Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 13:46
L’Allemagne se fait 1,34 milliard d’euros sur le dos des Grecs
L’Allemagne se fait 1,34 milliard d’euros sur le dos des Grecs

EUROPE / LE CHIFFRE DE LA SEMAINE :  1,34 milliard

L’Allemagne se fait 1,34 milliard d’euros sur le dos des Grecs

 

L’Allemagne a réalisé un profit de 1,34 milliard d’euros en prêtant à la Grèce depuis 2009, selon les propres chiffres du ministère allemand des Finances ,révélés le 11 juillet dernier par le journal allemand

Süddeutsche Zeitung.

Ces bénéfices proviennent de prêts sous diverses formes.

Certains sont bilatéraux, d’autres ont été accordés dans le cadre des fonds européens de stabilité ou via la Banque centrale européenne (BCE).

 

C’est de cette dernière que proviennent les opérations les plus lucratives : la Bundesbank, la banque centrale allemande, a pu engranger, depuis 2015, un bénéfice de 952 millions d’euros.

Comme quoi l’austérité, ça paye.

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE ET BANQUE CENTRALE ALLEMANDE

 

L’Allemagne se fait 1,34 milliard d’euros sur le dos des Grecs
L’Allemagne se fait 1,34 milliard d’euros sur le dos des Grecs
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE Colère Coups de gueule
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 11:06
Bangladesh : pas de sécurité au travail sans syndicat

INTERNATIONAL

 sécurite / conditions et organisation de travail

Bangladesh 

 Pas de sécurité au travail sans syndicat

Moins médiatisé que l’effondrement du Rana Plazza qui avait causé en 2013 la mort de plus de 1100 ouvrières et ouvriers bangladais, beaucoup moins meurtrier il est vrai, le dernier accident du travail survenu au Bangladesh le 3 juillet, l’explosion d’une chaudière dans une usine de confection, n’en est pas moins tragiquement significatif du défi que représente encore la sécurité des travailleurs dans ce pays.

Dans ce contexte, la CSI (Confédération syndicale internationale) se félicite du renouvellement et de l’enrichissement fin juin de l’Accord du Bangladesh sur la sécurité contre les incendies et la sécurité des bâtiments, signé pour la première fois en 2013. Une étape qu’elle considère comme un nouveau « pas dans la bonne direction ».

Le 3 juillet dernier, 11 travailleurs ont été tués et plus de 50 autres blessés par l’explosion d’une chaudière dans une usine de confection, Multifabs Limited, située à la périphérie de Dacca, la capitale du Bangladesh.

L’impact de l’explosion a été si puissant qu’une importante partie du bâtiment de quatre étages a été endommagée. Par chance, la plupart des effectifs, environ 3 500 personnes, était en congé pour célébrer la fête religieuse de l’Aïd el-Kebir.

Les dégâts ont aussi pu être limités grâce à des travaux intervenus précédemment. L’usine, qui fournit des vêtements en tricot à de nombreux détaillants et marques occidentales avait en effet été inspectée par des ingénieurs dans le cadre de l’accord national de 2013 sur la sécurité contre les incendies et la sécurité des bâtiments. A la suite de cette inspection, l’usine avait installé des séparations coupe-feu dans le local de la chaudière et effectué des travaux de rénovation des structures du bâtiment.

Des progrès et encore beaucoup de chemin à faire

Globalement, en application de cet accord, des ingénieurs ont effectué des inspections en matière de sécurité incendie, électrique et structurelle au sein de plus de 1 800 usines, y répertoriant 118 500 facteurs de risque dont 69% ont été éliminés.

En revanche, l’accord ne prévoit pas d’inspections des chaudières qui sont du ressort du gouvernement bangladais.

« Il reste encore énormément à faire pour améliorer la sécurité au sein de l’industrie de la confection au Bangladesh. Cette nouvelle tragédie démontre la nécessité de poursuivre le travail visé par l’Accord du Bangladesh et les syndicats vont exiger qu’il soit étendu, dès que possible, à la sécurité des chaudières. », a commenté la fédération syndicale internationale, IndustriALL Global Union (1) .

La clé du problème : la liberté syndicale

Et surtout, il n’existe pas de syndicat chez Multifabs, comme dans une multitude d’entreprises du pays.

De ce point de vue, la nouvelle version de l’accord conclu en 2013, qui s’appliquera de 2018 à 2021, représente un progrès, indique IndustriALL . Le nouveau texte « met davantage l’accent sur les droits des travailleurs à la liberté syndicale, reconnaissant le rôle essentiel joué par les syndicats en matière de renforcement de la sécurité au travail. Les travailleurs sont les yeux et les oreilles de l’usine dans laquelle ils travaillent et, grâce au soutien d’un syndicat, ont davantage qualité pour revendiquer des conditions de travail sûres et refuser d’effectuer un travail dangereux », a souligné Valter Sanches, secrétaire général d’IndustriALL.

La CSI (Confédération syndicale internationale) qui a déposé une plainte contre le gouvernement du Bangladesh auprès de l’OIT le 24 avril 2016 pour « violation systématique des droits de liberté syndicale », s’est donc félicitée de la signature de cet accord, saluant un « pas dans la bonne direction » en matière de protection des travailleurs.

« Ce nouvel accord souligne les succès déjà obtenus dans le cadre de l’actuel accord signé en 2013 et fournira des protections vitales aux travailleurs qui sont exposés à des risques de blessures et de décès, alors qu’ils produisent une immense richesse à l’exportation pour le Bangladesh. Les propriétaires des usines locales font pression sur le gouvernement du Bangladesh pour revenir à la situation qui existait avant la catastrophe du Rana Plaza, mais nous exhortons le gouvernement à apporter son appui sans réserve aux dizaines de milliers de travailleurs qui produisent cette richesse, en soutenant le nouvel Accord », a notamment déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

Les recommandations de l’OIT après la plainte de la CSI contre le gouvernement bangladais

La plainte de la CSI auprès de l’OIT contre le gouvernement bangladais s’appuie notamment sur de nombreux exemples d’actes de violence et représailles contre des syndicalistes et des travailleurs tentant de s’organiser, en particulier dans le secteur du prêt-à-porter, ou de rejets arbitraires de demandes d’enregistrement des syndicats.

En juin dernier, le Comité de la liberté syndicale de l’OIT a constaté, dans un rapport intérimaire, que même si le nombre de syndicats enregistrés a augmenté au premier semestre 2016, près de la moitié des demandes d’enregistrement présentées durant cette période dans la région de Dhaka et plus de la moitié de celles soumises dans la région de Chittagong ont été rejetées.

Dans ses recommandations, le comité de la liberté syndicale demande au gouvernement bangladais de « prendre les mesures nécessaires pour faire en sorte que tous les actes anti syndicaux, notamment ceux qui auraient été perpétrés par la police ainsi que le meurtre d’un syndicaliste en 2012 (…) fassent l’objet d’une enquête exhaustive et que les auteurs soient amenés à rendre compte de leurs actes ». 
Il demande aussi au gouvernement de « faciliter le processus d’enregistrement (des syndicats ndlr) de manière à ce qu’il constitue une simple formalité et ne restreigne pas le droit des travailleurs de constituer des organisations sans autorisation préalable ».

La mobilisation des travailleurs et des syndicats reste entière

Dans la foulée de la catastrophe du Rana Plaza, des centaines de milliers de travailleurs du textile s’étaient mis en grève et avaient manifesté avec les syndicats. Depuis, à plusieurs reprises, ils ont de nouveau fait entendre leur voix, comme fin 2016 et début 2017, quand es milliers d’ouvrières de la banlieue de Dacca ont fait grève pour obtenir le triplement de leur salaire.

Chaque fois, ils bravent la répression et chaque fois, de nouveaux syndicats se créent. Un indicateur que le gouvernement bangladais aurait également tout intérêt à prendre en compte…

Bangladesh : la répression est toujours là, les syndicats aussi

Près de quatre ans après l’effondrement de l’immeuble Rana Plazza qui avait causé la mort de 1 130 ouvrières et ouvriers d’ateliers textiles le 24 avril 2013, les salaires bangladais restent dramatiquement faibles, la répression gouvernementale et patronale particulièrement fortes et les salariés et les syndicats… Toujours aussi combattifs. Dans un contexte particulièrement tendu, La signature il y a quelques jours d’une convention collective avec une entreprise textile de la zone industrielle de (...)

 

  1. IndustriALL global union a été fondée en 2012, par la fusion de la Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie (FIOM), de la Fédération internationale des syndicats de travailleurs de la chimie, de l’énergie, des mines et des industries diverses (ICEM) et de la Fédération internationale des travailleurs du textile, de l’habillement et du cuir.

Sourcing :   EVELYNE SALAMERO, in FO Hebdo

 

Bangladesh : la répression est toujours là, les syndicats aussi 

https://www.force-ouvriere.fr/bangladesh-la-repression-est-toujours-la-les-syndicats-aussi

par Evelyne Salamero

 

Bangladesh : pas de sécurité au travail sans syndicat
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social Colère Coups de gueule
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 16:58
FO revendique un plan de sauvetage pour les salariés de la banque Monte Paschi

Monte dei Paschi di Siena

Banca Monte dei Paschi di Siena ou BPMS est une banque italienne, la plus ancienne au monde encore en activité. Elle a été fondée comme mont de piété en 1472, à Sienne en Toscane, et a fonctionné sans interruption depuis cette date.

FO revendique un plan de sauvetage pour les salariés de la banque Monte Paschi

EMPLOI ET SALAIRES

FO revendique un plan de sauvetage pour les salariés de la banque Monte Paschi

 

La banque italienne Monte Paschi, soumise à un plan de restructuration, va se dessaisir de sa filiale française. La fédération FO banques craint pour le devenir des 275 salariés. Elle a écrit le 13 juillet à Emmanuel Macron pour l’alerter et éviter la casse sociale.

La plus ancienne banque commerciale du monde est en voie d’être sauvée, mais les salariés vont en payer le prix. La Monte dei Paschi di Siena, fondée en 1472, est la quatrième banque italienne. Confrontée à des pertes financières depuis plusieurs années et au bord de la faillite, elle vient d’être renflouée par l’État italien. La Commission européenne a donné son feu vert le 4 juillet à cette « recapitalisation préventive », mais en échange d’un plan de restructuration drastique.

Ce plan a été dévoilé le 5 juillet.

Il prévoit, en Italie, la fermeture de près d’un tiers des agences et la suppression de 20% des emplois d’ici à 2021. La banque va aussi se dessaisir de ses deux filiales étrangères, en France et en Belgique. Dans l’Hexagone, Monte Paschi Banque SA possède une vingtaine d’agences, où elle emploie 275 salariés. La fédération FO Banques et la section FO de l’enseigne s’inquiètent pour leur devenir.

Bonus, stock-options et golden parachutes pour les dirigeants

« Soit il y a un repreneur et le réseau pourrait être vendu au plus offrant, avec le risque d’être désossé, soit il n’y a pas de repreneur et ça ferme, synthétise Sébastien Busiris, responsable de FO Banques. Ces 275 salariés ne savent pas ce qu’ils vont devenir. La fermeture de trois agences a déjà été annoncée. »

Pour la fédération FO Banques, ce n’est pas aux salariés de payer la note du plan de sauvetage de Monte Paschi. « Ce sont les égarements des dirigeants qui ont, eux, touché : bonus, stock-options et golden parachutes qui ont amené à cette impasse. Ce serait donc à eux de payer la note », insiste Sébastien Busiris dans un communiqué daté du 17 juillet.

FO demande un cahier des charges social pour le repreneur

Le 13 juillet, il a envoyé un courrier à Emmanuel Macron pour le sensibiliser sur ce dossier et obtenir des engagements de l’État. Il demande la mise en place d’un « plan de sauvetage » pour les salariés. Il souhaite qu’en cas de cession, un cahier des charges social soit fixé avec le repreneur pour assurer la pérennité de l’emploi. Ce dernier devrait prévoir le maintien des agences pendant au moins cinq ans, ou, dans le cas contraire, le reclassement des salariés au sein du groupe repreneur.

« La bonne santé des banques françaises ajoutée à une volonté des banques de préserver l’emploi en France doit permettre, si tout le monde joue le jeu, d’éviter une casse sociale qui semble pourtant se dessiner si personne ne s’en préoccupe », poursuit Sébastien Busiris dans son courrier au président de la République.

Il estime qu’en échange du versement du CICE et du pacte de responsabilité, le gouvernement peut exiger un effort des banques.

« Toutes les banques françaises ont les moyens de racheter le réseau d’agences de Monte Paschi », précise-t-il.

Sourcing:   CLARISSE JOSSELIN, in FO Hebdo

FO revendique un plan de sauvetage pour les salariés de la banque Monte Paschi
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social Coups de gueule
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 12:54
14 juillet, business as usual

Et pour attirer les clients, l’enseigne multipliera les points fidélité.

Le 14-Juillet, jour de fête nationale, est-il devenu un jour comme les autres ?

À voir la liste des magasins ouverts aujourd’hui, on serait presque porté à le croire.

Par exemple, à Belfort et dans ses environs, les galeries et grandes zones commerciales seront « exceptionnellement ouvertes ». Tous comme les commerces de nos rues, villes, villages et communes, qui ne craignent pas d'aligner promos et cadeaux pour appâter le chaland

Comme de plus en plus souvent les jours fériés, pour soit disant répondre à un besoin des clients.

« Notre politique d’ouverture dépend du jour de la semaine où tombe le jour férié. L’année dernière, le 14 juillet était un lundi, jour de plus faible activité, donc nous étions fermés. Là, c’est un mardi, où l’activité est plus forte, donc nous avons décidé d’ouvrir », précise Denis Appointaire, directeur du magasin Cora d’Andelnans. En cette année de 2017, il sera ouvert, comme les z'autres délinquants ce vendredi. De toute façon il n'y a que 07 jours par semaine

Carrefour phrygien

Et pour attirer les clients, l’enseigne multipliera les points fidélité. Les autres grandes enseignes ne sont pas en reste puisque Leclerc, Carrefour, Inter, et d'autres seront également ouverts aujourd’hui, avec aussi des opérations promotionnelles pour faire se déplacer la clientèle.

 

Et le petit peuple des salariés s'en ira content d'avoir pu contribuer par l'asservissement au travail d'un jour férié de commémoration nationale, au bonheur de la clientèle et de l'interêt bien compris des Z'actionnaires.

 

A l'époque, et jusqu'à leurs transferts, puis re transférés de nouveau,  du fonds de la campagne française et des quartiers de nos villes et communes les magasins Ed devenus Dia n'ont pas déroger au diktat financier érigé en règle absolue du conformisme commercial, et seront restés ouverts toute la journée, pour célébrer, avec fanfare commerciale à l'appui, la Fête Nationale, bien évidemment !

 

Et  cela faisait des années que ça durait, dimanche, jours fériés, extensions horaires en soirée, avec toujours des pertes abyssales, fruits des errements managériaux et des choix commerciaux catastrophiques, ce qui n'a en rien empêché le groupe d'être vendu, revendu et dépecé pour le plus grand bonheur de ses Z'actionnaires.

 

On se demande bien à quoi ça a du servir ?

Ou plutôt si, mais cela est une toute autre histoire de recentrage de dividendes et recyclage capitalistique, au jeu de monopoly des actionnaires.... 

 

Ce sont là nos nouvelles Bastilles !

La Bataille continue !

Ce sont là nos nouvelles Bastilles ! Pour la résurrection des piques !

Ce sont là nos nouvelles Bastilles ! Pour la résurrection des piques !

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO Dia système publication - (BM) - dans Repos dominical InFO Dia Histoire sociale Colère Coups de gueule
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 11:11
Cette enquête photographique dénonce les "ravages" de Monsanto

Cette enquête photographique dénonce les "ravages" de Monsanto

L'enquête du photographe franco-vénézuélien Mathieu Asselin, qui a duré cinq ans, est présentée aux Rencontres d'Arles et publiée par Actes Sud. Elle accuse le géant de l'agrochimie américain.

Des villes fantômes ravagées par la pollution, des générations d'enfants handicapés: une enquête photographique de longue haleine, présentée aux Rencontres d'Arles et publiée par Actes Sud, accuse le géant de l'agrochimie américain Monsanto.

L'enquête du photographe franco-vénézuélien Mathieu Asselin, qui a duré cinq ans, débute à Anniston, une petite commune de l'Alabama, haut lieu pendant des décennies de la production des PCB (polychlorobiphéniles), utilisés entre autres comme lubrifiants, revêtements imperméables et produits d'étanchéité.

"Malgré un procès gagné en 2002 contre Monsanto, Anniston est contaminée, ravagée par la pollution, ses habitants sont malades, leur vie détruite. Monsanto connaissait pourtant la dangerosité des PCB depuis 1937", résume à l'AFP le photographe, devant des photos d'habitants dont les proches ont été fauchés par des cancers.

Mathieu Asselin a juxtaposé des publicités de la "Maison du futur" de Monsanto, présentée de 1957 à 1967 à Disneyland, en Californie, et qui draina 20 millions de visiteurs, et des clichés des maisons fantôme d'Anniston. "Aujourd'hui, c'est ça le futur selon Monsanto", affirme-t-il.

Agent orange au Vietnam

Le travail du photographe se poursuit au Vietnam, sur les traces de l'agent orange, puissant défoliant fabriqué par Monsanto et déversé par l'armée américaine de 1959 à 1971 sur le sud du Vietnam.

Depuis lors, "plus de 500.000 bébés sont nés difformes, le nombre de fausses couches et d'enfants mort-nés étant difficile à déterminer" et "plus de 2 millions de personnes dans le pays souffrent aujourd'hui de cancers ou de maladies liées à l'exposition chimique. 400.000 sont mortes ou handicapées", écrit Mathieu Asselin dans l'ouvrage, s'appuyant sur des recherches comme celles de la documentariste Marie-Monique Robin qui a travaillé sur Monsanto.

"Ce sont des enfants de 2e ou 3e génération", souligne le photographe devant des clichés d'enfants de vétérans américains ou de jeunes Vietnamiens handicapés.

"Certaines générations y échappent, ça voyage d'une génération à une autre et ça ressort d'un coup. C'est terrifiant."

Sourcing : Challenges - (Avec AFP)

Le Roundup de Monsanto et largement utilisé dans l'agriculture et le jardinage. (C) REUTERS

 

Cette enquête photographique dénonce les "ravages" de Monsanto
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE Colère Coups de gueule
commenter cet article
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 08:06
Ministère du travail : Pour le maintien du CHSCT...

Le Blog soutient la mobilisation pour le maintien de l'instance du Chsct, ainsi que son extension la plus large possible.

Ministère du travail : Pour le maintien du CHSCT...

Le CHSCT est l'instance majeure dans l'entreprise au service de la prévention des risques, de la santé, de la sécurité des salariés, de l'évaluation et de la détection, que les patrons veulent voir disparaître, pour mieux dégrader impunément et sans contrainte les conditions de travail, accentuer le management toxique, et l'organisation défectueuse du travail.

Rappel, des salariés meurent sur les lieux de travail.

Pourquoi, dès l’aube de ce nouveau quinquennat, le CHSCT se voit-il ainsi mis sur la sellette ?

On parle de le fusionner avec le comité d’entreprise et les délégués du per­sonnel. On envisage de créer pour toutes les entreprises une instance unique, comme c’est déjà le cas dans celles de moins de 300 salariés où peut exister la délégation unique du personnel (DUP) regroupant CE, DP et CHSCT. On générali­serait cette instance à l’en­semble des entreprises, et on la rendrait obligatoire.

On craint de deviner l’objectif premier : réaliser des éco­nomies de fonctionnement considérables. Mais au plan symbolique, s’attaquer claire­ment, et par voie d’ordonnances, au socle du dialogue social le plus concret, sur le terrain réel, celui de la santé, marque, nous le dénonçons,  une volonté de régression violente et radicale.

Nous affirmons avec gravité et solennité que cette instance ne peut et ne doit pas disparaitre !

Ministère du travail : Pour le maintien du CHSCT...
Repost 0
@ FO CPF system (BM) FO CPF - dans InFO Dia IRP Coups de gueule
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 14:26
Le dossier pénibilité revu à la sauce medef
Le dossier pénibilité revu à la sauce medef

Santé au travail / Pénibilité

Évolution du dossier pénibilité

 

Le dispositif prévu par le gouvernement comporte trois insuffisances notoires :

  • - Il ne met pas assez l’accent sur la prévention, ne retenant pour les 4 critères traités différemment qu’une sortie anticipée de 2 ans à 60 ans, ce qui était encore, il y a peu, l’âge de départ en retraite ;

  • - La suppression de la (petite) cotisation patronale apparait comme une mesquinerie et il va falloir veiller à ce que les employeurs assument clairement leur responsabilité dans la branche AT/MP ;

  •  

  • Il convient d’associer étroitement les caisses de Sécurité sociale (CARSAT) qui disposent des personnels formés et spécialisés en matière de prévention.

Le dossier pénibilité revu à la sauce medef
Le dossier pénibilité revu à la sauce medef

Réforme de la pénibilité 

 Pour FO, mieux vaut prévenir que guérir

 

 

Le Premier ministre a annoncé le 8 juillet aux interlocuteurs sociaux une réforme à venir du compte pénibilité. Quatre des dix critères de risques professionnels ne seront plus mesurés par les employeurs et le financement sera transféré à une branche de la sécurité sociale.

Pour FO, ce projet ne met pas assez l’accent sur la prévention.

Lire l'article complet: 

http://www.force-ouvriere.fr/reforme-de-la-penibilite-pour-fo-mieux-vaut-prevenir-que-guerir

C. Josselin, in FO Hebdo

Le dossier pénibilité revu à la sauce medef
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - Social Actu sociale Coups de gueule InFO Dia IRP
commenter cet article
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 13:24
 Recrutement - festival d'Avignon, Théâtre des Amants...

Festival d'Avignon

Recrutement

Deux personnages en quête d’employeur. Ils attendent les résultats de l’entretien d’embauche auquel ils viennent de se présenter. Un homme et une femme. On est loin de Lelouch. Ce n’est pas du cinéma. Ils ne se connaissent pas et la vie vient de les mettre en compétition.
La pièce est présentée jusqu’au 30 juillet.
 

 MICHEL POURCELOT, IN  FO Hebdo 

 Recrutement - festival d'Avignon, Théâtre des Amants...
Repost 0
@ FO CPF system (BM) FO CPF - dans Coups de gueule C La Récré.
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 23:00
Nous ne sommes rien, nous serons tout !

Nous ne sommes rien, nous serons tout !

La raison tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! debout !

Debout, les damnés de la terre
Debout, les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère,
C'est l'éruption de la faim.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout, debout
Le monde va changer de base,
Nous ne sommes rien, soyons tout.

Consternation des gens qui ne sont rien......(Nous ne sommes rien, soyons tout)
Consternation des gens qui ne sont rien......(Nous ne sommes rien, soyons tout)
Repost 0
@ FO CPF system (BM) FO CPF - dans Colère Coups de gueule
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 11:24
Du soutien pour Simply Market à Amiens

Du soutien pour Simply Market à Amiens

Social

Du soutien pour Simply Market à Amiens

La résistance s’organise chez les soutiens des salariés de Simply Market.

Près de 80 personnes ont manifesté leur soutien aux salariés du pôle logistique de Simply Market basée dans la zone industrielle nord d’Amiens ce vendredi en milieu de journée devant l’hôtel de ville.

Plus de 800 salariés du groupe sont menacés de licenciements à la suite d’une réorganisation liée à la fusion entre Auchan et Atac, auquel appartenait Simply Market. À Amiens, près de 70 personnes seraient concernées par ce plan social.

Parmi les soutiens présents devant la mairie, des syndicalistes (CGT, FO), des élus ou d’anciens élus marqués à gauche (Thomas Hutin, Laurent Beuvain, Cédric Maisse, etc.), des militants de la Jeunesse communiste ou encore des travailleurs venus d’autres entreprises comme Prima France.

Deux représentants des salariés de Simply Market ont été reçus en mairie par Patrick Pigout, adjoint au maire chargé du commerce et son délégué Paul-Éric Dècle.

 

Le député Ruffin solidaire

 

Leader du mouvement et membre de la CGT, Claude Leclercq ne cachait pas vraiment sa colère juste avant le rendez-vous : «  On est là pour dénoncer un plan social qui se fait en catimini. On est venus ici pour chercher des contacts avec la Ville. On veut savoir ce qui se trame. On pense que la Ville est au courant de ce que veut faire Auchan à Amiens. On est donc venus chercher des réponses. »

Au sortir du rendez-vous, le ton se voulait un peu plus mesuré : «  Nos interlocuteurs se sont engagés à remonter nos craintes au maire. Nous avons demandé à la rencontrer au plus vite avec le président de Région, Xavier Bertrand. Car la situation devient urgente. »

Le député de la Somme François Ruffin (LFI) était également de la partie. Accompagné par quelques militants de Picardie Debout, il a pris la parole en expliquant aux manifestants qu’il avait interpellé le gouvernement sur ce dossier en posant une question écrite et argumentée la semaine dernière. « Je n’ai pas encore eu de réponse, confiait-il, d’ici à deux mois peut-être. »

«  Mon rôle est d’être aux côtés de ces salariés, a souligné le néo-député. Je souhaite être en quelque sorte leur porte-voix. J’en parle lorsque les médias m’interrogent. C’est un plan social que le groupe de la famille Mulliez veut mettre sous le tapis. Si des gens comme moi mettent un coup de projecteur sur ce problème, il sera beaucoup plus mal à l’aise. »

D’autant que pour le député de la Somme, le groupe, largement bénéficiaire du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE), et dont les dividendes ont augmenté de 75 % à hauteur de 350 millions d’euros, n’est pas vraiment exemplaire : « Aujourd’hui Gérard Mulliez est entre guillemets la troisième fortune de France avec 26 milliards d’euros. Entre guillemets, car la famille s’applique à déposer ses économies en Belgique. La justice les a d’ailleurs perquisitionnés, les soupçonnant de fraude fiscale et de blanchiment. »

 

Auchan évoque un projet créateur d’emplois en France et peu nuisible à Amiens

Du côté du groupe Auchan Retail France, l’analyse est toute autre. «  Au niveau national, ce projet entraînerait la création d’au moins 780 emplois notamment dans les supermarchés prenant la nouvelle enseigne, indique le responsable des relations presse.

 Des réductions de postes (de l’ordre de 240) dans les services d’appuis du fait du regroupement des collaborateurs dans une équipe unique et des fermetures de bureaux ou de sites dont les emplois seraient regroupés à Villeneuve d’Ascq (Nord).

Ces évolutions se feraient progressivement de 2017 à 2019. Tous les salariés dont le poste pourrait être concerné se verront proposer une solution d’emploi dans leur bassin de vie. Par ailleurs, un accompagnement très complet et individualisé sera proposé avec pour objectif le maintien dans l’emploi. L’ensemble des mesures d’accompagnement sont en train d’être discutées avec les partenaires sociaux. »

Concernant les salariés amiénois, le responsable évoque 72 personnes concernées par le projet : «  Sur ces 72 personnes, 22 verraient leur poste supprimé ou regroupé sur le siège de Villeneuve d’Ascq. Elles pourraient soit postuler sur le site de Villeneuve d’Ascq soit bénéficier de l’accompagnement personnalisé prévu par l’entreprise. Elles se verront entre autres proposer une solution d’emploi (en interne à l’entreprise en priorité) sur leur bassin de vie. Les 50 autres salariés pourront continuer à travailler sur le site, dans le même métier, avec les mêmes conditions sociales. »

 

 Sourcing : BAKHTI ZOUAD, In le courrier Picard

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social Actu sociale Coups de gueule
commenter cet article