Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 13:27

Trump sévit aussi contre les travailleurs américains

 


 

Richard Trumka, AFL CIO

 

Si l’on entend beaucoup parler de Trump sur la scène internationale, sa politique fait aussi des dégâts à l’intérieur des États-Unis.

 

Richard Trumka, président de la centrale syndicale AFL-CIO, dresse ici un état des lieux du point de vue de la situation des travailleurs.

 

Des travailleurs qui une fois de plus, explique-t-il, se sont vus promettre la lune et ont plus que jamais de quoi être déçus.

 

 

Huit mois après l’élection du président Donald Trump, quel est votre bilan sur le plan économique et social ?

 

 

Richard Trumka :

 

Le problème est qu’année après année, campagne après campagne, les travailleurs et les travailleuses américains se sont vu promettre la lune par les politiciens, les Républicains comme les Démocrates.

 

Trop souvent, ces promesses sont restées lettre morte. Les slogans des années électorales sont souvent aussi vite abandonnés qu’ils ont été fabriqués. J’avais dit au président Trump que cela devait être différent cette fois-ci.

Lors de notre entrevue en janvier, malgré mon soutien à la candidature d’Hillary Clinton, nous avions identifié quelques domaines dans lesquels un compromis semblait possible.

 

M. Trump parlait notamment de consacrer mille milliards de dollars aux infrastructures, pour reconstruire les écoles, les routes et les ponts. Il mettait au défi les entreprises de garder les emplois aux États-Unis. Il promouvait le « Achetez Américain ». Il promettait de renégocier le NAFTA (North American Free Trade Agreement : Accord de libre-échange nord-américain).

 

Neuf mois plus tard, les faits parlent d’eux-mêmes.

 

Il n’y a pas trace des 1 000 milliards de dollars promis et même si M. Trump avançait un tel plan, sa propre proposition de budget effacerait tout et se traduirait par une perte nette de 55 milliards de dollars pour le réseau routier, l’approvisionnement en eaux et le transport public.

 

Par ailleurs, le président est resté silencieux sur le sort réservé au Davis-Bacon Act. Cette loi de 1931, que beaucoup voudraient voir remise en cause, oblige les entreprises du bâtiment sous contrat avec le gouvernement fédéral à appliquer un niveau de rémunération (salaires et avantages sociaux), fixé par le ministère du Travail, qui ne soit pas inférieur à celui de l’État où le travail est effectué.

Quant à la renégociation du NAFTA , l’administration du président a indiqué dans une lettre au Congrès qu’il se s’agirait que d’ajustements mineurs.

 

 

Qu’en est-il de la protection sociale ?

 

 

Richard Trumka :

 

Alors que le Président Trump avait promis qu’il protègerait le filet de sécurité sociale existant, son budget programme des coupes de 1 700 milliards de dollars sur dix ans dans les programmes sociaux à destination des plus pauvres. Medicaid (assurance maladie pour les plus démunis) va perdre au moins 800 milliards et Medicare (assurance maladie pour les plus de 65 ans) 59 milliards.

 

De plus, le budget de la prévention en matière de sécurité au travail devrait diminuer de 40%, alors qu’environ 150 travailleurs meurent chaque jour du fait de conditions de travail dangereuses. Il faut ajouter à tout cela que les salaires des fonctionnaires devraient baisser de 6% et que le président Trump soutient le projet des Républicains de détruire l’accès pour tous aux soins de santé et d’augmenter les impôts des travailleurs pour remplir les poches des riches.

 

Le président Trump a dû dissoudre le conseil de l’Industrie, instance créée pour le conseiller, après la démission de plusieurs P-DG, mais aussi la vôtre.

 

Que s’est-il passé ?

 

 

Richard Trumka :

 

Pour être clair, ce conseil n’a jamais été à la hauteur de son potentiel pour délivrer des conseils qui auraient amélioré la vie des travailleurs et de leurs familles. En réalité, il ne s’est pas réuni une seule fois, même s’il se composait de quelques-uns des représentants du sommet du monde des affaires et de leaders syndicaux.

 

Le but de l’AFL-CIO était de faire entendre la voix des travailleurs autour de la table et de défendre les initiatives industrielles dont notre pays a désespérément besoin. Mais au final, ce conseil n’a été qu’une promesse non tenue de plus.

Les propos du président Trump, après les actes de violence des suprématistes blancs à Charlottesville ont été la goutte d’eau de trop.

 

Nous, le monde du travail, refusons de banaliser le fanatisme et la haine. Et nous ne pouvons pas en bonne conscience tendre la main à ceux qui les approuvent.

 

Vous avez récemment déclaré qu’il existait deux fractions au sein de l’administration américaine actuelle, qu’entendez-vous par là ?

 

 

Richard Trumka :

 

Je veux préciser d’emblée qu’aucune des deux n’est bonne pour les travailleurs.

 

La fraction qui a soutenu Trump sur la base de la suprématie blanche et de convictions racistes cherche à diviser notre pays avec un discours de haine.

 

L’autre fraction de l’administration représente les intérêts de Wall Street, des entreprises et des grandes fortunes, comme le prouvent le programme de déréglementation et le débat sur les impôts au profit des compagnies et des grandes fortunes.

 

Il est clair qu’il n’y a pas de fraction forte dans ce gouvernement qui se soucie réellement de ce dont ont besoin les travailleurs pour avoir une vie digne.

 

Le résultat est que le seul record de Trump aujourd’hui est une combinaison de promesses rompues, d’attaques directes et dangereuses, de propos de division.

 

C’est pourquoi nous nous sommes opposés à lui pendant sa campagne. Et c’est pourquoi il perd chaque jour le soutien de ceux de nos membres qui ont pu croire que ce serait différent avec lui.

 

 

 

 

 

Sourcing:    EVELYNE SALAMERO, in FO Hebdo

Trump sévit aussi contre les travailleurs américains
Trump sévit aussi contre les travailleurs américains
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 13:13
Carrefour remanie sa direction pour lancer l'ère Bompard:  en toile de fonds, location gérance, logistique prestée, restructuration du siège, travail dominical et fermetures de sites

ECONOMIE / Grde Distri

 

 

Carrefour remanie sa direction pour lancer l'ère Bompard


 

Carrefour a annoncé vendredi 22 septembre un vaste remaniement de sa direction sous l'égide de son nouveau PDG, Alexandre Bompard, au moment où le géant français de la grande distribution fait face à des résultats moroses.


 


"La constitution de cette équipe est une étape importante qui permettra un meilleur pilotage du groupe", dit Carrefour dans un communiqué. "Cette nouvelle équipe aura pour première tâche la définition et la mise en oeuvre du plan de transformation du groupe."

 

Composée de 14 membres, issus du groupe comme venus de l'extérieur, cette nouvelle direction prendra ses fonctions début octobre, soit un peu plus de deux mois après l'arrivée cet été de M. Bompard à la tête du groupe, après plusieurs années passées à diriger la Fnac.

 

Pour sa première intervention publique comme PDG de Carrefour, fin août, il avait dû assumer des résultats particulièrement mal reçus sur les marchés, avec des prévisions 2017 revues en baisse, et promis de relever un "certain nombre de défis", annonçant un plan d'ici à la fin de l'année.

 

Le profil de la nouvelle direction correspond largement aux objectifs annoncés à l'époque par M. Bompard: "l'accélération de la transformation digitale, la refondation des hypermarchés notamment en France, la simplification des organisations, mais aussi l'augmentation des profits".

 

marie cheval

Marie Cheval au numérique


Sur le premier plan, celui du numérique - crucial à un moment où la grande distribution mondiale fait face à l'essor du modèle en ligne d'Amazon -, le groupe a notamment attiré Marie Cheval, jusqu'alors à la tête de la banque en ligne Boursorama.

 

Au niveau géographique, Carrefour a permuté différents responsables, sans appeler de nouvelles têtes: la France sera ainsi chapeautée par Pascal Clouzard, jusqu'à présent chargé de l'Espagne.

 


Quant à l'actuel responsable pour la France, Noël Prioux, il part s'occuper de l'Amérique latine, marché également clé puisque le groupe vient d'introduire sa filiale brésilienne en Bourse.

 

 

Enfin, parallèlement aux responsabilités géographiques et thématiques, plusieurs postes ont été pourvus en ce qui concerne le fonctionnement interne au groupe ("corporate"), avec par exemple l'arrivée d'un ancien d'Air France-KLM, Jérôme Nanty, aux ressources humaines.

 

Sourcing:    Challenges.fr (avec AFP)

Carrefour remanie sa direction pour lancer l'ère Bompard:  en toile de fonds, location gérance, logistique prestée, restructuration du siège, travail dominical et fermetures de sites

Carrefour, des annonces sur la transformation du groupe sont prévues en fin d’année.
 

 

Comment Alexandre Bompard veut avancer sur la mise en place du travail le dimanche

 

 

Une négociation sur l’ouverture dominicale s’ouvre dès lundi.
 


 

Deux mois après son arrivée à la tête du groupe de distribution Carrefour, Alexandre Bompard, l’ancien PDG de la Fnac, constitue son nouvel état-major. Vendredi 22 septembre, il a annoncé un remaniement de l’organigramme et la création d’un comité exécutif constitué de 14 personnes dont trois, venues de l’extérieur, prendront leurs fonctions le 2 octobre.

 

Dans ce cercle restreint, chargé d’élaborer l’avenir du distributeur, figurent les cinq responsables des zones géographiques où Carrefour est implanté (France, Europe du Nord et de l’Est, Amérique latine, Asie, Europe du Sud).

Issus de l’interne, ces dirigeants ont soit élargi leur champ de responsabilités soit changé de pays d’affectation. Ainsi, Noël Prioux, directeur exécutif de Carrefour France depuis 2011, devient responsable de la zone Amérique latine (Brésil et Argentine) tout en étant responsable opérationnel du Brésil.

 

Il est remplacé par Pascal Clouzard, qui a redressé l’Espagne. Ce dernier cède sa place à Eric Uzan, ancien directeur de l’Italie, qui prendra toute la zone Europe du Sud.

 

Ce jeu de chaises musicales est complété par la création de fonctions transverses à tout le groupe afin de fluidifier son fonctionnement. Chaque pays avait sa vision du e-commerce. Désormais, le sujet sera traité de façon unique pour l’ensemble du groupe.

 

 

A ce poste (transformation digitale et service clients), Alexandre Bompard fait venir Marie Cheval, ex-directrice générale de la société de Bourse en ligne Boursorama, et issue de la même promotion que lui à l’ENA.

 

Il fait également entrer son ancien responsable de communication, Laurent Glépin, à la direction de la communication. Et recrute Jérôme Nanty, l’ex-bras droit de Jean-Marc Janaillac qui a supervisé la transformation d’Air France-KLM, pour devenir DRH du groupe et de la France.

 

En août, il avait fait venir son ami Laurent Vallée, secrétaire général du Conseil constitutionnel depuis mars 2015 et ancien secrétaire général du groupe Canal+, au poste de secrétaire général.

 

Une nouvelle équipe de confiance

 

Arrivé le 18 juillet, M. Bompard s’est immédiatement attelé à constituer sa nouvelle équipe de confiance. Son prédécesseur, Georges Plassat, n’avait pas de comité exécutif, cette instance de discussion des grands axes stratégiques d’une entreprise, et préférait travailler en direct avec les patrons des pays, la DRH ou encore le directeur financier.

 

« Le seul vrai comité exécutif, actuellement, c’est l’entité Carrefour France, et c’est un empire dans l’empire », constate un observateur.

 

A la Fnac, Alexandre Bompard avait entièrement renouvelé cette instance deux ans après son arrivée en 2011, en raison du manque d’enthousiasme face à ses projets de changement. « L’équipe est soudée, on se connaît bien, on forme un petit commando », déclarait-il en 2016 au magazine Capital.

 

Aujourd’hui, chez Carrefour, « il a compris qu’il va falloir donner un coup de pied dans l’organisation car il n’arrivera pas à transformer le groupe avec les structures en place », relève un fin connaisseur du distributeur.

 

Pour transformer ce fleuron de la distribution alimentaire, présent dans plus de trente pays et générant 85,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires (hors essence) dans le monde par an, M. Bompard sait qu’il lui faut décider vite.

 

 

Son prédécesseur avait rapidement cédé, en 2012, les implantations en Colombie, en Malaisie et en Indonésie pour ne conserver qu’une dizaine de pays en direct, et délégué, dans d’autres, l’exploitation à des partenaires franchisés, comme en Afrique avec CFAO.

 

Alexandre Bompard a, quant à lui, mis en place au mois d’août 18 chantiers (la digitalisation, la place du non-alimentaire, la mutation commerciale des hypermarchés…) et autant de groupes de travail en interne qui rendront leurs conclusions prochainement et qui serviront de base au plan de transformation annoncé avant la fin de l’année.

 

« Plutôt dans l’air du temps » et « franc »

 

Depuis deux mois, le PDG explore l’entreprise. Il a visité les implantations internationales (Chine, Taïwan, puis la Belgique), les différents formats de magasins, et rencontre depuis dix jours tous les syndicats.

 

« Plutôt dans l’air du temps » et « franc », l’homme leur a fait plutôt bonne impression. « Il semble vouloir aller vite. Après, est-ce qu’il en aura les moyens ? C’est autre chose », observe Sylvain Macé, délégué syndical de groupe pour la CFDT.

 

 

Michel Enguelz

« Maintenant, on attend de voir le contenu des projets et l’impact social », ajoute Michel Enguelz, délégué de groupe FO.

 

 

Et notamment ceux concernant les hypermarchés, un format de magasin concurrencé par les petites surfaces de proximité et Internet.

 

Un rapport des analystes financiers de Kepler Cheuvreux, paru en septembre, suggérait des coupes franches, comme le transfert de 24 hypermarchés déficitaires en location-gérance sur près de 230 hypermarchés dans son parc intégré, la réduction des surfaces d’une quinzaine de magasins, des économies à effectuer au siège, et 150 à 200 millions d’économies à réaliser en négociant davantage avec les fournisseurs.

 

« L’entreprise ne peut plus se permettre que des hypermarchés perdent 5 ou 6 millions d’euros par an, reconnaît Thierry Faraut, président de la CFE-CGC chez Carrefour. Une quarantaine de magasins souffrent et risquent d’être touchés, mais aucun chiffre n’a été avancé pour le moment. »

 

 

Le PDG souhaite aussi faire avancer le sujet du travail le dimanche.

 

 

Fin janvier, les syndicats avaient voté contre le projet d’ouverture dominicale des hypermarchés intégrés du groupe les dimanches matin.

 

« Il nous semblait être une tentative de banalisation de l’ouverture du dimanche, précise M. Macé. Nous avions demandé à la direction de nous communiquer une liste des magasins où cela serait pertinent. »

 

C’est chose faite. Les syndicats viennent de recevoir une liste de 31 magasins que la direction souhaite ouvrir tous les dimanches matin.

 

« Nous allons essayer de négocier un accord avec une forme de co-décision, poursuit ce syndicaliste. Ouvrir un magasin le dimanche, si ce n’est pas pour prendre des parts de marché car il y a une concurrence autour qui ouvre le dimanche, ce n’est pas rentable. Il faut que chaque magasin démontre qu’il a un intérêt à ouvrir le dimanche. »

 

Une négociation sur le travail dominical débutera dès lundi 25 septembre.

 

 

 

Sourcing,  CÉCILE PRUDHOMME, in lemonde.fr

 

les dents acérées et insatiables de la Grde distri, qui broient, malaxent, digèrent et rejettent clients, fournisseurs et salariés........

 

Carrefour remanie sa direction pour lancer l'ère Bompard:  en toile de fonds, location gérance, logistique prestée, restructuration du siège, travail dominical et fermetures de sites
Carrefour remanie sa direction pour lancer l'ère Bompard:  en toile de fonds, location gérance, logistique prestée, restructuration du siège, travail dominical et fermetures de sites
Carrefour remanie sa direction pour lancer l'ère Bompard:  en toile de fonds, location gérance, logistique prestée, restructuration du siège, travail dominical et fermetures de sites
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 09:38
REVUE DE PRESSE  - Le Ceta franchit les obstacles comme un saumon OGM

REVUE DE PRESSE


Le Ceta franchit les obstacles comme un saumon OGM

 

 

Après être passé devant le Parlement européen, le Conseil constitutionnel et une commission d’experts gouvernementale, le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, le Ceta, est entré en application provisoire ce jeudi 21 septembre. La presse s’est montrée plus moins compréhensive envers ce Comprehensive Economic and Trade Agreement.

 

 

Aperçus.

 

Le Figaro 


L’accord commercial entre le Canada et l’Union européenne confirme l’extension du domaine du libre-échange, en dépit de la réticence des peuples, constate l’essayiste Benjamin Masse-Stamberger, qui déplore une victoire de la technocratie, la Commission de Bruxelles étant demeurée sourde aux arguments de tous ceux qui, au cours des dernières années, ont alerté sur les risques pour le climat, la santé ou l’environnement, qu’il comporte.

Le libéralisme rend-il sourd ?

 

 

Les Échos

 
Durant sa campagne, Emmanuel Macron s’était engagé à missionner une commission d’experts scientifiques pour vérifier le respect des contraintes environnementales et de la protection de la santé publique du Ceta.

Dans ses conclusions publiées vendredi, elle note que les chapitres de l’accord concernant l’environnement ont le mérite d’exister, mais ils ne contiennent aucun engagement contraignant. Il n’aurait plus manqué que ça.

La commission souligne aussi que les engagements à diminuer les subventions dommageables à l’environnement, en particulier aux énergies fossiles et à la pêche manquent à l’appel.

L’appel du large échange, lui, a été entendu.

 

 

L’Obs 


Et le saumon pourrait bien d’engouffrer dans la large brèche : on le connaissait surtout par son surnom français, Saumonstre et davantage encore par son équivalent anglo-saxon, Frankenfish.

Mais les Français pourraient bientôt goûter sa chair. Le saumon transgénique, le premier animal génétiquement modifié commercialisé pour la consommation humaine, pourrait en effet débarquer au pays de Paul Bocuse.

 

 

L’Express 


Les gastronomes ne sont pas les seuls à se mettre la rate au court-bouillon : l’industrie européenne voit d’un très mauvais œil l’arrivée sur son sol de produits canadiens élaborés selon elle dans des conditions inégales.

Le Canada a des normes sanitaire et d’étiquetage plus faibles que l’UE, et son agriculture industrielle est plus fortement dépendante des pesticides et des cultures génétiquement modifiées, résume Greenpeace. Une ONG non encore génétiquement modifiée.

D’autres ONG non OGM critiquent par ailleurs les tribunaux d’arbitrages instaurées dans le Ceta —comme dans chaque accord commercial— pour trancher les litiges entre un État et une multinationale qui s’estimerait flouée par un changement soudain de politique.

Comme quoi, les multinationales ne sont pas toujours vent debout contre le principe de précaution... Cela dépend juste de qui s’en sert.

 

 

Le Monde 


D’autant que dans les milieux d’affaires canadiens, les espoirs sont grands, et les hormones en émoi, car de nombreux secteurs devraient tirer profit de cet accord :  - Les produits du bois, chimiques et plastiques, l’aluminium, mais aussi l’alimentation, comme le sirop d’érable québécois, les produits de la mer gaspésiens ou encore le bœuf de l’Ouest en sont quelques exemples, énumère une fédération canadienne d’entreprises.

Il ne manque plus à la liste que le raton-laveur transgénique.

 

 

 

 

Sourcing:    MICHEL POURCELOT, in FO Hebdo

REVUE DE PRESSE  - Le Ceta franchit les obstacles comme un saumon OGM
REVUE DE PRESSE  - Le Ceta franchit les obstacles comme un saumon OGM
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE Coups de gueule InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 21:39
La ministre du travail ouvre la chasse aux syndicalistes

Imprimerie Coopérative des Sucs

 

Muriel Pénicaud, ministre du travail

 

 La ministre du travail ouvre la chasse aux syndicalistes


 

Suite à la liquidation de l’imprimerie Phil Print à Yssingeaux en 2016, une SCOP « Imprimerie Coopérative des Sucs » a été créée, sur suggestion de l’ancien gérant qui a d’ailleurs été réembauché comme 16 autres salariés (sur 28).

 

Mais par contre la SCOP a décidé de ne pas reprendre le délégué syndical FO.

 

Elle a même organisé, avec le concours de la fédération des SCOP d’Auvergne, un vote nominal sur son seul nom pour qu’il ne soit pas coopérateur.
 
Comme dans toutes les procédures de licenciement des représentants du personnel, l’autorisation de l’Inspection du Travail a été demandée.


 
L’Inspectrice du Travail avait considéré, à raison, que la SCOP continuait l’activité de l’imprimerie et qu’il y avait donc lieu d’appliquer le principe de la continuité des contrats de travail.

 

Partant de ce principe, elle avait conclu à la discrimination à l’encontre du délégué suite au vote nominal, ce qui s’ajoutait à l’absence d’informations données sur les difficultés économiques de l’entreprise et à des déclarations à l’appui du licenciement sur la « forte personnalité » du délégué.


 
Bien entendu, l’Imprimerie Coopérative des Sucs a formé un recours devant le ministère du travail, cela alors que le représentant du personnel a même effectué des heures supplémentaires dès qu’il a ré-intégré son poste de travail : autant dire qu’il s’agissait d’une position de principe pour se débarrasser d’un syndicaliste !


 
Jean Claude MAILLY est intervenu par courrier auprès de Myriam El Khomri en faveur de notre délégué syndical. Celle-ci, en ne rendant aucune décision dans les 4 mois, a confirmé implicitement la décision de l’Inspectrice du Travail : pas de licenciement.


 
Mais c’était sans compter sans l’arrivée au ministère de Mme Muriel PENICAUD, ancienne DRH de chez Danone. Celle-ci a décidé de ré-ouvrir le dossier. Malgré une nouvelle intervention de Jean Claude MAILLY, le licenciement du délégué syndical FO a été autorisé.

 


Un recours vient d’être déposé devant le Tribunal Administratif pour faire casser cette décision inique et discriminatoire de la ministre du travail.


 
Celle-ci éclaire le véritable contenu du « dialogue social  dans les petites entreprises » qu’elle voudrait installer avec les ordonnances « loi travail XXL ».

 

En donnant la possibilité d’une négociation directe avec des salariés non syndiqués et d’une consultation organisée par les patrons, elle ouvre la voie de la chasse aux syndicalistes, notre délégué syndical chez ICS en est la première victime.

 

Communiqué Force Ouvrière

 

C’est en autres à cause de ces dispositions inacceptables que FORCE OUVRIERE se prononce contre les ordonnances.


 
Au delà de l’action juridique pour faire respecter le droit de notre délégué, l’Union Départementale FO invite tous les salariés à se mobiliser pour le retrait des ordonnances, dès le 12 septembre prochain.

 

 

 

 

 

 

 

Sourcing:  Service de presse UD FO 43

La ministre du travail ouvre la chasse aux syndicalistes
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse InFO Dia - Social Coups de gueule
commenter cet article
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 10:16
Travail : la belle rentrée du bon élève libéral (revue de presse)

REVUE DE PRESSE

 

 

Travail : la belle rentrée du bon élève libéral

 


Les ordonnances sur le droit du travail se sont montrées sorties d’un moule libéral et salué par ses thuriféraires, relayés par une bonne part de la presse.

 

Aperçus.

 

Le Figaro 


Le satisfecit de l’OCDE au gouvernement est proche du 20/20 : Mis à part sur les retraites, l’organisation juge que les priorités fixées par Emmanuel Macron sont les bonnes.

Il est à gager que l’heure de la retraite ne devrait d’ailleurs pas tarder à sonner.

 

Challenges 


Les petits maîtres libéraux ne peuvent cacher leur joie : Angel Gurria, l’exubérant secrétaire général de l’OCDE, a profité jeudi 14 septembre de la présentation de la copieuse étude de son institution sur l’état de l’économie de la France pour faire part de son soutien enthousiaste au programme de réformes d’Emmanuel Macron.

Flexibilisation du marché du travail, investissement dans la formation professionnelle, allègement des prélèvements au service de la compétitivité, taille dans les dépenses publiques : d’inspiration libérale, l’agenda du président français correspond point par point à la liste de recommandations que l’organisation de coopération économique (regroupant 35 pays les plus riches) a fait à la France depuis vingt ans, et s’attire donc les mêmes éloges que celles déjà exprimées, en juillet, par l’autre grande institution économique internationale, le FMI.

Toux deux ravis que le bon élève appliqué sache si bien suivre à la lettre.

À quand le triple A d’honneur ?

 

 

La Tribune 


Même enthousiasme du côté du CPO (conseiller principal d’orientation).

Pierre Gattaz, président du Medef : depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron, ça va dans le bon sens et ça me rend enthousiaste pour le pays. Les ordonnances sur la réforme du droit du travail, par exemple, vont enfin donner la possibilité aux entreprises de directement dialoguer avec leurs salariés. Et de leur montrer tout leur poids. Bref, c’est une belle avancée qui va favoriser la confiance pour le redressement du pays. Et l’abaissement du coût du travail.

 

Les Échos


Un camarade de classe témoigne à propos des « fainéants ». Bruno Le Maire, ministre : Le président a pointé du doigt ceux qui, par dogme ou conservatisme, ont laissé le pays dériver, certainement pas les Français ni les manifestants ! L’important est que nous valorisions davantage le travail. Toute la transformation que nous engageons vise justement à mieux rémunérer ceux qui ont un emploi. La société française souffre du manque de reconnaissance du travail.

Ou de reconnaissance au travail ?

 

Le Point 


Sensible, Bruno Le Maire a accueilli l’étude de l’OCDE comme un encouragement. L’institution suggère aussi d’abaisser l’importante masse salariale de la fonction publique, qui est nettement supérieure à la moyenne de l’OCDE, et de s’attaquer à l’inefficacité des dépenses publiques, notamment en poursuivant la rationalisation des collectivités territoriales qui permettrait de réaliser des économies substantielles [...].

Les réformes du marché du travail engagées par le gouvernement sont cruciales et en ligne avec nos recommandations, s’est félicité Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, professeur d’idées libérales pas peu fier de voir réciter son évangile sur le bout des doigts de la main invisible.

Ainsi les « bons » élèves rejoignent les maîtres.

 

 

 

Sourcing:    MICHEL POURCELOT, in FO Hebdo

 

Libre et Independante

 

Travail : la belle rentrée du bon élève libéral (revue de presse)
Travail : la belle rentrée du bon élève libéral (revue de presse)
Travail : la belle rentrée du bon élève libéral (revue de presse)
Travail : la belle rentrée du bon élève libéral (revue de presse)
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 09:58
L’OCDE applaudit les réformes Macron... et en veut plus.....

Economie

 

L’OCDE applaudit les réformes Macron... et en veut plus...

 

L'OCDE a publié ce jeudi son Etude économique sur la France. Selon l'institution internationale, le patient va mieux, le nouveau docteur Macron va accélérer sa guérison avec ses remèdes, mais il faut encore aller plus loin dans la thérapie pour qu'il retrouve une forme olympique...

 


 

L'OCDE soutient avec enthousiasme le programme de réformes d’Emmanuel Macron.



Angel Gurria, l'exubérant secrétaire général de l'OCDE, a profité jeudi 14 septembre de la présentation de la copieuse étude de son institution sur l'état de l'économie de la France pour faire part de son soutien enthousiaste au programme de réformes d'Emmanuel Macron.

 

 

Flexibilisation du marché du travail, investissement dans la formation professionnelle, allègement des prélèvements au service de la compétitivité, taille dans les dépenses publiques: d'inspiration libérale, l'agenda du président français correspond point par point à la liste de recommandations que l'organisation de coopération économique (regroupant 35 pays les plus riches) a fait à la France depuis vingt ans, et s'attire donc les mêmes éloges que celles déjà exprimées, en juillet, par l'autre grande institution économique internationale, le FMI.​​​​​​

 

 

" Nous avons connu et bien travaillé avec Emmanuel Macron quand il était secrétaire adjoint de l'Elysée, nous avons soutenu sa loi quand il était Ministre de l'économie mais, alors, les conditions n'étaient pas encore réunies, il n'était pas aux commandes.

 

E Macron

Aujourd'hui, il y a les conditions, il y a la conviction, il y a la vision. Aujourd'hui, on peut, c'est possible d'engager enfin les réformes qui amélioreront la vie des Français! ", a salué Angel Gurria. Du coup, l'OCDE a même relevé sa prévision de croissance pour la France, de 1,3 à 1,7% pour 2017, " pas encore une forme olympique mais le plus haut niveau depuis 2011 ".

 

 

A ses côtés, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, buvait du petit lait…

 

 

Sourcing: Challenges.fr

 

 

FMI, OCDE, nos amis pour la vie !

(BM)

L’OCDE applaudit les réformes Macron... et en veut plus.....
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 14:37
Carrefour Bio et Terroir, encore une enseigne inventée pour Dia

Carrefour Bio et Terroir, encore une enseigne inventée pour Dia

 

 


À Châteaurenard (13), Carrefour transforme un Dia de 620 mètres carrés en magasin "Bio et Terroir". Le concept a été imaginé pour conserver un site trop proche d'un Market.

 

L'ouverture est annoncée pour le 19 septembre.

 

 

Le magasin Dia de Châteaurenard faisait partie des 200 sites identifiés par Linéaires, au moment de la reprise par Carrefour, comme problématiques car pouvant difficilement accueillir autre chose qu'un hard discount.

 

À 500 mètres de distance, en effet, un supermarché Carrefour Market rend impossible la conversion de l'ancien Dia en Carrefour City ou Contact.

 

L'enseigne Contact Marché, une version low cost de Carrefour Contact, a déjà été imaginée pour transformer des Dia dans une situation analogue. Mais elle peine à faire ses preuves et le distributeur se montre particulièrement discret sur ses résultats.

 

À Châteaurenard, Carrefour a donc préféré tenter autre chose.

 

La zone de chalandise ne permettant pas de convertir le site en Carrefour Bio (un scénario déjà appliqué au compte-gouttes, dans les rares configurations favorables), c'est une version hybride, inédite, qui va voir le jour.

 

Carrefour Bio et Terroir va jongler avec les offres bio et les produits locaux. Le distributeur promet à ses clients un magasin qui va s'apparenter à "un grand marché local", avec "des produits qui font du bien" et des conseillers formés pour guider leur choix.

 

Au cours de ses recrutements, cet été, Carrefour recherchait des candidats ayant "des connaissances et une sensibilité aux produits issus de l’agriculture biologique", ainsi qu'une "expertise concernant les produits locaux".

 

Intermarché Bio et Terroir

 

A ce stade, selon nos informations, le distributeur n'a pas le projet de lancer une véritable nouvelle enseigne. La réponse est avant tout locale : il s'agissait pour Carrefour de rénover (à moindres frais) un magasin qu'il ne voulait pas voir partir à la concurrence.

 

À Villebon-sur-Yvette (91), Linéaires avait déjà repéré l'existence d'un "Intermarché Bio et Terroir" de 350 mètres carrés, accolé à un Intermarché classique.

Ouvert en 2010, ce point de vente unique donne toute satisfaction à l'adhérent.

 

 

En 2016, également, c'est un Leclerc Bio et Italien qui a vu le jour, sur 3.800 mètres carrés.

 

 

Sourcing:  Une information Linéaires, [B. Merlaud]

Carrefour Bio et Terroir, encore une enseigne inventée pour Dia
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 10:35
A. Bompard;   Vers un mariage entre Carrefour et Fnac-Darty ?

A. Bompard; Vers un mariage entre Carrefour et Fnac-Darty ?

VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
 


 
Le patron des Galeries Lafayette n’exclut pas un mariage entre Carrefour et le groupe issu du rapprochement entre Fnac et Darty.

 

Carrefour va-t-il se rapprocher de Fnac-Darty ?

 

A l’occasion d’un entretien avec BFM Business, le président du directoire des Galeries Lafayette, Philippe Houzé, qui revenait sur la prise de contrôle de La Redoute, s’est également exprimé sur Carrefour, dont il est administrateur et actionnaire.

 

Interrogé sur le sujet d’un éventuel mariage du géant de la distribution avec Fnac-Darty - dont l’ex-n°1, Alexandre Bompard, n’est autre que le nouveau dirigeant de Carrefour -, Philippe Houzé n’a pas écarté ce scénario.


"Mariage, je ne sais pas, mais une collaboration pourquoi pas", a indiqué Philippe Houzé. Avant d'ajouter : "Il est évident qu'on peut s'interroger pour savoir qui est le mieux placé pour vendre des télévisions. Est-ce qu'il faut faire l'acquisition d'une entreprise pour pouvoir travailler avec elle? Je ne crois pas du tout. Par contre, collaborer, évidemment".

Déjà, au printemps dernier, les analystes d’Oddo n’avaient pas écarté un mariage à 3, soulignant les multiples avantages qu’il présenterait (synergies, renforcement de la stratégie omnicanal…).

VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?

La grande distri dans tous ses états fait sa rentrée

VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
VERS UN MARIAGE ENTRE CARREFOUR ET FNAC-DARTY ?
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 14:54
© The Council of Europe - A, Costa, 1er ministre du portugal

© The Council of Europe - A, Costa, 1er ministre du portugal

EUROPE / ECONOMIE

 

 

Portugal

La fin de la politique d’austérité a mené à un miracle économique

 

L’économie portugaise témoigne d’une impressionnante reprise.

 

 

En un an, le Portugal a complètement réussi à remettre son économie sur la bonne voie.

 

On estime que la croissance économique au cours du trimestre à venir devrait être de 2,9 %, le meilleur résultat en 17 ans. Pour les 6 premiers mois de l’année 2017, on enregistrait une croissance de 2,8 %.

 

Il faut remonter en 2010 pour trouver la dernière fois que l’économie portugaise a enregistré une meilleure croissance que la moyenne de la zone euro au cours de 3 trimestres consécutifs.

 


En moins de 12 mois, le statut du Portugal a évolué de celui « d’enfant à problème de l’Europe » vers «  solution de l’Europe », et cela avec un gouvernement minoritaire socialiste qui a pris ses fonctions à la fin de l’année 2015, soutenu par le parti communiste (PCP), et le bloc de gauche (BE).


 
Selon le ministre de l’économie Manuel Caldeira Cabral, le Portugal est enfin libéré du carcan de la politique d’austérité.

 

En rassurant les citoyens en leur garantissant qu’ils ne subiraient plus de coupes dans leurs pensions ou leurs allocations, et en permettant aux salaires d’augmenter, le gouvernement a reconquis la confiance des entreprises comme des investisseurs.

 

Au cours du dernier trimestre, les investissements ont augmenté de 10 %, les exportations de 9 %, des pourcentages supérieurs à ceux des Pays-Bas et de l’Allemagne.

 

La relance d’une industrie laissée pour morte

 

Caldeira Cabral n’explique pas cette reprise remarquable par l’explosion du tourisme dans le pays, mais plutôt par le renouveau d’industries axées sur la mondialisation, telles que celles de la production textile, de chaussures et de voitures.

 

Dans l’industrie automobile, le pays a assisté au retour de producteurs qui avaient fui l’Espagne et le Portugal au début de ce siècle pour l’Europe de l’Est.

 

Ces producteurs recherchaient de la main-d’œuvre bon marché, ils sont revenus à la recherche de professionnels, a déclaré le ministre dans El Pais. Volkswagen, Renault, PSA, Bosch, continental… Tous ont augmenté leurs investissements au Portugal au cours des 24 derniers mois.

 

Le Portugal est en concurrence sur la qualité, et non pas sur les prix.

 

António Luis Santos da Costa, né le 17 juillet 1961 à Lisbonne, est un homme d'État portugais, membre du Parti socialiste et Premier ministre depuis 2015.

 

Au début de son mandat, le premier ministre portugais Antonio Costa  avait déjà indiqué que le Portugal ne pourrait pas concurrencer les pays à bas salaires.

Selon Caldeira Cabral, ce combat n’aurait jamais pu être gagné :

 

« il y aura toujours des pays moins chers. Mais aujourd’hui, nous produisons beaucoup de choses qui coûtent 5 € et qui sont revendues 50 €. Tenter de tirer 4,50 € de ces 5 € ne sert à rien. Nous nous sommes positionnés dans la chaîne de valeur de 45 €. »

 

Une stratégie similaire a été mise en œuvre dans le tourisme. Cette année, on a enregistré 12 % de touristes de plus au Portugal que l’an dernier. Mais on constate également une augmentation des revenus de 20 %.

 

Actuellement, 200 hôtels sont en cours de construction dans le pays. La majorité d’entre eux entrent dans la catégorie des 4 étoiles et 5 étoiles.

 

 

Ici aussi, le pays mise sur la qualité plutôt que sur les prix.

 

 

 

 

Sourcing    Express.live,    Dominique Dewitte 

La cocottte minute sociale
La cocottte minute sociale

La cocottte minute sociale

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social SOCIETE InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 11:01
Contrats aidés : l’État assèche le territoire

REVUE DE PRESSE


Contrats aidés

l’État assèche le territoire

 

 


Après la baisse des dotations de l’État, le gouvernement a annoncé celle des contrats aidés. Une décision abondamment commentée par la presse, notamment régionale.

 

Aperçus.

 

La Voix du Nord 


Jugés coûteux et inefficaces par le gouvernement, les contrats aidés vont être supprimés. Mais quelles conséquences pour les communes ? À Dunkerque, la note se chiffre en millions [...].

L’équipe municipale s’inquiète de l’effet cumulatif de plusieurs annonces : fin des contrats aidés, poursuite de la baisse des dotations de l’État et suppression de la taxe d’habitation.

Un véritable assèchement lancé pendant l’été qui épuise les ressources humaines. La fin des contrats aidés représentera déjà la perte de 22 agents au 1er janvier 2018 dans les écoles (surtout pour les fonctions de nettoyage et pour le plan de déplacement scolaire). Heureusement l’Éducation nationale a été « sanctuarisée ».

 

 

Le Dauphiné 


Pourtant le blé en herbe est menacé dans sa croissance. À Sainte-Croix, dans la Drôme, l’école de la petite commune de 100 habitants du Diois en danger à cause de la suppression de ses deux emplois aidés est toujours bloquée.

Ces deux personnes assistaient l’instituteur de cette école à classe unique (dix-huit élèves de la grande section de maternelle au CM2) et assuraient surtout la garderie le matin et le soir et géraient les repas du midi.

La commune n’a pas les moyens de financer seule ces deux emplois. Il nous faudrait 30 000 euros, c’est impossible, déplore la maire Claude Poncet.

Depuis lundi, l’instituteur de l’école de Sainte-Croix est présent mais sa classe est vide. Heureusement le gouvernement n’a pas encore appliqué le dédoublement de classe.

 

 

 

 

La Dépêche 


Dans le Tarn-et-Garonne, les questions ont laissé place à une forte inquiétude et à des premières décisions douloureuses dans le dossier de la baisse des contrats aidés décidée par le gouvernement. Communes, associations et même commerçants sont déjà touchés. C’est une quasi levée de boucliers qui se fait jour en cette rentrée. L’affaire n’est pas neutre.

Selon nos informations, la création d’emplois aidés dans le Tarn-et-Garonne a été de 2218 en 2016, et de 884 pour le seul premier semestre 2017. Autour de 600 emplois seraient ainsi sur la sellette. Les communes sont inquiètes.

Heureusement, le chef de l’État a assuré être à l’écoute de la sensibilité territoriale et vouloir préserver l’unité de la République lors de la récente conférence des territoires sise en cet été si sec.

 

 

 

 

Challenges 


L’assèchement attire les pyromanes : les maires accusent Macron de mettre “le feu” aux collectivités territoriales.

La baisse des dotations publiques, combinée à la taille dans les effectifs des contrats aidés, crée des situations “insoutenables” selon les représentants des maires et des communes de France.

De quoi réduire en cendres une bonne part du tissu social. Heureusement le chef de l’État a affirmé sa solidarité aux pompiers.

 

 

Sourcing:    MICHEL POURCELOT, in FO Hebdo

 

Libre et indépendante

 

Contrats aidés : l’État assèche le territoire
Contrats aidés : l’État assèche le territoire
Repost 0