qui avait racheté en France huit Dia au groupe Carrefour, avant d'être placé en redressement judiciaire en septembre, sont derrière eux.

 

Des salariés reclassés  à Bourges  et à  Saint-Martin-d'Auxigny;

 


Dès le 1 er décembre, leur avenir s'écrira dans une nouvelle enseigne du groupe Carrefour. « Tant mieux. Le groupe polonais, ça sentait franchement mauvais », glisse cette employée.

 

Cinq salariés ont eu une proposition de poste à l'hypermarché Carrefour chaussée de Chappe ; une autre travaillera au Carrefour Market de la route de La Charité ; un autre encore se rendra au Carrefour Market de Saint-Martin-d'Auxigny.

 

 

Sourcing: Le Berry Républicain / Benjamin Gardel

Dans le quartier, on espérait que la supérette survive, mais dimanche elle baissera définitivement son rideau de fer.

Dans le quartier, on espérait que la supérette survive, mais dimanche elle baissera définitivement son rideau de fer.

TOURCOING

 


Dia baissera définitivement son rideau de fer ce dimanche

 

Les habitants du quartier espéraient une transformation de leur supérette en Carrefour Contact. Malheureusement, Dia fermera définitivement ses portes ce dimanche. Plusieurs riverains se disent peinés et surtout pénalisés par la disparition de ce commerce de proximité.


 
Dans le quartier, on espérait que la supérette survive, mais dimanche elle baissera définitivement son rideau de fer.

L’affiche écrite en lettres majuscules et apposée sur la vitre du magasin est sans équivoque : «  Fermeture définitive de votre magasin le dimanche 27 novembre 2016. La direction.

 

 » À l’intérieur, les rayonnages quasiment vides et les allées désertées confirment la disparition imminente du commerce.

 

Plus vraiment la cohue à Dia.

 

«  C’est une institution dans le quartier !  » Béatrice, 65 ans, est née rue de Marengo, la voie perpendiculaire à Dia, et habite toujours à 100 mètres de la devanture. Autant dire qu’elle connaît le secteur et l’histoire de cette petite surface commerciale. Gamine, elle y faisait déjà les courses pour sa famille : «  Il y avait encore de la terre battue autour  ».

 

Avant Dia, «  C ’était Fruits Pilote, géré par M. Deschildre. On y trouvait des primeurs, une boucherie, du fromage à la coupe ou encore des produits laitiers.  »

 
« C’est très pénalisant, cette fermeture, surtout qu’il y a énormément de personnes âgées dans le quartier »

 


La Tourquennoise raconte qu’il y a toujours eu une bonne ambiance au sein du magasin et que le personnel a toujours été «  accueillant et serviable  ».

 

Elle n’a d’ailleurs pas hésité à signer la pétition pour que le salarié licencié en août dernier  réintègre son poste. Mais pour elle, qui n’a pas de voiture et ne veut dépendre d’aucun de ses proches, «  c’est très pénalisant, cette fermeture, surtout qu’il y a énormément de personnes âgées dans le quartier  ».

 

En prévision, elle a donc stocké 34 packs de 6 bouteilles d’eau minérale et une grosse quantité de papier essuie-tout. Elle pense maintenant se faire livrer à domicile, certainement par le Match, qui se situe rue de Fleurus, à environ un kilomètre de là à pied. Il lui en coûtera 8 € à partir de 80 € d’achats.

 

«  Auchan City, dans le centre-ville, analyse-t-elle, a pris de l’ampleur et a certainement fait du tort. Le plus important, c’est que tout le personnel de Dia conserve un travail.  »

 

Ces mutations nous ont été confirmées par la responsable du magasin : «  Cela faisait partie de nos accords : les quatre salariés ont tous été reclassés, à Lomme, Tourcoing et Wattrelos.  » Mais c’est un autre lieu de vie, de lien social qui disparaît, un commerce qui ouvrait même le dimanche matin.

 

 

 

Sourcing: LVDN / Christophe Declercq 

Briey : le magasin Dia va fermer; Le magasin devait profiter de travaux de transformation. Il n’en sera rien…   Photo Samuel MOREAU

Briey : le magasin Dia va fermer; Le magasin devait profiter de travaux de transformation. Il n’en sera rien…   Photo Samuel MOREAU

Briey 

Le magasin Dia va fermer

 

Il y a une semaine, les six salariées du magasin Dia de Briey ont appris sa fermeture. Une annonce brutale, et une raison qu’elles ignorent. Toutefois, elles devraient toutes être reclassées dans des enseignes du groupe Carrefour.

 

 " Ça fait douze ans qu’on bossait toutes ensemble. Le plus dur, ça va être de se dire que c’est fini… »

 

Le 31 décembre, le magasin Dia de Briey baissera définitivement son rideau métallique. Ses salariées ont le cœur gros. Et les larmes au bord des yeux.

 

En 2014, le groupe Carrefour rachetait le parc Dia, soit plus de 800 magasins sur le territoire hexagonal.

Son idée : développer ses enseignes de proximité. Briey faisait partie de ce nouvel élan. L’objectif était de transformer le magasin en Carrefour Marché, dont les produits sont commercialisés en moyenne 15 % moins cher que dans les Carrefour Contact.

« On nous avait dit que les travaux de transformation étaient prévus pour le mois de juin 2016, donc il n’y avait aucune raison de s’inquiéter », témoigne une employée. Les travaux ont finalement été repoussés à octobre. Sans suite… « Entre les deux, on nous avait pourtant livré le nouveau mobilier. Des luminaires pour les rayons, des casiers pour les vestiaires… »

 

Une commission s’est réunie à la maison mère mardi 15 novembre, actant la fermeture de l’adresse briotine. Le lendemain après-midi, les salariées étaient mises au courant par les syndicats. Malaise.

 

 

« Un mois pour tourner la page »

 

 

Depuis 1978, les enseignes se sont succédé. Il y a eu Europrix, Bravo, Champion, Ed et enfin Dia.

 

« On ne nous a pas expliqué la raison de cette fermeture. En tout cas, c’est la première fois qu’il n’y a, a priori, pas de repreneur. »

Pourtant, pour elles, les atouts sont nombreux. Déjà, sa localisation, à proximité d’autres petits commerces, de cabinets médicaux, de banques et de la poste. « Le parking est grand. Souvent, les gens se garent chez nous et en profitent pour faire une course. Et les locaux sont en bon état. »

 

En tout cas, toutes préféraient savoir la raison de cette fermeture, même si l’issue ne changera pas. On pense évidemment à une possible concurrence avec le Carrefour Contact à Briey-Bas…

 

Le vendredi 18 novembre, des personnes des ressources humaines venaient leur parler d’avenir. Car avenir il y aura. Les six employées vont être reclassées dans d’autres magasins du groupe. Normalement, à proximité. Le soulagement est sur tous les visages.

 

« C’est évidemment le plus important. On ne se retrouve pas à la rue », soufflent-elles. Elles regrettent juste que ce soit si soudain.

 

« Si on nous avait dit : "dans 6 mois, on ferme", on aurait eu le temps de s’y faire. Là, il nous reste un mois pour tourner la page. » Leurs clients ont voulu leur prêter main-forte, en lançant une pétition, par exemple.

 

En attendant, elles vont continuer à arranger les rayons, jusqu’à épuisement des stocks. « Nous sommes professionnelles. Nous le resterons jusqu’à la fin. »

Ces prochains jours, une affiche devrait apparaître sur la devanture pour confirmer ce que tout le monde sait déjà.

 

 

Sourcing: Le Républicain Lorrain / Claire Pieretti.

Dia Beaugency - Les feuilles  mortes et les courants d'air ont peu à peu remplacé les clients sur le parking déserté du magasin

Dia Beaugency - Les feuilles mortes et les courants d'air ont peu à peu remplacé les clients sur le parking déserté du magasin

Fermeture de DIA à Beaugency : la situation bouge...


...... L’annonce de la fermeture de la supérette Dia a provoqué la consternation dans le quartier de Garambault…
 


Lors du dernier Conseil municipal, Jacques Mesas a rappelé que la fermeture du magasin DIA, prévue à la fin de cette année, allait pénaliser les habitants d'un quartier déjà touché par la fermeture de plusieurs enseignes.

Il a demandé quelles étaient les pistes exploitées par la Mairie pour trouver un repreneur.

 

Des inquiétudes sur le sort des employés

 

Après avoir rencontré le gérant du magasin pour faire un bilan de la situation, David Faucon a pris en charge le dossier pour tenter de trouver une solution. Il s'est entretenu vendredi dernier avec le responsable du groupe Carrefour dont dépend l'enseigne DIA, pour s'enquérir de cette décision, alors qu'il avait été envisagé au contraire une rénovation du magasin !

 

Selon le responsable, cette fermeture se justifie par une question de rentabilité. Il est vrai que les produits « Carrefour » sont dans l'ensemble plus chers que les produits « hard discount » de l'enseigne précédente ; certains clients ont pu s'orienter vers les autres grandes surfaces du secteur…

 

Tout en « déplorant la méthode », David Faucon s'est inquiété du sort réservé au personnel.


 

Sur les sept salariés du magasin, cinq sont reclassés dans des magasins du bassin d'Orléans. Quant aux deux restants, pour des raisons de statut ou de mobilité, leur situation est plus compliquée. Une solution est envisagée dans les services municipaux.

 

 

Un début de solution ?

 

 

Le maire a par ailleurs pris contact avec deux investisseurs. Des études sont en cours, une mise en relation avec le propriétaire du site est initiée. David Faucon se veut optimiste, même si rien n'est acté, les clés décisionnelles restant dans les mains des investisseurs.

Si le dossier aboutit, il s'inscrira dans une réflexion plus large portant sur l'aménagement du site, compte tenu de la présence d'autres magasins, de la proximité de l'Agora et de la ZAC des Capucines.

 

 

Sourcing: La république du Centre /  © Saran REDACTION

 

(Affaire à suivre…

Les caddies vont également disparaître du paysage

Les caddies vont également disparaître du paysage

Bourges

 

Les jours des deux magasins Dia de Bourges sont comptés. Le hard-discounter quittera Bourges le 25 novembre.


C’était une certitude. Début octobre, l'information avait été confirmée par le groupe Carrefour, propriétaire de Dia France via sa filiale Erteco France : les deux magasins Dia berruyers étaient condamnés. Fermetures prévues fin novembre.

Le calendrier se précise. Les enseignes de hard-discount de l’avenue de Saint-Amand et du boulevard de l’Avenir baisseront leur rideau le 25 novembre au soir.

Faute de repreneur, les deux sites, propriétés du groupe Carrefour, laisseront un vide derrière eux.

Quant aux employés – au nombre de huit –, ils continuent d’être reçus par la direction de Carrefour.

Il n'y a pas de repreneur pour le Dia de la place Lorjou à Blois.Le Dia de la place Lorjou, à Blois, fermera définitivement ses portes le mercredi 30 novembre.

Il n'y a pas de repreneur pour le Dia de la place Lorjou à Blois.Le Dia de la place Lorjou, à Blois, fermera définitivement ses portes le mercredi 30 novembre.

Blois

 

Fermeture de Dia : coup dur pour la vie de quartier

     
Il n'y a pas de repreneur pour le Dia de la place Lorjou à Blois.

 

Le supermarché fermera ses portes le mercredi 30 novembre. 


Il n'y a pas de repreneur pour le Dia de la place Lorjou à Blois.


Le supermarché Dia, place Lorjou, fermera définitivement ses portes le 30 novembre.

Les commerçants du quartier redoutent une baisse d’activité.

 


 Pourquoi le supermarché ferme-t-il ? 

 

Le groupe Carrefour avait racheté, en 2014, 756 magasins Dia avec l'intention d'en vendre une centaine jugés insuffisamment rentables (*).

Tout comme ceux de Beaugency, Meung-sur-Loire et Mer, le supermarché de Blois n'a finalement pas trouvé preneur et la décision a été prise de baisser le rideau (NR du 16 novembre).

 


 Que deviendront les salariés ?

 

La communication de Carrefour fait savoir que « six salariés se sont déjà vu proposer une mobilité dans les magasins alentour notamment au Carrefour Market de Vendôme, dans les magasins de Blois ou encore du côté de Plessis-Pâté (Essonne) ».

Sur le plan de l'emploi c'est néanmoins une très mauvaise nouvelle dans un quartier de Blois où le chômage frappe déjà plus durement qu'ailleurs.

 

 En quoi est-ce un coup dur pour la vie de quartier ?

 

Le supermarché Dia était une locomotive sur le plan commercial de ce que l'on a coutume de nommer les quartiers nord de Blois. Il rendait service aux nombreux habitants notamment aux personnes âgées ou celles ne disposant pas de véhicule.

« C'est un commerce de proximité qui, souvent, me dépanne », réagit Michèle, cliente croisée à la sortie du magasin. Cette fermeture devrait profiter au Carrefour Market Blois Chavy situé 1 rue Duguay-Trouin et au Leader Price, 78 rue Michel-Bégon.

 

 Les autres commerçants sont-ils inquiets ?

Oui, très clairement.

 

« C'est très dur pour le quartier, pour les gens qui habitent ici », réagit Ouadah Kasdé, le patron du « Revenez-y », café situé à quelques mètres du Dia. Il « espère » qu'« un repreneur arrivera plus tard ».

 

Les clients qui venaient faire leurs courses chez Dia avaient l'habitude de boire un café chez lui.

« C'est une très mauvaise nouvelle, renchérit Samir Bouguedba, de la Boucherie de l'Europe. Je ne me réjouis jamais quand un commerce ferme ses portes car un commerce qui ferme c'est un bout de vie qui part. » Samir Bouguedba pense que cette fermeture ne boostera pas son commerce, bien au contraire : « Si une grande surface n'y arrive pas, comment voulez-vous que les petits commerces s'en sortent ? »

 

 (*) Dia a perdu 100 millions d'euros en 2014.

 

Adrien Planchon

Le magasin est toujours à vendre. Le Groupe Carrefour n’a pas trouvé de repreneur pour le magasin situé avenue de la République.

Le magasin est toujours à vendre. Le Groupe Carrefour n’a pas trouvé de repreneur pour le magasin situé avenue de la République.

Les Andelys

 

 Dia ferme ses portes ce mercredi


Le Groupe Carrefour n’a pas trouvé de repreneur pour le magasin situé avenue de la République.

 


Le magasin est toujours à vendre

 


Ce qui n’était qu’une rumeur depuis plusieurs mois s’est révélé exact. Le magasin Dia, situé avenue de la République, aux Andelys, fermera ses portes ce mercredi. Installé depuis plusieurs années, après la fermeture de ED, le magasin avait été racheté par le groupe Carrefour.

 

Pas de licenciements

 

Le service communication du groupe Carrefour précise que le magasin n’a pas trouvé de repreneur et qu’il fermera définitivement ce mercredi. En ce qui concerne les quatre employés, ils se sont vus proposer un poste dans les magasins Carrefour Market les plus proches : Les Andelys, Aubevoye ou Étrépagny.

Pour l’heure, le magasin est toujours à vendre.

 

Sourcing: Paris Normandie.fr

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....

Dia, le hard discounter qui a servi de tirelire à Bernard Arnault

 
Rea
Déçu par Carrefour, dont il est actionnaire depuis 2007, le propriétaire de LVMH a poussé le distributeur à se débarrasser des enseignes de hard discount Dia en 2011. Quelques opérations plus tard, il récolte avec son acolyte le fonds Colony Capital une cagnotte de 400 millions d’euros.

On associe volontiers le nom de Bernard Arnault au luxe – il est propriétaire du groupe LVMH et de ses marques prestigieuses (Vuitton, Guerlain, Moët & Chandon ...) – et au collectionneur d’art et mécène – il a ouvert un musée au Jardin d’acclimatation à Paris.
Mais s’il s’agit de faire des affaires, la seconde fortune de France (33 milliards d’euros de fortune professionnelle), derrière Liliane Bettencourt, selon le magazine « Forbes », n’hésite pas à s’aventurer sur des terrains plus populaires. Lui qui tente aujourd’hui de mettre la main sur « le Parisien- Aujourd’hui en France » vient déjà d’empocher une jolie plus-value grâce au hard discount.

MULTIPLIER LES PAINS

Tout commence en 2007. Bernard Arnault déboule dans le capital de Carrefour, l’un des leaders de la grande distribution, en tandem avec le fonds Colony Capital, dirigé à l’époque par Sébastien Bazin, devenu en 2013 PDG d’Accor (hôtels). Les deux compères ont raflé des actions (10 % du capital) en empruntant une grande partie de la somme nécessaire à leur achat. Avec effet de levier, comme on dit dans le monde de la finance.
Notre milliardaire explique alors qu’il est « dans l’âme un entrepreneur » et souhaite apporter « un peu de (son) savoir-faire » aux entreprises « à fort potentiel».
(« Challenges », 29 mars 2007).
Mais en 2011, les deux alliés, qui possèdent alors 14 % du capital et 20 % des droits de vote, s’impatientent! Depuis leur arrivée au capital, l’action Carrefour a dégringolé (de 53 euros en 2007 à 27 euros). Ils vont donc dégainer leur « savoirfaire » et imposer la scission de Dia, le secteur hard discount de Carrefour, et sa cotation en Bourse. Ce type d’opération – dite spin-off – est censé multiplier les pains: en termes boursiers, les deux sociétés que l’on sépare valent en général, lorsqu’on les additionne, plus que le groupe initial.

 

REPERES.
7 000 Nombre d’emplois chez Dia en France.
500 Nombre d’emplois menacés après le rachat par Carrefour.

 

RIEN POUR CARREFOUR

 

Réalisée en juillet 2011, la scission ne rapportera pas un euro de liquidités au groupe Carrefour, pour investir par exemple ou mieux payer ses salariés. Ce sont les actionnaires qui ont reçu un dividende exceptionnel en nature, prenant la forme d’actions de Dia (l’action Dia par action Carrefour possédée). Bernard Arnault et Colony Capital se retrouvent à la tête d’environ 9 % du capital de la nouvelle société. Au début, rien de flambant. Dia est introduit à la Bourse de Madrid, au prix de 3,58 euros l’action. Mais le cours retombe vite à 2,50 euros. Quant à l’action Carrefour, sur les 5 dernières années, elle ne dépassera pas, à ses meilleurs moments, les 36 euros.

 

BOOM DES BÉNÉFICES DE 68 % EN 2014

 

Pour le groupe, la scission n’était pas forcément une bonne idée.

 

À tel point que fin 2014, Carrefour rachète une partie de ce qu’il avait vendu 3 ans auparavant! Soit les activités de Dia en France.

 

L’enseigne de hard discount ne s’y porte pas très bien (baisse de 10,9 % du chiffre d’affaires en 2013)... mais elle dispose de bons emplacements, notamment dans la région parisienne et le sud-est (800 magasins au total rachetés par Carrefour pour 650 millions d’euros).


Dia, numéro trois mondial du hard discount, prospère depuis 2 ans en Espagne.

 

Un effet de la pauvreté qui gagne ?

 

Son bénéfice a bondi de 68 % en 2014.

 

Et son cours grimpe en Bourse.

 

En mai dernier, Bernard Arnault et Colony Capital ont soldé la quasi totalité de leur participation au capital (8,48 % sur les 8,9 % détenus) à 7,40 euros le titre.

 

Les deux compères récupèrent donc plus de deux fois ce qu’on leur avait donné il y a 4 ans sans qu’ils n’aient à débourser un centime: soit plus de 400 millions d’euros.

 

Avec ce petit bonus – et quelque 240 millions d’euros de dividendes empochés en 4 ans –, ils pourront se consoler d’une éventuelle moins-value latente sur leurs titres Carrefour.

À relativiser d’ailleurs. L’action cote aujourd’hui autour de 30 à 31 euros. Et si une partie des actions acquises par Bernard Arnault et Colony Capital en 2007 l’ont été au prix fort (autour de 50 euros), le reste l’a été, plus tard, à un prix bien inférieur (autour de 20 euros).

 

Un vrai « savoir-faire »...

 

Sourcing:    DOMINIQUE SICOT
VENDREDI, 12 JUIN, 2015
HUMANITÉ DIMANCHE

Adieu Dia....... (silence on ferme ! ) -  Chronique d'un démantèlement.....
Dia,  les lumières s'éteignent, les rideaux se baissent, les parkings se vident, laissant des riverains désemparés, des salariés sur le départ, c'est du lien social qui se distend

Dia, les lumières s'éteignent, les rideaux se baissent, les parkings se vident, laissant des riverains désemparés, des salariés sur le départ, c'est du lien social qui se distend

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF système publication - (BM) - dans InFO Dia - revue de presse Vente de Dia
commenter cet article
6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 16:30
Non, les paradis fiscaux ne sont pas une anomalie du système, ils sont le système

SOCIETE / CAPITALISME / ECONOMIE

 

L"évasion fiscale est massive, organisée, générale

 

Ce que révèlent les "Paradise Papers" sur le système des paradis fiscaux

 


Alors que les Panama Papers dénonçaient des manœuvres frauduleuses de personnages puissants, les "Paradise Papers" révèlent que l’évasion fiscale est liée à un système global.

 


Les "Panama Papers", en avril 2016, avaient provoqué un choc. Mais ils pouvaient encore laisser croire que les paradis fiscaux étaient une anomalie de l’économie. Une zone noire, abritant des capitaux douteux, mis à l’abri par des personnes peu recommandables.

 

L’affaire Cahuzac avait renforcé ce sentiment. L’ancien ministre n’avait-il pas caché au fisc une partie de sa richesse en Suisse puis à Singapour ? Un acte illégal qui lui a valu une condamnation.

 

Ce que révèlent les "Paradise Papers", cette nouvelle enquête planétaire menée par 381 journalistes – dont la cellule Investigation de Radio France et Le Monde, à l’initiative du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, sous la coordination du consortium international des journalistes d’investigation ICIJ à Washington – c’est que les paradis fiscaux ne sont pas une anomalie du système… Ils sont le système.

 

L’économie est en effet organisée de manière à permettre aux capitaux de s’évaporer dans des asiles où les taxes n’existent pas.

 

Elle est structurée de manière à soustraire une richesse phénoménale aux pays dans lesquels de grands groupes réalisent leur chiffre d’affaire. Pays qui, pour beaucoup, connaissent par ailleurs un endettement massif qui plombe leurs comptes publics et fait porter la charge de l’impôt sur leurs citoyens.

 

La longueur de la liste des multinationales ayant des filiales aux Bermudes, aux îles Caïmans, à Maurice, aux îles Vierges britanniques, ou ailleurs, le démontre…

 

A cette liste se conjugue une ribambelle de noms de millionnaires ou de milliardaires : hommes d’affaires, oligarques, sportifs ou stars du show-business…

Ce constat ne peut qu’accréditer l’idée suivante : plus on a des revenus élevés, moins on paye de taxes.

 

Les entourages de Trump, de Trudeau ou la reine d'Angleterre éclaboussés

 

L'enquête des "Paradise Papers" établit d'ores et déjà qu'un proche de Donald Trump, l'actuel secrétaire au commerce des Etats-Unis, Wilbur Ross, entretient des liens d'affaires avec l'entourage du président russe, Vladimir Poutine.

 

 

L'exploitation des données des "Paradise Papers", sous la coordination de l'ICIJ, révèle également que des proches de Justin Trudeau, le Premier ministre canadien, ont placé des millions d'euros dans des trusts qui échapperaient au fisc.

 

L'enquête montre par ailleurs que la reine d'Angleterre a, elle aussi, eu indirectement recours à des paradis fiscaux pour placer des fonds.

 

Des opérations menées en toute légalité

 

 

L’enquête des "Paradise Papers" démontre également que les montages permettant d’échapper à l’impôt se font presque toujours sans enfreindre les lois.

 

Si le cabinet Appleby a parfois pu être pris en défaut par les régulateurs, la plupart des mails qui ont fuité révèlent une propension et une application à respecter la loi. Car les règles de l’économie mondiale n’ont pas besoin d’être enfreintes pour permettre l’évasion des capitaux.

 

 

Règlement de royalties à des sociétés offshore, siphonnage légaux de bénéfices, sociétés implantées dans deux pays, ce qui permet d’échapper aux radars du fisc, organisation de prêts en cascades les dispositifs réglementaires sont légions.

 

Et lorsqu'un de ces modèles est menacé par les pouvoirs publics, un nouveau s’y substitue pour pérenniser cette fuite légale des capitaux.

 

Un mémo intitulé Organiser la richesse en 2020 et rédigé par le cabinet Appleby, en dit long sur l’avenir de ce système : après une croissance de 22% de la richesse individuelle enregistrée entre 2013 et 2016, il pronostique une nouvelle hausse de 6,8% par an.

 

 

Résultat : les places offshores devraient abriter 12,4 milliards de milliards de dollars fin 2018 ! De quoi donner le vertige…

 

C’est dire si les mesures prises après la crise financière de 2008 dans le sillage du G20 de Londres ont été insuffisantes.

 

Et si, faute d’une réaction vigoureuse et planétaire, les paradis fiscaux ont encore un bel avenir devant eux.

 

 

 

Sourcing:     france info.fr

Leur rôle dans la lutte contre les inégalités et la pauvreté est ainsi primordial.

Leur rôle dans la lutte contre les inégalités et la pauvreté est ainsi primordial.

Mettons fin au scandale de l’évasion fiscale

 

Les impôts et les taxes que nous payons sont essentiels et utiles à tou-te-s : ils financent des services publics tels que l'éducation, les soins de santé ou encore les transports publics.

 

Les impôts sont donc indispensables pour que, collectivement, notre contribution permette d’améliorer les conditions de vie de chacun.

 

Leur rôle dans la lutte contre les inégalités et la pauvreté est ainsi primordial.

 

Pourtant, la solidarité et la redistribution des richesses, qui sont le principe même de l’impôt, sont mises à mal par l'évasion fiscale qui coûte chaque année entre 60 et 80 milliards d’euros à la France[1], soit l’équivalent du budget de l’Education nationale.

 

Les pays en développement sont également très touchés : un tiers du montant de l’évasion fiscale des entreprises permettrait de sauver 8 millions de vies chaque année.

 

Lutter contre l’évasion fiscale est vital.

 

Les manques à gagner dûs à l’évasion fiscale sont autant de ressources confisquées aux budgets des Etats pour se développer, construire ou entretenir des écoles, des logements, des hôpitaux, des routes, etc.

 

 

Bref, des infrastructures dont nous dépendons tou-te-s, et encore plus particulièrement les personnes plus pauvres qui paient le coût humain de l’évasion fiscale quand les entreprises ne paient pas leur juste part d’impôts.

 

L’impunité fiscale des grandes entreprises et des grandes fortunes n’est pas juste.

 

Elle n'est pas juste pour les 896 millions de personnes qui vivent dans l'extrême pauvreté. Soit 1 personne sur 9 !

 

Elle n'est pas juste pour les 61,3 millions d'enfants privés d'éducation dans le monde. Et pourtant de nombreux Etats se rendent complices du laxisme et de l’opacité entourant les paradis fiscaux.

 

La France a été pionnière en 2013 en adoptant l’obligation pour les banques françaises de rendre publiques les informations sur leurs activités et les impôts qu’elles paient dans chacun des pays où elles ont une activité.

 

Cette mesure de transparence, introduite ensuite au niveau communautaire, a permis à Oxfam de révéler, en mars 2017, que les 20 plus grandes banques de l’Union européenne déclarent 1 euro sur 4 de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux – soit un total de 25 milliards d’euros pour l’année 2015 – alors qu’elles n’y emploient que 7 % de leurs employés.

 

Ensemble, nous devons nous mobiliser et appeler les dirigeantes et dirigeants mondiaux à mettre un terme à l’ère des paradis fiscaux qui alimentent les inégalités et empêchent des centaines de millions de personnes de sortir de la pauvreté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sourcing, Oxfam communication 

Ces outils  "légaux" qui permettent l'évasion sont le fruit de l'inaction complice et coupable de nos gouvernants.

Les effets qui nous privent de ces sommes astronomiques sont dévastateurs pour la démocratie et la République, infrastructures, logements, éducation, santé.......

BM

L"évasion fiscale est massive, organisée, générale
L"évasion fiscale est massive, organisée, générale
L"évasion fiscale est massive, organisée, générale
L"évasion fiscale est massive, organisée, générale

L"évasion fiscale est massive, organisée, générale

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 14:17
L’Université va-t-elle perdre ses facultés démocratiques ?

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR / REVUE DE PRESSE

 

Photographie de Romain Vignes (CC BY-SA 2.0)

 

L’Université va-t-elle perdre ses facultés démocratiques ?

 

Le premier ministre et la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, ayant présenté, le 30 octobre, le « plan Étudiants », prévu pour en 2018, la presse l’a studieusement examiné.

 

 

Revue de presse

 

Sélection d’aperçus.

 

Le Monde

 


Le gouvernement a beau s’en défendre, pour les uns, la réforme de l’entrée à l’université instaure une sélection qui ne dit pas son nom.

 

Pour les autres, au contraire, elle garantit que le bachelier aura le dernier mot dans son choix d’orientation. Sauf, quand la filière est surchargée, ce qui est bien sûr de la science-fiction. En ce cas, les universités pourront placer les lycéens sur liste d’attente lorsque la filière est surchargée.

 

Il ne sera pas possible de refuser un étudiant en licence à partir du moment où les capacités d’accueil seront suffisantes, mais, quand elles seront atteintes, cela se fera en fonction de la motivation et des aptitudes, a précisé Mme Vidal, ministre de l’enseignement très supérieur, ancienne présidente de l’Université de Nice.

 

Déjà, le ton monte dans plusieurs organisations syndicales, qui appellent à la mobilisation le 16 novembre contre la sélection à l’entrée de l’université.

 

Désormais, les universités vont pouvoir dire non à un candidat, dit Lilâ Le Bas, la présidente du syndicat étudiant UNEF.

 

La Montagne


 

À l’Université Clermont Auvergne, le président ne cache pas sa joie devant l’arrivée de ce nouveau mode de sélection, pardon, de ces « attendus » : nous n’avons jamais usé du tirage au sort mais il n’est pas exclu qu’à l’avenir nous ayons recours aux attendus, car nos capacités d’accueil et nos moyens sont ce qu’ils sont, et la démographie étudiante aussi.

 

En quatre ans, Clermont est tout de même passé de 30 à 35 000 étudiants, (+ 16,6 %) un nombre qui devrait encore progresser jusqu’au milieu des années 2020.

Et comme ailleurs, les filières Staps, psychologie, droit et médecine sont les plus demandées, alors que nous avons de la place en mathématiques, en chimie ou en physique : des filières qui offrent des débouchés professionnels.

Futurs juristes devenez chimistes...

 

 

Nord Éclair


D’ailleurs, sans perdre de temps, la nouvelle plateforme permettant de formuler ses choix sera ouverte le 18 janvier.

Les lycéens devront faire moins de 10 vœux (contre jusqu’à 24 jusqu’à présent sur APB), sans les classer. Chaque vœu devra être motivé.

Pour certaines formations, les bacheliers postuleront d’office dans plusieurs universités à la fois, par exemple pour une formation informatique à Bordeaux et non plus formation informatique dans une université précise.

Faites un vœu, l’Université reconnaîtra les siens.

 

Les Échos 


Si le mot sélection a été évité, la ministre de l’Enseignement supérieur a quand même évoqué une adéquation qui y ressemble : si malgré les places supplémentaires créées en 2018 ou encore les dispositifs de vœux thématiques groupés, la demande est supérieure à l’offre, les candidats seront retenus sur la base de la meilleure adéquation entre leur projet, leur motivation, leur parcours, et les attentes de la formation demandée.

L’adéquation va être salée.

 

 

 

 

Sourcing: FO Hebdo

 

 

 

L'emprise, privatisation rampante.La loi Peillon a transféré des rectorats aux régions les compétences dans le domaine de la maintenance informatique. La région Auvergne-RHÔNE-ALPES a externalisé le service au profit d'une entreprise privée.

L'emprise, privatisation rampante.La loi Peillon a transféré des rectorats aux régions les compétences dans le domaine de la maintenance informatique. La région Auvergne-RHÔNE-ALPES a externalisé le service au profit d'une entreprise privée.

L’Université va-t-elle perdre ses facultés démocratiques ?
L’Université va-t-elle perdre ses facultés démocratiques ?
L’Université va-t-elle perdre ses facultés démocratiques ?
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 10:57
 Exclusif : Carrefour passera des hypers en location-gérance dès mars 2018

Grde distri / Carrefour / LG

 

 

Selon Linéaires, que nous citons ici,  Carrefour passera des hypers en location-gérance dès mars 2018



Carrefour a démarré le recrutement de futurs locataires-gérants pour ses hypermarchés en difficulté. Les premières bascules, ainsi qu'une création directe en location-gérance, sont programmées pour mars 2018. 

 

Dès son arrivée cet été à la tête de Carrefour, Alexandre Bompard n'a pas caché en interne s'intéresser à la solution de la location-gérance pour relancer les hypers du parc qui sont au plus mal. Voire, en l'absence d'alternative, à la fermeture de quelques sites.

 

Le nouveau PDG n'a pas encore rendu public son plan d'action, mais le schéma des passages d'hypermarchés en location-gérance est déjà défini. Les magasins concernés jaugeront entre 3 000 et 7 000 mètres carrés, avec un effectif moyen de 120 personnes et un chiffre d'affaires qui démarre à 25 millions d'euros.

 

Les candidats attendus, eux, ont idéalement un profil de directeur de magasin expérimenté, avec une bonne dose d'esprit entrepreneurial et un apport financier suffisant.

 

Carrefour n'a pas encore présenté, en interne, la liste des sites en difficulté pressentis pour passer en location-gérance. Selon plusieurs syndicats, la direction préfère attendre d'avoir trouvé des repreneurs pour prévenir de ses intentions les salariés concernés.

 

Dans les configurations les plus délicates (concurrence intense, faible potentiel), si aucun repreneur ne se manifeste, des fermetures ne seront pas exclues mais compensées si possible par des ouvertures de formats plus petits dans la même zone.

 

Des annonces sont promises pour le comité central d'entreprise de décembre puis, à l'échelle des magasins, en janvier et février 2018.

 

Une vague de passages en location-gérance est programmée pour mars.

 

Saint-Mard : une création en location-gérance

 

C'est aussi en mars 2018 que Carrefour, pour la première fois, va ouvrir un nouvel hyper directement en location-gérance. Localisé à Saint-Mard (77), le magasin disposera de 5 200 mètres carrés de surface de vente et devrait employer 106 salariés.

 

Le Carrefour Market (trop) voisin de Longperrier, par la même occasion, fermera. Il est prévu que ses 40 salariés soient repris par le gérant de l'hypermarché.

 

Le transfert des salariés, à chaque passage en location-gérance, est bien ce qui inquiète les syndicats. Le repreneur d'un magasin est tenu de conserver les équipes en place, avec leur ancienneté, leur qualification et leur salaire brut. Il doit respecter la convention collective de branche mais il n'est pas obligé, en revanche, d'appliquer les accords collectifs de Carrefour Hypermarchés, ni la politique d'intéressement ou le plan d'épargne du groupe.

 

Bref, pour les syndicats, Carrefour trouve là un moyen de relancer ses hypers en imposant un moins-disant social aux employés.

 

Très répandue en proximité, déjà développée en supermarchés, la location-gérance est donc aussi en train de devenir un modèle à part entière chez Carrefour Hypermarchés. Les deux seuls cas connus d'hypers Carrefour en location-gérance, aujourd'hui, sont ceux d'Issoire (63) et de Saint-Mard (77).

 

Depuis 2014, Carrefour mise aussi sur la franchise pour débaucher des propriétaires d'hypers dans les réseaux concurrents. En trois ans, il a ainsi récupéré sept anciens Hyper U et un ancien Intermarché Hyper.

 

C'est un ex-associé U, Jean-Claude Dejean, qui a pris le Carrefour d'Issoire en location-gérance en 2014, en plus de ses propres magasins (un hyper et six supers).

 

 

Sourcing:    [B. Merlaud], in Linéaires

 

 

NDR / BM

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour avoir subi les transferts en LG et gérance des magasins Ed puis Dia, FO CPF est très au courant des dégâts sociaux que cette forme de gestion occure: perte des acquis, dégradations des droits sociaux, extensions des horaires et jours d'ouverture, licenciement, menaces sur l'emploi dés les prises de fonction, sont des lots communs.

 

Nos articles émaillent notre Blog des vicissitudes subis par les salariés devant cette délocalisation des emplois vers de véritables délinquants sociaux.

 

La LG est constitutive de mouroirs sociaux que nous dénonçons régulièrement, depuis plus de 10 ans.  Cette situation est d'autant plus difficile dans les petites structures dénuées de représentants du personnel, d'organisations syndicales, laissant le salarié seul, isolé face à son patron, qui inflige, qui menace, qui exerce une pression sur l'emploi, sur le salaire, sur les acquis liés au transfert, sur les horaires et amplitudes de travail......

 

En ce qui concerne les hypers, la situation des transferts vers de pseudos commerçants dits indépendants n'est certes pas enviable, et loin s'en faut, seulement, les effectifs déterminants les seuils électoraux permettent la représentativité du personnel, la négociation collective, le maintien de la CCN de branche, ce qui n'est pas le cas des magasins de la proxi, qui se retrouvent avec une couverture de branche minorée, et sans représentants. Toute la nuance !

Les syndicats ont raison d'être attentifs à ces mesures qui auront à n'en pas douter des répercussions sur l'emploi, les conditions de travail, la formation professionnelle, les salaires et évolutions de carrière.

FO CPF, dans la droite ligne des revendications antérieures, fait état qu'aucune négociation ou approche particulière n'ont été menées pour déterminer l'inclusion de clauses sociales dans les contrats des LG, ou des gérants.

Ce point doit faire l'objet de toute l'attention de nos syndicats, avant qu'il ne soit trop tard, comme cela a été le cas dans la proxi, dont les transferts successifs de magasins ont été des bains de sang sociaux, des pertes d'emplois plus que conséquents mis bout à bout, dont bien évidemment personne ne parle.

L'ampleur de ce désastre représente plusieurs milliers d'emplois perdus en seulement quelques années, laissant sur le carreau des salariés, des familles dans le désarroi le plus total.

 

LG, dans la proxi, Ed puis Dia, ce sont des milliers de salariés qui ont été sacrifiés sur l'autel des bonus aux directions de région, aux dividendes des actionnaires, et au partage des stock options du comex !

 

(A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

BM

 

 

 

 Exclusif : Carrefour passera des hypers en location-gérance dès mars 2018
 Exclusif : Carrefour passera des hypers en location-gérance dès mars 2018
 Exclusif : Carrefour passera des hypers en location-gérance dès mars 2018
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social InFO Dia - revue de presse
commenter cet article