Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

.Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

CONTACT REGION

NADINE (Paris & IDF, région Centre) 06 36 97 10 40

NATHALIE (UD FO 62 ) 06 30 60 74 70

SOFYANE ( Rhin Rhône - Est ) 06 61 50 67 96

ERIC ( Centre & Centre Ouest) 06 85 15 20 73

 Cyril  Délégué Syndical Central FO CPF  06 25 56 84 86

SANDRINE, Secrétaire CE  Région Centre - Paris 06 98 43 61 93

26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 11:15
Cette réduction des impacts environnementaux tout au long du cycle de vie doit devenir la règle d’ici à 2020, date de la généralisation du bâtiment à énergie positive.

Cette réduction des impacts environnementaux tout au long du cycle de vie doit devenir la règle d’ici à 2020, date de la généralisation du bâtiment à énergie positive.

CONSOMMATION


Concilier la recherche d’une meilleure performance énergétique des logements et la solvabilité de leurs occupants

 


L’AFOC salue le lancement récent de l’expérimentation « Bâtiments à énergie positive et réduction carbone » et du label « Energie Carbone », qui s’inscrit dans le droit fil de la loi de « transition énergétique pour la croissance verte » de 2015 dont certaines dispositions prévoient à terme la mise en place d’une nouvelle réglementation environnementale pour les bâtiments à usage d’habitation.

 

Certaines sont destinées aux bâtiments existants (Cf. notre communiqué de presse du 7 juin 2016 : « La croissance verte financée par les propriétaires ») ; celles annoncées le 17 novembre dernier par les ministres en charge du Logement et de l’Habitat durable, et de l’Environnement visent les bâtiments neufs.

 

Il s’agit, selon les ministres, de proposer au marché des outils de valorisation de la qualité environnementale des logements et ce dès la construction, en décidant de choisir la combinaison adéquate en fonction des spécificités du territoire, des typologies de bâtiments et des coûts induits.

 

Cette réduction des impacts environnementaux tout au long du cycle de vie doit devenir la règle d’ici à 2020, date de la généralisation du bâtiment à énergie positive.

 

L’AFOC est certes sensible aux besoins de réduire les impacts sur l’environnement, liés à l’habitat, mais toujours en ayant comme souci majeur de ne pas pénaliser économiquement ses occupants et notamment les locataires.

 

En cas de surcout liés à ces nouvelles normes de constructions, il n’est pas certain que la baisse des charges locatives provenant d’une moindre consommation d’énergie du logement compense les augmentations de loyers pour amortir les prix des logements.

 

 

Certains professionnels du secteur du bâtiment semblent conscients du risque de dérapage et fixent la limite du « raisonnable » à une hausse de 5 % du prix des logements visés.

Raisonnable pour qui ? Quand Jean-Louis Dumont, président de l’USH déclare que l’objectif du résident, c’est aussi le confort, l’AFOC répond qu’il revient non seulement aux locataires d’en décider et qu’en toute hypothèse cela ne peut pas se faire à n’importe quel prix.

 

Concilier la recherche d’une meilleure performance énergétique des logements, la solvabilité économique et l’acceptabilité sociale de leurs occupants est une condition sine qua non si l’on souhaite que la transition énergétique se réalise au bénéfice de tous.

 

 

L’AFOC, tout au long de cette expérimentation, sera attentive à ce que les estimations d’économie de charges pour les locataires ne soient pas exagérées et au bout du compte insuffisantes pour équilibrer le surcout de loyer dû aux contraintes de construction.

 

Voir en ligne :    AFOC - Site internet : http://afoc.net/

Concilier la recherche d’une meilleure performance énergétique des logements et la solvabilité de leurs occupants
Concilier la recherche d’une meilleure performance énergétique des logements et la solvabilité de leurs occupants

Concilier la recherche d’une meilleure performance énergétique des logements et la solvabilité de leurs occupants

Concilier la recherche d’une meilleure performance énergétique des logements et la solvabilité de leurs occupants
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia Conso AFOC - Consommation InFO Conso AFOC
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 23:08
L'alimentation low cost est une catastrophe pour l'humanité

L’alimentation low cost est une catastrophe pour l’humanité
 
 


  La confection des produits alimentaires low cost est pointée du doigt par un ancien salarié de l’industrie agroalimentaire.

 

Pour ne citer que ceux là: miel fabriqué avec des assemblages de sirops et colorants, confiture sans fruits, viande reconstituée… Un ex-salarié de l’agroalimentaire dénonce dans un livre les techniques utilisées pour faire diminuer les prix.

 

Périco Légasse, critique gastronomique, interrogé par BFMTV veut combattre ces pratiques qui tendent à tromper le consommateur.

 

L’alimentation low cost est une catastrophe pour l’humanité interview :

 

 

Ces techniques utilisées pour les produits à bas coût sont communes?

 

 

Plus vous baissez le prix d’un produit plus vous baissez sa qualité, c’est la règle. Quand la grande distribution dit « je veux les produits les moins chers possibles », si le producteur, si l’industriel veut garder sa compétitivité il est obligé de produire dans ces conditions abominables.

Mais quand vous faites deux euros d’économie sur un produit, ça veut dire qu’il coûte en fait en valeur négative huit ou dix euros en problèmes sanitaires, environnemental, en problème de qualité.

 

Et ce sont les pauvres qui sont condamnés à bouffer de la merde.

 

 

Comment faire quand on n’a pas les moyens d’acheter de la marque?

 

 

Le low cost, la course au prix le plus bas est une catastrophe pour l’humanité et pour la planète. Si on continue comme ça on finira dans un chaos abominable. Il faut que les gens prennent conscience qu’ils doivent répartir leur budget. Il faut reprendre le temps de faire un peu la cuisine et que les gens réapprennent à manger.

 

Moi je propose une solution, la règle du 18-6-3. Vous avez un budget de 18€, au lieu de prendre six fois un produit dégueulasse à 3€, vous faites trois fois un produit à 6 €. Le problème aujourd’hui c’est d’adopter une gestion du temps différente, pour que les gens refassent de la cuisine.

 

 

Vous préconisez aussi d’acheter français, ça veut dire acheter plus cher?

 

Nous avons vu tout l’été des éleveurs bovins, des éleveurs porcins qui sont dans une situation catastrophique parce que nous sommes dans une situation de concurrence où les produits étrangers de mauvaise qualité prennent la place des produits français.

À budget égal, on privilégie les produits français pourvu qu’ils soient de qualité et ainsi on favorise notre agriculture, notre artisanat, notre économie.

 

Copyright © 2017 Sain et Naturel. Tous Droits Réservés.Thème : Catch Box par Thèmes Catch

 

Par C. B

Source L’alimentation low cost est une catastrophe pour l’humanité : http://www.bfmtv.com/societe/

Le discount dans tous ses états
Le discount dans tous ses états
Le discount dans tous ses états

Le discount dans tous ses états

Repost 0
@ FO CPF system (BM) FO CPF - dans InFO Dia Conso SOCIETE
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 08:54
Chauffage domestique: des accidents évitables !

Des accidents évitables !

 

Les intoxications au monoxyde de carbone causent, en France, chaque année, plusieurs milliers d’hospitalisations (ou recours aux services des urgences) et une centaine de décès. Tous les combustibles sont concernés (bois, charbon, fuel, gaz naturel, butane, propane, essence ou pétrole…).

 

Les appareils de chauffage et de production d’eau chaude mal entretenus ou mal installés constituent les principales sources de ces intoxications, en particulier s’ils sont associés à des conduits d’évacuation mal ou non entretenus.

 

Au niveau des effets sur l’organisme, l’oxyde de carbone agit comme un gaz, inodore, invisible, et asphyxiant en provoquant une privation en oxygène des tissus et une détérioration irréversible des cellules les plus fragiles (cerveau, coeur).

 

Les risques pour la santé en fonction de la concentration en monoxyde de carbone dans l’air peuvent être ainsi décrits (troubles observés après un séjour d’une heure dans l’atmosphère polluée) :

 

  • Maux de tête,

  • Vertiges,

  • Vision floue,

  • Fatigue,

  • Nausées dans un premier temps ;

  • Puis faiblesse des jambes,

  • Impossibilité de marcher et un état de somnolence, voire syncope dans un second temps ou avec une concentration plus élevée ;

  • Puis en moins d’une heure, risque de décès.

 

Que faire et ne pas faire ?

 

Le règlement sanitaire départemental type (article 31) dispose que les conduits de fumée habituellement en fonctionnement et desservant des locaux d’habitation et des locaux professionnels annexes doivent être ramonés deux fois par an.

 

Cette obligation est ramenée à une fois par an dans le cas d’un combustible gazeux. Il est recommandé de confier l’installation et l’entretien périodique des appareils à des professionnels qualifiés. A l’occasion de la visite à domicile, les professionnels peuvent pratiquer des mesures pour détecter la présence éventuelle monoxyde de carbone ;

 

L’AFOC préconise de rendre cette pratique obligatoire.

 

Tous les appareils doivent être utilisés conformément aux notices d’utilisation fournies par le fabricant ou identifiables sur l’internet.

 

L’usage des chauffe-eau au gaz non raccordés à l’extérieur par un conduit dédié est à proscrire car l’appareil évacue ses fumées dans la pièce d’habitation.

 

Les arrêts intempestifs d’un appareil pourvu de dispositifs de sécurité (chaudières, chauffe-eau à gaz, butane ou propane) sont le signe soit d’un encrassement ou d’une défectuosité de l’appareil, soit d’un défaut de ventilation de la pièce où il est installé : ce dispositif ne doit pas alors être mis hors service, mais l’intervention d’un professionnel s’impose.

 

L’utilisation de plus en plus courante d’appareils mobiles de chauffage d’appoint (fonctionnant au butane, propane ou au pétrole) n’est pas sans danger : ces appareils ne doivent être utilisés que dans des pièces convenablement ventilées et par intermittence.

 

Les ouvertures d’aération ne doivent jamais être obstruées (au moyen de journaux, plastiques, etc.). Elles doivent être disposées et aménagées de manière qu’il n’en résulte pas de courants d’air gênants pour les occupants.

 

On évitera de même les appareils de chauffage comme les panneaux radiants ou radiateurs de camping à butane destinés uniquement à un usage à l’extérieur, la rampe de four à gaz allumée, porte ouverte, pour chauffer la cuisine, le pot de fleurs retourné sur un brûleur de cuisinière, les poêles à catalyse à essence, réchauds à pétrole, braséros, etc.

 

On peut s’équiper le cas échéant de détecteurs de CO2 qui contrairement aux détecteurs de fumée ne sont pas obligatoires (une proposition de loi avait été déposée sans suites en Avril 2008, pour rendre obligatoire l’installation d’un détecteur de CO2 pour les occupants d’un logement utilisant des appareils à énergie fossile).

 

Il convient de privilégier dans ce cas les appareils conformes à la norme NF 292 ou NF EN 50291 tout en ayant en tête que la sécurité des occupants du logement ne doit pas dépendre du fonctionnement d’un seul appareil ou de toute technologie quelle qu’elle soit mais bien de l’application de mesures préventives comme celles présentées ci-dessus.

 

Une publication AFOC

Voir en ligne : AFOC - Site internet

http://afoc.net/

http://afoc.net/

http://afoc.net/

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia Conso AFOC - Consommation InFO Conso AFOC
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 12:18
Nano-aliments, grandes inquiétudes, alimentaire, mon cher Watson. 

Nano-aliments, grandes inquiétudes

 


Ils frisent le milliardième de mètre mais pourraient entraîner de gigantesques conséquences, et sans doute de profits.

Ce sont les nanomatériaux, des substances qui ont envahi le monde sans tambour ni trompette. Jusque dans nos assiettes quotidiennes.

 

 

L’AFOC, l’association FO consommateurs, leur a consacré un dossier de plusieurs pages dans le dernier de ses « Cahiers » (n°232, janvier-février 2017), au vu des risques que [leur] présence peut présenter pour la santé des consommateurs, en particulier dans les produits alimentaires.

 

Le règlement européen Inco 2011 prévoyait bien l’obligation de mentionner leur présence sur l’étiquetage à partir du 13 décembre 2015, en faisant précéder le mot « nano » entre crochets devant l’ingrédient en question.

 

C’était sans compter sur la Commission européenne, jamais trop intransigeante à l’égard des lobbies industriels : elle a demandé une dérogation pour les ingrédients déjà utilisés depuis des décennies. Le flou ainsi créé n’a pas manqué d’être exploité au sein des instances européennes.

 

Théoriquement, le règlement devrait néanmoins s’appliquer au 1er janvier 2018 mais le protocole européen de vérification n’est toujours pas au rendez-vous. Contrairement aux nano matériaux qui, eux, sont bien là.

 

Du guacamole nano-épicé

 

 

Comme le rappelle l’AFOC, ils sont présents aussi bien dans l’alimentaire que dans les cosmétiques, les crèmes solaires, les textiles, les jouets, les dentifrices, les articles de sport, les vitres, les smartphones, les peintures.

 

En juin dernier, à la demande de l’association Agir pour l’Environnement, un laboratoire reconnu a trouvé des nanoparticules dans les quatre produits alimentaires courants sélectionnés : de la blanquette de veau, des chewing-gums, des biscuits napolitains et un mélange d’épices pour guacamole, qui lui affichait 100 % de nanoparticules dans son additif antiagglomérant E551 au dioxyde de silice.

Sans que leurs étiquettes en fassent mention.

 

La toxicité de ces particules a pourtant été mise en évidence chez l’animal.

En France, elle fait l’objet d’une évaluation dans les denrées alimentaires demandée en 2014.

Les nanos courent toujours. Alimentaire, mon cher Watson. 

 

Sourcing: FO Hebdo, avec l'AFOC, M. Pourcelot

Les nanos courent toujours. Alimentaire, mon cher Watson. 

Les nanos courent toujours. Alimentaire, mon cher Watson. 

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia Conso InFO Conso AFOC AFOC - Consommation
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 11:01
Frais bancaires : plus coûteux pour les petits clients modestes

Frais bancaires : plus coûteux pour les petits clients modestes

Frais bancaires : plus coûteux pour les petits clients modestes

Frais bancaires : plus coûteux pour les petits clients modestes

 


Des frais pour tenue de compte, au coût des virements en agence, en passant par le prix des cartes bancaires, les retraits aux distributeurs… Que l’on soit riche ou pauvre, utiliser les services des établissements bancaires coûte cher. De plus en plus cher. Mais, cerise sur le gâteau, ce sont les « petits » clients utilisateurs de peu de services dans leur banque, concrètement les consommateurs les plus pauvres, qui subissent des hausses de tarifs particulièrement salées et « pénalisantes ».

 

 

Les publics précaires indique une récente étude de l’association de consommateurs CLCV (Consommation Logement et Cadre de Vie) subiront, en métropole, une hausse des tarifs bancaires d’un minimum de 1,75% au 1er février prochain.

En quatre ans souligne l’étude, ces services ont augmenté de plus de 11% alors que l’inflation sur la période était de 1,9%.

L’enquête qui visait à déterminer ce que seront les tarifs des services bancaires au 1er février 2017 a porté sur 136 établissements de métropole et des Dom, deux banques en ligne et trois assur-banques (Axa, Allianz...).

 

 

L’association CLCV s’est ainsi intéressée au coût annuel de ces services pour trois profils types de consommateurs. L’étude a conçu un profil de petit client qui utilise peu de services, celui d’un client moyen, en couple et utilisant davantage de service et celui d’un couple « haut de gamme », gros utilisateur de services.

 

 

Le « petit client », célibataire et qui a domicilié ses revenus dans la banque utilise ainsi un panier de services limité. Il réalise trente opérations débitrices par mois dont six chèques, il a accès à la consultation de ses comptes par un serveur vocal téléphonique (36 appels par an), dispose d’une carte bancaire internationale Visa ou MasterCard à débit immédiat, réalise huit retraits par mois par carte bancaire dont deux hors réseau. Il a mis en place un prélèvement automatique vers un établissement commercial et réalise six paiements mensuels par prélèvement automatique (électricité, gaz, impôts, un téléphone mobile, un crédit extérieur et un loyer).

 

Des hausses énormes en un an

 

 

Ce profil ressemble à celui de beaucoup de salariés modestes. Pour les profils « moyens » et « haut de gamme », l’étude a ajouté des services bancaires supplémentaires consommés (carte Gold, gestion de comptes par internet…).

 

 

Le coût de la formule de services la moins chère augmente de 1,42% pour les clients de moyenne gamme et de 0,68% pour les clients dits haut de gamme. Concrètement, ces hausses de tarifs sont moindres que celles (+1,75%) appliquées aux formules les moins chères utilisées par les « petits clients » modestes.

 

Pour ces petits clients, la situation peut même être pire.

 

 

Pour les services « à la carte », les hausses de tarifs, variant toujours selon les banques, connaissent une progression énorme sur un an. L’étude pointe cinq établissements bancaires appliquant des hausses fulgurantes.

La Banque populaire Alsace Lorraine Champagne par exemple applique des tarifs de services en hausse de 73,68% en raison de l’instauration de frais de tenue de compte à 24 euros par an et de l’augmentation du tarif de la carte à débit immédiat (de 38 à 42 euros).

 

Jusqu’à 154,70 euros par an

 

 

L’enquête s’est attachée à étudier le coût des services bancaires à l’unité et au « package » (ensemble de services faisant alors l’objet d’un tarif forfaitaire).

Or, qu’il utilise des services bancaires en les payant à l’unité ou par package, le petit client subira la plus forte augmentation des frais en février prochain.

 

 

Il n’a intérêt à utiliser un package que dans 15 établissements bancaires sur les 126 qui en proposent. Un consommateur moyen y a intérêt dans près de la moitié des cas. Les clients « haut de gamme » y ont intérêt dans 54,8% des établissements.

Plus largement, au 1er février 2017, la formule de services la moins chère coûtera en moyenne au petit client 71,49 euros en métropole et dans un établissement bancaire classique.

En 2013, cette même formule coûtait en moyenne 64 euros.

 

Pour un même panier limité de services, le coût varie bien sûr d’une banque à l’autre. Le petit client peut ainsi payer ce panier de 38,34 euros à 154,70 euros selon les banques (structures classiques). Il pourra payer sa formule du simple au double dans le cas des assur-banques. A noter aussi qu’au sein d’un même réseau bancaire (Banque Populaire, crédit Agricole, caisse d’Épargne…), les écarts de coûts des services varient parfois de plus du simple au double.

 

Les populations les plus en difficulté sont pénalisées

 

 

Dans les Dom, la facture pour le panier de services le moins cher grimpera le 1er février prochain à 77,75 euros. Ce montant est conséquent mais il a cependant diminué en quelques années grâce aux actions des associations de consommateurs.

 

Certes, la même formule de services ne coûte que 8,47 euros dans une banque en ligne ou encore 46,70 euros en assur-banques. Dans ces deux cas toutefois, les conditions d’entrée demandées par ces structures bancaires (montant minimal à déposer sur le compte, frais annexes…) compliquent pour le moins l’accès des clients dont les moyens sont précaires.

 

 

L’enquête pointe aussi les produits dont les tarifs augmentent le plus. Des produits particulièrement utilisés par les clients modestes. On trouve ainsi les frais pour tenue de compte, les cartes bancaires classiques à débit immédiat, les retraits aux distributeurs, les virements en agence, les oppositions sur chèque…

 

 

D’autres produits dont les tarifs augmentent pénalisent plus gravement encore les populations les plus en difficulté.

L’étude relève la lettre d’information pour compte débiteur non autorisé ou encore les cartes à autorisation systématique (des cartes qui vérifient que le compte est alimenté avant tout paiement). Les frais pour incidents tels que les frais pour une saisie sur un compte bancaire dont le coût moyen est de 100 euros sont eux aussi en augmentation : + 9,6% en quatre ans.

 



L’AFOC revendique plus de transparence sur les frais bancaires

 

FO La force de l’information

 
Sécurité sociale

70 ans de lutte pour la dignité et la solidarité


 
#LoiTravail­FOditNON

FO : j’adhère !
FO Force Ouvrière, La force syndicale

 

Frais bancaires : plus coûteux pour les petits clients modestes
Frais bancaires : plus coûteux pour les petits clients modestes
Frais bancaires : plus coûteux pour les petits clients modestes
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia Conso SOCIETE
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 16:46
Four terminal de cuisson

Four terminal de cuisson

 La plupart de ces pains sont fabriqués à l’étranger où ils sont cuits à 80% et congelés. Le supermarché finit la cuisson et annonce du pain frais cuit sur place.

 La plupart de ces pains sont fabriqués à l’étranger où ils sont cuits à 80% et congelés. Le supermarché finit la cuisson et annonce du pain frais cuit sur place.

L’inquiétante cuisson congelée des pains de supermarchés




La plupart de ces pains sont fabriqués à l’étranger où ils sont cuits à 80% et congelés. Le supermarché finit la cuisson et annonce du pain frais cuit sur place.

 


Les écolos s’attaquent à l’affaire des «pains polonais». Ces pains qui arrivent congelés au supermarché et vendus comme «cuits sur place».

 

C’est «l’affaire des pains polonais». Cela concerne les pains que les supermarchés nous vendent comme «frais du jour» et «cuits sur place». La plupart d’entre eux sont en réalité fabriqués à l’étranger où ils sont cuits à 80% et congelés pour le transport.

La grande surface achève alors la cuisson et le tour est joué. Un faux pain artisanal termine dans votre caddie.

Ce sont les journalistes de «Questions à la une» (RTBF) qui ont révélé ces pratiques le mois dernier.

 

 

Le consommateur ignore tout

 

 

«La cuisson finale en magasin n’est là que pour rendre la couleur et le croustillant du pain. Et la farine est bourrée d’additifs ou d’améliorants qui servent à changer la couleur du pain ou à la faire gonfler encore plus fort», dénoncent les élus écolos. Ils fustigent ces «pains produits par milliers qui n’ont plus d’artisanal que le nom» et qui présentent «un caractère dénutritif et nuisible en ne respectant pas les règles de fermentation».

 

 

Et face à cela, les consommateurs ignorent tout de ces procédés de fabrication.

 

Deux députés écolos ont déposé ce mercredi une proposition de loi pour que ces pratiques de «bake-off» (cuisson différée sur le lieu de vente) soient rendues transparentes pour le consommateur.

 

«Nous voulons mettre fin à cette pratique déloyale, valoriser le travail des artisans et mieux informer le consommateur», explique l’écolo Ronny Balcaen.

 

Plus de 1500 boulangeries ont fermé leurs portes chez nous ces dix dernières années. Aujourd’hui, les grandes surfaces conquièrent le marché. En annonçant du «pain frais du jour», des multinationales étrangères deviennent des «super-boulangeries».

L’une d’entre elle produit par exemple 300 000 pains par jour et un million de ces sandwiches «cuits sur place».

 

 

Les écolos demandent donc que «toute allégation selon laquelle un produit de boulangerie serait cuit sur le lieu de la vente et toute allégation relative à la fraîcheur du produit ne soit autorisée que si la totalité du processus de cuisson s’effectue sur le lieu de vente.»

 

Sourcing: l'Avenir.net

Cuisson du pain dans les grandes surfaces, on est  tous mal patron !
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia Conso
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 09:38
Quand les cochons ont des ailes !!! ( ça vole bas, mais ça garni le portefeuille des entreprises....)

Quand les cochons ont des ailes !!! ( ça vole bas, mais ça garni le portefeuille des entreprises....)

Lait et viande : à cheval sur l’étiquette ?

 


Le scandale, en 2013, des lasagnes à la viande de cheval ayant fait ruer dans les brancards, la Commission européenne avait commandé un audit qui révélait surtout que le plus touché des 27 pays de l’Union européenne était la France, avec 13,3 % d’échantillons contenant de la viande de cheval détectés contre une moyenne européenne de moins de 5 %.

 

Ensuite, l’affaire a un peu traîné des sabots.

 

C’est seulement depuis le 1er janvier 2017 que l’origine des viandes utilisées en tant qu’ingrédient dans les denrées alimentaires préemballées doit être obligatoirement indiquée sur l’emballage, selon le décret n° 2016-1137 du 19 août 2016.

Doivent figurer les pays de naissance, d’élevage et d’abattage des animaux. Du moins à partir de 8 % de viande dans le produit.

Ce décret, en phase expérimentale de deux ans jusqu’au 31 décembre 2018, concerne également le lait en lui-même et celui utilisé dans les produits laitiers en tant qu’ingrédient (à partir de 50 %).

 

Ainsi doivent se mouler dans le règlement babeurre, lait et crème, caillés, yoghourts, pâtes à tartiner laitières, fromages, lactosérum, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés...

 

Quand les cochons ont des ailes

 

 

20 %


C’est la part de viande de canard nécessaire pour qu’une terrine de canard puisse en porter le nom.

 


2017 : adieu veaux, vaches, cochons trafiqués ?

 

 

On peut en douter à la lecture de l’enquête dévoilée en décembre dernier par l’ONG Foodwatch, qui a révélé que les terrines de canard de différentes marques qu’elle a analysées contiennent toutes du porc.

 

L’une, estampillée « Terrine de canard aux noisettes croquantes », en est même composée à 80 %. Quant à la présence du volatile, elle n’a pas dépassé les 32 % au maximum dans les onze échantillons testés par Foodwatch.

 

En toute légalité, selon le code des usages de la charcuterie : une terrine de canard peut prétendre en être une à partir de seulement 20 % de canard.

 

Un fabricant évoque même le Larousse gastronomique, pour qui historiquement et réglementairement, le mot terrine induit une préparation à base de porc.

 

Les consommateurs se demanderont, eux, si on ne les prend pas pour des canards sauvages... 

 

 

Zoom :   Contrôles post-lasagnes 

 


La DGCCRF et la DGAL ont décelé, en 2013, de la viande de cheval dans 17 produits sur 153 plats cuisinés à base de viande de bœuf et dans 30 prélèvements sur 200 sur des minerais de bœuf.

Pour l’INC, le système français n’est pas défaillant mais laisse penser que les effectifs de contrôle sont trop faibles.

 

Sourcing:    FO Hebdo / MICHEL POURCELOT

Lait et viande : à cheval sur l’étiquette ?
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia Conso AFOC - Consommation InFO Conso AFOC
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 20:40
De la viande bourrées aux antibiotiques, et qui met en péril la santé future des populations... 

De la viande bourrées aux antibiotiques, et qui met en péril la santé future des populations... 

A nous de consommer responsable !

 

De la viande bourrées aux antibiotiques, et qui met en péril la santé future des populations... 

 

En effet, à l'instar des principales enseignes de fast-food, Burger King s'est engagé ce 28 décembre à ne plus vendre de poulet traité avec des antibiotiques utilisés pour soigner des infections graves chez l'homme.

 

Mais ces mêmes fast-food ne s'engagent que très rarement à moins de recourir à ces produits thérapeutiques pour les autres viandes. 

 

Pourtant, le recours à ces médicaments favorise la résistance microbienne et pourrait être responsable de plusieurs millions de morts par an d'ici à 2050 (selon la Banque mondiale)...

 

 

Article de La Tribune : 


http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/les-fast-foods-s-engagent-tous-a-moins-recourir-aux-antibiotiques-mais-627376.html#xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20161230

le recours à ces médicaments favorise la résistance microbienne et pourrait être responsable de plusieurs millions de morts par an d'ici à 2050 (selon la Banque mondiale)..
le recours à ces médicaments favorise la résistance microbienne et pourrait être responsable de plusieurs millions de morts par an d'ici à 2050 (selon la Banque mondiale)..
le recours à ces médicaments favorise la résistance microbienne et pourrait être responsable de plusieurs millions de morts par an d'ici à 2050 (selon la Banque mondiale)..

le recours à ces médicaments favorise la résistance microbienne et pourrait être responsable de plusieurs millions de morts par an d'ici à 2050 (selon la Banque mondiale)..

le recours à ces médicaments favorise la résistance microbienne et pourrait être responsable de plusieurs millions de morts par an d'ici à 2050 (selon la Banque mondiale)..

le recours à ces médicaments favorise la résistance microbienne et pourrait être responsable de plusieurs millions de morts par an d'ici à 2050 (selon la Banque mondiale)..

A nous de consommer responsable !
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse InFO Dia Conso
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 16:22
L’assureur affecte un score individuel et fixe des objectifs chiffrés d’amélioration à son assuré.

L’assureur affecte un score individuel et fixe des objectifs chiffrés d’amélioration à son assuré.

CONSOMMATION

 


Renoncer à sa vie privée pour une éventuelle ristourne sur sa cotisation d’assurance ?

 

 


Quand un assureur propose de mesurer les risques encourus par un assuré en utilisant non seulement le bilan de santé mais aussi en collectant les données en provenance des objets connectés, nous passons alors à un nouveau système d’assurance au comportement.

 

Les conséquences mais aussi les risques pour les consommateurs sont multiples car le champ de surveillance peut être très étendu : santé, alimentation, activités quotidiennes, stress, parcours médical, analyse du sommeil… Les outils deviennent de plus en plus nombreux : balance connectée, montre connectée, réfrigérateur connecté…

 

L’assureur au vu de l’exploitation et croisement de ces données individuelles collectées « conseille » à son assuré « mis à nu » de consulter un partenaire du groupe d’assurance spécialisé par exemple sur la mise en place de régime alimentaire ou de sevrage tabagique.

 

 

L’assureur affecte un score individuel et fixe des objectifs chiffrés d’amélioration à son assuré.

 

 

Pour le bon élève il y a à la clé des cadeaux réduction chez les partenaires de l’assureur et dans certains pays des minorations de cotisations sur le contrat de santé complémentaire (cette solution est actuellement interdite en France).

 

Les assureurs assurent que les données individuelles sont protégées car elles ne sont pas consultables directement par lui mais par un prestataire extérieur qui mouline les données personnelles pour donner à l’assureur un résultat sous forme de cotation agrégée.

 

Cette tendance que l’AFOC juge dangereuse va dans le sens de l’individualisme et minore les mécanismes de mutualisation ce qui peut être acceptable dans l’assurance voiture ne le serait sûrement pas pour la santé.

 

Ce type d’assurance devient plus fréquent dans l’assurance automobile avec des boitiers connectés qui enregistrent la façon de conduire (tranquille ou au contraire nerveuse), les dépassements de vitesse et qui pour les méritants prévoit des variations de cotisation de -50 % à +10 %. Les assureurs étudient l’opportunité de l’adopter pour le secteur de l’assurance habitation.

 

Pour l’AFOC, attention à ne pas rêver, en optant pour ce type d’assurance, de bénéficier de rabais car il s’agit de manoeuvres commerciales pour gagner des parts de marchés quitte temporairement à perdre de l’argent. Sur la durée il faudra beaucoup de perdants pour quelques gagnants et surtout une accélération des exclusions d’assurés avant même la survenance de sinistre, simplement au vu de la constatation de comportements jugés à risques.

 

 

Par contre dans le domaine de la couverture du risque maladie, l’AFOC est totalement opposée à une éventuelle ouverture de ce secteur, y compris pour les régimes complémentaires car nous tenons aux valeurs mutualistes qui permettent, grâce à la solidarité inter-générations, d’éviter des cotisations croissantes avec l’âge et surtout à terme avec des exclusions pures et simples d’assurés qui ne bénéficieraient plus que d’une protection sociale de base à minima et donc d’une santé à deux vitesses selon que l’on soit pauvre ou riche.

 

C’est donc pour l’AFOC un vrai choix de société et nous conseillons à tous de bien réfléchir aux conséquences à court terme avant de céder aux sirènes du marketing qui mettent en avant une pseudo modernité qui aura un prix fort pour beaucoup de consommateurs.

 

AFOC communication

Renoncer à sa vie privée pour une éventuelle ristourne sur sa cotisation d’assurance ?

Renoncer à sa vie privée pour une éventuelle ristourne sur sa cotisation d’assurance ?

Renoncer à sa vie privée pour une éventuelle ristourne sur sa cotisation d’assurance ?
Renoncer à sa vie privée pour une éventuelle ristourne sur sa cotisation d’assurance ?
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF système publication - (BM) - dans InFO Dia Conso AFOC - Consommation InFO Conso AFOC
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 11:15
Ces changements qui nous attendent au 1er janvier 2017


Ces changements qui nous attendent au 1er janvier 2017

 

La nouvelle année arrive avec son lot d’augmentations et de nouveautés pour les consommateurs.

 

Tour d’horizon.

 

Expédier une lettre prioritaire, à timbre rouge, coûtera 0,85 euro, contre 0,80 euro actuellement.
Les travaux d’isolation thermique deviennent obligatoires dans le cadre de certains travaux de rénovation de bâtiments.
La réalisation de travaux de rénovation importants (travaux de rénovation énergétique globale, ravalement, toiture...) doit s’accompagner de travaux d’isolation acoustique dans les zones particulièrement exposées au bruit.
La consultation chez un médecin généraliste devrait passer à 25 euros à partir du 1er mai 2017, contre 23 euros actuellement.


Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (amélioration de la performance énergétique des logements) et la possibilité de le cumuler avec l’éco-prêt à taux zéro en supprimant la condition de ressources seront prolongés.


Le barème du bonus-malus automobile sera modifié  - abaissement du seuil d’application du malus de 131 à 127 grammes d’émission de dioxyde de carbone par kilomètre avec un malus de 50 euros pour les modèles de véhicules émettant plus de 127 grammes de CO2/km porté jusqu’à 10 000 euros pour les véhicules émettant plus de 191 grammes de CO2/km, mise en place d’un bonus en faveur de certains deux-roues motorisés, reconduction de la prime globale de 10 000 euros en cas de mise à la casse d’un véhicule diesel de plus de dix ans, maintien du bonus en faveur des véhicules hybrides rechargeables.-

 
La contribution à l’audiovisuel public sera augmentée d’un euro.
La conduite sans permis et/ou sans assurance sera sanctionnée d’une simple amende forfaitaire.
Il ne sera plus possible de mettre sa voiture au nom de son enfant, notamment pour déjouer le système des radars automatiques et éviter ainsi le retrait de point(s) lors du paiement de la contravention.
Il sera possible de faire connaître son refus d’être donneur (don d’organes) sur le site du registre national (site en cours de construction : www.registrenationaldesrefus.fr).
Il sera possible de divorcer sans juge.
Seuls les paquets neutres de cigarettes seront désormais livrés aux buralistes.

 

Communiqué AFOC

Ces changements qui nous attendent au 1er janvier 2017
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF système publication - (BM) - dans AFOC - Consommation InFO Dia Conso InFO Conso AFOC
commenter cet article