Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 08:56
 Amphithéâtre du Sénat. Photographie de Jackintosh (Own work) [GFDL]

Amphithéâtre du Sénat. Photographie de Jackintosh (Own work) [GFDL]

Représentativité / Droit syndical / EMPLOI ET SALAIRES

 


Sénat : le droit syndical revu et corrigé

 


Le 26 juin prochain auront lieu les élections professionnelles au Sénat. Une grande première pour les organisations syndicales dont FO.

 

 

Le syndicat national FO des personnels du Sénat (le SyNaPeS-FO) a été créé en effet en décembre dernier. Un autre syndicat confédéré aussi.

 

 

Dans les ors du Palais du Luxembourg où travaillent 1 160 fonctionnaires et contractuels de droit public, ce rendez-vous électoral tranche avec l’atmosphère feutrée du lieu.

 

Ces première élections apparaissent comme une bouffée d’oxygène au sein d’une des maisons de la République où l’on dit certes le droit mais qui ne se distingue pas spécialement par le respect des droits syndicaux des personnels.

 

Ce premier pas vers une certaine normalité des pratiques masque hélas toujours des agissements d’un autre âge que combattent déjà les organisations syndicales nouvellement implantées.

Explications avec le jeune syndicat SyNaPeS-FO.

 

 

Doit-on sauter de joie ? Etre interloqué ?

 

 

Les premières élections professionnelles au Sénat auront lieu le 26 juin prochain indique Jean-Benoît Lagarde, le secrétaire général du jeune syndicat FO des personnels du Sénat (SyNaPeS-FO) créé en décembre 2016.

 

Dans cette vénérable assemblée, la chose est inédite pour les 1 160 fonctionnaires et contractuels de droit public.

 

 

Faut-il crier victoire ? Se réjouit de la reconnaissance —enfin— des droits syndicaux par la chambre haute ? Jean-Benoît Lagarde tempère de suite.

 

Ces élections constituent un faux-semblant, c’est un affichage de respect des droits.

 

 

Cela fait en effet huit ans que le syndicat des fonctionnaires du Sénat qui n’était en fait qu’un syndicat maison demandait la tenue d’élections.

 

L’existence même de ce seul syndicat en dit long sur ce qu’était jusqu’à aujourd’hui la pluralité syndicale au sein du Sénat.

 

 

Si ces élections constituent un premier pas présenté par l’administration du Sénat (le bureau de l’assemblée) comme une réforme des règles du dialogue social au Sénat, l’administration de la vénérable maison n’a pas voulu pour autant tout chambouler.

 

Pour le moins. Et cela renvoie au concept de séparation des pouvoirs (entre les pouvoirs exécutif et législatif), à l’indépendance des chambres (Assemblée nationale et Sénat) et donc à la singularité du Sénat.

 

 

Quand le Sénat réécrit le droit syndical

 

 

Selon l’article 8 de l’ordonnance de 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires les agents titulaires des services des assemblées parlementaires sont des fonctionnaires de l’État dont le statut et le régime de retraite sont déterminés par le bureau de l’assemblée intéressée.

 

Plus concrètement, le Sénat fait donc un peu ce qu’il veut quant à son fonctionnement interne. Le Sénat considère que ce texte lui permet de réécrire à son profit tout le droit syndical s’irrite le SyNaPeS-FO qui n’écarte pas la possibilité dans l’avenir de porter quelques questions devant la justice.

 

 

Le Sénat est en effet un spécialiste des entorses au droit syndical.

 

 

Rien qu’en comptant les principales atteintes, la liste est longue relève le syndicat FO.

 

De l’organisation seulement cette année d’élections professionnelles à ces élections ouvertes à toutes les associations catégorielles du Sénat en passant par l’existence d’une commission de concertation composée de 25 membres, l’interdiction faite aux responsables syndicaux de participer aux congrès de leur fédération ou confédération, un crédit de temps de décharge syndical réduit à 200 heures par mois pour chaque membre de la commission de concertation, pas de locaux, pas de téléphone, pas de moyen bureautique, une seule adresse mail…

 

 

Pourquoi pas l’amicale des boulistes !

 

 

Fonctionnaire du Sénat depuis quinze ans, Jean-Benoît Lagarde, le secrétaire général du SyNaPeS-FO s’indigne de ces règles prétendant permettre un dialogue social.

 

Ainsi dans le cadre des prochaines élections professionnelles permettant de siéger à la commission de concertation, le Sénat a décidé que cette commission serait ouverte à tous… Y compris aux amicales déclarées en associations lesquelles pourront présenter des listes communes.

 

S’il y avait une amicale des boulistes du Sénat, elle pourrait se présenter à l’élection et siéger à la commission !

 

 

Bilan de l’opération s’irrite le militant, pour ces élections on compte huit associations qui ont bâti une liste commune, trois organisations syndicales (FO, CGT et autonomes) et un syndicat des chauffeurs du Sénat.

 

Ces douze structures au total forment ce que le Sénat appelle les organisations professionnelles et syndicales, OPS.

 

 

Les huit associations qui ont fait liste communes comprennent l’association des administrateurs Cadres A (180 membres), l’association des administrateurs adjoints (de catégories A et B), celle des secrétaires administratifs (de catégories B et C), l’association des contractuels du Sénat, celle des informaticiens cadres (33 membres), l’association des cadres du compte-rendu intégral et analytique et enfin l’association des surveillants du jardin du Luxembourg (29 membres de catégorie C).

 

 

Pour l’administration du Sénat, l’intérêt de cette liste commune composée d’associations en quelque sorte corporatistes mêlant les trois catégories de la Fonction publique (cat A, B et C) permettra de diluer la force des syndicats, leur parole et de diminuer leurs moyens conteste Jean-Benoît Lagarde regrettant que le manque de culture syndicale des personnels du Sénat et leur crainte pour l’instant de froisser la hiérarchie.

 

Un exercice syndical compliqué

 

 

Ces huit associations ont créé l’Union des associations professionnelles du Sénat explique le militant. Et le Sénat fait comme si cette union qui se dit transversale était un syndicat. Il lui accorde tous les moyens pour préparer les élections.

 

 

Le jeune syndicat FO, fort déjà d’un nombre conséquent de membre, n’en continue pas moins son travail, tout en sachant que l’exercice syndical sera compliqué. Au sein de la commission de concertation comportant 25 sièges, chaque représentant qui siège ne disposera que de 200 heures par an (20 heures/mois sur dix mois) de décharge syndicale.

 

Pour les vingt-cinq sièges à se partager entre les douze OPS, cela représente 5 000 heures seulement alors que l’on devrait bénéficier de 8 500 heures.

 

 

La première action du syndicat FO du Sénat indique Jean-Benoît Lagarde a ainsi été de revendiquer l’application au Sénat d’un droit syndical calqué sur celui de la fonction publique de l’État ou sur celui en pratique depuis vingt ans à l’Assemblée nationale.

 

Pour l’instant, l’administration de la haute assemblée fait la sourde oreille et poursuit ses méthodes abusives. Le DRH a refusé que j’assiste au congrès de la fédération générale des fonctionnaires FO (FGF-FO) relève ainsi le secrétaire général du Syndicat FO du Sénat (syndicat rattaché à la fédération FO de l’administration générale de l’État/FAGE-FO).

 

 

Être représentatif pour peser

 

 

Alors souligne le SyNaPeS-FO que la situation de l’emploi est en train d’évoluer défavorablement au Sénat cela avec une diminution des primes (régime indemnitaire spécifique au Sénat) et leur suppression aux entrants, la perte de 60 postes depuis la réforme Larcher de 2008 ou encore la menace qui pèse sur 350 postes d’agents de catégorie C à travers la volonté, déjà constatée sur l’activité de ménage, d’externaliser certaines missions, le syndicat FO affiche plus que jamais ses revendications pour l’année en cours.

 

 

Le SyNaPeS-FO demande entre autres le respect des règles relatives aux contrats de droit public (soixante personnes au Sénat) notamment en ce qui concerne l’évolution des salaires, une mise en place du télétravail d’autant que 80% des postes y sont éligibles.

 

Le syndicat FO demande encore au Sénat de se pencher sur la pénibilité. Le Sénat compte des jardiniers ou encore des surveillants qui travaillent dehors ou de nuit. Or ces personnels ne bénéficient d’aucun aménagement de carrière en ce qui concerne la retraite ou les possibilités de reclassement malgré la pénibilité de leur travail.

 

 

Par sa représentativité qu’il espère des plus massives à l’issue des élections professionnelles du 26 juin, le syndicat FO entend amener l’administration du Sénat à entendre les personnels et leurs droits…. Y compris syndicaux.

 

 

Sourcing:    FO Hebdo / VALÉRIE FORGERONT

 

Voir en ligne :   SyNaPeS-FO adresse mail : synapes@senat.fr

Sénat : le droit syndical revu et corrigé
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Représentativité InFO Dia - élections pro
commenter cet article
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 10:35
Election pro, revue de presse et de détails
Les quotidiens cités dans l'article ci dessous
Les quotidiens cités dans l'article ci dessous
Les quotidiens cités dans l'article ci dessous
Les quotidiens cités dans l'article ci dessous

Les quotidiens cités dans l'article ci dessous

Election pro, revue de presse et de détails

Elections professionnelles : une salade de chiffres et l’addition, SVP

 

Election pro, revue de presse et de détails

 


Les résultats compilés des élections professionnelles 2013-2016 présentés officiellement le 31 mars n’ont guère passionné la grande presse mais il s’en est quand même trouvé quelques échos, fort chiffrés.

 

Extraits.

 

Le Monde 

 


Il était une fois la première fois : pour la première fois, la Confédération française démocratique du travail (CFDT) est devenue la première organisation syndicale (26,37%), devant la Confédération générale du travail (CGT, 25,12 %), selon la mesure de la représentativité syndicale rendue publique par le Haut Conseil du dialogue social.

 

Cette mesure agrège les résultats des élections professionnelles dans les entreprises d’au moins 11 salariés, entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2016.

Au total, sur 13 244 736 salariés inscrits, plus de 5,6 millions se sont exprimés – 195 518 de plus que lors de la précédente mesure –, soit une participation de 42,76 %.

Mais si l’on considère les seules entreprises ayant au moins 11 salariés, la participation a été de 62,63 %, un score bien supérieur à bien des élections politiques.

 

La CFDT est arrivée en tête avec 26,37 % (+0,37 par rapport à 2013), près de deux points devant la CGT (24,84 %, -1,92) suivie par FO 15,59 % (-0,35), la CFE-CGC 10,67 % (+1,24 point), la CFTC 9,49 % (+0,19), l’UNSA 5,35 % (+1,09) et Solidaires 3,46 % (-0,01).

Pas vraiment un bouleversement.

 

Les Échos 

 


Pourtant, il s’en trouve pour considérer qu’il s’agit non d’une élection mais d’une révolution : C’est une révolution dans le paysage syndical français. La CFDT devient le premier syndicat au niveau national dans le secteur privé, devant la CGT.

Cette dernière cède la première place au niveau national dans le secteur privé en raison d’un recul important de son propre score. Reste que c’est la seule centrale syndicale à avoir perdu de l’audience.

 

Alors même que le nombre de suffrages exprimés a progressé de près de 200 000, 50 000 voix de moins se sont portées sur elle. Son assise s’est donc effritée. Côté branches, où seuls les syndicats dont le score atteint au moins 8 % seront déclarés représentatifs, la CGT n’atteint pas ce seuil dans la seule branche de l’administration des établissements privés catholiques.

A l’inverse, elle fait plus de 37 % chez les ouvriers du bâtiment, son maximum, et au-delà de 35 % dans la propreté et dans la production agricole.

Quant à Force Ouvrière, elle ne passe pas la barre des 8 % dans seulement deux branches de plus de 50 000 salariés : les établissements privés catholiques, comme la CGT, et la nouvelle branche du sport.

C’est dans la restauration rapide qu’elle fait son meilleur score : près de 31 %.

Donc, du sport en perspective.

 

 

La Croix 

 


Si ce n’est une révolution, La CFDT qui double la CGT, c’est un séisme ?.

Réponse d’un professeur en sciences sociales à Paris 1, Jean-François Amadieu : Ce résultat n’est pas si surprenant, il ne change pas la pente qu’on observait depuis des années, avec une érosion de la CGT inscrite dans la durée.

Il aurait pu y avoir un sursaut au printemps dernier avec le mouvement contre la loi travail, et à la faveur des dernières élections dans les TPE où la CGT s’en est pas mal sortie. Mais finalement rien n’a inversé une tendance au déclin, même dans le public (où la CGT reste numéro un).

Ce déclin a été très marqué jusqu’au début des années 1990, s’est stabilisé jusqu’en 2005-2006, avant de reprendre.

 

 

Le Figaro 

 


Et de se raccrocher aux branches, du moins aux chiffres, car le monde syndical est constitué de nombreuses filières, et les résultats publiés le 31 mars sont les additions d’élections successives dans les nombreuses branches de métiers du privé (agriculture, industrie...).

 

Les dernières élections professionnelles de la fonction publique ont eu lieu en 2014 et rassemblaient elles aussi plusieurs secteurs : la fonction publique d’état, territorial et hospitalière.

 

La CGT avait raflé la première place, avec 23,% des suffrages contre 19,3% à la CFDT et 18,6% pour FO. 53% des 5 200 000 fonctionnaires s’étaient déplacés, donnant exactement 604.624 voix à la CGT contre 504 804 à la CFDT. La CGT avait fait ses meilleurs scores dans la fonction publique territoriale.

 

Si l’on additionne les chiffres officiels à ceux d’aujourd’hui 31 mars, le total des voix de la CGT tous secteurs confondus publics/privés est de 1 907 400, et reste donc bien le plus élevé, dépassant le score de la CFDT et ses 1 887 450 suffrages.

Une avance de moins de 20 000 voix donc, sur une population active de 28,6 millions de personnes....

 

Bref, si ce n’est pas une cuisine électorale, on a le droit à une belle salade de chiffres.

 

Sourcing   FO Hebdo / M. Pourcelot

Election pro, revue de presse et de détails
Election pro, revue de presse et de détails
Repost 0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 16:04
Jean-Claude Mailly commente les chiffres de la représentativité syndicale

Après la publication par le ministère des chiffres de la représentativité syndicale le 31 mars dernier, Jean-Claude Mailly commente les résultats de FO et les enjeux de développement pour la confédération.

Jean-Claude Mailly commente les chiffres de la représentativité syndicale
Repost 0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 12:54
Cette mesure de la représentativité, imposée par la loi du 20 août 2008, est établie pour une durée de quatre ans.

Cette mesure de la représentativité, imposée par la loi du 20 août 2008, est établie pour une durée de quatre ans.

InFOgraphie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

InFOgraphie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Représentativité : FO confirme sa troisième place

 


La mesure de la représentativité des organisations syndicales est établie pour une durée de quatre ans.

 


L’audience des organisations syndicales dans le secteur privé a été dévoilée le 31 mars. Au niveau interprofessionnel, le paysage reste quasiment identique. C’est au niveau des branches, avec l’entrée en vigueur de la règle des 8 % de représentativité, que la donne va changer.

 

Avec 15,59 % des voix, FO maintient sa troisième place dans le paysage syndical national interprofessionnel. C’est quasiment le même résultat que lors de la première mesure d’audience en 2013, où elle s’établissait à 16,01 %.

 

En revanche, Jean-Claude Mailly souligne une amélioration de près de 5 200 voix du nombre de suffrages exprimés en faveur de FO. Il y voit une reconnaissance et un encouragement pour le syndicalisme libre et indépendant.

 

Il s’agit encore de résultats provisoires. L’audience définitive sera publiée en juin, après la prise en compte d’éventuelles anomalies. En 2013, le score de FO, initialement établi à 15,92 %, avait progressé de 0,1 point après corrections.

 

Concernant les autres organisations, seul le duo de tête est modifié.

 

La CGT, qui perd deux points avec 24,85 % des voix, passe en seconde position. La CFDT enregistre un score quasi inchangé à 26,37 % mais prend la première place. La CFE-CGC, avec 10,67 % des voix, gagne 1,2 point et se démarque un peu plus de la CFTC (9,49 %), qui conserve la cinquième place.

Le taux de participation atteint 42,76 %, pour 5,24 millions de suffrages valablement exprimés.

 

Sept critères de représentativité

 

5 664 031
C’est le nombre de salariés qui se sont rendus aux urnes lors du cycle électoral 2013-2016.

 


Cette mesure de la représentativité, imposée par la loi du 20 août 2008, est établie pour une durée de quatre ans.

 

L’audience est calculée par l’agrégation des résultats des élections professionnelles au cours du dernier cycle électoral, du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2016, dans les entreprises d’au moins 11 salariés, dans les TPE et dans les chambres d’agriculture.

 

Pour être représentative, une organisation doit obtenir au moins 8 % des suffrages exprimés au niveau interprofessionnel, mais avoir aussi obtenu 8 % des voix à la fois dans les branches de l’industrie, de la construction, du commerce et des services.

 

 

Si la mesure de l’audience est essentielle dans la détermination de la représentativité, les organisations doivent également satisfaire à six autres critères : le respect des valeurs républicaines, l’indépendance, la transparence financière, une ancienneté d’au moins deux ans dans le champ professionnel et géographique, l’influence (activité et expérience) et les effectifs d’adhérents et de cotisations.

 

Le fait d’être représentative permet à une organisation de négocier des accords interprofessionnels. Et depuis la suppression des élections prud’homales en 2014, c’est aussi sur cette base que seront désignés les membres salariés des conseils de prud’hommes. 

 

 

Changement - Prud’hommes : le nombre de sièges fonction de l’audience.

 


Les conseillers prud’hommes ne sont désormais plus élus mais désignés par les organisations syndicales et patronales, sur la base de leur audience respective, et nommés par le gouvernement.

 

La durée du mandat est raccourcie de cinq à quatre ans pour se calquer sur la durée du cycle de représentativité. Le nombre de sièges sera attribué en fonction de la représentativité de chaque organisation syndicale au niveau départemental.

 

L’arrêté portant sur la répartition des sièges par section, collège et conseil de prud’hommes sera publié en avril. Les organisations auront ensuite du 2 mai au 31 juillet pour déposer les candidatures sur un portail, la désignation se faisant uniquement par voie dématérialisée.

 

 

Sourcing:    FO Hebdo / C. Josselin

Représentativité : FO confirme sa troisième place
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - élections pro SOCIETE Représentativité
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 09:49
FO pourra négocier dans plus de 75 % des branches
FO pourra négocier dans plus de 75 % des branches

FO pourra négocier dans plus de 75 % des branches

FO pourra négocier dans plus de 75 % des branches

 


Jusqu’à présent, les fédérations syndicales affiliées à une confédération représentative au niveau national interprofessionnel étaient présumées représentatives au niveau de la branche.

 

Elles pouvaient, de droit, prendre part aux négociations, quel que soit leur score lors des élections professionnelles. Désormais, pour pouvoir négocier dans une branche elles devront avoir recueilli au moins 8 % des suffrages.

 

 

Le calcul se fait par l’agrégation des résultats électoraux dans les entreprises de la branche au cours du dernier cycle électoral et du scrutin TPE dans cette même branche.

 

Pour être représentative, outre son score électoral, chaque organisation doit apporter la preuve qu’elle remplit les six autres critères établis par la loi du 20 août 2008, branche par branche.

 

À cela s’ajoute la nécessité de démontrer une implantation territoriale équilibrée. Les arrêtés de représentativité dans les branches seront publiés progressivement, par lots, entre juillet et octobre 2017.

 

 

D’après les premières estimations, FO sera représentative dans plus de 76 % des branches. À noter qu’aucune confédération ne sera en mesure de conserver la possibilité de négocier dans l’ensemble des branches professionnelles.

 

 

FO numéro un dans la restauration rapide

 

FO arrive en tête dans plusieurs branches.

 

Elle obtient ainsi 30,9 % des voix dans la restauration rapide, secteur qui compte 92 400 salariés.

En matière de transports, elle enregistre un score de 45,63 % dans les remontées mécaniques et de 44,6 % auprès des salariés des taxis parisiens.

 

Elle obtient aussi 28,44 % des suffrages des salariés des centres de lutte contre le cancer, un secteur qui emploie plus de 18 000 salariés. Dans la métallurgie, pour les non-cadres, FO est première dans cinq conventions territoriales.

 

FO arrive en seconde position dans les travaux publics, avec 26,66 % des suffrages des employés, techniciens et agents de maîtrise, dans un secteur qui compte plus de 128 000 salariés.

 

Cette mesure d’audience évoluera rapidement, dans le cadre de la restructuration des branches, un chantier engagé en 2014 et accéléré par la loi Travail.

 

Fin octobre 2016, le gouvernement a réaffirmé sa volonté de réduire le nombre de branches professionnelles de 700 à 200 d’ici à trois ans.

 

Dans les résultats publiés le 31 mars, seulement 458 branches sont comptabilisées. 

 

Sourcing, C. Josselin

FO pourra négocier dans plus de 75 % des branches

Social


La CGT, la CFDT, ou encore FO ne pourront plus siéger dans toutes les branches

 


 

Jusqu'à présent, les syndicats des cinq organisations syndicales représentatives au niveau national (CGT, la CFDT, FO, CFTC ou CFE-CGC) pouvaient siéger dans toutes les branches. Désormais, pour être représentatif dans une branche, un syndicat doit y avoir recueilli 8% des suffrages.

 


Les Syndicats,


La CGT, la CFDT, FO, CFE-CGC et la CFTC ne pourront plus participer, chacune, aux négociations de dizaines de conventions collectives, selon les chiffres de la direction générale du travail (DGT).

 


La CGT, la CFDT, FO, CFE-CGC et la CFTC ne pourront plus participer, chacune, aux négociations de dizaines de conventions collectives, selon les chiffres de la direction générale du travail (DGT).

 

La DGT vient de publier les mesures d'audience des syndicats nationaux dans les entreprises privées, qui ont montré que la CFDT est passée à la première place au niveau national, devant la CGT.

 

 

Au delà de ce classement national, valable pour les quatre prochaines années dans les négociations nationales interprofessionnelles, la DGT a également calculé les suffrages des syndicats dans les branches.

 

Jusqu'à présent, les syndicats des cinq organisations syndicales représentatives au niveau national (CGT, la CFDT, FO, CFTC ou CFE-CGC) pouvaient siéger dans toutes les branches.

 

 

Désormais, pour être représentatif dans une branche, un syndicat doit y avoir recueilli 8% des suffrages. Dans le détail, la CFDT négociera désormais dans 418 conventions collectives. Elle n'est plus représentative dans 40 autres, dont celle des assistants maternels particulier employeur, qui compte près de 290.000 salariés, selon les calculs de l'AFP.

 

 

La CGT n'est plus représentative dans 48 conventions

 

La CGT reste représentative dans 410 conventions et non représentative dans 48 autres, dont les établissements scolaires privés, comptant 115.000 salariés.

 

FO peut toujours négocier dans 349 conventions collectives, mais plus dans 109.

 

Chez les cadres, la CFE-CGC n'est plus représentative dans 156 conventions sur 458. Parmi les conventions couvrant plus de 100.000 salariés où ce syndicat n'a plus son mot à dire, il y a les assistants maternels, l'hospitalisation privée ou l'aide à l'accompagnement soins services à domicile.

 

 

C'est la CFTC qui enregistre la plus forte chute: elle ne peut plus participer à 255 conventions et n'est plus présente dans d'importantes conventions comme les hôtels-cafés-restaurants (400.000 salariés), le travail temporaire-intérim (200.000 salariés) ou la chimie-industrie (163.000 salariés).

 

 

"On peut supposer que certains syndicats vont vouloir recouper les branches pour des raisons qui ne sont pas liées aux proximités professionnelles", a estimé Luc Bérille, secrétaire général de l'Unsa, alors que la loi travail vise à resserrer le paysage conventionnel autour de 200 branches d'ici 2019, contre 700 auparavant.

 

 

Pour ce qui est de l'Unsa, qui reste un syndicat non représentatif, puisqu'il a recueilli 5,35% des voix, contre 4,29% en 2013, elle peut siéger dans 86 conventions collectives, où elle a obtenu plus de 8% des suffrages. Solidaires va pouvoir négocier 35 conventions collectives.

Sourcing:    Challenges - (Avec AFP)

FO pourra négocier dans plus de 75 % des branches
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Représentativité InFO Dia - élections pro SOCIETE
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 20:12
La CFDT détrône la CGT: "Pas une révolution" pour JCM
"C'est une stabilisation, je trouve cela encourageant d'autant qu'on a progressé en voix", a réagi JC. Mailly.

"C'est une stabilisation, je trouve cela encourageant d'autant qu'on a progressé en voix", a réagi JC. Mailly.

La CFDT détrône la CGT: "Pas une révolution" pour JCM
 

Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a estimé vendredi que la victoire de la CFDT aux élections dans le privé, devant la CGT, n'était "pas une révolution" et qu'elle ne "changeait pas le comportement" de FO, qui reste numéro trois.

 

"Ca n'est pas une révolution en tant que telle. Ca ne bouleverse pas le paysage syndical et ça ne change pas le comportement de FO", a déclaré JC. Mailly à l'AFP.

 


La CFDT est devenue vendredi la première organisation syndicale chez les salariés du privé, détrônant la CGT, tandis que FO, CFE-CGC et CFTC conservent leurs troisième, quatrième et cinquième places respectives.

 

Force ouvrière a obtenu 15,59% des voix, contre 15,94% lors de l'audience précédente en 2013.

"C'est une stabilisation, je trouve cela encourageant d'autant qu'on a progressé en voix", a réagi JC. Mailly.

 


"Notre troisième place est consolidée. FO a toujours prôné une liberté de comportement, qui est le réformisme militant", a-t-il expliqué, ajoutant: "un syndicat qui ne signe jamais, c'est pas normal, un syndicat qui signe tout, c'est pas normal non plus".

 


Les résultats des élections ne sont "pas liés à la loi travail, puisque c'est un cycle électoral de quatre ans", a-t-il également commenté.

 

 

Sourcing :    Le Figaro.fr avec AFP

Les résultats des élections ne sont "pas liés à la loi travail, puisque c'est un cycle électoral de quatre ans", a-t-il également commenté.

Les résultats des élections ne sont "pas liés à la loi travail, puisque c'est un cycle électoral de quatre ans", a-t-il également commenté.

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans ITW JCM InFO Dia - élections pro
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 13:28
Représentativité,  secteur privé, Force Ouvrière maintient sa représentativité
Représentativité,  secteur privé, Force Ouvrière maintient sa représentativité
Force Ouvrière rappelle aux pouvoirs publics que conformément aux décisions de l’OIT elle demande le rétablissement de la libre désignation du délégué syndical.

Force Ouvrière rappelle aux pouvoirs publics que conformément aux décisions de l’OIT elle demande le rétablissement de la libre désignation du délégué syndical.

Secteur privé, Force Ouvrière maintient sa représentativité


Les calculs de représentativité syndicale dans le secteur privé montrent une stabilisation des résultats de Force Ouvrière avec une amélioration du nombre total de suffrages exprimés.

 

Force Ouvrière reste ainsi nettement la 3ème Confédération dans le secteur privé, encore plus nettement au niveau général en intégrant les résultats de la Fonction Publique.

 

C’est une reconnaissance et un encouragement pour le syndicalisme libre et indépendant.

 

Par ailleurs Force Ouvrière rappelle aux pouvoirs publics que conformément aux décisions de l’OIT elle demande le rétablissement de la libre désignation du délégué syndical.

 

Elle appelle les salariés à rejoindre les valeurs sûres de la liberté et de l’indépendance syndicales en adhérant et en votant pour Force Ouvrière, qui plus est dans ces périodes de troubles sociaux, économiques et démocratiques.

 

Communication Cgt FO

Représentativité,  secteur privé, Force Ouvrière maintient sa représentativité
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - élections pro Représentativité InFO Dia - Social
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 15:13
Super Azur, Carrefour groupe, élections professionnelles

Dernière mise à jour, le 24 février 2017, 15H13

Super Azur, Carrefour groupe, élections professionnelles

Super Azur, 1er scrutin électoral dans cette nouvelle structure  du groupe Carrefour.

 

Elections professionnelles délégués du personnel & CE.

 

"Super Azur" s'inscrit dans un schéma de construction des nouvelles structures du groupe Carrefour qui tendent dans le multiformat de ses implantations, vers une gestion sous franchise de ses points de vente.

 

Le cas des magasins ex Dia étant réglé, Carrefour s'attaque au deuxième étage de sa fusée, le format des supers (Carrefour Market et Drive), en attendant le dernier étage, la mise sous franchise d'une large partie de son parc d'Hypers.

 

Super Azur a été spécialement crée par Carrefour suite au rachat de Dia en 2014. Cette coquille juridique a vocation a devoir abriter de façon temporaire des magasins de type "super" sous enseigne Carrefour market, plus particulièrement situés dans le sud de la France, et en région Rhône Alpes.

 

Il s'agit de magasins ayant au fil de l'eau vocation à être franchisé, soit par le biais de la location gérance, ou de la gérance.

 

Cette particularité n'offrant que très peu de stabilité professionnelle et sociale sur le moyen terme, ni aucune visibilité, ne serait-ce qu'à court terme sur le devenir des salariés devenus une simple variable dans les échanges et transferts qu'ils vont devoir subir, s'inquiètent de leur avenir  très incertain dans un contexte  difficile.

Le process électoral en sera bien évidemment impacté

 

Elections se déroulant dans un contexte compliqué, et socialement incertain

 

C'est dans ce contexte d'incertitudes sociales que vont se dérouler les premières élections dans les établissements concernés.

 

 Tout d'abord les salariés ne se connaissent pas entre eux, ne se rencontrent pas, les candidats ayant peu d'ancrage dans les magasins, et le vote aura lieu par voie électronique, ce qui n'est pas la meilleure des façons d'instaurer une proximité de terrain, ni de parfaire à un dialogue de qualité.

 

FO comme à son habitude y présentera des listes complètes dans les deux collèges en présence.

Le scrutin se tiendra du 2 au 9 mars 2017.

Listes des candidatures présentées par FO

Listes des candidatures présentées par FO

Super Azur, Carrefour groupe, élections professionnelles
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia IRP InFO Dia - élections pro
commenter cet article
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 23:08
Un faible impact sur la représentativité nationale

Un faible impact sur la représentativité nationale

TPE : dans un scrutin marqué par la défiance, FO conserve sa troisième place

 


Élection TPE : lancement officiel de la campagne par le gouvernement lors d’une conférence de presse au ministère du Travail le 4 octobre 2016. 

 


Les résultats des élections TPE ont été dévoilés le 3 février et se caractérisent par deux éléments marquants : une baisse du score des principales organisations et un très faible taux de participation.

 

 

Avec 13,01 % des voix, Force Ouvrière s’est maintenue en troisième position aux élections TPE.

C’est deux points de moins que lors du scrutin de 2012 (15,25 %).

 

 

Du reste, les autres principales organisations enregistrent une forte baisse.

 

La CGT demeure en tête avec 25,12 % des voix mais recule de 4,42 points. La CFDT arrive seconde avec 15,49 % des voix (- 3,77 points).

Solidaires est sixième avec 3,5 % des voix (- 1,25 point).

 

Le scrutin, dont c’était la deuxième édition, s’est déroulé du 30 décembre au 13 janvier, auprès des 4,5 millions de salariés des TPE (entreprises de moins de 11 salariés) et de particuliers employeurs.

 

 

Le grand nombre d’organisations syndicales nationales et régionales en lice – une trentaine au total – a favorisé l’éparpillement.

 

Cumulées, les pertes enregistrées par les principales organisations représentent 11 points. Elles ont en partie bénéficié à l’Unsa, qui arrive en quatrième position avec 12,49 % des voix (+ 5,14).

 

Le gain est plus modeste pour la CFTC, cinquième avec 7,44 % des voix (+ 0,91 point), et la CFE-CGC, qui ne se présentait que chez les cadres, avec 3,38 % (+ 1,06 point).

 

Les autres points ont été dispersés, notamment au profit d’organisations professionnelles, qui captent 10,07 % des voix.

 

Un faible impact sur la représentativité nationale

 

323 600
C’est le nombre de suffrages exprimés lors de l’élection TPE, représentant un taux de participation très faible.

 


Les principales organisations sont considérées à tort comme faisant partie des institutions, institutions qui n’ont guère le vent en poupe dans la période actuelle de déliquescence démocratique, a réagi le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, à l’annonce des résultats.

 

 

Le très faible taux de participation, avec seulement 323 600 suffrages exprimés, impose de relativiser ces résultats.

 

Certes, ils permettront aux syndicats de désigner les dix salariés qui siégeront dans les futures commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI).

 

Ces instances, qui doivent se mettre en place en juillet 2017, auront notamment un rôle d’information et de résolution des conflits auprès des salariés des TPE.

 

 

Les scores obtenus doivent aussi être agrégés aux résultats des autres élections du secteur privé (entreprises de plus de 10 salariés et chambres d’agriculture) depuis 2013, pour connaître le taux d’audience de chaque organisation syndicale au niveau national.

 

Il sera dévoilé le 31 mars. L’impact des élections TPE sera au final très faible. En 2013, le calcul de la représentativité avait été établi à partir du vote de 5,5 millions de salariés.

Les résultats de ces élections TPE n’y pèseront au final qu’à hauteur de 6%.

 

Résultats : Le podium de FO

 

FO arrive en deuxième position dans trois régions, derrière la CGT mais devant la CFDT. C’est dans les Hauts-de-France qu’elle enregistre son meilleur score, avec 16,04 % des 26 336 suffrages exprimés.

 

Viennent ensuite l’Occitanie, avec 15,45 % des 29 141 voix, et Paca, avec 14,64 % des 22 625 votes.


La participation est à relativiser en fonction de la population active. 

 


En métropole, la Corse est la région qui a le plus voté, avec un taux de 9,40 %, mais cela ne représente que 2 695 suffrages exprimés.

 

L’Île-de-France a le taux le plus faible, à 5,47 %, mais compte 51 959 bulletins valides, soit le nombre le plus élevé.

 

Sourcing:   FO Hebdo /  CLARISSE JOSSELIN

Campagne d’affichage pour le vote aux élections TPE, organisée par l’UD FO des Pyrénées-Orientales. 

Campagne d’affichage pour le vote aux élections TPE, organisée par l’UD FO des Pyrénées-Orientales. 


Un scrutin boudé par les salariés

 



Malgré les multiples enjeux, les élections TPE n’ont que très peu mobilisé les 4,5 millions de salariés appelés aux urnes.

Le taux de participation atteint 7,35 %, soit trois points de moins que lors du premier scrutin en 2012 (10,38 %).

 

 

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette désertion des urnes. D’abord le report d’un mois de la date des élections, décidé à la dernière minute par le ministre du Travail en raison du conflit juridique entre la CGT et le Syndicat des travailleurs corses.

 

Résultat, le scrutin s’est déroulé durant et juste après les fêtes, période peu propice à la mobilisation. À cela s’ajoute un problème de corps électoral.

 

Marie-Alice Medeuf-Andrieu, secrétaire confédérale chargée des conventions collectives, dénonce des erreurs dans le fichier des électeurs et s’étonne qu’il y ait eu plus de retours de courrier estampillés n’habite pas à l’adresse indiquée (8 %) que de votants.

 

 

Pas de travail de terrain en entreprise

 

D’autres causes sont plus structurelles.

 

Les électeurs ne se sont pas sentis concernés par le scrutin, mais comment aurait-il pu en être autrement ?

 

Ils étaient invités non pas à voter pour des candidats, mais sur sigle, pour l’organisation syndicale chargée de les représenter.

Or le Code du travail n’imposant aucune représentation collective du personnel dans les TPE, ces salariés n’ont aucun contact avec les syndicats. Ils ont tendance à ne les approcher qu’en cas de problème, dans une démarche consumériste, et malheureusement souvent trop tard.

 

Nous n’avions pas accès aux entreprises, or il faut faire du terrain pour que les gens comprennent les enjeux et aillent voter, déplore Marie-Alice Medeuf-Andrieu.

 

Les élections TPE sont organisées de manière à montrer que les salariés n’ont pas d’appétence pour les syndicats.

 

Ironie du sort, cette élection – voulue par la loi de 2008 sur la représentativité syndicale – avec son organisation chaotique, son absence de candidats en chair et en os, son taux de participation proche du ridicule ou la relative confidentialité dans laquelle elle s’est déroulée, constitue la meilleure preuve qu’il est absurde de prétendre que les syndicats doivent asseoir leur légitimité sur leur audience électorale. 

 

 

#TPE2016 - LA GRANDE ÉLECTION SYNDICALE - FO HEBDO /  CLARISSE JOSSELIN

La participation est à relativiser en fonction de la population active. 

La participation est à relativiser en fonction de la population active. 

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - élections pro Actu sociale
commenter cet article
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 17:14
#TPE2016 - LA GRANDE ÉLECTION SYNDICALE

#TPE2016 - LA GRANDE ÉLECTION SYNDICALE


Election dans les Très Petites Entreprises

 


FO tient en premier lieu à remercier les salarié(e)s des très petites entreprises et des emplois d’aide à domicile qui ont voté aux élections.

 

 

Malheureusement, de nombreuses difficultés dans l’organisation du vote ont conduit à une très faible participation (7% seulement). Un grand nombre de salarié(e)s n’ont pas reçu leur matériel de vote car ils n’avaient pas été inscrits sur les listes.

 

A cela est venu s’ajouter le changement de date pour le vote, intervenu au dernier moment et qui a conduit à une période débutant durant les fêtes de fin d’année.

Beaucoup ont aussi rencontré des difficultés pour le vote sur internet.

 

 

Dans un tel contexte les principales organisations syndicales ont perdu des voix. FO pour sa part a limité quelque peu cette perte et conserve sa troisième place à 13%.

 

Que toutes et tous les salariés qui, aujourd’hui, connaissent l’action de FO et particulièrement son site internet dédié aux TPE www.inFO-TPE.fr soient assurés que notre action ne s’arrête pas à cette élection.

 

Nous étions et nous demeurons mobilisés pour que tous les salariés des TPE et des emplois d’aide à domicile bénéficient pleinement de leurs droits, à commencer par celui de les connaître.

Election dans les Très Petites Entreprises
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - élections pro
commenter cet article