Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 08:40
LIVRE   La machine infernale : Pole emploi au pilori

LIVRE

 


La machine infernale : Pole emploi au pilori

 


Le démontage d’une machine : Cécile Hautefeuille, qui en a vécu l’expérience, met à nu, témoignages à l’appui, les mécanismes qui ont transformé Pole emploi en outil à produire des statistiques pas trop défavorables.

 

Au grand détriment des inscrits comme de ceux qui y travaillent.

 

Journaliste indépendante dans le Midi, Cécile Hautefeuille sait de quoi elle parle : elle s’est mesurée à cette hydre de Lerne dont les formulaires repoussent à chaque fois qu’on les remplit. Pour beaucoup, se confronter à Pole emploi fait ressembler les travaux d’Hercule à une promenade dominicale.

 

L’ambiance n’est pas sans ressembler à celle du film Moi, Daniel Blake de Ken Loach, que d’aucuns, guère habitués à la recherche d’un emploi, trouvaient excessif.

 

Outre son expérience, Cécile Hautefeuille rapporte dans ce livre enquête des témoignages de chômeurs.

On y parle beaucoup de solitude, de désarmement, face souvent à un adversaire de plus en plus virtuel, d’autant que beaucoup ne sont pas armés, psychologiquement et informatiquement, pour suivre un parcours tenant plus de celui d’un combattant aguerri en quête du Graal, le CDI, que du chercheur d’emploi.

 

Et quand on évite l’écran, la réalité physique éclate : un demandeur d’emploi qui hurle dans le bureau d’à côté. Il est 10 heures du matin, la conseillère a été déjà traitée de conne et d’incapable.

 

La journée va être rude des deux côtés des guichets.

 

 

« Un minimum armé »

 

 

Il faut toujours être en mesure de trouver les bons arguments : si l’on n’est pas au minimum armé, on peut se faire rapidement broyer. Je pense à des gens plus fragiles en me demandant comment ils peuvent s’en sortir quand je vois toutes les petites embrouilles auxquelles j’ai été confrontée ! Il faut aussi être très attentif aux versements de Pôle emploi, notamment sur le trop-perçu, conseille Cécile Hautefeuille.

 

Car la machine est impitoyable, conçue pour fonctionner quasiment seule.

 

Avec des ratés : C’est le fonctionnement des mots-clés et la machine sort parfois des annonces très bizarres. Par exemple, pour community manager, c’est-à-dire la personne qui gère les réseaux sociaux d’une entreprise, on se retrouve avec une offre pour animer un chat pour adultes.

 

Pour ceux qui n’avaient pas compris que chercher un emploi n’était pas un jeu d’enfant.

 

 

La machine infernale, racontez-moi Pôle emploi, de Cécile Hautefeuille, paru le 10 mai 2017, aux éditions du Rocher. Prix à partir de 16€50.

 

 

Sourcing:   FO Hebdo / MICHEL POURCELOT

LIVRE   La machine infernale : Pole emploi au pilori
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE Littéraire InFO Dia - Social
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 14:12
Luz a immortalisé cet indéfinissable.

Luz a immortalisé cet indéfinissable.

le dessinateur de BD brosse avec Alive les concerts qui l’ont marqué émotionnellement ces deux dernières décennies.

le dessinateur de BD brosse avec Alive les concerts qui l’ont marqué émotionnellement ces deux dernières décennies.

BANDE DESSINÉE

 


Luz : en avant la musique !

 

 

De Nirvana à Bashung en passant par la techno, le dessinateur de BD brosse avec Alive les concerts qui l’ont marqué émotionnellement ces deux dernières décennies.

 

 

Satirique, Luz l’est, cela lui a couté beaucoup. Il s’est illustré dans le genre aussi bien à Psykopat qu’à Charlie Hebdo, entre autres.

 

Ce que l’on sait moins, ce sont ses capacités à traduire la musique en dessins. Il l’a fait de nombreuses années dans les pages de maintes publications, dont Les Inrocks. Aujourd’hui il publie Alive (éditions Futuropolis), un album de BD où il peint et dépeint ses émotions musicales en concert sur une période allant de 1999 à 2015.

 

Ce n’est pas son premier album en rapport avec la musique mais celui ci est particulier : il a l’ambition d’aller au-delà de la photo de concert peu représentative de ce qui se passe sur scène, les prises de vues n’étant autorisées que dans les premiers morceaux, manquant ainsi émotion et énergie.

Tout ce qui est par contre parfaitement traduit par le coup de patte de Luz, dont le dynamisme est amplifié par le noir et blanc qui lui est cher.

 

 

Dessiner l’indéfinissable

 

 

Alive démarre avec le dessinateur portant son nouveau-né devant un mur d’étagères remplies de vinyles. Un héritage à transmettre, de son vivant. Ce qui n’est pas toujours chose facile concernant la musique qui touche parfois à l’indéfinissable.

 

Notamment en live, quelque chose qui vous fait sentir vivant, « alive » comme on dit en anglais. Et Luz ne va guère à un concert sans son bloc.

L’idée d’en faire un album lui en est venu à un concert de Neil Young en 2001.

 

Et Luz a immortalisé cet indéfinissable.

 

Sourcing:   MICHEL POURCELOT / FO Hebdo

 

Alive, de Luz, sorti le 6 avril 2017, aux éditions Futuropolis, 400 pages. Prix : environ 36 €.

 en avant la musique !

en avant la musique !

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Littéraire C La Récré.
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 17:30
Le Havre, le nom d'une rue a été donnée à E. Reclus

Le Havre, le nom d'une rue a été donnée à E. Reclus

Texte exceptionnel d'une grande beauté, et d'un incroyable prophétisme 

E. Reclus

E. Reclus

BIOGRAPHIE & INFORMATIONS

 


Nationalité : France 
Né(e) à : Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) , le 15/03/1830
Mort(e) à : Thourout ou Torhout (Belgique) , le 04/07/1905

 


Biographie : 

 

Élisée Reclus est un géographe et anarchiste français.

 

 


Fils d'un pasteur protestant de Gironde, il nait quatrième d'une fratrie de 17 enfants. Elevé par ses grands parents en Dordogne, il est ensuite envoyé à 13 ans dans un collège luthérien en Prusse pour devenir pasteur. Mais il n'y reste que peu de temps et termine ses études au collège protestant de Ste Foy.

 


Il passe plusieurs années à voyager, en Angleterre, en Irlande, aux Amériques, où il prend le parti des Nordistes pendant la guerre de Sécession. Il tente de devenir planteur de bananes et de café en Colombie, mais son échec le contraint à rentrer en France.


Il est un fervent socialiste, lecteur de Proudhon et de Saint-Simon.


Sa connaissance des langues lui permet de donner des cours. Il entre à la Société de Géographie et écrit des articles dans la Revue des Deux mondes. Pendant la Commune de Paris, il s'engage auprès des Insurgés.

 

Il fera 11 mois de prison et sera condamné à la déportation, comme Louise Michel. Mais une pétition internationale obtient que sa peine soit commuée en 10 ans de bannissement. Il s'installe en Suisse. 


Il produit une abondante oeuvre littéraire et scientifique, tout en poursuivant ses activités politiques.

 

Ses ouvrages majeurs sont L'Homme et la Terre et Géographie Universelle.

On le considère comme le plus grand géographe de son temps, et comme un précurseur de l'écologie, d'une grande modernité dans son mode de vie anti conformiste. 

 

Source :   http://fr.wikiquote.org

À mon frère le paysan - Elisée Reclus (1899)
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Histoire sociale Littéraire
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 15:47
« Dans un canard » : le monde de l’entreprise canardé
Une histoire d’ascension sociale délirante qui vitriolise la vie d’entreprise.

Une histoire d’ascension sociale délirante qui vitriolise la vie d’entreprise.

THÉÂTRE

 


« Dans un canard » : le monde de l’entreprise canardé

 

 


Une histoire d’ascension sociale délirante qui vitriolise la vie d’entreprise.

 

La pièce « Dans un canard », présentée au Rond-Point, à Paris, jusqu’au 14 mai, puis en Avignon, qui conte la résistible ascension d’un naïf dans l’univers impitoyable d’une entreprise, d’un canard que l’on presse de voler pour ensuite l’abattre.

 

 

Eternel stagiaire dans un centre d’appels, Donald fait un lapsus dans l’hommage au fondateur placardisé de sa boite retrouvé mort dans un canal : il dit « dans un canard ».

 

D’où un monumental buzz sur le Net. La nouvelle direction le propulse alors au rang des cadres dirigeants. Donald entre alors dans sa nouvelle peau de canard. Elle commence par avaler des couleuvres pour entrer dans le chas d’une aiguille.

 

Et monter ainsi dans un ascenseur social ne va pas sans écraser quelques pieds. Sans compter que l’histoire vire vite au polar délirant.

Bref : une « histoire de bureau à l’ère inhumaine du benchmarking, de la tyrannie de la qualité, de la délation des maillons faibles ».

 

 

Un auteur qui mâche les maux

 

 

L’auteur, Jean-Denis Magnin, dont les pièces ont été jouées un peu partout de Québec à Bucarest, a exercé trente-six métiers parallèlement à sa vie d’écrivain de théâtre, « à tous les échelons et dans tous les secteurs », mais, pour lui, ça c’était avant : « avant la mise en place de cette méthode de domination appelée le benchmarking, avec ses coachs-évangélistes, ses autoévaluations mutilantes, la recherche de la qualité zéro défaut qui contrôle, compresse et parfois tue.

 

 

Et « si vous désirez en savoir plus, et si vous avez les nerfs solides, regardez sur le Net la formidable série documentaire La Mise à mort du travail de Jean-Robert Viallet, et aussi les analyses accablantes du psychiatre du travail Christophe Dejours ».

 

Il ne se cache pas de tirer à la chevrotine sur la nouvelle organisation du travail et autres techniques managériales.

 

Jean-Denis Magnin ne mâche pas ses mots, dénonçant un « nazisme d’entreprise », où »les individus sont surveillés et deviennent une variable d’enregistrement pour les bourses, où s’exercent la « domination du corps et des âmes, dans les grandes entreprises bien sûr mais aussi dans les administrations et les hôpitaux » et « comment tout s’organise pour que finalement tous les salariés puissent être amenés à se dénoncer les uns les autres, voire se dénoncer eux-mêmes ».

 

 

Transformant les enfants du Bon Dieu en canards sauvages.

 

 

 

 

« DANS UN CANARD », pièce écrite et mise en scène par Jean-Daniel Magnin, interprétée par Quentin Baillot, Emeline Bayart, Éric Berger et Manuel Le Lièvre.


- jusqu’ au 14 mai à Paris, au Théâtre du Rond-Point, salle Tardieu, à 18h30. Plein tarif : de 12 à 31€. Tél : 01 44 95 98 21
- les 26 et 27 mai ainsi que du 6 au 29 juillet en Avignon, au Théâtre des Halles, Rue du Roi René, 84000 Avignon (Vaucluse). Tarifs : de 10 à 21 €. Billetterie : 04 32 76 24 51.

 

Plus d’info et teaser sur le Net :

http://www.theatredurondpoint.fr/spectacle/dans-un-canard-2/

« Dans un canard » : le monde de l’entreprise canardé
« Dans un canard » : le monde de l’entreprise canardé
« Dans un canard » : le monde de l’entreprise canardé
Transformant les enfants du Bon Dieu en canards sauvages.

Transformant les enfants du Bon Dieu en canards sauvages.

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans C La Récré. Littéraire
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 08:20
Primo LEVI, écrivain italien survivant de la Shoah.

Primo LEVI, écrivain italien survivant de la Shoah.

Le 11 avril 1987 mourait Primo LEVI, écrivain italien survivant de la Shoah. Son prénom – comme un présage - le prédestinait à être le premier.

 

Il le fut, auteur du premier livre sur le cauchemar des camps de la mort nazis en 1947. Ce livre « Si c’est un homme », garde toute sa puissance aujourd’hui et reste le plus éminent témoignage de l’horreur.

 

 

« Celui qui tue est un homme, celui qui commet ou subit une injustice est un homme. Mais celui qui se laisse aller au point de partager son lit avec un cadavre, celui-là n'est pas un homme.

 

Celui qui a attendu que son voisin finisse de mourir pour lui prendre un quart de pain, est, même s'il n'est pas fautif, plus éloigné du modèle de l'homme pensant que le plus fruste des Pygmées et le plus abominable des sadiques. »

 

Primo Levi.

Traduit de l’italien par Martine Schruoffeneger – avec Gastón Ramírez Cuevas et Marie-Paule Koulama.

Le 11 avril 1987 mourait Primo LEVI
Le 11 avril 1987 mourait Primo LEVI
Le 11 avril 1987 mourait Primo LEVI
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Hommage Littéraire
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 16:11
C. Baudelaire, L'Albatros

Charles Baudelaire, 150 ans après sa mort.

 


Ce poème est l'un des plus grands de la langue française.

 

L'albatros ici est métaphore du poète, immense dans l'Idéal et écrasé par le Spleen.

 


L'albatros

 


Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.


A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.


Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !


Le Poète est semblable au prince des nuées 
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

 


Les Fleurs du Mal, Spleen et Idéal.

C. Baudelaire

C. Baudelaire, 1860, Nadar

C. Baudelaire, 1860, Nadar

C. Baudelaire, L'Albatros
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans C La Récré. Littéraire Hommage Coup de coeur
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 11:44
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition


Bande dessinée


La bande dessinée est une forme d'expression artistique, souvent désignée comme le « neuvième art », utilisant une juxtaposition de dessins, articulés en séquences narratives et le plus souvent accompagnés de textes.

Will Eisner l'a définie comme « la principale application de l'art séquentiel au support papier».

Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition

 

Cette 44e édition de l’un des plus grands festivals de BD du monde (26 au 29 janvier) rassemble le gotha du genre et célèbre des classiques du neuvième art (Mickey, Gaston Lagaffe, Will Eisner, Valérian).

 

 

Cela n’aura pas été sans mal après un bras de fer avec les puissants éditeurs, laissant bien des auteurs sur le carreau de la mine de crayon.

 

 

Problèmes de croissance ?

 

Le festival international de la BD d’Angoulême (FIBD) tient sa 44e édition du 26 au 29 janvier non sans avoir du faire face à quelques sérieuses crises.

Nombre d’auteurs ont rué à plusieurs reprises dans les brancards notamment à propos de la sous-représentation des femmes dans le festival 2016.

 

Une occasion rapidement saisie par les éditeurs pour prendre un certain contrôle dans le déroulement des festivités. La précédente édition n’était pas terminée depuis un mois qu’ils menaçaient, en février 2016, de, ni plus ni moins, boycotter la prochaine.

Dans leur communiqué, intitulé « Sauvons le festival d’Angoulême » (air connu) ils dénonçaient des errements, attribués à l’absence à la fois d’une vision partagée et d’une gouvernance efficace. Leur volonté d’y mettre plus qu’un pied est assez claire et l’emploi du mot « gouvernance » laisse à sous-entendre que la direction du festival est assurée par de gentils organisateurs, pour ne pas dire des Pieds Nickelés.

 

Le tout sur un ton d’ultimatum : nous avons décidé de ne pas participer à la prochaine édition du FIBD si une refonte radicale n’est pas mise en œuvre dans les meilleurs délais.

D’où ébullitions dans le monde des bulles.

 

 

Les petits Mickeys ont pris du poids

 

 

Il faut dire que la BD, c’est désormais du sérieux, du moins économiquement parlant. Les « petits Mickeys » ont pris du poids avec les ans : près d’un livre vendu sur dix en France est une BD. Et son coût est inférieur à celui d’un roman, comme le confiait l’un des principaux éditeurs du genre, le 25 janvier dernier.

 


Claude de Saint-Vincent (Media Participations) : "Un livre sur huit ou neuf est une bande dessinée" par franceinfo

 


Résultat :

 

Un médiateur nommé par le gouvernement et au bout du compte guère de la transparence prétextée par les éditeurs.

Ils ont du obtenir une certaine satisfaction, puisqu’ils sont bien là, et en force, pour cette 44e édition, plutôt sagement orientée vers le classique, avec comme président le dessinateur belge Hermann, 78 ans. Et dieu sait si les classiques se vendent bien : Astérix (Le papyrus de César) à plus d’un 1,6 million d’exemplaires, soit le livre le plus vendu en France en 2015 toutes catégories confondues, Lucky Luke et Blake et Mortimer à quelque 400 000 exemplaires en 2016. Quant aux auteurs, ils ont du réagir (« Sauvons (d’abord) les auteurs… ») après avoir été clairement laissés en marge dans cette histoire.

Pour le dessinateur Lewis Trondheim, par ailleurs lauréat à Angoulême : dans tous les festivals, il y a des couacs. [...] Ce qui m’ennuie le plus, c’est qu’on en parle beaucoup alors qu’on évoque peu le problème de la réforme de la retraite des auteurs. Pour la financer, on va leur ponctionner 8% de ce qu’ils gagnent, soit un mois de salaire en moins. De son temps où la bande dessinée n’était qu’un parent pauvre, le dessinateur américain Will Eisner (1917-2005), créateur du « Spirit » et célébré par cette édition 2017, avait du créer lui-même une maison d’édition de fortune. Il l’avait appelé « Poorhouse ».

 


Festival international de la BD, édition 2017, 26-29 janvier, à Angoulême. Palmarès dévoilé le 28 janvier au soir. 

 


Programme : http://www.bdangouleme.com/1061,expositions

 


Tarifs et billetterie : http://www.bdangouleme.com/39,tarifs-et-billetterie

 


- Exposition « Will Eisner, génie de la bande dessinée américaine », au Musée de la bande dessinée d’Angoulême, du 26 janvier au 15 octobre 2017.


- Exposition « Gaston Lagaffe », 26-29 janvier, Place de l’Hôtel de Ville, Angoulême.


- Exposition « Les nouveaux visages de Mickey Mouse », 26-29 janvier 2017, présentée par le Festival International de la Bande Dessinée et la galerie Glénat, au Vaisseau Mœbius de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 121 rue de Bordeaux 16000 Angoulême.

 


Le festival sur le Net : http://www.bdangouleme.com/448,les-videos

 

Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition
Repost 0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 22:36
Philosophie féline

Philosophie féline

 


Voici l’occasion de découvrir ou de redécouvrir, grâce à cette intégrale, une série en forme de fable qui met en scène un chat. En fait, pas n’importe quel chat : celui d’un rabbin à Alger au début du XXe siècle.

Après avoir croqué le perroquet de la maison, le félin se retrouve doué de la parole. Il devient alors un témoin privilégié de la vie de son entourage et nous fait découvrir par ses yeux la part d’ombre et de lumière des humains qu’il côtoie au sein de la communauté juive d’Algérie.

 

Sans représenter la petite voix intérieure façon « Jiminy Cricket », il incarne une parole libérée et humaine : il n’a pas de filtre, pose des questions sans se préoccuper de l’usage ou de la bienséance, se fait parfois l’avocat du diable, assène des vérités brutales mais est capable de mentir lorsque c’est à son profit.

 

C’est une sorte de conte philosophique qui interroge sur la nature de l’homme et sur celle de Dieu, cherchant à aller au-delà des apparences jusque dans le cœur des hommes, faisant la part belle à la réflexion philosophique qu’induit la nature simple et ordinaire des situations et des propos.

 

En 2011, un film d’animation fort bien réussi est sorti, retraçant les épisodes des tomes 1, 2 et 5. Le tome 6 est déjà prévu. À très bientôt donc pour une nouvelle aventure de ce félin pas tout à fait comme les autres.

 

Le Chat du Rabbin de Joann Sfar , 290 pages, 34,90 euros.

 

Sourcing :   FO Hebdo /   CORINNE KEFES

Philosophie féline
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF système publication - (BM) - dans C La Récré. Littéraire
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 11:22
Quand demain commence aujourd’hui

À LIRE 


Quand demain commence aujourd’hui

 

Le XXe siècle a vu les progrès scientifiques se développer de façon exponentielle et fulgurante. On peut se demander comment cette courbe va évoluer et quelles « surprises » nous attendent demain.

C’est à cette question que tente de répondre Michio Kaku. Professeur de physique théorique, il est aussi un brillant vulgarisateur des sciences.

 

Abordant différents champs d’application scientifiques, il imagine, à partir de réelles recherches expérimentales en cours, les futures percées qui, peut-être, changeront le monde de demain.

Le livre comporte de nombreuses références à des films ou des livres de science-fiction pour expliciter les usages possibles de ces recherches. Et parfois, il semble que nous ne soyons pas si loin de l’univers de Star Trek, I,Robot ou Jurassic Park : la voiture sans pilote est à notre portée, la thérapie génique en cours, l’infiniment petit révélé et exploité.

 

Pour certaines recherches il reste encore beaucoup de travail avant une application utile, mais c’est désormais inscrit dans le champ des possibles.

On touche ici aux frontières de la connaissance et de ses concrétisations techniques, et on entrevoit les conséquences sur une société qui entrerait dans un nouveau type de civilisation où cerveau et sagesse seraient les piliers de l’humanité.

 

Une brève histoire du futur, comment la science va changer le monde de Michio Kaku, éditions Flammarion, 327 pages, 9 euros.

 

Sourcing:   FO Hebdo / CORINNE KEFES

Quand demain commence aujourd’hui
Quand demain commence aujourd’hui
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF système publication - (BM) - dans C La Récré. Littéraire
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 11:10

À LIRE 

 


Au commencement était le… mot

 

 

Extraits du spectacle Au secours ! Les mots m'ont mangé par Allary Editions
Bernard Pivot, homme de lettres, est avant tout un homme des mots.

 

Et ce livre en est une nouvelle illustration : le mot y est au centre de tout, du sujet de la narration à la nature du personnage, substance du livre même car le mot est créateur de réalité.

 

C’est un livre à déguster.

 

La relation entre nourriture et écrit n’est pas nouvelle : on a dévoré des livres bien avant que Bernard Pivot n’invente ce titre. Néanmoins, cela n’enlève rien à la vérité de cette fréquentation : pour les amoureux des mots, ces derniers ont une saveur, une consistance, quand on les prononce, quand on les écrit, quand on les écoute, quand on les comprend. Quand on aime les mots, on veut les avoir en nous.

 

C’est un livre sur le processus d’écriture et la façon dont les mots apparaissent, échappent, s’imposent à l’écrivain.

C’est un livre sur l’amour de la langue, sur le délice de découvrir des mots nouveaux, sur l’absence de solitude quand on a les mots pour compagnie.

C’est un livre destiné à être entendu car c’est un texte mis en scène.

 

C’est un livre plein d’humour et de malice, de culture et d’intelligence. Dire qu’il est bien écrit est un euphémisme ! Et comment en parler ? Peu de pages mais tellement de matière…

Coluche aurait pu dire que c’est le livre d’un écrivain qui raconte l’histoire d’un écrivain qui se raconte, faisant la rétrospective de sa vie et de son rapport aux mots avant de passer chez Pivot.

 

Histoire ou mise en abîme ?

 

Au secours ! les mots m’ont mangé de Bernard Pivot. Editeur : Allary, 110 pages, 18,90€.

 

Sourcing: FO HEBDO /  CORINNE KEFES

Repost 0
@ FO CPF system (BM) FO CPF - dans C La Récré. Littéraire
commenter cet article