Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FO CPF (ex Dia) Distribution
  • FO CPF (ex Dia) Distribution
  • : La Bataille continue - Le Blog-note InFOrmatif - Un blog d'actualités sociales, juridiques et syndicales pour communiquer, faire connaître et partager nos expériences au service des salariés de la grande distribution et du commerce. En général. faire valoir les positions syndicales de FO sur l'actualité sociale, tant Française qu'Internationale.
  • Contact

Profil

  • @ FO CPF system publication
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités  syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés
  • Recherche, Analyse, Etude, Communication, Information, Expressions, Actualités syndicales, juridiques, et sociales. Engagé pour l'égalité des Droits, pour un syndicalisme libre, indépendant, responsable et solidaire, au service des salariés

Que signifie communiquer ? demanda le petit prince.


"C'est une chose trop oubliée, ça signifie créer des liens, 
répondit le renard."


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

 

Le Blog-master (BM) se réserve le droit de suspendre, d'interrompre, ou de rejeter  la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers, d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, ou serait de nature ou à caractère diffamatoire, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

FO, Libre Independant Déterminé

 


Lanceur d'alerte


Un lanceur d'alerte est toute personne, groupe ou institution qui, voyant venir un danger, un risque ou un scandale, adresse un signal d'alarme et, ce faisant, enclenche un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective

 Libres, Indépendants, Déterminés et Solidaires Ensemble. Communication, Information et Expression directe de l'actualité sociale, économique et syndicale de FO CPF et des salariés du commerce et de la Grande distribution.

Pages Du Blog-Note Informatif

 

Pour le  REPOS DOMINICAL pour tous en même temps

DROIT A L'IMAGE

Droit À L'image

Dans ce blog nous sommes amenés fréquemment à diffuser des images, des vidéos, des photos, voire des articles de presse, d'insérer des liens vers des documents,   ceci afin d'étoffer et d'éclairer nos posts, en leur donnant plus de contenus, pour une meilleure compréhension.

Nos sources sont toujours citées.

Nous le faisons en respectant le plus possible le droit à l'image et le droit de propriété intellectuel suivant les lois en vigueur.

Néanmoins rien n'empêche les personnes ne désirant pas voir leur image diffusée de nous le signaler lors de la prise de vue.

Sans manifestation de leur part, nous considérerons leur consentement présumé.

Merci

BM

Militons ensemble - adhérez à FO

 

La liberté syndicale ne s'use que quand on ne s'en sert pas !

Adhésion à Force-Ouvrière, suivre le lien

http://www.force-ouvriere.fr/adherer

FO CPF CONTACT REGION

Eric   Centre    06 85 15 20 73
François   Nord    07 50 49 09 04

Fréderic   DSN FO CPF   06 87 21 72 94
Sofiane   Est & RA    06 61 50 67 96
Faiçal   Sud    06 22 57 50 64
Nadine   Paris Centre   06 36 97 10 40
Nathalie  UD FO 62   06 30 60 74 70

 udfo62@force-ouvriere.fr

Reda Sud 06 29 38 30 49

Sandrine Sec CE Paris   06 98 43 61 93

Bruno, coordinateur des IRP FO CPF

06 73 59 98 28
Cyril DSC FO CPF   06 25 56 84 86

 

21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 16:59
Revue de presse : Budget, anorexie programmée

ECONOMIE  /  SOCIETE

Revue de presse : Budget, anorexie programmée

 

 

Il n’est plus guère de jours en cette mi-juillet sans annonce de coupes dans le budget de l’État.

 

La presse commence à s’en émouvoir.

Aperçus.

Le Monde 


Les femmes d’abord. A peine Simone Veil "panthéonisée", il est annoncé : « Budget consacré aux droits des femmes : une baisse de 7,5 millions d’euros prévue ». En effet, « selon un projet de décret sur les restrictions budgétaires, le secrétariat d’État de Marlène Schiappa est bien visé par une coupe de 25 %, soit le chiffre annoncé par les associations féministes ». Mme Schiappa a assuré que « les associations dont l’objet est l’accueil de femmes victimes de violences sexistes et sexuelles ne verront aucune baisse de subvention du ministère ». Donc déjà toutes les autres le verront. Cependant, selon entourage, il s’agira de coupes « dans les frais de fonctionnement, comme la suppression des notes de frais et des réceptions ». Alors que « selon un rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, le budget alloué aux droits des femmes s’élevait à 29,6 millions d’euros en 2016, soit 0,006 % du budget global de l’État ». Déjà que ce n’était pas "Viva Las Vegas"...

 

Libération 


« Certaines associations attendent toujours le versement de leurs subventions. Et les têtes de réseaux nationaux n’y échappent pas. Le Planning familial n’a toujours pas reçu la première moitié de son budget public pour l’année 2017, la Fédération nationale solidarité femmes (qui s’occupe notamment du numéro d’appel 3919) patiente depuis début janvier pour toucher 50% de la somme qui lui est destinée. Pire, l’AVFT (Association contre les violences faites aux femmes) survit depuis sept mois grâce à des crédits bancaires faute d’un renouvellement de convention qui tarde à être signé ». Et là il y a péril en la demeure.

 

Le Figaro 


Le gel menace même en Avignon : « naturellement inquiets après l’annonce des économies prévues dans le secteur culturel de 50 millions d’euros, [les directeurs d’établissements culturels] ont reçu quelque chose comme une douche froide », quand la directrice générale de la création artistique (DGCA) au ministère de la Culture, nommée par Manuel Valls ,« Régine Hatchendo a entamé une réflexion sur les modèles économiques qui prévalent dans le secteur public, et associé cette réflexion aux ponts éventuels qui pourraient être jetés avec le secteur privé afin que les productions soient exploitées plus rapidement et plus longuement ». Bref un monologue bien appris et rôdé : le privé fait toujours mieux.

 

Le Journal du Dimanche 


Le collet s’est même resserré sur la Grande Muette qui a préféré l’ouvrir : « Après une semaine de phrases aigres et de recadrages, le général de Villiers a présenté sa démission de son poste de chef d’état-major des armées ce mercredi 19 juillet ».

 

Challenges 


Un départ avec tambours et trompettes qui dissipe bien des rideaux de fumées : « Démission fracassante du chef d’état-major des armées, difficultés budgétaires, volte-face fiscaux, premier vent de fronde dans la majorité, sondages en baisse : deux mois après son élection, le ciel s’assombrit pour Emmanuel Macron, qui affronte sa première grosse crise au sommet de l’État. En démissionnant, Pierre de Villiers met en évidence la contradiction entre un chef de l’État qui, depuis son investiture, vante l’importance qu’il accorde à l’armée, et une coupe budgétaire où celle-ci est la plus grande perdante. (...) Cette démission tombe d’autant plus mal qu’elle intervient au moment où le quinquennat entre dans le dur des réformes annoncées, qui commencent à susciter des remous jusqu’au sein de sa large majorité. A commencer par les efforts d’économies demandées cette semaine aux collectivités locales, qui craignent que la suppression de la taxe d’habitation n’aboutisse à les priver de toute liberté d’action ». Et à les contraindre à couper elles aussi dans les mêmes budgets. Ainsi l’anorexie touchera tous les organismes.

 

Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0
savoir pour comprendre et comprendre pour agir

 

 

 

 

 

 

Sourcing de la revue, in FO Hebdo :  MICHEL POURCELOT

Informer, c'est donner une forme à l'esprit

 

Revue de presse : Budget, anorexie programmée
Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 19:57
Hors de lui, il fait fermer un Carrefour City en filmant ses frigos en panne
 À l'intérieur du magasin Carrefour City du faubourg Montmartre à Paris, le 22 juin 2017.

 À l'intérieur du magasin Carrefour City du faubourg Montmartre à Paris, le 22 juin 2017.

Actualité Société / Carrefour


 
Ulcéré de trouver des produits frais à température ambiante, un reporter de Taranis News a forcé le gérant à baisser sa grille, avant de publier une vidéo virale sur Facebook.

 

Yaourts à température ambiante, glace ramollie cachée sous des cartons, saumon, viande et charcuterie à 16°... Dans ce Carrefour City parisien, les frigos étaient en panne ce jeudi matin, mais le magasin restait ouvert.

 

Une situation qui a ulcéré un membre de Taranis News, l'agence de presse qui s'est fait connaître lors des manifestations contre la loi travail. 

 

 

"Vous allez aller en prison monsieur!"

 


Ouvrant un nouveau front, celui de la consommation, le reporter déboule dans ce magasin situé rue du faubourg Montmartre en filmant avec son téléphone portable. Les frigos contenant des produits frais affichent au mieux 15°, certains sont même complètement éteints, alors que Paris affiche des températures caniculaires. 


 

Il enfonce son pouce dans une glace pour prouver qu'elle n'est pas assez froide, la jette à terre, puis hausse de plus en plus la voix: "Vous êtes un criminel, vous allez aller en prison monsieur!", jette-t-il au responsable du magasin, accroché à son téléphone à la recherche de réparateurs. 

 


Sur Facebook, la vidéo a fait plus de deux millions de vues en quelques heures. Choqués par la panne dénoncée, nombre d'internautes ont toutefois regretté le ton employé par le reporter qui insulte le gérant.

 

 

Deux millions de vues sur Facebook

 

 

Lors d'une première visite où il a déjà fait un esclandre en brisant une bouteille de vin, le responsable lui aurait confié que la panne durait depuis sept jours. "Nous ne vendons pas de produits frais", se défend ce dernier face à la caméra. Il finit par évacuer ses clients et baisser la grille du magasin, toujours filmé par Taranis News. 

 


Carrefour a réagi sur Twitter avec sa version des faits.

 

"Les frigos sont tombés en panne cette nuit. Le magasin a été fermé dans la matinée pour procéder aux réparations [...] Sachez que nous prenons cet incident au sérieux et qu'il n'est absolument pas représentatif de la qualité de service que nous proposons." 

 


Et les réparateurs sont arrivés

 


"Le dysfonctionnement du moteur des frigos a eu lieu cette nuit", confirme Carrefour à L'Express. "Le responsable du magasin a cherché à résoudre le problème dès qu'il s'en est rendu compte." 

 

Après une panne de sept jours, on peut penser que la glace présentée dans la vidéo aurait été complètement liquide. En attendant, ce jeudi après-midi le rideau de fer du Carrefour City est toujours baissé, et les réparateurs s'activent. 

 

 

Sourcing:    L'express.fr / Par Laurent Martinet,

 

 

NDR / BM

 

Cet incident reflète une situation malheuresement trop bien connue des élus sur le terrain, que ce soit à l'époque d'Ed, et de Dia lorsque les magasins étaient gérés en intégrés. Nombreux ont du fermés pour des pannes de froid durant les fortes chaleurs sous la pression des DP, ou du Chsct...

 

Et maintenant Carrefour City, avec une grande différence, ces magasins étant gérés majoritairement  par des gérants ou locataires gérants. Ce n'est pas pour autant que les règles soient mieux respectées, ce serait même plutôt l'inverse...

 

Note: Ce magasin cité dans l'article serait toujours dans le circuit intégré de carrefour proxi France

BM

Yaourts à température ambiante, glace ramollie cachée sous des cartons, saumon, viande et charcuterie à 16°... Dans ce Carrefour City parisien, les frigos étaient en panne ce jeudi matin, mais le magasin restait ouvert.
Yaourts à température ambiante, glace ramollie cachée sous des cartons, saumon, viande et charcuterie à 16°... Dans ce Carrefour City parisien, les frigos étaient en panne ce jeudi matin, mais le magasin restait ouvert.

Yaourts à température ambiante, glace ramollie cachée sous des cartons, saumon, viande et charcuterie à 16°... Dans ce Carrefour City parisien, les frigos étaient en panne ce jeudi matin, mais le magasin restait ouvert.

En pleine canicule, une épicerie peut s’avérer salvatrice pour qui cherche un rafraîchissement.

 

Mais ce Carrefour City échappe à la règle d’une façon très peu flatteuse.

C’est une vidéo très énervée que poste ce matin la page Facebook de Taranis News, blog militant. En dehors de toute considération sur leur ligne éditoriale, ces images ont de quoi retourner l’estomac de n’importe qui.

 

 

Filmée sur le vif dans un Carrefour City parisien, cette vidéo dénonce un grave manquement aux règles de sécurité alimentaire. L’auteur de ces images explique que les frigos et surgélateurs de l’épicerie sont hors-service ou, pire, désactivés, depuis une semaine.

Hors de lui, il fait fermer un Carrefour City en filmant ses frigos en panne
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Revue de presse Coups de gueule
commenter cet article
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 16:47

Nouvelle mise à jour le 04 juin 2017

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

Grande distribution / Carrefour

 

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

 

 

Le 27 mai 2017, l'émission  "Envoyé spécial" raconte le combat que mène depuis vingt ans une petite commerçante contre les enseignes de la grande distribution.

 

Tout a commencé à la galerie marchande du Carrefour de Vitrolles. 

 


Depuis vingt ans, une petite commerçante combat sans relâche les enseignes de la grande distribution. Tout a commencé à la galerie marchande du magasin Carrefour à Vitrolles (Bouches-du-Rhône).

 

Extrait d’"Envoyé spécial".

 

En 1985, c'est ici que Martine Donnette ouvre une boutique Phildar. Les pelotes de laine filent, et la commerçante, confiante, achète le magasin. Six mois plus tard, elle apprend qu'il va être démoli. Carrefour veut agrandir sa galerie commerciale : à cause des travaux, Martine doit déménager et investir 300 000 francs dans un nouveau magasin.

Les autres commerçants de la galerie sont indemnisés sans augmentation de loyer, explique-t-elle, alors que le sien double. 

 

Son magasin fait faillite, son mariage aussi

 

En deux ans, c'est la liquidation judiciaire.

 

Martine perd tout : son magasin fait faillite, son mariage aussi. Pour s'en sortir, elle doit vendre. En attendant, elle continue à payer le loyer de son ancienne boutique, 7 000 francs par mois. Carrefour refusant de déspécialiser le bail, elle ne peut pas céder son emplacement à une pizzeria ou une bijouterie.

 

Quand elle ne peut plus payer son loyer, Carrefour l'expulse. Pour Martine Donnette, c'est son obstination qu'elle a payée : "Dès qu'on a un procès avec eux, qu'on leur tient tête, il faut nous dégager." 

 

 

Sourcing:  Franceinfo

 

Extrait de "Martine part en guerre contre les hypermarchés", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 25 mai 2017.

 

NDR / BM

Cela ressemble à s'y méprendre à la fable Le pot de fer contre le pot de terre;

La grande distri a l'habitude de la maltraitance infligée à autrui pour son propre bénéfice et à son avantage lorsqu'elle défend ses interêts bien compris. Tous y passent et y sont passés. La broyeuse d'humanité n'a aucun état d'âme. Les statuts, les vies humaines ne comptent pas.

Salariés, locataires gérants, fournisseurs, prestataires......... 

BM

 

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

SOCIAL-ECO

 



Il y avait quelque chose d’émouvant dans l’exposé par France 2 du combat que mène Martine Donette, une ancienne commerçante des Bouches du Rhône, contre les coups tordus des enseignes de la grande distribution concernant les boutiques qu’elles louent à d’autres commerçants dans les galeries marchandes.

 

Ruinée par Carrefour, cette retraitée mène désormais le combat de sa vie contre les abus des grandes enseignes. 

 


Elle se nomme Martine Donette et elle « crevait l’écran » jeudi soir dans le premier sujet traité par Envoyé Spécial de France 2, émission présentée par Elise Lucet.

 

 

L’histoire de Martine est aussi banale qu’injuste.

 

 

Comme nous l'avons évoqué plus avant, elle tenait un petit magasin qui vendait de la laine dans une galerie marchande d’une grande surface du groupe Carrefour. Soucieux d’agrandir la surface commerciale son magasin de manière pas forcément légale, Carrefour a obligé Martine à changer de place pour sa boutique peu de temps après son installation.

 

Nettement moins bien placée qu’avant, la commerçante a commencé à travailler à perte, pour finir ruinée au bout de quelques années.

 


Mais l’émission a surtout montré comment cette femme maltraitée par une enseigne de la grande distribution se bat désormais pour aider les victimes des pratiques illégales de ces mêmes enseignes en portant des dizaines de dossiers devant les tribunaux.

 

Elle parvient de temps à autre à faire gagner de « pot de terre » contre le « pot de fer ».

 

Au passage, on découvre sans grande surprise comment la multiplication des zones de chalandise à la périphérie des villes a tué les commerces de proximité au cœur des cités.

 

On a aussi confirmation du peu de cas que font trop de maires et de conseils municipaux de la valeur des terres agricoles pour les générations futures quand ils les bétonnent, sans le moindre souci d’économie, en rocades, ronds points, magasins et parkings dans le but de percevoir quelques subsides pour alimenter le budget municipal.


 
Une incitation au gaspillage des terres agricoles

 


Selon la rédaction de l'humanité.fr,

 

(article édifiant en tous points)   BM

 

Le combat de Martine Donette nous a poussé à replonger dans un rapport rédigé voilà à peine neuf ans pour introduire plus de concurrence dans tous les secteurs de l’économie.

 

En page 132 de ce rapport on pouvait lire ceci :

 

« Le foncier ne manque pas en France où la densité de la population est l’une des plus faibles d’Europe. Mais il faut inciter les communes à l’utiliser et à le rendre constructible, en permettant à l’Etat de reprendre la main en cas de nécessité.

Il est aussi nécessaire de mettre en place des mécanismes privés incitatifs».

 

 

Ce rapport recommandait clairement une accélération du gaspillage de terres agricoles en France.

 

 En pages 144,145 et 146 de ce même rapport qui date du début de l’année 2008, son rédacteur regrettait que « les réglementations actuelles réduisent considérablement le potentiel de ce secteur en terme de pouvoir d’achat, de croissance et d’emploi (…)

 

Au total, une intensification de la concurrence dans ce secteur permettrait une baisse des prix et une progression des embauches, les deux phénomènes se conjuguant pour accroître le pouvoir d’achat des ménages et la croissance de l’économie », écrivait ce petit futé, oubliant que les créations d’emploi en zone de chalandise à la sortie des villes en détruisent énormément dans les commerces des centres villes.

 

Un rapport destiné à Nicolas Sarkozy

 

 

Ce rapporteur en mission pour servir les intérêts de Carrefour, Leclerc, Auchan, Casino et quelques autres poursuivait sur sa lancée : « 379 grandes surfaces ouvraient en moyenne chaque année entre 1986 et 1994, alors que leur nombre est tombé à 162 entre 1995 et 2003 ».

 

Faisant référence à la loi Galland qui avait permis de freiner le rythme des implantations sans empêcher les augmentations illégales des surfaces commerciales comme le prouvent les dossiers de Martine Donette, le rapporteur ajoutait : « Cette réglementation a particulièrement entravé le développement des grandes surfaces de type maxi-discount au moment même où ce format commençait à séduire les consommateurs.

 

Aujourd’hui , le maxi-discount représente 13% des parts de marché de la distribution alimentaire contre 30% en Allemagne », déplorait le rapporteur, plus partisan que jamais du bétonnage des terres agricoles en France. Ce bétonnage continue de plus elle aujourd’hui via le développement de nouveaux services commerciaux comme le « drive » et la préparation des colis livrés à domicile.

 

(et autres joyeusetés qui nous sont promises, comme entres autres la délocalisation de certains services postaux) BM

 


Ce rapport, vous l’aurez peut-être deviné, était destiné à Nicolas Sarkozy qui venait d’être élu président de la République.

 

Pendant que d’un côté les commissions du Grenelle de l’environnement, accepté du bout des lèvres par Nicolas Sarkozy, listaient des mesures à prendre pour freiner le réchauffement climatique, la « Commission Attali pour la libération de la croissance » par la stimulation de la concurrence sauvage publiait un rapport visant à accroitre sensiblement les émissions de gaz à effet de serre.

 

La rédaction finale de ce rapport avait été confiée à Emmanuel Macron.

 


Martine Donette aussi aurait des bonnes raisons de dire aujourd’hui : « Macron, comment vous dire, ras le bol ! »

 

 
 
Sourcing:      Gérard Le Puill in l'Humanité.fr

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?
"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

Proverbe, expression populaire : C'est le pot de terre contre le pot de fer. ... Ce proverbe est tiré de l'Ecriture (chap. XIII de l'Ecclésiaste).

 

Il nous rappelle que la prudence nous conseille de ne nous associer qu'avec nos égaux, si nous ne voulons pas engager notre indépendance ou compromettre notre sûreté.

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

La Fontaine

 

Le Pot de terre et le Pot de fer


 Livre V - Fable 2


Esope a écrit un texte très court, « Les Pots», que La Fontaine a eu tout loisir d’amplifier et de travailler selon son génie.

Il utilise ici l’heptasyllabe (mêlé à l’alexandrin dans la dernière partie de la fable), ce qui confère à celle-ci un caractère sautillant. Collinet établit une comparaison entre le texte ci-dessous et le passage de l’Ecclésiastique, XIII, 2-3 « N’entrez point en société avec un plus riche que vous. Quelle union peut-il y avoir entre un pot de terre et un pot de fer ? Car lorsqu’ ils se heurteront l’un contre l’autre, celui de terre sera brisé. »

(« La Fontaine - Œuvres complètes, tome I ; Fables, contes et nouvelles » édition établie, présentée et annotée par Jean-Pierre Collinet ; NRF Gallimard ; Bibliothèque de La Pléiade ; 1991, p. 1131).

 

 

Mais le thème du récit a été repris et amplifié par bien d’autres auteurs, certains ayant pourvu le pot de terre de plus de prudence - et donc d’une plus longue vie - que chez La Fontaine.

 

 

Le pot de fer proposa 
Au pot de terre un voyage. 
Celui-ci s'en excusa, 
Disant qu'il ferait que sage 
De garder le coin du feu, 
Car il lui fallait si peu, 
Si peu, que la moindre chose 
De son débris serait cause : 
Il n'en reviendrait morceau. 
"Pour vous, dit-il, dont la peau 
Est plus dure que la mienne, 
Je ne vois rien qui vous tienne.
-Nous vous mettrons à couvert, 
Repartit le pot de fer : 
Si quelque matière dure 
Vous menace d'aventure, 
Entre deux je passerai, 
Et du coup vous sauverai." 
Cette offre le persuade. 
Pot de fer son camarade
Se met droit à ses côtés. 
Mes gens s'en vont à trois pieds,
Clopin-clopant comme ils peuvent, 
L'un contre l'autre jetés 
Au moindre hoquet qu'ils treuvent. 
Le pot de terre en souffre; il n'eut pas fait cent pas 
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
            Sans qu'il eût lieu de se plaindre .

Ne nous associons qu'avecque nos égaux,
            Ou bien il nous faudra craindre 
            Le destin d'un de ces pots .

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?

Cette histoire, fable certes, mais de la vie, ne doit pas être un frein à la défense de nos droits, en toute liberté et indépendance.

Nous ne sommes en rien le pot de terre !

 

Isolé le salarié est à la merci de l'employeur, ensemble, syndiqué, nous sommes plus fort, et structuré pour faire valoir et défendre nos droits.

Le combat nous renforce, et nous rend plus fort, nous avons des bien communs à défendre, sans relâche défendons nos droits, le code du travail, les CCN,  notre dignité, nos  UD ....

"Dégagée" pour avoir tenu tête à Carrefour ?
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - Social Revue de presse Billets d'humeur
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 09:13
Revue de presse:  Le chômage poursuit sa campagne
Revue de presse:  Le chômage poursuit sa campagne

Le chômage poursuit sa campagne

 

Revue de presse

 

 

Tandis que la campagne électorale bruit, le chômage poursuit son inexorable progression comme en ont témoigné les chiffres pour le mois de mars dévoilés par le ministère du Travail le 26 Avril.

 

La presse en a profité pour faire un bilan de sortie de quinquennat.

 

Le Parisien

 

 

« Le quinquennat s’achève sur une journée noire pour l’emploi. Fin mars, le nombre de demandeurs d’emploi s’est envolé de 43.700 personnes supplémentaires, portant à 3,5 millions le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A (sans emploi).

 

La publication hier des chiffres du chômage, les derniers avant l’élection présidentielle, risque de doucher les espoirs des Français.

 

Alors que l’inversion de la courbe semblait bien arrimée depuis un an, avec 105.400 chômeurs de moins, cette hausse, la plus forte depuis septembre 2013, jette un sérieux trouble ».

Par contre, l’inversion des normes...

 

 

La Tribune

 

 

Le quinquennat aura-t-il été une histoire de courbes mal négociées ?

 

En tous cas, « le chômage aura bien été le "cauchemar" du quinquennat du président encore en place. Lui qui, un peu tôt et bien peu prudemment, avait pronostiqué une inversion de la courbe du chômage pour 2013.

 

Pari raté puisque cette fameuse inversion s’est en réalité tardivement et faiblement produite qu’à compter de 2016. En effet, sur un an, le nombre des demandeurs d’emploi en catégorie "A" connaît une légère baisse de 0,9% ».

Dommage qu’il n’y ait pas de catégorie triple A.

 

 

Le Monde

 

 

« Lorsque François Hollande a pris ses fonctions, en mai 2012, Pôle emploi recensait 2.922.600 chômeurs de catégorie A, et 4.356.400 en catégories A, B et C. Cinq ans après, selon les chiffres de Pôle emploi pour mars 2017, le nombre de demandeurs d’emploi s’établit à 3.508.100 en catégorie A et à 5.503.800 en catégories A, B et C ». A+B+C sur 5= un million.

 

 

France Soir

 

 

La hausse de mars serait « essentiellement due au fait que de nombreux contrats courts n’ont pas été renouvelés, faisant basculer des personnes exerçant une petite activité dans la catégorie des chômeurs sans aucune activité.

 

Ainsi, en comptant les demandeurs d’emploi exerçant une petite activité, les statistiques reculent sur un mois de 0,2%, avec 5,5 millions de personnes, mais elles augmentent sur un an ».

 

Petite activité, petits chiffres.

De plus, malheureusement, « le nombre de chômeurs a continué à se dégrader chez les seniors, (+1,1% sur un mois, +3,7% sur un an).

 

Les moins de 25 ans, qui ont connu des mois d’embellie, n’ont pas été épargnés cette fois, avec une hausse de 1,2% sur un mois ».

 

Chiffres de février ne font pas le printemps.

 

 

Les Echos

 

 

Et « on peut esquisser sans risque que malgré les espoirs qu’avaient fait naître la baisse de 2016 - la première en neuf ans - l’inflexion de la courbe du chômage a perdu de sa force (...). Mais pour que la France en finisse avec le chômage, il faudra vraiment que le nombre d’emplois créés passe à la vitesse supérieure ».

Une question de conduite économique.

 

 

In, la revue de presse, FO Hebdo  / MICHEL POURCELOT

Les titres de presse cités dans l'article
Les titres de presse cités dans l'article
Les titres de presse cités dans l'article
Les titres de presse cités dans l'article
Les titres de presse cités dans l'article
Les titres de presse cités dans l'article

Les titres de presse cités dans l'article

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - revue de presse Revue de presse Actu sociale
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 14:19
Carrefour, Dia .......retour vers le futur?

Carrefour, et si Dia rentrait au bercail...

 


En 2011, Carrefour s'était séparé de sa filiale de hard-discount Dia via une opération de scission, à une époque où le distributeur était aux abois et cherchait à concentrer ses efforts sur son coeur de métier et à monétiser ses participations.

 

Mais quand l'artisan de l'opération, Lars Olofsson, a été remplacé par Georges Plassat, les investisseurs ont rapidement compris que le nouveau management considérait cette décision comme une erreur stratégique.

En 2014, Carrefour avait même racheté la filiale française de Dia...

 

Et pourquoi ne pas récupérer le reste de l'ancien périmètre ?

 

 

C'est la question qu'a examinée le bureau d'études Natixis.

 

Le spécialiste pense que Dia, sur son marché domestique espagnol, est de plus en plus concurrencé par Lidl et Mercadona.

La pression concurrentielle pourrait favoriser l'adossement de Dia à un tiers pour assurer de meilleures conditions d'achat et une amélioration de la qualité de sa marque propre, estime l'analyste, qui pense... à Carrefour évidemment.

 

 

Le partenaire le plus logique et le plus motivé, explique-t-il en rappelant que le spin-off de 2011 est la dernière erreur du précédent management que Mr Plassat n'a pas encore pu corriger, faute d'avoir un bilan assez solide. Grâce aux fonds obtenus avec l'ouverture du capital de sa filiale brésilienne, le groupe devrait avoir davantage de ressources.

 

 

Un rachat de Dia doublerait sa taille en Espagne et lui permettrait de gagner 10 années de développement sur sa branche de proximité en Amérique Latine.

 

"Si Carrefour se lançait, il pourrait payer 6,70 euros par action Dia, une prime de 24% sur les cours actuels, justifiée par les synergies.

 

Un ticket à 4,1 MdsE, souligne Natixis...

 

 

 

©2017, Boursier.com

 

Avertissement:

 

Attention, notre rubrique "Rumeurs" se veut l'écho des informations qui circulent dans les salles de marché. Ces rumeurs ne pouvant être vérifiées, elles doivent donc être considérées avec précaution.

 

 

Sourcing:     boursier.com

Carrefour, Dia .......retour vers le futur?
Carrefour, Dia .......retour vers le futur?
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse Revue de presse
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 16:38
 Le mandat de Georges Plassat prend fin en 2018

 Le mandat de Georges Plassat prend fin en 2018

 Le futur patron de Carrefour devra trouver la solution au problème des hypers | Crédits photo : © Barbe Lionel, Carrefour

 Le futur patron de Carrefour devra trouver la solution au problème des hypers | Crédits photo : © Barbe Lionel, Carrefour

 Le mandat de Georges Plassat prend fin en 2018

 

Le futur patron de Carrefour devra trouver la solution au problème des hypers

 


Les actionnaires de Carrefour cherchent toujours celui que Georges Plassat appellera à ses côtés pour finir son mandat à la tête du groupe en 2018.

Sur son bureau, il trouvera un dossier mal refermé, celui des hypers qui restent un point de fragilité pour le groupe.

 


Une nouvelle preuve en a été administrée avec les chiffres d'activité trimestriels du distributeur.

Ses ventes, à 21,3 milliards d'euros, ne progressent que de 1,4% en données comparables par rapport à l'hiver 2016, en net ralentissement par rapport à l'été puis à l'automne dernier.

 


Et c'est notamment aux hypers en France que cette médiocre performance est due. Trimestre après trimestre, le recul de leurs ventes s'accentue : -1% l'été dernier, -1,2% à l'automne et -1,6% cet hiver.

 

De quoi relativiser les performances honorables d'autres activités, notamment les magasins de proximité en France ou le modèle multiformats au Brésil malgré une économie faiblarde.

 


Carrefour perd des parts de marché dans les hypers du fait d'une bataille des prix assumée plus résolument par ses concurrents. Malgré cela, les marges baissent déjà et menacent de passer sous les 3%.

 


Les analystes attendent beaucoup le futur patron sur ce terrain.

 

Mais à en juger par la baisse du cours depuis deux ans, ce n'est pas leur seul sujet de préoccupation.

 


Après avoir touché un sommet en avril 2015, le cours de Carrefour a reculé de quelque 35%. L'indice Stoxx de la distribution européenne n'a depuis lors perdu qu'un peu plus de 20%.

 


Or la sous-performance ne faiblit pas, au contraire, cette année, puisqu'avec un recul de 7,5%, Carrefour fait trois fois moins bien que son indice de référence.


Autant dire que, pour le marché, le changement chez Carrefour, ce doit être maintenant.

 

 

En savoir plus sur

 

https: /investir.lesechos.fr/actions/actualites/l-edito-le-futur-patron-de-carrefour-devra-trouver-la-solution-au-probleme-des-hypers-1664435.php#c2tjgb7Ay44HooUU.99

Le futur patron de Carrefour devra trouver la solution au problème des hypers

Compte rendu succinct de la délégation FO au dernier CCE de Carrefour Hyper

FO Hyper extrêmement soucieux de l'emploi devant la dégradation des résultats depuis plus 06 trimestres d'affilés, mobilisé sur la situation économique et commerciale interpelle la direction lors du dernier CCE.

Le futur patron de Carrefour devra trouver la solution au problème des hypers

Déclaration de la déclaration FO au CCE Carrefour Hyper

Le futur patron de Carrefour devra trouver la solution au problème des hypers
https://investir.lesechos.fr/medias/2017/04/13/1664435_1492104590_859946-1362425136-carrefour2_565x376p.JPG
https://investir.lesechos.fr/medias/2017/04/13/1664435_1492104590_859946-1362425136-carrefour2_565x376p.JPG
https://investir.lesechos.fr/medias/2017/04/13/1664435_1492104590_859946-1362425136-carrefour2_565x376p.JPG

https://investir.lesechos.fr/medias/2017/04/13/1664435_1492104590_859946-1362425136-carrefour2_565x376p.JPG

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse Revue de presse InFO Dia IRP
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 17:43
DIA et Eroski créent une centrale d'achats commune pour leurs marques blanches
DIA et Eroski créent une centrale d'achats commune pour leurs marques blanches
DIA et Eroski créent une centrale d'achats commune pour leurs marques blanches

DIA et Eroski créent une centrale d'achats commune pour leurs marques blanches
 


Dia et Eroski ont annoncé hier soir la création d'une centrale d'achats commune pour leurs "marques blanches", appelée Red Libra Trading Services, qui sera détenue à 50/50 par les deux groupes.

 

La nouvelle entité commencera son activité le 24 avril. Red Libra Trading Services aura pour présidente non-exécutive Beatriz Santos, actuelle directrice commerciale d'Eroski, et pour directrice générale Susana Pagés, son homologue chez Dia.

 

Les politiques de ventes et de marketing des deux partenaires resteront indépendantes et l'accord ne comprend pas les denrées périssables commercialisées sous les marques Dia et Eroski.

 

 

Sourcing:   Le Figaro.fr / Par Agence Option Finance

DIA et Eroski créent une centrale d'achats commune pour leurs marques blanches
DIA et Eroski créent une centrale d'achats commune pour leurs marques blanches
Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans InFO Dia - revue de presse Revue de presse InFO Dia Dia InFO InFODia
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 13:58
Les surveillants veulent une nouvelle rencontre avec la direction de l’administration pénitentiaire, qui est venue entamer des négociations mardi.

Les surveillants veulent une nouvelle rencontre avec la direction de l’administration pénitentiaire, qui est venue entamer des négociations mardi.

l’irruption dans le débat public de la prison, sujet soigneusement mis sur la touche par tous les candidats.

l’irruption dans le débat public de la prison, sujet soigneusement mis sur la touche par tous les candidats.

Prisons : ça chauffe à l’ombre

 


Les problèmes de l’univers carcéral, surpopulation et manque de moyens notamment, ont une nouvelle fois été mis en lumière à la suite de mouvements de protestation du personnel pénitentiaire.

 

La presse s’est penchée au-dessus des hauts murs.

 

Aperçus.

 

 

Libération 

 


Le feu couvait depuis quelque temps. Cette fois-ci, des palettes brûlent à l’entrée de la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis), à quelques mètres des pelouses sur lesquelles broutent des moutons noirs. Derrière les murs, s’entassent 1 080 détenus dans un établissement qui compte 587 places.

C’est, entre autres, pour dénoncer cette surpopulation carcérale record que trois organisations syndicales ont appelé jeudi matin au rassemblement devant la prison francilienne.

Une soixante de surveillants venus de toute la région ont répondu présents. Ici comme ailleurs.

 

 

Le Parisien 

 


Ainsi, les surveillants en colère de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) ont, quant à eux, décidé mercredi soir de maintenir la pression sur l’administration pénitentiaire, avec de nouvelles actions à venir pour protester contre l’agression de six gardiens dans la plus grande prison d’Europe.

Les surveillants ont décidé en assemblée générale d’aller jusqu’au bout et de poursuivre leur mouvement, a déclaré Thibault Capelle, du syndicat FO Pénitentiaire (minoritaire).

 

Lundi, 350 d’entre eux avaient bloqué l’accès à la prison. Il y aura des petites actions toute la semaine prochaine, comme des distributions de tracts par exemple, mais pas de nouveau blocage, a expliqué Thibault Capelle.

 

Les surveillants veulent une nouvelle rencontre avec la direction de l’administration pénitentiaire, qui est venue entamer des négociations mardi.

Sans rendez-vous d’ici vendredi 21 avril 10h, ils menacent d’aggraver leur mouvement. Même avertissement si les négociations débouchent sur une impasse. Une porte ouverte serait préférable.

 

 

L’Express 

 


D’autant que l’air devient irrespirable : pour Blaise Gangbazo, secrétaire général CFTC Justice, qui évoque des conditions de travail non seulement dégradées mais dégradantes, tant qu’on ne désencombrera pas l’établissement, où la surpopulation oblige certains détenus à dormir sur des matelas au sol, dans des cellules à trois voire plus, entraînant de plus en plus d’agressions entre détenus.

 

Les gardiens cherchent à alerter l’opinion publique et les familles car les surveillants comme les détenus sont en insécurité totale à l’intérieur de la prison, a-t-il ajouté.

On n’est plus en mesure de déceler la radicalisation, a poursuivi le représentant syndical, qui demande en urgence au moins 30 agents supplémentaires à Villepinte.

Les incarcérations montent, mais pas les moyens.

 

 

Marianne 

 


Résultat :

Les premiers à faire les frais de ces bagarres, ce sont évidemment les surveillants. Moins nombreux, parfois seuls pour une centaine de détenus, ce sont eux qui trinquent.

Désarmés, avec leurs seules mains pour se défendre, ils font face à toutes sortes d’objets contondants plus ou moins meurtriers.

Avec à la clef des blessures, surtout quand les détenus s’y mettent à plusieurs, comme ce fut le cas à Fleury-Mérogis, la plus grande prison d’Europe, il y a quelques jours : une altercation entre huit mineurs et les surveillants a fait six blessés parmi ces derniers, provoquant le blocage de la maison d’arrêt.

Et l’irruption dans le débat public de la prison, sujet soigneusement mis sur la touche par tous les candidats.

Un sujet qui pourtant ne veut pas rester à l’ombre.

 

Sourcing:   FO Hebdo /   MICHEL POURCELOT

Les problèmes de l’univers carcéral, surpopulation et manque de moyens notamment, ont une nouvelle fois été mis en lumière à la suite de mouvements de protestation du personnel pénitentiaire.
Les problèmes de l’univers carcéral, surpopulation et manque de moyens notamment, ont une nouvelle fois été mis en lumière à la suite de mouvements de protestation du personnel pénitentiaire.
Les problèmes de l’univers carcéral, surpopulation et manque de moyens notamment, ont une nouvelle fois été mis en lumière à la suite de mouvements de protestation du personnel pénitentiaire.

Les problèmes de l’univers carcéral, surpopulation et manque de moyens notamment, ont une nouvelle fois été mis en lumière à la suite de mouvements de protestation du personnel pénitentiaire.

Les titres de presse cités  dans la revue de presse
Les titres de presse cités  dans la revue de presse
Les titres de presse cités  dans la revue de presse
Les titres de presse cités  dans la revue de presse

Les titres de presse cités dans la revue de presse

Les incarcérations montent, mais pas les moyens.

Les incarcérations montent, mais pas les moyens.

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans SOCIETE InFO Dia - revue de presse Revue de presse
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 17:26
La Cour d'appel de Bruxelles avait donné raison à la Fifa une semaine plus tard.

La Cour d'appel de Bruxelles avait donné raison à la Fifa une semaine plus tard.

 Le Tribunal arbitral su Sport (TAS) siège à Lausanne, en Suisse.

Le Tribunal arbitral su Sport (TAS) siège à Lausanne, en Suisse.

Economie 

 

Le Tribunal arbitral du Sport (TAS) confirme l'interdiction de la tierce propriété (TPO)


Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé lundi à Lausanne l'interdiction de la tierce propriété (TPO) par la Fifa, dans le litige opposant l'instance internationale et le club belge du RFC Seraing, premier club sanctionné dans une affaire de ce type.

 


En septembre 2015, la Fifa avait puni le RFC Seraing (aujourd'hui en D3 belge) d'une amende de 136 000 € et d'une interdiction de recrutement de deux ans (soit quatre périodes de transfert) pour «infractions aux règles relatives à la propriété des droits économiques des joueurs par des tiers (TPO)» sur deux contrats conclus respectivement en janvier et septembre 2015.

 

Si le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé lundi à Lausanne la validité des règlements de la Fifa, il a en revanche réduit la durée de l'interdiction de recrutement, «trop sévère» selon lui, à trois mercatos consécutifs.

 


«Préserver l'indépendance et garantir l'intégrité»

 


Racheté par le FC Metz en 2013, Seraing avait soutenu, après l'interdiction de la TPO par la Fifa en mai 2015, la plainte du fonds d'investissement Doyen Sports et de la Ligue de football professionnel espagnole à l'encontre de l'instance.

 

 

La Cour d'appel de Bruxelles avait donné raison à la Fifa une semaine plus tard.
 


En décembre 2014, la Fifa avait décidé d'interdire la TPO, qui permet à des investisseurs extérieurs d'acheter tout ou une partie des droits économiques d'un joueur afin de percevoir une partie de la valeur de son futur transfert.

 

La Fifa avait agi de la sorte pour, explique-t-elle, «préserver l'indépendance des clubs et des joueurs et garantir l'intégrité des matches et des compétitions».

 

 Sourcing:    (A. Grosclaude/L'Equipe) avec AFP

Fédération internationale de football association

Fédération internationale de football association

Fédération internationale de football association

 


Fédération sportive


La Fédération internationale de football association est la fédération sportive internationale du football, du futsal et du football de plage. 

 


Président : Gianni Infantino


Sièges sociaux : Zurich, Suisse


Nations membres : 211 associations nationales


Création : 21 mai 1904, Rue Saint-Honoré, Paris


Affiliation : Comité international olympique
Sport(s) représenté(s) : Football (depuis 1904); Futsal (depuis 1989); Football de plage (depuis 2004)


Filiales : Confédération africaine de football, Fédération des États-Unis de soccer, Early Warning System GmbH

La Fédération internationale de football association est la fédération sportive internationale du football, du futsal et du football de plage. 

La Fédération internationale de football association est la fédération sportive internationale du football, du futsal et du football de plage. 

Repost 0
@ FO CPF system (BM) @ FO CPF system publication - dans Actualités Actu Revue de presse
commenter cet article
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 10:35
Election pro, revue de presse et de détails
Les quotidiens cités dans l'article ci dessous
Les quotidiens cités dans l'article ci dessous
Les quotidiens cités dans l'article ci dessous
Les quotidiens cités dans l'article ci dessous

Les quotidiens cités dans l'article ci dessous

Election pro, revue de presse et de détails

Elections professionnelles : une salade de chiffres et l’addition, SVP

 

Election pro, revue de presse et de détails

 


Les résultats compilés des élections professionnelles 2013-2016 présentés officiellement le 31 mars n’ont guère passionné la grande presse mais il s’en est quand même trouvé quelques échos, fort chiffrés.

 

Extraits.

 

Le Monde 

 


Il était une fois la première fois : pour la première fois, la Confédération française démocratique du travail (CFDT) est devenue la première organisation syndicale (26,37%), devant la Confédération générale du travail (CGT, 25,12 %), selon la mesure de la représentativité syndicale rendue publique par le Haut Conseil du dialogue social.

 

Cette mesure agrège les résultats des élections professionnelles dans les entreprises d’au moins 11 salariés, entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2016.

Au total, sur 13 244 736 salariés inscrits, plus de 5,6 millions se sont exprimés – 195 518 de plus que lors de la précédente mesure –, soit une participation de 42,76 %.

Mais si l’on considère les seules entreprises ayant au moins 11 salariés, la participation a été de 62,63 %, un score bien supérieur à bien des élections politiques.

 

La CFDT est arrivée en tête avec 26,37 % (+0,37 par rapport à 2013), près de deux points devant la CGT (24,84 %, -1,92) suivie par FO 15,59 % (-0,35), la CFE-CGC 10,67 % (+1,24 point), la CFTC 9,49 % (+0,19), l’UNSA 5,35 % (+1,09) et Solidaires 3,46 % (-0,01).

Pas vraiment un bouleversement.

 

Les Échos 

 


Pourtant, il s’en trouve pour considérer qu’il s’agit non d’une élection mais d’une révolution : C’est une révolution dans le paysage syndical français. La CFDT devient le premier syndicat au niveau national dans le secteur privé, devant la CGT.

Cette dernière cède la première place au niveau national dans le secteur privé en raison d’un recul important de son propre score. Reste que c’est la seule centrale syndicale à avoir perdu de l’audience.

 

Alors même que le nombre de suffrages exprimés a progressé de près de 200 000, 50 000 voix de moins se sont portées sur elle. Son assise s’est donc effritée. Côté branches, où seuls les syndicats dont le score atteint au moins 8 % seront déclarés représentatifs, la CGT n’atteint pas ce seuil dans la seule branche de l’administration des établissements privés catholiques.

A l’inverse, elle fait plus de 37 % chez les ouvriers du bâtiment, son maximum, et au-delà de 35 % dans la propreté et dans la production agricole.

Quant à Force Ouvrière, elle ne passe pas la barre des 8 % dans seulement deux branches de plus de 50 000 salariés : les établissements privés catholiques, comme la CGT, et la nouvelle branche du sport.

C’est dans la restauration rapide qu’elle fait son meilleur score : près de 31 %.

Donc, du sport en perspective.

 

 

La Croix 

 


Si ce n’est une révolution, La CFDT qui double la CGT, c’est un séisme ?.

Réponse d’un professeur en sciences sociales à Paris 1, Jean-François Amadieu : Ce résultat n’est pas si surprenant, il ne change pas la pente qu’on observait depuis des années, avec une érosion de la CGT inscrite dans la durée.

Il aurait pu y avoir un sursaut au printemps dernier avec le mouvement contre la loi travail, et à la faveur des dernières élections dans les TPE où la CGT s’en est pas mal sortie. Mais finalement rien n’a inversé une tendance au déclin, même dans le public (où la CGT reste numéro un).

Ce déclin a été très marqué jusqu’au début des années 1990, s’est stabilisé jusqu’en 2005-2006, avant de reprendre.

 

 

Le Figaro 

 


Et de se raccrocher aux branches, du moins aux chiffres, car le monde syndical est constitué de nombreuses filières, et les résultats publiés le 31 mars sont les additions d’élections successives dans les nombreuses branches de métiers du privé (agriculture, industrie...).

 

Les dernières élections professionnelles de la fonction publique ont eu lieu en 2014 et rassemblaient elles aussi plusieurs secteurs : la fonction publique d’état, territorial et hospitalière.

 

La CGT avait raflé la première place, avec 23,% des suffrages contre 19,3% à la CFDT et 18,6% pour FO. 53% des 5 200 000 fonctionnaires s’étaient déplacés, donnant exactement 604.624 voix à la CGT contre 504 804 à la CFDT. La CGT avait fait ses meilleurs scores dans la fonction publique territoriale.

 

Si l’on additionne les chiffres officiels à ceux d’aujourd’hui 31 mars, le total des voix de la CGT tous secteurs confondus publics/privés est de 1 907 400, et reste donc bien le plus élevé, dépassant le score de la CFDT et ses 1 887 450 suffrages.

Une avance de moins de 20 000 voix donc, sur une population active de 28,6 millions de personnes....

 

Bref, si ce n’est pas une cuisine électorale, on a le droit à une belle salade de chiffres.

 

Sourcing   FO Hebdo / M. Pourcelot

Election pro, revue de presse et de détails
Election pro, revue de presse et de détails
Repost 0