Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 16:28
Une affaire ubuesque, en effet, selon  avis  de la Cour de Cass rendu le 20 juillet........

Ardennes Forge 

Les anciens salariés vont devoir rembourser une partie de leurs indemnités de licenciement

Les 47 anciens salariés d'Ardennes Forge ont tous été licenciés il y a neuf ans.

La cour de cassation confirme qu'ils vont devoir rembourser une partie de leurs indemnités de licenciement : entre 6 000 euros et 24 000 euros chacun.

Une affaire ubuesque, en effet, selon  avis  de la Cour de Cass rendu le 20 juillet........

Justice

Licenciés il y a neuf ans, ils doivent rembourser une partie de leurs indemnités

Dans un avis rendu le 20 juillet, la Cour de cassation oblige 47 salariés à rembourser une partie des indemnités perçues aux prud'hommes suite à un licenciement abusif. Les sommes trop importantes pour beaucoup.

 

Un avis de la Cour de cassation du 20 juillet oblige 47 ex-salariés d'une entreprise des Ardennes à rendre une partie de l'argent touché aux prud'hommes.

Une affaire ubuesque.

Ils ont été trimbalés au gré de décisions de justice contradictoires pendant près de neuf ans. Les anciens salariés de l'entreprise Ardennes Forge, située à Nouzonvilles, dans le département des Ardennes (08), viennent de vivre l'ultime et terrible épisode de ce feuilleton judiciaire.  

La Cour de cassation a rendu, jeudi 20 juillet, un avis qui met fin à tous les recours possibles et qui les oblige surtout à rembourser une partie des dommages et intérêts octroyés par les prud'hommes en 2010. Ils sont une quarantaine et les remboursements de trop-perçus oscillent entre 6 000 et 24 000 euros. Des sommes colossales, que de nombreuses familles sont dans l'incapacité de rembourser aujourd'hui.  

900 000 euros pour travail dissimulé et licenciement abusif

Que s'est-il passé pour en arriver là?

"Il faut remonter à 2007 à l'époque de Thomé-Génot, entreprise familiale emblématique de la région, liquidée en quelques mois par des repreneurs américains disparus du jour au lendemain, explique maître Medeau, l'avocat des anciens salariés. Une quarantaine d'anciens de Thomé-Génot ont ensuite été repris dans le groupe Ardennes Forge."  

Les actionnaires hollandais de cette entreprise ont bénéficié au passage de fonds octroyés par les pouvoirs publics, car la région était considérée comme bassin d'emploi expérimental pour la mise en place de contrats de transition professionnelle. Ils ont donc reçu de l'argent pour former les nouveaux salariés. "Sauf que ces derniers connaissaient déjà très bien leur métier, détaille Xavier Médeau. Nous avons donc considéré qu'il y avait là une forme de travail dissimulé." Parce que la formation n'a jamais eu lieu. 

Au bout d'une année, en 2008, l'entreprise a fermé.

Les salariés ont donc été licenciés pour motif économique. Un motif qu'ils n'ont pas tardé à contester devant les prud'hommes. Leurs avocats ont également dénoncé le travail dissimulé pratiqué par les employeurs et décidé de porter cette affaire devant la justice pénale.  

En 2010, les prud'hommes de Reims ont donné raison aux salariés, estimant que leur licenciement était sans cause réelle et sérieuse. Des indemnités ont donc été accordées aux salariés auxquels se sont ajoutés des dommages et intérêts pour le travail dissimulé. Au total, ils se sont partagés environ 900 000 euros.  

"Acharnement inhumain"

Problème: l'AGS (la caisse de garantie des salaires) censée payer les ex-salariés a fait appel de la décision. "Nous avons donc dû plaider devant la chambre sociale de la cour d'appel, précise l'avocat des salariés. Sauf que la justice pénale, elle, n'avait toujours pas statué sur la question du travail dissimulé... Nous aurions voulu que les deux se produisent en même temps, afin d'appuyer encore davantage notre dossier et de confirmer la décision des prud'hommes. mais ça ne nous pas été permis."   

La décision pénale n'arrive qu'en 2012, reconnaissant la réalité du travail. Trop tard. Juste avant, la cour d'appel a rendu un jugement contradictoire: elle a estimé qu'il n'y avait pas de travail dissimulé. Et revu à la baisse le montant des dommages et intérêts pour le porter à 470 000 euros, pressant donc les salariés de rembourser l'argent perçu. "Cela fait deux ans que nous avons touché ces sommes que la justice a reconnu nous devoir. Nous demander d'en rembourser une partie maintenant alors que certains d'entre nous sont toujours dans la précarité c'est inqualifiable, c'est de l'acharnement inhumain", avait estimé Rémy Petitjean, porte-parole des ex-salariés d'Ardennes Forge à l'époque. 

Une demande de grâce à la ministre du Travail

"L'un a dit blanc et l'autre noir, dénonce aujourd'hui Xavier Médeau. Nous avons donc sollicité un recours en cassation afin d'infléchir la décision civile. Mais le recours a été rejeté le 20 juillet dernier, sans être vraiment motivé." 

La fin des recours signifie surtout l'obligation de rembourser pour les salariés.

Car si la justice civile considère qu'il n'y a pas eu de travail dissimulé, ils n'avaient pas à percevoir des dommages et intérêts. "La seule solution serait une remise gracieuse de la part de l'AGS ou au moins un étalement des paiements", avance Xavier Méleau. Les anciens salariés ont demandé hier un rendez-vous auprès de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dans l'espoir d'obtenir "une grâce", estimant que la voie politique est désormais leur "seul recours", a ajouté Rémy Petitjean, toujours porte-parole, qui dit avoir ressenti "une colère monstrueuse". 

Un geste que l'AGS, organisme patronal qui intervient en cas de défaillance des entreprises, ne semble pas décidé à faire.

Déjà en 2012, la caisse martelait sa volonté de "recouvrer les sommes dues et d'appliquer la décision de justice". 

Adresse : 127 Rue de Grenelle, 75007 Paris Téléphone : 01 44 38 38 38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article source

Une affaire ubuesque, en effet, selon  avis  de la Cour de Cass rendu le 20 juillet........
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - revue de presse InFO Dia - Juri InFO
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 16:59
Revue de presse : Budget, anorexie programmée

ECONOMIE  /  SOCIETE

Revue de presse : Budget, anorexie programmée

 

 

Il n’est plus guère de jours en cette mi-juillet sans annonce de coupes dans le budget de l’État.

 

La presse commence à s’en émouvoir.

Aperçus.

Le Monde 


Les femmes d’abord. A peine Simone Veil "panthéonisée", il est annoncé : « Budget consacré aux droits des femmes : une baisse de 7,5 millions d’euros prévue ». En effet, « selon un projet de décret sur les restrictions budgétaires, le secrétariat d’État de Marlène Schiappa est bien visé par une coupe de 25 %, soit le chiffre annoncé par les associations féministes ». Mme Schiappa a assuré que « les associations dont l’objet est l’accueil de femmes victimes de violences sexistes et sexuelles ne verront aucune baisse de subvention du ministère ». Donc déjà toutes les autres le verront. Cependant, selon entourage, il s’agira de coupes « dans les frais de fonctionnement, comme la suppression des notes de frais et des réceptions ». Alors que « selon un rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, le budget alloué aux droits des femmes s’élevait à 29,6 millions d’euros en 2016, soit 0,006 % du budget global de l’État ». Déjà que ce n’était pas "Viva Las Vegas"...

 

Libération 


« Certaines associations attendent toujours le versement de leurs subventions. Et les têtes de réseaux nationaux n’y échappent pas. Le Planning familial n’a toujours pas reçu la première moitié de son budget public pour l’année 2017, la Fédération nationale solidarité femmes (qui s’occupe notamment du numéro d’appel 3919) patiente depuis début janvier pour toucher 50% de la somme qui lui est destinée. Pire, l’AVFT (Association contre les violences faites aux femmes) survit depuis sept mois grâce à des crédits bancaires faute d’un renouvellement de convention qui tarde à être signé ». Et là il y a péril en la demeure.

 

Le Figaro 


Le gel menace même en Avignon : « naturellement inquiets après l’annonce des économies prévues dans le secteur culturel de 50 millions d’euros, [les directeurs d’établissements culturels] ont reçu quelque chose comme une douche froide », quand la directrice générale de la création artistique (DGCA) au ministère de la Culture, nommée par Manuel Valls ,« Régine Hatchendo a entamé une réflexion sur les modèles économiques qui prévalent dans le secteur public, et associé cette réflexion aux ponts éventuels qui pourraient être jetés avec le secteur privé afin que les productions soient exploitées plus rapidement et plus longuement ». Bref un monologue bien appris et rôdé : le privé fait toujours mieux.

 

Le Journal du Dimanche 


Le collet s’est même resserré sur la Grande Muette qui a préféré l’ouvrir : « Après une semaine de phrases aigres et de recadrages, le général de Villiers a présenté sa démission de son poste de chef d’état-major des armées ce mercredi 19 juillet ».

 

Challenges 


Un départ avec tambours et trompettes qui dissipe bien des rideaux de fumées : « Démission fracassante du chef d’état-major des armées, difficultés budgétaires, volte-face fiscaux, premier vent de fronde dans la majorité, sondages en baisse : deux mois après son élection, le ciel s’assombrit pour Emmanuel Macron, qui affronte sa première grosse crise au sommet de l’État. En démissionnant, Pierre de Villiers met en évidence la contradiction entre un chef de l’État qui, depuis son investiture, vante l’importance qu’il accorde à l’armée, et une coupe budgétaire où celle-ci est la plus grande perdante. (...) Cette démission tombe d’autant plus mal qu’elle intervient au moment où le quinquennat entre dans le dur des réformes annoncées, qui commencent à susciter des remous jusqu’au sein de sa large majorité. A commencer par les efforts d’économies demandées cette semaine aux collectivités locales, qui craignent que la suppression de la taxe d’habitation n’aboutisse à les priver de toute liberté d’action ». Et à les contraindre à couper elles aussi dans les mêmes budgets. Ainsi l’anorexie touchera tous les organismes.

 

Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0
savoir pour comprendre et comprendre pour agir

 

 

 

 

 

 

Sourcing de la revue, in FO Hebdo :  MICHEL POURCELOT

Informer, c'est donner une forme à l'esprit

 

Revue de presse : Budget, anorexie programmée
Repost 0
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 15:09
Selon MEL, Walmart peut racheter Carrefour

Grande Distri

Cité dans un article sur BFM Business

Pour Michel-Edouard Leclerc, "Walmart peut racheter Carrefour"

Invité de BFM Business ce mercredi, le patron du groupe éponyme a prévenu que le secteur de la distribution serait bientôt bouleversé.

Alors que s’ouvriront jeudi les états généraux de l’alimentation, Michel-Edouard Leclerc a défendu la grande distribution tricolore, et prévenu que le modèle actuel serait bientôt bouleversé.

Invité de BFM Business, le patron du groupe éponyme a ainsi assuré que l’arrivée d’Amazon dans l’alimentaire allait changer la donne. Le dirigeant a également cité "Alibaba - qui est aussi puissant qu’Amazon mais on n’en parle pas en France - mais aussi Cotsco", ou "Walmart qui peut racheter Carrefour d’une bouchée de main (sic)". "Retenez ça, je n’ai pas dit beaucoup d’erreurs" a-t-il renchéri.

Leclerc charge Amazon

De nouveau interrogé sur Amazon, Michel-Edouard Leclerc a rappelé que le groupe américain "ne payait pas ses impôts en France. Nous, on a 700 millions d’impôt sur les sociétés en France qu’Amazon ne paye pas".

 

Rappelant également que les distributeurs étaient fortement incités à acheter français, le dirigeant a glissé une pique à ses détracteurs. "J’ai hâte que les multinationales débarquent en France pour que nos agriculteurs comprennent qu’ils ont eu la chance d’avoir une préférence nationale avec Carrefour, Intermarché, Système U, etc.

Cela permettra de remettre un peu de sérénité dans les débats."

Sourcing: BFM Business.fr

Selon MEL, Walmart peut racheter Carrefour
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse SOCIETE
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 12:25
Foot: Enquête ouverte en Italie pour immigration clandestine

IMMIGRATION

FooT Italie

Enquête ouverte en Italie pour de l'immigration clandestine

Un club de D3 italienne est au centre d'une enquête ouverte par la justice locale pour immigration clandestine.


Selon le quotidien sportif, certains dirigeants du club auraient «favorisé l'arrivée illégale en Italie de jeunes mineurs africains».

Ces derniers étaient ensuite «vendus à des équipes de divisions supérieures» (Série A ou B) sans que celles-ci soient au courant du caractère frauduleux de leur entrée sur le territoire, a précisé le journal.

Les enquêteurs soupçonnent aussi plusieurs dirigeants d'avoir organisé des matchs truqués et des paris illégaux. 

Foot: Enquête ouverte en Italie pour immigration clandestine
Foot: Enquête ouverte en Italie pour immigration clandestine
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 18:36
Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»
McDo Londres - Photo Ben Stansall. AFP

McDo Londres - Photo Ben Stansall. AFP

EMPLOI / CONTRAT DE TRAVAIL

Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»

Au Royaume-Uni, McDO  emploie 90% de ses employés avec des «zero-hour contracts».  

Le nombre de Britanniques déclarant être employés dans le cadre d'un contrat sans garantie horaire et sans salaire minimum a augmenté de 20% en un an

 Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»

Travailleurs pauvres ou chômage de masse ?

Persuadé que la première solution était celle du moindre mal, le Royaume-Uni a, depuis longtemps, mis le paquet sur les zero-hour contracts, littéralement les «contrats zéro heure».

C’est le travailliste Tony Blair qui a instauré ce système. Son successeur Gordon Brown l’a conservé, David Cameron l’a généralisé.

Passage obligé en temps de crise selon ses promoteurs, le zero-hour contract devait contribuer au rétablissement de la compétitivité des entreprises. Il a surtout développé une nouvelle catégorie de salariat dans un des pays les plus riches du monde : des travailleurs pauvres.

Certes, le Royaume-Uni peut se vanter d’une forte baisse de son taux de chômage, passé de près de 9% en 2008 à moins de 5,3% aujourd’hui. Mais le mouvement de forte précarisation de son marché du travail entamé il y a plusieurs années ne cesse de s’aggraver.

Le nombre de contrats à «zéro heure», qui ne garantissent aucun travail fixe au signataire, a progressé de 20% en un an. Il y en avait officiellement 744 000 entre avril et juin, contre 624 000 à la même période en 2014, selon les données publiées mercredi par l’Office national des statistiques (ONS).

Personne ne refuse

Pour rappel, ces contrats sont une disposition législative qui permet d’«embaucher» un salarié aux conditions suivantes : il doit se tenir à disposition de l’entreprise en permanence, qui l’emploiera une heure, dix heures ou pas du tout dans le mois, selon les besoins de l’entreprise. Ils sont particulièrement répandus dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, des services aux personnes et de l’éducation.

La palme de ce type de contrats au Royaume-Uni revient à McDonald’s qui emploie près de 90% de ses salariés grâce à des zero-hour contrats. Certes, ils peuvent refuser de travailler une heure ou deux. Mais les résultats des enquêtes sont formels : personne ne dit non, de peur de ne plus se voir proposer la moindre heure de travail.

Ce qui au départ devait permettre aux étudiants ou aux retraités de travailler quelques heures pour améliorer leur quotidien prend des proportions de plus en plus importantes outre-Manche.

Le Royaume-Uni serait, selon les détracteurs de ce type de contrats, à la pointe avancée des pays riches où le nombre de travailleurs pauvres est en forte hausse. Ce qui permet d’afficher une baisse du chômage tout en rendant toujours plus difficiles les comparaisons avec d’autres pays au niveau de vie comparable (comme la France).

Masquer la réalité

Si l’Office national des statistiques pointe la forte hausse de ces contrats ultra-flexibles, ses experts révèlent aussi que la plupart des bénéficiaires en signent au minimum deux. Le nombre de «contrats zéro heure» sur le marché du travail dépasse en réalité le 1,5 million, soit l’équivalent d’un peu plus de 4% de l’emploi total.

Pendant la campagne électorale, à la veille des élections générales du 7 mai, Ed Miliband, le chef du Parti travailliste, estimait que ces contrats symbolisaient à eux seuls le dérèglement économique et social du pays. «C’est une épidémie et nous allons y mettre fin, avait-il déclaré. 

Ce contrat affaiblit le niveau de vie de la population et compromet la vie de famille. Parce que si vous ne savez pas le nombre d’heures que vous allez effectuer d’un jour à l’autre, comment pouvez-vous être en sécurité, vous et votre famille ?» Pas de quoi remporter les élections.

En attendant, voici comment (entre autres) le Premier ministre conservateur David Cameron peut afficher un taux de chômage de 5,3% et cacher ces 10% % de Britanniques qui ont un travail mais ne peuvent en vivre.

Sourcing:     Liberation.fr / Vittorio De Filippis

 

Au Royaume-Uni, le boom des «contrats zéro heure»
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social SOCIETE InFO Dia - revue de presse Actu sociale
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 18:06
Lidl teste des caisses automatiques

Grande distri

Lidl teste des caisses automatiques

Selon un article de Linéaires, et une confirmation du syndicat FO, Lidl France teste des caisses automatiques dans certains sites de la région lyonnaise.

Le magasin Lidl du cours Lafayette à Lyon a ouvert six caisses automatiques le 15 juin dernier, supervisées par une hôtesse.

Elles sont réservées aux paniers de moins de 15 articles et acceptent les paiements en espèces.

En devants de caisses, pour l'occasion, Lidl n'implante ici que des produits d'impulsion typés snacking : confiseries de chocolat, boissons, biscuits sucrés, graines salées pour apéritif, chewing-gums.

Selon le syndicat  les magasins Lidl de la rue de Marseille, à Lyon et de Saint-Fons, dans la banlieue lyonnaise, ont également été retenus pour tester les caisses automatiques.

Des essais sont également en cours dans d'autres régions.

Le distributeur s'est donné six mois pour tirer un bilan de cette expérimentation.

 

Sourcing:    Linéaires.com

 

Lidl, Lyon Lafayette

Lidl, Lyon Lafayette

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 17:09
USA:  A peine arrivé, Lidl déjà attaqué en justice

A peine arrivé, Lidl déjà attaqué en justice

Etats-Unis

Le groupe allemand de hard-discount, qui vient d'ouvrir des magasins outre-Atlantique, est attaqué par les supermarchés américains Kroger.

Un supermarché Lidl à Virginia Beach, en Virginie, vient d'ouvrir. (15 juin 2017)

Un supermarché Lidl à Virginia Beach, en Virginie, vient d'ouvrir. (15 juin 2017)Image: Keystone

 

Selon la Tribune de Genève

 

 

Le groupe allemand de hard-discount Lidl, qui vient d'ouvrir ses tout premiers magasins aux Etats-Unis, est attaqué en justice par les supermarchés Kroger, qui l'accusent d'avoir copié leur marque de produits et demandent une indemnisation financière.

Dans une plainte déposée fin juin devant un tribunal de Virginie (est) et depuis amendée, Kroger, propriétaire de plus de 2796 supermarchés sur le sol américain, estime que Lidl a violé sa marque de produits maison.

Le hard-discounter allemand propose dans ses magasins américains, ouverts le 15 juin en Virginie, Carolines du Sud et du Nord (sud-est), des produits labellisés «Preferred Selection», dont les prix sont ultra compétitifs. Pour Kroger, ce label ressemble trop à sa propre marque «Private Selection», ce qui crée, selon lui, de la confusion auprès des consommateurs et du grand public.

Le groupe américain demande donc à la justice d'interdire à Lidl de continuer à utiliser la marque «Preferred Selection» et de retirer toutes les étiquettes y faisant référence, aussi bien dans les magasins physiques que sur internet et les réseaux sociaux.

 
 

Dommages et intérêts

Kroger réclame en outre des dommages et intérêts d'un montant non spécifié. «Lidl a causé et continuera à causer des dommages graves et irréparables à Kroger si le tribunal ne l'enjoint pas d'arrêter d'utiliser» Preferred Selection , écrit le groupe américain dans sa plainte, consultée par l'AFP.

Saisi par Kroger, le juge américain John Gibney a donné jusqu'à ce vendredi 14 juillet à Lidl pour répondre. Une audience judiciaire est prévue pour le 25 juillet devant le magistrat à Richmond, en Virginie.

Lidl a ouvert ses premiers magasins le 15 juin aux Etats-Unis et prévoit d'en compter 20 dès cet été puis 100 dans un an. Après la Virginie et les Carolines du Sud et du Nord, le groupe espère s'attaquer à la côte est (New Jersey et la Pennsylvanie) et continuer à se développer dans le sud et le centre-est, en Géorgie et dans le Kentucky.

Son arrivée, qui intervient au moment où les grands groupes américains de la distribution sont affectés par la concurrence du commerce en ligne, fait craindre une redistribution des cartes dans le secteur, d'autant que le groupe allemand entend proposer des petits prix, chasse gardée jusqu'ici de Kroger, Wal-Mart et Target entre autres. (afp/nxp)

Le groupe allemand de hard-discount, qui vient d'ouvrir des magasins outre-Atlantique, est attaqué par les supermarchés américains Kroger.

 

e groupe allemand entend proposer des petits prix, chasse gardée jusqu'ici de Kroger, Wal-Mart et Target entre autres.
e groupe allemand entend proposer des petits prix, chasse gardée jusqu'ici de Kroger, Wal-Mart et Target entre autres.

e groupe allemand entend proposer des petits prix, chasse gardée jusqu'ici de Kroger, Wal-Mart et Target entre autres.

Kroger réclame en outre des dommages et intérêts d'un montant non spécifié.

Kroger réclame en outre des dommages et intérêts d'un montant non spécifié.

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 15:10
stop pollution

stop pollution

CLIMAT – ENVIRONNEMENT

 

Pour livrer ses magasins d'Île-de-France, Carrefour passe au gaz

 

La station GNC (gaz naturel compressé) de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) a été inaugurée ce mardi
La station GNC (gaz naturel compressé) de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) a été inaugurée ce mardi © Radio France - Rémi Brancato

Engie et Carrefour ont inauguré ce mardi une station service pour les véhicules roulant au gaz.

Le géant de la grande distribution mise désormais sur des véhicules roulant au gaz plutôt qu'au diesel avec un objectif de "100% des livraisons dans Paris intra-muros" d'ici la fin de l'année.

Une station service où on ne vient pas se servir en essence ou en gazole mais en GNC ou bio-GNC (pour gaz naturel compressé).

C'est un équipement de ce type, qui compte deux pompes dans la zone industrielle Mermoz, qui a été inaugurée ce mardi à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, livrée par GNVERT, une filiale du groupe Engie, sur commande du groupe Carrefour.Cette station de La Courneuve est aussi la première à fournir, en accès public, un système de recharge en azote liquide pour les camions frigorifiques, technologie développée par l'entreprise Messer.

 

100% de livraison au gaz dans Paris d'ici la fin de l'année pour Carrefour

Elle est ouverte à toutes les entreprises et aux particuliers mais 50% de son activité est garantie par les véhicules de transports de Carrefour France pour les 50 derniers kilomètres de livraison des magasins, notamment dans la capitale.

"Notre objectif c'est que 100% de nos livraisons magasins dans Paris intra-muros soit fait grâce à cette technologie là" souligne Jean-Philippe Mazet, en charge des transports pour le groupe de grande distribution.

Passer de camionnettes au diesel, à des véhicules qui roulent au gaz permet de moins polluer en ville, ce que réclament les pouvoirs publics et notamment la maire de Paris : "moins 70% de CO2, quasiment plus de particules fines et 50% de bruit en moins" vante Jean-Philippe Mazet.

Engie passe de 10 à 15 stations service gaz cette année en Île-de-France

Le groupe Carrefour France avait testé le dispositif à Lille en 2013. Il le développe cette année également en région parisienne à Lyon, Bordeaux et Marseille. Une première station commandée à Air Liquide est déjà ouverte en Seine-et-Marne, celle de La Courneuve, livrée par Engie est la deuxième.

Le groupe compte permettre l'ouverture de 9 stations de ce type en France, dont 5 en région parisienne et passer d'une soixantaine à 200 véhicules roulant au gaz d'ici la fin de l'année, sur une flotte totale qui en compte 3000.

Et ce n'est pas la seule entreprise qui s'y met. "Rouler au gaz naturel peut ne pas coûter plus cher que rouler au diesel" se réjouit Habib Sehil, directeur commercial de GNVERT.

La filiale du groupe Engie voit le marché se développer très rapidement : elle passera d'ici début 2018 d'une dizaine à 15 stations GNC en Île-de-France.

 

 

 

 

 

Sourcing:    Rémi Brancato, France Bleu Paris Région

 

Paris pollué
paris pollué

 

Pour livrer ses magasins d'Île-de-France, Carrefour passe au gaz
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 11:44
Le tribunal de police de Lille a dressé une amende à l’enseigne de grande distribution Auchan pour des erreurs diverses…

Le tribunal de police de Lille a dressé une amende à l’enseigne de grande distribution Auchan pour des erreurs diverses…

InFOconso / Grde distri / Justice

Nord:

Auchan condamné pour des produits périmés ou mal étiquetés

 Le tribunal de police de Lille a dressé une amende à l’enseigne de grande distribution Auchan pour des erreurs diverses…

 

L’affaire remonte au printemps 2016.

Des agents de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) avaient fait de drôles de découvertes en inspectant le rayon de l’hypermarché Auchan, à Leers, près de Roubaix, dans le Nord.

Erreur sur l’étiquette

La Voix du Nord raconte le procès qui s’est tenu, cette semaine, au tribunal de police de Lille. La première affaire concerne des beignets mal étiquetés. Sur l’emballage, le fabricant assure l’absence d’huile de palme alors que l’étiquette rajoutée par l’enseigne fait état de la présence de ce produit pourtant montré du doigt.

A l’audience, un responsable d’Auchan admet l’erreur, mais se défend en expliquant que l’enseigne a « un peu joué contre (son) propre camp » dans cette histoire. Il est également reproché à Auchan d’avoir présenté certains produits (cannelle moulue, ail, anis étoilé, piment fort…) de façon douteuse, avec des propriétés de prévention, de traitement ou de guérison de maladie.

Des œufs de plus de 21 jours

Enfin, ce sont des œufs de plus de 21 jours qui ont été mis en vente.

« Ces infractions sont dues à des erreurs humaines qui ont échappé à nos contrôles, reconnaît l’enseigne*. Mais suite à ces constatations, nous avons réagi aussitôt avec nos fournisseurs pour régler les problèmes ».

Ce qui n’a pas empêché Auchan d’être condamné à 15.000 euros d’amendes par le tribunal.

 

Sourcing :    20 Minutes

 

NDR / BM

*Facile de dire que c'est une erreur humaine quand sur le terrain on manque de bras à cause de la polyvalence à outrance mise en place par la hiérarchie, sans remplacement des absents, le manque cruel de moyens humains est largement dénoncé par notre organisation, l'absentéisme lié aux méthodes managériales est créateur de souffrance au travail  ...

Délégation FO Auchan

 

Auchan condamné pour des produits périmés ou mal étiquetés
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 12:33
Leclerc  : sur fonds de dumping social et de concurrence déloyale,  risques sur l’emploi à Charleville-Mézières
Leclerc  : sur fonds de dumping social et de concurrence déloyale,  risques sur l’emploi à Charleville-Mézières
Photographie de Jacek Halicki (Own work) [CC BY-SA 3.0]

Photographie de Jacek Halicki (Own work) [CC BY-SA 3.0]

COMMERCE / Grande distribution

 

Leclerc 

 Risques sur l’emploi à Charleville-Mézières

 

 

L’enseigne Leclerc souhaite implanter un nouveau magasin sur les communes de Belval et Warcq, proches de Charleville-Mézières.

Par son vote en date du 19 mai 2017, la Commission départementale d’aménagement commercial des Ardennes a validé ce projet.

Si cette ouverture de magasin créerait 200 emplois, elle pourrait en détruire de nombreux autres sur le périmètre de Charleville-Mézières où se trouve déjà un grand nombre d’enseignes (Carrefour, Cora, Intermarché, Lidl et Aldi).

L’érosion du nombre d’habitants, le faible revenu moyen et le taux de chômage, des facteurs ne permettant pas d’augmenter la demande, s’ajoutent à cette situation déjà hyper concurrentielle.

Ainsi, mettre en avant la création de 200 emplois n’est qu’un mirage compte tenu du glissement du chiffre d’affaires des enseignes déjà implantées vers le prochain Leclerc.

De plus, ce nouveau magasin bénéficierait du fait de sa situation dans une zone Bassin d’Emplois à Redynamiser d’une exonération de charges fiscales et sociales.

Ce dispositif introduira dans ce contexte une forme de concurrence déloyale uniquement basée sur le coût du travail.

La FGTA-FO soutient l’Union Départementale des Ardennes et les syndicats FO des enseignes menacées qui se sont prononcés contre le projet de création d’un magasin Leclerc à Belval et Warcq.

 

 

 

Communiqué de la Fédération générale des travailleurs de l’agriculture, de l’alimentation, des tabacs et des services annexes Force Ouvrière

 
Leclerc  : sur fonds de dumping social et de concurrence déloyale,  risques sur l’emploi à Charleville-Mézières
Leclerc  : sur fonds de dumping social et de concurrence déloyale,  risques sur l’emploi à Charleville-Mézières
Leclerc  : sur fonds de dumping social et de concurrence déloyale,  risques sur l’emploi à Charleville-Mézières
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social InFO Dia - revue de presse Actu sociale
commenter cet article