Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

.Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 15:19
http://www.fo-carrefour.org/

http://www.fo-carrefour.org/

Sans signature y a pas !

Sans signature y a pas !

Selon la déclaration de la délégation syndicale FO Carrefour SDNH, représenté par JY Chaussin DSC, concernant les résultats de la participation aux bénéfices, FO a été bien inspiré dans son anticipation de résultats, de revendiquer un surplus quant au montant  versé.

 

Déclaration

 

L'accord signé par FO a permis d'arrondir quelque peu Participation aux bénéfices : l'arrondi bien arrondit


Après vérifications des chiffres, il s'avère que le montant de la participation Carrefour ne s'élève pas à 3% de la rémunération brute annuelle mais à 2,7%.

 
Pour rappel, l'année dernière le ratio était de 2,97%.


Un arrondi qui cache une baisse de la participation et ce n'est pas les 1 000 salariés de plus qui sont la cause de cette baisse. 


Pour FO, qui se félicite de l'obtention par la voie contractuelle d'une amélioration substantielle, le supplément sauve notre participation c'est inéluctable, mais il ne permet pas son évolution.

 

(Sourcing) -  Courtesy,   FO Carrefour SDNH

Plus d'infos:    http://www.fo-carrefour.org/

http://www.fo-carrefour.org/

http://www.fo-carrefour.org/

Plus d'infos:    http://www.fo-carrefour.org/

Plus d'infos:    http://www.fo-carrefour.org/

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Négociations InFO Dia - Social
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 18:31
Le patronat n’a amendé qu’à la marge son projet d’accord présenté le 7 mars.

Le patronat n’a amendé qu’à la marge son projet d’accord présenté le 7 mars.

Il refuse toujours de surtaxer les contrats courts, revendication unanime des organisations syndicales.

Il refuse toujours de surtaxer les contrats courts, revendication unanime des organisations syndicales.

La négociation Unédic butte toujours sur la question des contrats courts

 


La seconde séance de négociation de la convention d’assurance chômage se tenait le 14 février au siège de l’Unédic.

 

Le patronat n’a amendé qu’à la marge son projet d’accord présenté le 7 mars.

Il refuse toujours de surtaxer les contrats courts, revendication unanime des organisations syndicales.

 

Les interlocuteurs sociaux ne sont pas parvenus à avancer dans la négociation de la convention d’assurance chômage, lors de la réunion du 14 mars.

 

La veille au soir, le patronat avait fait parvenir aux organisations syndicales son projet d’accord, seulement modifié à la marge.

 

Le Medef fait la stratégie des petits pas malgré un calendrier resserré, c’est une méthode de négociation archaïque, dénonce Michel Beaugas, secrétaire confédéral chargé de l’emploi et chef de file de la délégation FO.

 

 

L’ensemble des organisations syndicales s’étaient retrouvées le 13 mars au siège de la confédération FO pour tenter de trouver des positions communes sur certains points.

A l’unanimité, elles ont exigé du patronat un projet d’accord sérieux et bien étayé pour le 23 mars, date de l’avant-dernière séance de négociation en plénière, où les bases de discussion devront nécessairement être posées.

 

Elles attendent notamment des propositions acceptables sur les contrats courts. L’objectif est d’aboutir à un accord le 28 mars, avec le plus de signataires possible, pour en pas mettre en danger le paritarisme de gestion de l’assurance chômage, rappelle Michel Beaugas.

 

Modification du calcul de l’indemnisation

 

La question cruciale des contrats courts, qui avait fait échouer les négociations en juin dernier, constitue toujours le principal point de désaccord.

 

Les organisations syndicales demandent la mise en place d’un cadre national et interprofessionnel, et pas seulement des discussions au niveau des branches les plus utilisatrices, comme le souhaite le Medef.

 

Elles en font un préalable à des concessions sur d’autres points.

 

 

Sur l’indemnisation, le patronat souhaite modifier les règles de calcul, estimant que les personnes qui enchaînent contrats courts et périodes de chômage sont actuellement avantagées par rapport à ceux qui ont des contrats plus long. Sa proposition, trop dure envers les plus précaires, est unanimement rejetée par les syndicats.

 

 

FO a proposé une solution alternative, qui permettrait de générer 50 millions d’euros d’économies, en protégeant toujours les plus précaires et notamment les intérimaires. Mais elle irait nécessairement de pair avec une avancée sur les contrats courts.

 

 

FO propose de faire rentrer 500 millions d’euros dans les caisses

 

 

Autre point de désaccord, l’âge d’entrée dans la filière seniors, qui permet de bénéficier jusqu’à 36 mois d’indemnisation, contre 24 mois pour le régime général.

 

Le patronat s’obstine à repousser la limite d’âge de 50 à 59 ans, avec la mise en place de paliers à partir de 55 ans.

 

Une proposition inadmissible pour la délégation FO.

 

On pourrait éventuellement réfléchir à passer de 50 à 52 ans, mais seulement dans le cadre d’un accord équilibré et global, prévient Michel Beaugas. Et il faudrait dans ce cas prévoir des compensations en terme de formation.

 

 

Dans la matinée, l’Unédic avait présenté différents chiffrages aux négociateurs. La proposition de FO d’augmenter les cotisations et l’indemnisation jusqu’à huit fois le plafond de la Sécurité sociale permettrait ainsi d’obtenir 423 millions d’euros de recettes supplémentaires.

 

Au total, nos propositions amélioreraient la situation de 500 millions d’euros sur le milliard voulu par le Medef, sans trop toucher aux droits des demandeurs d’emploi, c’est pas mal, poursuit Michel Beaugas.

 

D’ailleurs ce milliard d’euros est à relativiser, en juin dernier, il demandait 800 millions d’euros d’économies.

 

Sourcing: FO Hebdo / CLARISSE JOSSELIN

D’ailleurs ce milliard d’euros est à relativiser, en juin dernier, il demandait 800 millions d’euros d’économies.

D’ailleurs ce milliard d’euros est à relativiser, en juin dernier, il demandait 800 millions d’euros d’économies.

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Négociations InFO Dia - Social SOCIETE Communication cgt FO
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 20:04
Et la cerise sur la cerise, on top of the cake c'est le supplément de Participation que FO a également demandé et obtenu pour un montant de 130 €.

Et la cerise sur la cerise, on top of the cake c'est le supplément de Participation que FO a également demandé et obtenu pour un montant de 130 €.

FO revendique, FO négocie, FO obtient !

 

 

Il faut  souligner à quel point choisir un syndicat fort et moteur est vraiment utile pour les intérêts de chaque salarié.


Imaginez, la Participation légale juste basée sur les résultats c'est 122 €... on pourrait dire c'est tout, c'est la loi.


Sauf que ça fait déjà un moment que FO a négocié et obtenu une part dérogatoire qui représente cette année 358 € soit un montant près de trois fois supérieur à rajouter à la part légale!


Et la cerise sur la cerise, on top of the cake c'est le supplément de Participation que FO a également demandé et obtenu pour un montant de 130 €.

 


Bref la Participation c'est un cinquième de part légale, et quatre cinquièmes de part FO  !!!


Alors d'autres pourront vous dire que cette Participation est nulle et que c'est la faute de FO.

 


Sauf que sans signature c'est 122 € et avec signature c'est 610 €, une légère différence de 488 € tirés de la seule signature de FO.

 


FO un syndicat responsable, digne de ce nom, qui se bat au service des salariés, et signe les accords quand c'est bon !

Donc pour ceux qui sont contre cette signature, ils peuvent toujours rendre ces 488 € au syndicat majoritaire de Carrefour, le syndicat FO, qui se bat pour obtenir toujours mieux.

Sauf que sans signature c'est 122 € et avec signature c'est 610 €, une légère différence de 488 € tirés de la seule signature de FO.

Sauf que sans signature c'est 122 € et avec signature c'est 610 €, une légère différence de 488 € tirés de la seule signature de FO.

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Négociations InFO Dia - Social
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 18:46
Produits Alimentaires Élaborés, un vrai recul social
Une fois de plus, les grands oubliés de la négociation sont les ouvriers.

Une fois de plus, les grands oubliés de la négociation sont les ouvriers.

Produits Alimentaires Élaborés, un vrai recul social

 


Dans la Branche des entreprises de Produits alimentaires élaborés (conserves, frais, surgelés) qui regroupe 250 entreprises pour 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le dialogue social n’avance plus.

 

Après un échec des négociations l’année passée, l’austérité salariale continue en 2017.

 

Ainsi, un projet de création d’un nouveau minima annuel pour les cadres a été proposé. Ce minima comprendra non seulement le salaire mais aussi tous les éléments variables, encadrant et réduisant ainsi de facto le pouvoir d’achat des cadres.

 

Pour la FGTA-FO, ce n’est pas acceptable et c’est mettre le doigt dans l’engrenage du moins-disant social.

 

Après les cadres, ce sera au tour des maîtrises l’année prochaine ?

 

Par ailleurs, une augmentation d’1,56% sur les premiers niveaux a été proposée. Si ce chiffre peut paraître flatteur, il ne faut pas oublier qu’aucun accord n’a été trouvé l’année dernière… On reste donc dans une évolution inférieure à celle de l’inflation, ce qui est synonyme de perte de pouvoir d’achat pour les salariés.

 

Les niveaux suivants font l’objet d’augmentations différenciées encore plus faibles. Cette politique salariale a pour effet d’écraser complètement la grille de salaires.

 

Une fois de plus, les grands oubliés de la négociation sont les ouvriers.

 

La FGTA-FO ne peut donc en aucun cas signer un tel accord.

Après un échec des négociations l’année passée, l’austérité salariale continue en 2017.

Après un échec des négociations l’année passée, l’austérité salariale continue en 2017.

Après les cadres, ce sera au tour des maîtrises l’année prochaine ?
Après les cadres, ce sera au tour des maîtrises l’année prochaine ?
Après les cadres, ce sera au tour des maîtrises l’année prochaine ?

Après les cadres, ce sera au tour des maîtrises l’année prochaine ?

La FGTA-FO ne peut donc en aucun cas signer un tel accord.

La FGTA-FO ne peut donc en aucun cas signer un tel accord.

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 09:42
Renégociation Unédic : nouvelles propositions à sens unique du Medef

Renégociation Unédic : nouvelles propositions à sens unique du Medef

 


Les négociations sur l’Assurance chômage reprennent le 7 mars. Dans sa proposition d’accord transmise en amont aux syndicats, le Medef persiste à faire porter toutes les économies sur le dos des demandeurs d’emploi, une position inadmissible pour FO.

 

Neuf mois après l’échec des négociations pour fixer de nouvelles règles sur l’Assurance chômage, les interlocuteurs sociaux retournent autour de la table le 7 mars.

 

Les discussions, qui se tiendront au siège du Medef, s’annoncent difficiles, d’autant que le calendrier est très resserré.

 

Comme convenu, le Medef a produit le 28 février un nouveau texte qui doit servir de base aux discussions. Il a repris, en l’enrichissant, le protocole d’accord tel qu’il était en juin 2016, juste avant le clash. Tous les efforts financiers reposent sur les demandeurs d’emploi, et surtout les plus précaires, et il n’y a aucune recette supplémentaire, c’est inadmissible en l’état, dénonce Michel Beaugas, secrétaire confédéral chargé de l’emploi et chef de file de la délégation FO.

 

Contrats courts : les employeurs incités à s’auto-réguler

 

Le patronat accepte enfin d’aborder, mais seulement du bout des lèvres, la question cruciale des contrats courts, qui avait fait échouer les négociations en juin dernier. L’ensemble des organisations syndicales exigent une surtaxation des contrats de moins d’un mois, qui plombent les comptes de l’Unédic.

FO revendique spécifiquement un système de bonus-malus.

 

Pour sa part, le Medef propose un système non contraignant et sans objectifs chiffrés. En cas d’abus, les branches concernées seront incitées à ouvrir des négociations et à mettre en place des incitations pertinentes d’ordre économique ou juridique. Et encore, seulement lorsque cela est possible.

 

Pourquoi les employeurs iraient-ils s’auto-réguler alors qu’ils ne le font pas aujourd’hui ? pointe Michel Beaugas.

 

 

Autre ligne rouge pour FO, la question des seniors, qui peuvent bénéficier jusqu’à 36 mois d’indemnisation, contre 24 mois pour le régime général. Le Medef souhaite repousser l’âge d’entrée dans la filière à 59 ans, contre 50 ans actuellement.

Pour FO, c’est hors de question.

 

Le rôle des entreprises « oublié »

 

 

Le patronat persiste aussi à modifier les règles de calcul du cumul allocations-salaire pour les demandeurs d’emploi qui alternent contrats courts et périodes de chômage, souvent des jeunes. Il estime que le système actuel peut encourager les personnes à travailler moins pour gagner davantage.

Comme en juin dernier, le Medef suppose que ceux qui cumulent allocations et salaire sont tous des resquilleurs, dénonce Michel Beaugas. C’est inadmissible, non seulement ce n’est pas vrai, mais on oublie le rôle des entreprises dans cette affaire.

 

Le Medef s’en prend aussi à l’État, à qui il demande de réviser la contribution de l’Unédic au budget de Pôle emploi.

Actuellement, l’assurance chômage finance près des deux tiers du service public de l’emploi en lui versant 10 % de ses ressources, soit plus de 3 milliards d’euros. Il suggère que dorénavant, ce montant ne puisse être supérieur à la dotation versée par l’État.

 

Quatre séances jusqu’au 28 mars

 

Nous ne sommes pas opposés à une révision, mais encore une fois, ce sont les demandeurs d’emploi qui vont en pâtir, et il n’est en pas question, réagit Michel Beaugas.

 

C’est le Medef qui avait choisi de faire passer ce taux à 10 %, il doit assumer. En revanche, ce serait un juste retour des choses que les salariés de Pôle emploi cotisent à l’Unédic, à condition que cela se fasse sans baisse de salaire.

 

Comme en juin dernier, FO proposera aussi de rehausser le plafonnement des cotisations et des allocations, afin d’augmenter les recettes de l’Unédic.

 

Les discussions s’annoncent difficiles, d’autant qu’elles seront express, avec seulement quatre séances, programmées jusqu’au 28 mars. Les interlocuteurs sociaux se sont fixé comme objectif d’aboutir à un accord avant l’élection présidentielle, pour préserver le paritarisme, remis notamment en cause par le candidat Emmanuel Macron.

 

Il faut sauvegarder le paritarisme, mais FO ne signera pas à n’importe quel prix prévient Michel Beaugas.

 

Sourcing:   FO Hebdo / CLARISSE JOSSELIN

Renégociation Unédic : nouvelles propositions à sens unique du Medef
Renégociation Unédic : nouvelles propositions à sens unique du Medef
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social Négociations
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 14:56
Après une large consultation auprès des équipes, il s'est avéré que  FO ne pourrait s'engager de façon positive sur ce projet d'accord du volet salarial.

Après une large consultation auprès des équipes, il s'est avéré que  FO ne pourrait s'engager de façon positive sur ce projet d'accord du volet salarial.

La direction n'est pas revenue sur ses dernières propositions de revalorisation salariale de 0,2%, jugées inacceptables par la délégation FO, trop éloignées des attentes des salariés.

La direction n'est pas revenue sur ses dernières propositions de revalorisation salariale de 0,2%, jugées inacceptables par la délégation FO, trop éloignées des attentes des salariés.

CPF NAO 2017, clap de fin

 

Dans un récent article - http://foed.over-blog.com/2017/02/cpf-nao-2017-fin-de-chantier.html - le Blog faisait état de l'issue des NAO 2017 de CPF, entité du groupe Carrefour.

 

A l'aune des propositions faites par la direction, il était apparu que les salariés de CPF n'étaient pas traités de la même façon que les autres salariés du groupe Carrefour*, et subissaient de fait un moins disant social -salarial.

 

La direction n'est pas revenue sur ses dernières propositions de revalorisation salariale de 0,2%, jugées inacceptables par la délégation FO, trop éloignées des attentes des salariés.

 

Après une large consultation auprès des équipes, il s'est avéré que  FO ne pourrait s'engager de façon positive sur ce projet d'accord du volet salarial.

 

La faute en revient entièrement à la direction de CPF devant son refus catégorique d'améliorer son offre, jugée indigne par les salariés.

 

Il résulte de cette décision que pour l'année 2017 FO ne sera signataire que du volet social, lequel reprend nombre de revendications portées et soutenues par notre organisation.

 

En ce qui concerne le salaire, selon les dispositions légales, la direction appliquera de façon unilatérale un barème de son choix.  A cet effet, un protocole de désaccord sera entériné.

 

Vous trouverez en PJ une copie de la campagne tractelle que nous ferons parvenir sur l'ensemble des sites à compter de ce jeudi, et qui sera également distribuée en magasins par les délégués FO.

 

Je vous en souhaite bonne reception

Amic@lement

C. Boulay

DSC FO CPF

La Bataille continue !

 

*PS:  

Il est désolant de considérer que Carrefour Hyper mette  +0,5% sur les salaires, et Carrefour Proxi avec +0,2% supposait obtenir une signature de notre part. Avec cette proposition Carrefour a manqué de respect pour les salariés de la Proxi, lesquels subissent une humiliation. 

Pour FO les salariés de Carrefour Proxi ne sont pas du sous prolétariat, et demandent la même considération que les autres salariés du groupe 

 

Téléchargez le tract FO CPF concernant l'issue des NAO 2017

Il résulte de cette décision que pour l'année 2017 FO ne sera signataire que du volet social, lequel reprend nombre de revendications portées et soutenues par notre organisation.

Il résulte de cette décision que pour l'année 2017 FO ne sera signataire que du volet social, lequel reprend nombre de revendications portées et soutenues par notre organisation.

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Négociations InFO Dia - Social
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 10:48
CPF, NAO 2017, fin de chantier, le billet de FO
CPF, NAO 2017, fin de chantier, le billet de FO

CPF NAO 2017

Voir article precédent (comprenant les revendications de FO)

http://foed.over-blog.com/2017/02/carrefour-proxi-france-ouverture-des-nao-2017-fo-a-la-manoeuvre-en-avant-les-revendications.html?

 

La négo

 

Sous l'impulsion de FO la direction a consenti d'ouvrir les négociations sur deux volets distincts, un volet social et un sur la négociation salariale, ce qui donnera deux projets d'accord distincts, ce que la direction n'avait pas voulu à l'origine, bien que ce dispositif soit en vigueur dans les BU* du groupe.

 

Pour FO, qui sera vigilant sur cet aspect social, les salariés de CPF ne doivent pas être sous côtés par rapport aux autres salariés du groupe. 

Nous ne pouvons négocier à minima des autres entités du groupe, nous disent les membres de la délégation à la sortie de la dernière réunion.

 

Aux termes de trois réunions, la direction est restée sourde quant aux revendications salariales plus que légitimes; Les délégations syndicales ressortent assez frustrées devant le manque de considération et d'ambition affichée.

 

La colère était plus que palpable au sortir de la négo devant les propositions  jugées indignes de la direction.

 

I - Le volet salarial

 

Augmentation  de salaire, proposition de 0,2%.

 

Les délégués FO ont mis en avant le manque de reconnaissance de la direction devant les efforts plus que conséquents consentis par les salariés, d'une part au travers des très larges restructurations engagées depuis la reprise de Dia France par Carrefour, et d'une autre part du fait que la politique salariale du groupe ne bénéficie pas aux salariés de CPF qui ressentent un sentiment de moins disant social de la part de la direction Carrefour.

 

Pour FO ceci est  symptomatique d'une attitude confinant au mépris des salariés, lesquels ont vécu de profondes modérations salariales depuis 2011, avant d'être repris par Carrefour en 2014, sans pour autant enregistrer d'améliorations salariales depuis le transfert. 

 

Il est patent que les ex salariés Ed subissent de façon frontale un moins disant social et salarial depuis leur transfert purement boursier dans le groupe Dia International en 2011, et leur reprise par Carrefour en 2014, que la nature des très faibles propositions de la direction ne permettra pas d'améliorer.

 

Cette proposition  de +0,2%, jugée  comme particulièrement humiliante, ne permettant pas de vivre dignement,  aura les plus grandes difficultés de pouvoir être reçue de façon favorable au révélateur des consultations internes.

 

 

II - Le volet social

 

Concernant le volet social, un certain nombre de revendications FO ont été prises en compte;

Certains des éléments négociés dans ce cadre permettent d'améliorer le pouvoir d'achat et de faciliter la vie des salariés, tout en bonifiant certaines dispositions déjà existantes, voire dans la création de nouveaux droits pouvant y être associés

 

 

A savoir,

 

  • Prolongation du dispositif exceptionnel de paiement des heures supplémentaires des agents de maîtrise 

  • Revalorisation de façon substantielle de la prime de vacances, de +5%, toujours basée sur les critères d'ancienneté

  • Nettes améliorations des fonds d'aide aux salariés, fonds d'aide social, et fonds de solidarité

  • Reconnaissance du handicap: Revalorisation et poursuite des démarches envers les salariés frappés d'un Handicap

  • Rémunération des absences aux motifs de solidarité: don du sang, plasma, plaquette sanguine, moelle osseuse....

  • Instauration d'un CESU pour tous, et amélioration du CESU pour les salariés reconnus RQTH

  • Création de la commission Hygiène Sécurité ( cette demande de FO vient en remplacement du CHCT N existant chez Erteco, dont CPF était démuni. Ses moyens et champs de compétences sont améliorés)

  • Un volet Prévention des accidents de la route est instauré pour les salariés itinérants, ceci concerne de nombreux salariés de l'encadrement, dont FO est le représentant et le porte parole

  • Plusieurs mesures en faveur de 'emploi, de l'intégration et del a formation ont été actées et figurent dans le projet d'accord, avec un point beaucoup plus complet et dynamique que chez Erteco pour la formation "Evolupro", avec également la constitution d'un Fonds de maintien dans l’emploi des travailleurs en situation de handicap

  • Réduction des éventuels écarts de salaires entre les femmes et les hommes

  • Création de deux primes de tutorat, une pour l'alternance et une autre pour l'accompagnement des CQP

  • Engagement de l'entreprise, à compter de la paye de juillet 2017, à participer financièrement à l’abonnement mobile des salariés en CDI, à hauteur de 3 € par mois (dans la limite des frais engagés). 

  • 2017:   Ouverture de négociations sur l'harmonisation du temps de travail, des classifications

 

 

Synthèse des propositions 

 

Note

 

Pour la délégation FO, le montant de la  revalorisation salariale n'est pas acceptable et considère qu'il représente un profond mépris envers les salariés.

Nombre des points contenus dans le volet social proviennent des revendications exprimées et portées par FO


 Le pouvoir d’achat et le niveau de vie améliorés


1. Revalorisation des salaires
2. Rachat du repos compensateurs des agents de maîtrise 3. Prime variable magasin
4. Prime de vacances
5. Carte PASS
6. Participation à l’abonnement téléphonique


 L’équilibre des temps de vie favorisé

1. CESU pour tous
2. Ouverture de négociations sur le temps de travail


 La solidarité et la santé/sécurité au travail réaffirmées

1. Fonds de solidarité revalorisé
2. Fonds social revalorisé
3. Commission nationale hygiène et sécurité
4. Stages de prévention des risques routiers
5. Absences pour don de plaquette/plasma/moelle osseuse


 L’emploi et l’employabilité renforcés


1. Primes de tutorat et de CQP
2. Semaine de « découverte » et opération vis ma vie
3. Fonds de maintien dans l’emploi Handicap revalorisé
4. CESU « Handicap »
5. Prime de RQTH et absence autorisée
6. Ouverture de négociations les classifications
7. Evolupro
8. Réduction des éventuels écarts de salaires entre les femmes et les hommes
 
 

Note:

 

 

Le projet d'accord est soumis à la signature des parties jusqu'au 16 février.

En cas d'absence de signature, et conformément aux dispositions légales en la matière, la direction et les OS devront signer un protocole de désaccord, laissant libre arbitre à l'entreprise d'édulcorer son offre, en la rabaissant.

 

Le manque de réalisme de la direction dans la construction du volet salarial ne reflète en rien la politique des salaires dans les autres BU du groupe Carrefour, et laisse en retrait les salariés de CPF, qui ont déjà largement subi de part les politiques sociales et salariales de Dia France, puis d'Erteco un moins disant social et salarial depuis 2011;

Pourtant les Femmes et les Hommes de CPF ont largement contribué à l'essor de l'entreprise, et participé au programme de reprise des magasins, et à leur développement, permettant ainsi la mise en oeuvre du programme de mise sous franchise ou de revente d'un très grand nombre de sites.

 

Fo s'interroge quant à la partie salariale laissée pour compte par la direction dans les négociations des NAO.

Il faut savoir que CPF est une entité commerciale gérant un réseau de magasins ayant vocation à être transférés sous un format de gestion franchisé, que ce soit en gérance, ou location gérance.

Carrefour en balayant d'un revers de main les augmentations de salaire livrent ainsi des salariés démunis à des employeurs plus regardant sur les résultats du "business plan" que sur les conditions salariales de leurs employés.

 

Au plus leur rémunération sera faible, au mieux leur taux d'employabilité sera élevé, et plus attractive sera la proposition de gestion du magasin pour le repreneur.

 

Le refus d'améliorer la grille des salaires des salariés de CPF doit se trouver dans cette logique de maintenir le plus bas possible la rémunération des salariés, facilitant ainsi les transferts vers le format de la gestion sous franchise, dont on connait trop bien tous les maux sociaux endurés.

 

Quant au volet social, les LG ne l'appliquent pas, ou peu, certains éléments ne leur étant pas opposables, contrairement à la rémunération.

 

FO prend acte et déplore le refus de la direction d'ouvrir la discussion d'inclure un volet social dans les contrats franchises.

Cette disposition, tout à fait légale est en vigueur dans d'autres univers ou sphères commerciales ayant comme modèle un format de gestion sous franchise, ou location gérance, ce qui tend à protéger les salariés transférés et les garantir dans la prise en compte du maintien de leurs droits.

 

Sur-Vitaminé au  CICE, aux  baisses de cotisations, sous l'effet de la Loi Fillon (déjà) sur les bas salaires, profitant des effets du pacte de responsabilité, Carrefour tout comme les autres groupes du CAC 40 , et des enseignes de la grande distribution engrange de la trésorerie, spécule, et pratique le gavage d'actionnaires,  la série est sans fin.

 

 

Pour rappel, vous trouverez ci dessous en PJ le cahier de revendications présenté, défendu et soutenu par FO.

 

* Business Unit

Présentation:  Cahier des revendications FO pour les NAO 2017 chez CPF

Présentation: Cahier des revendications FO pour les NAO 2017 chez CPF

Cahier des revendications FO pour les NAO 2017

CPF, NAO 2017, fin de chantier, le billet de FO
CPF, NAO 2017, fin de chantier, le billet de FO
CPF, NAO 2017, fin de chantier, le billet de FO
CPF, NAO 2017, fin de chantier, le billet de FO
CPF, NAO 2017, fin de chantier, le billet de FO
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Négociations InFO Dia - Social Actu sociale
commenter cet article
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 10:14
Négociation Annuelle Obligatoire 2017

Négociation Annuelle Obligatoire 2017

Ouverture des NAO, cahier de revendications

Ouverture des NAO, cahier de revendications

Carrefour proxi France, Négociation Annuelle Obligatoire 2017

 

Vous trouverez ci dessous une copie du cahier des revendications présenté et soutenu par le syndicat FO de CPF.

 

Il porte entre autres sur le volet social et salarial

L'organisation du travail

La couverture sociale

L'amélioration des dispositions du temps partiel choisi

 

 

Dans le cadre de ces négociations, il faut prendre en compte que les salariés de la structure Carrefour Proxi France sont issus de la fusion/absorption d'Erteco France, suite au rachat de Dia par Carrefour;

 

 

 

A cet effet il faut  re-construire entièrement le socle social et le contrat collectif qui relient les salariés entre eux dans cette nouvelle entité du groupe Carrefour, avec la difficulté que cette BU* est particulièrement dédiée au format du commerce de proximité avec la gérance et la location gérance comme méthode de gestion;

 

 

 

Notre Blog a largement fait écho des désastres sociaux de cette modalité de gestion. (Cf. Gastt, Segael, A2pas, C. City, Bio et autres......)

 

 

Le syndicat FO CPF, fort de sa représentativité de syndicat majoritaire dans le groupe,  est entièrement engagé dans cette démarche revendicative de construction sociale.

 

 

 

Cyril Boulay

DSC FO CPF

 

*Business Unit

 

Telecharger le cahier de revendications présenté et soutenu par FO

Carrefour proxi France, ouverture des NAO 2017, FO à la manoeuvre, en avant les revendications
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Négociations InFO Dia - Social
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 11:17
Revaloriser les actes de base et plafonner les prothèses

Revaloriser les actes de base et plafonner les prothèses

Dentistes : Les négociations sur les tarifs n’ont pas abouti

 

 

En l’absence d’accord entre l’assurance maladie et les chirurgiens dentistes, le gouvernement va prendre la main pour imposer un règlement arbitral.

 

L’assurance maladie et les chirurgiens-dentistes n’auront pas réussi à trouver un accord sur les tarifs des praticiens, à l’issue d’une négociation qui aura duré environ quatre mois.

Les trois syndicats de dentistes (FSDL, CNSD et Union dentaire) ont refusé les propositions de l’Assurance maladie.

 

 

Revaloriser les actes de base et plafonner les prothèses

 

 

Au cœur du projet figurait la revalorisation des soins de prévention et de conservation, comme le traitement des caries, en contrepartie d’un plafonnement du prix des soins liés aux prothèses.

 

Nous sommes favorables à l’orientation qui consiste à revaloriser les soins conservateurs et à baisser les tarifs des actes en lien avec les prothèses, car cela ne peut qu’améliorer l’accès aux soins dentaires, indique Jocelyne Marmande, secrétaire confédérale FO.

 

FO aurait souhaité une vision globale

 

Nous aurions cependant souhaité que l’assurance maladie présente, en amont de l’ensemble des négociations avec les professions de santé, le budget qui y serait consacré, afin d’avoir une vision globale.

Avant les dentistes, il y a eu les médecins, et des discussions vont voir lieu avec les pharmaciens d’officine et avec les radiologues, ajoute-elle.

 

La semaine dernière, lors de la négociation avec les dentistes, l’assurance maladie avait mis sur la table une enveloppe complémentaire, portant à 806 millions d’euros son effort financier. Une ultime proposition qui n’aura pas suffi à convaincre les organisations de dentistes.

 

 

Les dentistes mécontents

 

 

Plusieurs milliers de dentistes et d’étudiants en dentaire se sont rassemblés le 27 janvier devant le siège de la Caisse nationale d’assurance maladie à Paris. Et leurs syndicats ont promis la poursuite des actions.

 

Car le refus d’un accord sur les tarifs avec l’assurance maladie va entraîner la mise en œuvre d’un règlement arbitral par le gouvernement.

Celui-ci s’annonce à priori moins favorable pour les professionnels que le projet de texte qui devait être annexé à la convention régissant les relations tarifaires des 37 000 chirurgiens-dentistes libéraux avec la Sécu et les complémentaires santé.

 

Sourcing:  FO Hebdo / FRANÇOISE LAMBERT

FO aurait souhaité une vision globale

FO aurait souhaité une vision globale

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social InFO Dia - revue de presse Négociations
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 23:05
Véronique Delaitre – Permanente fédérale

Véronique Delaitre – Permanente fédérale

La FGTA-FO signe l’accord cadre santé au travail


véronique signature accordAprès 4 années de négociations, l’accord cadre santé au travail que la FGTA-FO souhaitait signer en juin dernier a enfin été signé hier 24 novembre 2016.

Les partenaires sociaux ont conclu cet accord portant sur la branche professionnelle des salariés du particulier employeur en y intégrant la branche des assistants(es) maternels(les).

Pour les salariés de ces branches, la loi a ouvert la possibilité de prévoir, par accord collectif de branche étendu, des dérogations aux règles relatives à l’organisation et au choix du service de santé au travail ainsi qu’aux modalités de surveillance de l’état de santé des travailleurs.

Sa mise en œuvre sera assurée par un accord d’application pour chacune des branches.

La FGTA-FO se félicite non seulement de la signature de cet accord mais aussi d’avoir pu y associer la branche des assistants(es) maternels(les) qui ne faisant pas partie du code du travail n’était donc pas impactée par la loi ce pourquoi j’ai bien précisé hier aux représentants de la DGT qu’il fallait étendre cet accord aux deux branches professionnelles.

Véronique Delaitre – Permanente fédérale

La FGTA-FO signe l’accord cadre santé au travail
La FGTA-FO signe l’accord cadre santé au travail
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF système publication - (BM) - dans InFO Dia - Social FGTA Communication Négociations
commenter cet article